GRÉGOIRE VII saint, HILDEBRAND (1020 env.-1085), pape (1073-1085)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bilan de la « réforme grégorienne »

Convaincu que la réforme devait au plus vite conduire au rétablissement d'une vie digne dans le clergé, grâce à quoi le christianisme pénétrerait plus profondément dans toute la société et contribuerait à adoucir les mœurs comme à faire régner la justice et la paix, ne concevant pas que cette réforme pût réussir sans être dirigée par une autorité unique, celle du pape, persuadé encore que les structures traditionnelles de l'Église – tendant à la décentralisation et à l'autonomie épiscopale – contenaient en elles des risques graves, Grégoire VII, dès le début de son pontificat, adopta une attitude très énergique à l'encontre des évêques simoniaques ; il se proclama adversaire résolu du mariage des prêtres et prit des mesures contre les clercs vivant en concubinage. Il interdit l'investiture laïque, ce qui le conduisit à un très grave conflit avec l'empereur Henri IV. Dans ce combat, où il ne craignit pas, par deux fois (1076 et 1080), d'excommunier et de déposer le monarque, il reçut l'appui de la comtesse Mathilde de Toscane et des descendants des seigneurs venus jadis de Normandie se fixer dans le sud de l'Italie, inaugurant ainsi une politique d'expansion des États de l'Église dans le centre de la péninsule et une diplomatie fondée sur l'alliance normande. Il n'hésita pas non plus à surveiller les métropolitains et les évêques en confiant des pouvoirs de décision à ses légats.

De nombreux documents, émanant directement de lui, expriment la doctrine qui soutint cette action : Dictatus papae, liste de vingt-sept brèves propositions, publiées sans doute en 1075 et qui proclamaient les décrets souverains du pape en divers domaines ; formules d'excommunication et de déposition, rédigées sur un ton éloquent et vibrant ; deux lettres adressées, à l'occasion de ces sanctions, à Hermann, évêque de Metz.

Grégoire VII mourut à Salerne, après avoir dû fuir Rome devant les entreprises de Henri IV. Apparemment il avait perdu la partie, mais en réalité son programme et ses idées devaient triom [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification


Autres références

«  GRÉGOIRE VII saint, HILDEBRAND (1020 env.-1085), pape (1073-1085)  » est également traité dans :

CANOSSA (1077)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARTIN
  •  • 412 mots

Épisode célèbre de la lutte entre le pape Grégoire VII et l'empereur Henri IV. Depuis le milieu du xi e siècle, les papes tentent de réformer l'Église pour la débarrasser de la simonie et du nicolaïsme et la soustraire à l'emprise laïque. Ils rompent ainsi avec la tradition constantinienne, reprise par les Carolingiens et les Ottoniens, de collaboration étroite des deux pouvoirs. Or, les empereur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canossa/#i_3683

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 419 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Rôle prédominant de l'Église romaine »  : […] « Le pontife romain, qui seul mérite d'être appelé universel, à tout pouvoir sur les évêques, qu'il peut à son gré déposer. » Ces affirmations de Grégoire VII révèlent une nouvelle manière de penser les réalités de l'Église, à savoir en termes de pouvoirs plutôt qu'en termes de communion. Elles inaugurent une politique de centralisation qui, sans être pour autant inversée, ne sera mise en cause q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-histoire-de-l-eglise-catholique-des-origines-au-pontificat-de-jean-paul-ii/#i_3683

DICTATUS PAPAE

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 215 mots

En 1074, le pape Grégoire VII condamne la simonie (trafic des choses saintes et des fonctions ecclésiastiques) et le nicolaïsme (mariage ou concubinage des prêtres). Comme ces réformes sont mal acceptées, le pape pense que le mal vient de l'investiture laïque – la désignation des évêques par les princes –, qu'il interdit en 1075. Pour justifier cette mesure refusée par l'empereur germanique, le pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dictatus-papae/#i_3683

ÉTATS DU PAPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 672 mots

755-756 À l'appel du pape Étienne II, menacé par les Lombards, l'armée franque de Pépin descend en Italie. Les territoires conquis sur les Lombards, autour de Ravenne et de Rome, sont donnés au pape, sous le nom de « Patrimoine de Saint-Pierre ». 846 Les basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul-Hors-les-Murs de Rome sont pillées par les Sarrasins. En réponse, le pape Léon IV fortifie le quartier du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-du-pape-reperes-chronologiques/#i_3683

