GLACE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Europe : plaines glacées

Europe : plaines glacées
Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

photographie

Europe : Thera Macula et Thrace Macula

Europe : Thera Macula et Thrace Macula
Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

photographie

Europe : la «banquise»

Europe : la «banquise»
Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

photographie

Callisto

Callisto
Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

photographie

Tous les médias


Pétrographie et déformation des glaces de glacier

Close-off et diagenèse

Les carottages à grande profondeur effectués dans l'Antarctique, le Groenland et dans des glaciers alpins ont dévoilé la grande complexité de la pétrographie des glaces de glacier. Leurs textures et fabriques évoluent continuellement sous l'effet des tensions interfaciales entre cristaux, des contraintes et des déformations qui en résultent. Ce métamorphisme, appelé diagenèse, fournit de nombreux types de glace de glacier, qu'il faut donc classer parmi les roches métamorphiques (alors que les glaces de congélation seraient à classer parmi les roches volcaniques, issues d'une phase liquide). Et chaque type de roche glace a une loi de déformation différente.

Dans les glaciers, la glace peut s'être formée de trois façons :

– Dans les glaciers froids, surmontés d'un névé toujours froid en profondeur, le névé se transforme progressivement en glace par compression et frittage, sans présence d'eau. Les pores communicants du névé deviennent des bulles d'air xénogènes vers 70 à 130 mètres sous la surface, lorsque la masse volumique du névé atteint 837 kilogrammes par mètre cube (à − 53 0C) ou 815 kilogrammes par mètre cube (à − 12 0C). Ce phénomène, appelé close-off a été bien étudié, car la masse d'air emprisonnée dépend de la pression barométrique, et renseigne donc sur l'altitude de la surface lors du close-off. Comme il s'agit de régions à très faibles précipitations, la profondeur indiquée n'est atteinte qu'au bout de milliers d'années.

– Dans les glaciers froids, surmontés d'un névé entièrement tempéré en été, il se forme, comme on l'a expliqué, de la glace surimposée chaque été.

– Dans les glaciers tempérés, surmontés d'un névé toujours tempéré au-delà d'une dizaine de mètres de profondeur, le close-off a lieu par compression, frittage, mais surtout par fonte et regel à la surface des grains. Ce dernier processus est très accéléré lorsque le névé est saturé d'eau, devenant ainsi meilleur conducteur de la chaleur.

Sur la vallée Blanche supérieure (massif du Mon [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Grenoble-I, directeur du laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement du C.N.R.S., président du Comité scientifique et technique de l'Association nationale de l'étude de la neige et des avalanches

Classification


Autres références

«  GLACE  » est également traité dans :

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 430 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les lacs sous-glaciaires »  : […] Dès les années 1960, les mesures d'échos radar ont révélé l'existence de zones où la topographie sous-glaciaire est extrêmement plate. Quelques années plus tard, ces échos ont été attribués à la présence de couches d'eau liquide sous-glaciaire : ils indiquent l'existence de véritables lacs sous-glaciaires dont environ quatre-vingts, de tailles très différentes, ont à ce jour été identifiés. Le lac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antarctique/#i_11528

ARCTIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 830 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Impact du réchauffement climatique »  : […] Les glaces de l'Arctique disparaissent. L'observation systématique par satellite de l'océan Arctique montre que les surfaces couvertes par la glace ont diminué de 8 p. 100 depuis les années 1970. Le rétrécissement atteint de 15 à 20 p. 100 au cours des étés. En septembre 2005, repoussant le précédent record de 2002, la couverture de glaces arctiques est descendue à 5,1 millions de kilomètres carré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-arctique/#i_11528

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 798 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L’organisation des systèmes convectifs développés »  : […] Dans les systèmes convectifs développés, l’élément de base est la cellule, région active composée d’une forte ascendance et d’un courant descendant accompagnant les précipitations. Ils sont composés d’une ou de plusieurs cellules indépendantes ou regroupées de manière organisée. Les cellules ordinaires ne dépassent pas quelques kilomètres de diamètre et durent rarement plus de 30 ou 40 minutes. P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascendance-meteorologie/#i_11528

ASTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • David FOSSÉ, 
  • Maryvonne GERIN
  •  • 4 379 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La chimie sur les grains de poussière interstellaire »  : […] En plus des PAH, il existe dans l'espace toute une gamme de particules solides contenant du carbone. Fullerènes, graphite, suies, nanotubes et même diamants (de quelques nanomètres) constituent probablement une partie des poussières interstellaires (cf. figure) . Les grains de silicates, formés dans les enveloppes d'étoiles en fin de vie, riches en oxygène, sont au moins aussi importants. Le rôle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrochimie/#i_11528

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Christian PERRIN DE BRICHAMBAUT
  •  • 7 460 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Évaporation et condensation »  : […] Par diffusion moléculaire, mais surtout par mélange turbulent, la vapeur d'eau peut se répandre dans l'atmosphère pour accroître son humidité, en provenant de zones où règne une tension de vapeur plus élevée. Ces « sources » d'alimentation en vapeur d'eau sont généralement matérialisées par de vastes surfaces évaporantes (océans, mers intérieures) mais aussi, et surtout dans les régions intertr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmosphere-thermodynamique/#i_11528

