GROUPE DE PRESSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'étude scientifique des systèmes politiques a traversé, historiquement, trois grandes phases. On les a d'abord étudiés en se plaçant au point de vue des institutions et en analysant leur mode de fonctionnement ; cette approche des phénomènes politiques relève, d'une part, d'une perspective juridique et normative, qui accorde une priorité aux superstructures et, d'autre part, d'une perspective mécaniciste, qui envisage un système social à la manière d'un système mécanique, dont les lois de fonctionnement sont données avec le schéma de montage. L'analyse institutionnelle se rattache à une tradition fort ancienne et trouve ses origines dans un contexte culturel où la science politique n'était pas encore nettement distinguée de la philosophie politique.

Depuis le début du siècle, avec l'apparition des nouvelles sciences humaines, surtout de la sociologie, l'attention s'est portée de plus en plus vers l'étude des faits qui sont sous-jacents aux institutions. On a fait remarquer, par exemple, que des institutions très voisines peuvent recouvrir des réalités très différentes selon la nature et le rôle des partis qui, dans les États modernes, sont les porteurs effectifs du pouvoir politique. Aussi a-t-on orienté l'étude de la vie politique vers l'étude des partis, des interactions entre partis et systèmes institutionnels, des différents types de configurations politiques (systèmes à parti unique, à deux ou à plusieurs partis).

Assez rapidement cependant, on s'est aperçu que les partis ne sont pas les seuls groupements qui entrent dans le processus politique et donnent à un système institutionnel sa vraie figure et qu'il faut tenir compte d'autres groupements, qui représentent des intérêts sectoriels (éventuellement portés par des groupes numériquement très nombreux ou stratégiquement très puissants) et qui, dans le contexte de la société industrielle, jouent un rôle important, sinon décisif, dans le fonctionnement de l'appareil politique. On a donné à ces groupements, pour les distinguer des partis, le nom de « groupes de pression » ou de « groupes d'intérêts » ; on a voulu indiquer ainsi soit qu'ils agissent sur les porteurs du pouvoir politique en exerçant une action comparable à la pression exercée par un fluide sur un organe mécanique, soit qu'ils représentent des intérêts et s'efforcent de les faire prévaloir, tant à l'égard de l'État qu'à l'égard des autres groupes.

Le terme de « pression » a été employé pour la première fois dans le vocabulaire scientifique par Peter Odegard dans une thèse de doctorat consacrée à la ligue antialcoolique aux États-Unis (Pressure Politics : the Story of the Antisaloon League, 1928). Aux États-Unis, on utilise parfois le terme lobby, qui signifie littéralement « couloir » et désigne, par dérivation, le type de pression qui consiste à agir sur les parlementaires individuellement (dans les couloirs des assemblées) et, de façon plus générale, à tenter d'influencer de façon directe les organes de l'exécutif ou du législatif, par exemple par communication d'informations. Ce terme a cependant une connotation relativement péjorative. Dans le contexte scientifique, les auteurs de langue anglaise utilisent soit pressure groups soit, de plus en plus, interest groups. En français, on a suggéré l'expression « groupes d'influence ». Mais la plupart des auteurs parlent de « groupes de pression ». En allemand, on utilise les expressions Interessenverbände ou Interessengruppen.

On pourrait dire qu'un groupe de pression est une association qui est porteuse de certaines attitudes communes, de certains intérêts spécifiques et de certains buts sociaux, et qui développe une action en vue de réaliser ses buts, principalement en exerçant, médiatement ou immédiatement, certaines pressions sur les instances qui sont dépositaires de la puissance publique.