GRÉGORIENNE RÉFORME

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 701 mots

Nom donné au mouvement animé et dirigé dans la seconde moitié du xi e  siècle par la papauté, particulièrement à l'initiative du pape Grégoire VII. L'objectif proclamé de la réforme grégorienne fut de rétablir la discipline et de corriger les mœurs des clercs afin de mieux encadrer la société laïque et de faire davantage pénétrer dans les esprits et dans les âmes les obligations de vie découlant d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reforme-gregorienne/#i_3683

HENRI IV (1050-1106) empereur germanique (1056-1106)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 1 005 mots

Fils de l'empereur Henri III et d'Agnès de Poitiers, élu roi des Romains à trois ans, héritier légitime du trône d'Allemagne, Henri IV était le petit-fils du puissant duc d'Aquitaine qui avait décliné la couronne d'Italie et protégeait Cluny. Le plus grand des abbés de Cluny, Hugues (1049-1109), fut son parrain et son conseiller. Intelligent, doué d'un certain sens politique et énergique, Henri eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-iv-1050-1106-empereur-germanique-1056-1106/#i_3683

INVESTITURES QUERELLE DES

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 476 mots

Conflit qui, au milieu du xi e  siècle, éclata entre le pape et l'empereur à propos de la pratique de l'investiture accordée aux évêques par les pouvoirs laïcs (investiture ecclésiastique). Des clercs réformateurs, désireux de lutter contre la simonie dans le clergé et contre le concubinage des prêtres, dénoncèrent alors une telle pratique comme la racine du mal. En 1059, Nicolas II promulgua un d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/querelle-des-investitures/#i_3683

LITURGIE CATHOLIQUE DE L'EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Noël BEZANÇON
  •  • 2 120 mots

Dans le chapitre « Rites et hiérarchie »  : […] Dans les premiers siècles, ces assemblées s'organisent. Des responsables apparaissent, prenant la suite des premiers « apôtres » de Jésus : des épiscopes (du grec episkopos , « surveillant » ; origine du mot évêque), des presbytres (du grec presbyteros , « anciens » ; origine du mot prêtre), des diacres (du grec diakonos , « serviteurs »). Des titres qui, à l'époque, ne sont pas religieux mais pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liturgie-catholique-de-l-eucharistie/#i_3683

MOYEN ÂGE - Le monde médiéval

  • Écrit par 
  • Léopold GÉNICOT
  •  • 12 274 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'unité spirituelle »  : […] Pour réaliser l'unité spirituelle, il fallait répandre une croyance, y prévenir les dissensions et la faire vivre par ses adeptes. La première tâche, l'évangélisation, alla de pair avec l'expansion de l'Occident. Tantôt les apôtres suivirent les soldats, les fonctionnaires et les marchands et couronnèrent leur action, tantôt ils leur frayèrent la route. Ils conquirent d'abord la Francie septentrio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-le-monde-medieval/#i_3683

PAPAUTÉ

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 5 492 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la fin de l'âge patristique à la Réforme »  : […] La papauté ancienne n'a pas exercé partout de la même manière sa sollicitude universelle. Elle a, sur l'Italie, au moins sur les régions suburbicaires, un pouvoir métropolitain. Pour l'Occident, elle est un centre de communion et une cour d'appel. Pour l'Orient, qui veut être sui juris et déterminer lui-même synodalement sa vie, elle est, comme premier siège, un recours en cas de conflit. La cris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papaute/#i_3683

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 472 mots

962 Otton I er , vainqueur des Hongrois en 955, reçoit du pape Jean XII la couronne impériale à Rome (2 février). 972 Mariage de Théophano de Byzance et du futur Otton II (973-983), fils d'Otton I er . 1024 Mort d'Henri II (1002-1024). Succession difficile de Conrad II le Salique (1024-1039), qui inaugure la dynastie des empereurs franconiens. 1032 Le royaume de Bourgogne est rattaché à l'Empi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-empire-romain-germanique-reperes-chronologiques/#i_3683

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel PACAUT, « GRÉGOIRE VII saint, HILDEBRAND (1020 env.-1085), pape (1073-1085) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-vii-hildebrand/