KLIMT GUSTAV (1862-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge d'or

Le tableau Les Poissons rouges (1902, Musée de Soleure, Suisse), intitulé tout d'abord À mes détracteurs, où une femme exhibe un postérieur rebondi en lançant au spectateur un regard narquois, marque le passage de l'inspiration symboliste aux tableaux sur fond d'or, période au cours de laquelle Klimt peignit ses œuvres les plus célèbres, portraits ou allégories. L'artiste renonce alors à la provocation pour élaborer un style personnel où l'ornement rapporté n'est pas simplement décoratif mais fait partie intégrante du sujet. L'emploi de la feuille d'or contraste, par sa densité et son opacité, avec le traitement réaliste du visage, des épaules et des mains. L'ornement sophistiqué conjugue différents motifs empruntés aux arts byzantin, gothique, égyptien et celtique. Élément autonome et abstrait, il participe à la dynamique de la composition. Propre à Klimt, cette interaction de la figure et du fond, cette juxtaposition ou recouvrement du sujet par le décor, est à la source de la fascination qu'exerce sa peinture. Ainsi, dans les célèbres portraits en pied de Frietza Riedler (1906, musée du Belvédère, Vienne) et de Adèle Bloch-Bauer (1907, Neue Galerie, New York), l'ornement brise le caractère hiératique et convenu du genre, introduit une ambiguïté de la vision et renvoie, sur le mode subliminal, à une peinture de Vélasquez et à la sculpture antique égyptienne.

Dans Le Baiser, (1907-1908, musée du Belvédère, Vienne), l'étreinte charnelle revêt le caractère sacré d'une icône byzantine sur fond d'or. L'ornement abstrait confond les corps en les dématérialisant, tandis que le parterre floral stylisé rappelle la représentation du paradis dans l'imagerie gothique.

Le Baiser, G. Klimt

Le Baiser, G. Klimt

Photographie

Gustav KLIMT, Le Baiser, Österreichische Galerie, Vienne, Autriche. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Klimt reprendra ce thème L'Accomplissement sous une forme plus linéaire, pour la frise, exécutée en céramique, du palais Stoclet à Bruxelles (1909-1910). Cette « œuvre d'art totale », joyau de l'Art nouveau, conçu en collaboration avec l'architecte et décorateur Josef Hoffmann, clôt le « cycle d'or » de l'artiste.

L'Accomplissement, G. Klimt

L'Accomplissement, G. Klimt

Photographie

Gustav Klimt, L'Accomplissement. 1905-1909. Carton préparatoire pour les fresques du Palais Stoclet à Bruxelles. 194,6 cm x 120,3 cm. Musée autrichien des arts appliqués, Vienne. 

Crédits : MAK-Österreichisches Museum für angewandte Kunst, Vienne

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

L'Attente, G. Klimt

L'Attente, G. Klimt
Crédits : MAK-Österreichisches Museum für angewandte Kunst, Vienne

photographie

Portrait d'Émilie Flöge, G. Klimt

Portrait d'Émilie Flöge, G. Klimt
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Baiser, G. Klimt

Le Baiser, G. Klimt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Accomplissement, G. Klimt

L'Accomplissement, G. Klimt
Crédits : MAK-Österreichisches Museum für angewandte Kunst, Vienne

photographie




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KLIMT GUSTAV (1862-1918)  » est également traité dans :

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Vienne »  : […] En 1897, le conseil municipal de Vienne accorde un terrain à la nouvelle association d'artistes, connue sous le nom de Sécession, présidée par le peintre Gustav Klimt et née de la scission du Kunstlerhaus. Dans le pavillon d'exposition à édifier, J. M. Olbrich voulait transmettre un sentiment de pure dignité évoquant la Grèce antique, en rupture avec les lourds bâtiments construits sur le Ri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/#i_23116

GORGONE, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 066 mots
  •  • 3 médias

Des trois sœurs appelées Gorgones, Euryalé, Sthéno et Méduse , la dernière, seule à être mortelle, est la plus fameuse en raison de son pouvoir de pétrifier les humains qui rencontrent son regard et de sa fin tragique. C'est presque toujours Méduse qui apparaît figurée, dès l'époque grecque archaïque et durant toute l'Antiquité classique, dans une grande variété de contextes (vases, monnaies, inta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gorgone-iconographie/#i_23116

HODLER FERDINAND (1853-1918)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  • , Universalis
  •  • 1 626 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un art composite »  : […] Les premières œuvres de Hodler marquent l'influence de Corot, notamment ses paysages, ou se situent dans la tradition des romantiques allemands quand elles privilégient des scènes d'intérieur à l'intimité silencieuse et baignée de lumière. Vers 1885, l'artiste trouve sa voie : « Clarté formelle, simplicité des représentations, répétition des motifs. » Ainsi que bon nombre de ses contemporains, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-hodler/#i_23116

KOKOSCHKA OSKAR (1886-1980)

  • Écrit par 
  • Marina VANCI-PERAHIM
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « Une œuvre littéraire et plastique »  : […] Kokoschka est né à Pöchlarn (Autriche) en 1886 ; il a fait ses études à l'École d'arts et métiers de Vienne. À Vienne, en cette première décennie du xx e  siècle, Schönberg élabore son système dodécaphonique ; Freud, la psychanalyse ; Adolf Loos, la théorie du rationalisme fonctionnaliste dans l'architecture. Le monde de la peinture est alors marqué par la sécession de Klimt et du groupe qui l'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oskar-kokoschka/#i_23116

MOSER KOLOMAN (1868-1918)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 2 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des années de formation à l'émergence du club des Sept »  : […] Attiré très tôt par le dessin, Koloman Moser suit quelque temps le souhait de ses parents de le voir se former pour le commerce, avant de passer outre, en entrant en 1885 à l'Akademie der Bildenden Künste (Académie de formation artistique). Sa formation, fort longue, ne s'achève qu'en 1895, ce qui le conduit à mener parallèlement une activité professionnelle. En 1894, il participe au Siebener Clu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/koloman-moser/#i_23116

SCHIELE EGON (1890-1918)

  • Écrit par 
  • Yves KOBRY
  •  • 1 589 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Une saison en enfer » »  : […] Egon Schiele naît le 22 juin 1890 à Tulln, petite ville située sur les bords du Danube à quarante kilomètres de Vienne, dans une famille modeste dont le père est chef de gare. À la mort précoce de ce dernier, en 1905, son oncle Leopold Czihaczek devient son tuteur. Élève médiocre, l'adolescent passe tout son temps à dessiner, si bien que sur les conseils de son professeur, la famille finit par co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egon-schiele/#i_23116

SÉCESSION, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 226 mots
  •  • 4 médias

Né tardivement par rapport à ses homologues européens, le style sécession, version autrichienne de l'Art nouveau, se cristallise autour d'une vingtaine d'artistes (J. Engelhart, J. Hoffmann, G. Klimt, M. Kurzweil, C. Moll, K. Moser, F. von Myrbach, J. Olbrich et A. Roller entre autres), qui unissent leurs forces contre le Künstlerhaus — vaste association d'artistes à caractère officiel, fief de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/secession-mouvement-artistique/#i_23116

Pour citer l’article

Yves KOBRY, « KLIMT GUSTAV - (1862-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-klimt/