La partie de la science politique qui étudie les groupes de pression se donne pour tâche d'identifier les groupes, d'en établir une typologie, d'en analyser les caractéristiques internes, d'examiner les modalités selon lesquelles s'exerce leur action, d'élucider leurs interactions mutuelles ainsi que leurs interac [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université catholique de Louvain (Belgique)

Classification

Autres références

«  GROUPE DE PRESSION  » est également traité dans :

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 279 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'armée, groupe de pression »  : […] Les divergences entre le corps militaire et les responsables politiques rappellent pour une part les désaccords armée-société : opposition de valeurs et de culture ; différences de rigueur, d'éthique, d'idéologie, sources de frondes et de rivalités propres à favoriser l'abus de force ou la confiscation du pouvoir par l'armée. Qu'aujourd'hui la majorité des prétoriens ressentent, toutefois, le beso […] Lire la suite

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre «  D'une liberté politique à un expédient socio-commercial »  : […] On distinguera avant et après 1975. De 1901 à 1975, la vie associative connaît trois grandes vagues parfaitement en phase avec l'évolution politique et sociale du pays. La première vague est celle des « bonnes œuvres » avec les « bonnes sœurs » et les « dames d'œuvres », les bals de charité et les sociétés de bienfaisance, etc. L'immense appareil créé par l'Église depuis des siècles pour les pauvr […] Lire la suite

C.F.E.-C.G.C. (Confédération française de l'encadrement-Confédération générale des cadres)

  • Écrit par 
  • Dominique ANDOLFATTO
  •  • 1 918 mots

Dans le chapitre « Lobbying et action politique »  : […] Jusqu'aux années 1970, la C.G.C. est dominée par la figure d'André Malterre. Gaulliste, conservateur, partisan de l'Algérie française, cet ancien dirigeant des papeteries Darblay ancre la C.G.C. dans le paysage social et politique français comme un solide groupe de pression, qui oppose le lobbying auprès des parlementaires et des gouvernements aux formes traditionnelles de l'action revendicativ […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Politique du commerce extérieur

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLOCHON
  •  • 7 533 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'économie politique de la protection »  : […] L'économie politique de la protection considère que les dirigeants politiques prennent des décisions guidées, en grande partie, par la seule volonté de se faire élire ou réélire. Défendre les intérêts particuliers des groupes d'électeurs qui les soutiennent devient alors au moins aussi important pour eux que de se préoccuper de l'intérêt général. Même si les thèses de l'économie politique de la pr […] Lire la suite

CONSTITUTIONNEL DROIT

  • Écrit par 
  • André DEMICHEL
  •  • 2 612 mots

Dans le chapitre « Un ensemble de techniques »  : […] Le droit constitutionnel peut être défini, de ce point de vue, comme l'étude des techniques permettant à un groupe de s'organiser et de se gouverner. Ainsi comporte-t-il l'étude des procédures d'élection, des rapports entre les électeurs et les élus (mandat donné par les électeurs aux élus, responsabilité des élus devant les électeurs), de la structure et du fonctionnement des organes élus. Cette […] Lire la suite

ENTREPRISE - Communication d'entreprise

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DÉCAUDIN
  •  • 6 719 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les techniques de la communication institutionnelle »  : […] Le choix des techniques de communication pertinentes dépend des objectifs fixés pour la campagne (cf. figure) . La multiplicité des cibles accroît la complexité de la définition des objectifs de la campagne (éventuellement différenciation des objectifs par cible) et du choix des techniques appropriées (lobbying, communication financière, etc.). De fait, il est rare qu'une campagne institutionnelle […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - La démocratie institutionnelle

  • Écrit par 
  • Serge HURTIG
  • , Universalis
  •  • 10 418 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Groupes de pression »  : […] L'absence de partis disciplinés met les hommes politiques à la merci de pressions de tous ordres. Une réglementation adoptée en 1946 a permis de mieux révéler les mécanismes de ces luttes d'influence entre lobbys, mais sans paraître les gêner pour autant. Les intérêts organisés s'efforcent de faire élire ou réélire les candidats de leur choix, parce qu'ils les savent bien disposés à leur égard – l […] Lire la suite

FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER
  •  • 4 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'opportunité politique : la gauche au pouvoir et l'impulsion européenne »  : […] L'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 changea la donne féministe et occasionna ce que certaines féministes considèrent comme un « repli » du M.L.F., du moins en tant que mouvement social. L'heure n'était plus à la révolution, mais aux réformes. François Mitterrand s'était voulu le candidat des femmes, quoiqu'elles n'aient pas voté en majorité pour la gauche. L'ancienne tendance psychépo du M.L […] Lire la suite

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Loyauté et distance »  : […] La meilleure manière de saisir les phénomènes de loyauté, c'est de les traiter comme des relations de dévouement et d'attachement entre des individus situés à la périphérie et des individus placés au centre , sous la condition de ne pas oublier les relations de ces deux catégories avec celles qui sont situées au sommet de l'organisation sociale. La distance entre ces personnes affecte évidemment […] Lire la suite

MEDEF (Mouvement des entreprises de France), ex-C.N.P.F.

  • Écrit par 
  • Olivier MÉRIAUX
  •  • 2 230 mots

Dans le chapitre « Un partenaire social »  : […] En 1996, Jean Gandois se heurtera au même refus des fédérations mais lancera un travail de réflexion interne, connu sous le nom de « commission Scherrer », dans lequel Ernest-Antoine Seillière puisera de manière sélective pour élaborer le projet de réforme sur lequel il est élu en 1997. Laissant prudemment de côté la question de l'adhésion directe des entreprises aux unions locales, il fera néanmo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 1er, le premier discours sur l’état de l’Union du président américain Joe Biden est centré sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février. Il annonce la fermeture de l’espace aérien américain aux avions russes. Le 1er également, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) estime que près d’un million sept cent mille personnes ont quitté leur foyer en Ukraine depuis le début de l’intervention russe, dont près de six cent quatre-vingt mille ont fui à l’étranger, principalement en Pologne. […] Lire la suite

13 septembre 2021 Chine. Difficultés financières du promoteur Evergrande.

À partir du 13, date à laquelle le deuxième promoteur immobilier du pays, Evergrande, admet faire face à une pression financière « énorme », des investisseurs mécontents manifestent dans plusieurs villes devant les locaux du groupe. Avec 1 970 milliards de yuans de dette (260 milliards d’euros), le groupe fondé par le milliardaire Xu Jiayin pourrait ne pas être en mesure d’honorer ses échéances de remboursement. […] Lire la suite

11-27 décembre 2020 Chine. Offensive contre les géants de la tech.

Le 14, la justice condamne le groupe de commerce en ligne Alibaba, fondé par Jack Ma, à une amende de 500 000 yuans (62 000 euros) pour n’avoir pas demandé l’autorisation des autorités de la concurrence avant d’augmenter sa participation dans un groupe de distribution. Cette application exceptionnelle de la loi antimonopole témoigne de la pression exercée par le pouvoir sur les grandes entreprises de la tech. […] Lire la suite

4-26 février 2019 France. Publication du rapport du Sénat sur l'affaire Benalla.

Le 7, Matignon annonce la démission de la responsable du Groupe de sécurité du Premier ministre, Marie-Élodie Poitout, qui est nommée au ministère de l’Intérieur. Le compagnon de celle-ci, Chokri Wakrim, un sous-officier en poste au commandement des opérations spéciales, ami d’Alexandre Benalla, se révèle lié par contrat, aux côtés de ce dernier et de Vincent Crase, à la protection de l’oligarque russe proche du Kremlin Iskander Makhmudov, soupçonné de lien avec le crime organisé. […] Lire la suite

5 juillet 2018 Allemagne. Démission du président de ThyssenKrupp.

Le président du directoire du conglomérat ThyssenKrupp, Heinrich Hiesinger, présente sa démission, sous la pression de certains fonds d’actionnaires. Nommé en 2011, Heinrich Hiesinger est parvenu à restructurer le groupe qui se trouvait alors en difficulté financière. Il a notamment fusionné les activités de divers groupes sidérurgiques de la Ruhr avec le géant indien Tata au sein de ThyssenKrupp Steel Europe. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean LADRIÈRE, « GROUPE DE PRESSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-de-pression/