AUSTRAL OCÉAN ou OCÉAN GLACIAL ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 3 791 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les glaces flottantes »  : […] Dans les indentations les plus profondes du continent, comme la mer de Weddell, la couverture de glace est permanente, épaisse et rigide : c'est la banquise , limitée vers le large par un abrupt appelé barrière . De la banquise d'une part, et de la calotte glaciaire continentale d'autre part, se détachent des icebergs dont la forme tabulaire est caracté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/austral-ocean-glacial-antarctique/#i_11528

BALTIQUE MER

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 1 255 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Hydrologie et biologie »  : […] Le bilan hydrologique de la Baltique est fortement positif. Si, sur ses 400 000 km 2 de superficie, elle ne reçoit en moyenne que 475 mm de précipitations par an, à peu près compensé par l'évaporation, les fleuves qui s'y jettent lui apportent chaque année environ 500 km 3 d'eau, le quarantième de son volume, et elle doit donc déverser dans la me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-baltique/#i_11528

BARNOLA JEAN-MARC (1956-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 208 mots

Le glaciologue Jean-Marc Barnola, né le 3 janvier 1956 à Bourg-en-Bresse (Ain), est décédé le 21 septembre 2009 à La Mure dans l'Isère. Aux côtés de Claude Lorius, de Jean Jouzel et de Dominique Raynaud, il a amplement contribué à l'essor de la glaciologie moderne et des implications de celle-là avec la paléoclimatologie. En effet, après un doctorat, obtenu à l'université Joseph-Fourier de Grenob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marc-barnola/#i_11528

BROUILLARDS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 261 mots
  •  • 3 médias

Le brouillard est une suspension de très petites gouttelettes d’eau recouvrant les paysages sous la forme d’un voile, le plus souvent blanchâtre, qui réduit fortement la visibilité. Il tend à être grisâtre lorsqu’il est peu dense, et à prendre une faible coloration lorsqu’il est associé à des particules de poussière ou de fumée. Son épaisseur verticale est comprise entre quelques mètres et plusie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brouillards/#i_11528

CALORIMÉTRIE & MICROCALORIMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 256 mots

Du point de vue des phénomènes à notre échelle, la chaleur s'interprète comme la manifestation d'un flux d'énergie échangé entre un corps et son environnement. L'action de ce flux pendant une durée déterminée représente la quantité de chaleur échangée. Elle est définie par sa mesure qui peut être fondée sur la fusion de la glace hydrique ou sur toute opération indirecte jugée équivalente. À cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calorimetrie-et-microcalorimetrie/#i_11528

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 731 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Quatre ensembles du relief bien distincts »  : […] À première vue, le relief canadien semble d'une étonnante simplicité ; on en arrive même à imaginer qu'il n'est que le prolongement nordique du triptyque étatsunien associant Appalaches, plaines centrales et montagnes de l'Ouest. La réalité est différente, à deux titres : d'une part, si l'on retrouve bien les trois subdivisions précitées, force est de constater que leur présence au Canada est pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-cadre-naturel/#i_11528

CASSINI-HUYGENS (MISSION)

  • Écrit par 
  • Athéna COUSTENIS
  •  • 4 170 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Titan »  : […] Titan est un paradis organique qui devrait pouvoir nous éclairer sur l'évolution chimique menant à la vie. Sous l’influence du flux solaire et des particules cosmiques, les principaux constituants atmosphériques – le diazote et le méthane – évoluent chimiquement et produisent des composés organiques complexes (essentiellement des hydrocarbures comme l’éthane, l’acétylène et le propane, ou des nit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cassini-huygens-mission/#i_11528

CHALEUR

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 996 mots

La notion de chaleur telle qu'elle résulte de la sensation de chaud et de froid remonte aux époques les plus reculées. Toutefois, elle n'appartint à la science qu'à partir du xviii e  siècle, lorsque Lavoisier et Laplace reconnurent conjointement en elle « une grandeur susceptible d'accroissement et de diminution », et donc accessible à la mesure. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaleur/#i_11528

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 794 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Montée du niveau des océans »  : […] Quant à la montée du niveau moyen des mers, environ 20 centimètres depuis 1900, on craint une accélération avec le réchauffement océanique, soit une vingtaine de centimètres supplémentaires d'ici à 2050, 50 centimètres avant 2100, voire plus si la fonte des glaces continentales s'accélère. On craint la déstabilisation possible de masses importantes de glace sur l' Antarctique de l'Ouest. La glissa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique/#i_11528

CLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Frédéric FLUTEAU, 
  • Guillaume LE HIR
  •  • 3 655 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Reconstruire l'histoire climatique du dernier million d'années »  : […] La découverte d'importants bouleversements climatiques lors du Quaternaire (de — 2,4 Ma à maintenant), notamment l'existence de périodes froides, a conduit les scientifiques à se questionner sur l'origine de ces périodes glaciaires. Après diverses tentatives, un géophysicien serbe, Milutin Milanković, démontra, au début du xx e  siècle, que les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/climatologie/#i_11528

EAU - Propriétés physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Antoine POTIER
  •  • 2 256 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure du liquide »  : […] La molécule d'eau est une petite molécule angulaire et symétrique, mais son moment dipolaire élevé (1,85 debye) ne peut être expliqué que par l'existence de deux paires d'électrons libres. Les deux paires et les deux liaisons sont orientées tétraédriquement, comme dans la glace Ih , dans laquelle il y a des liaisons hydrogène (liaisons H) O—H...O résultant de l'interaction entre l'hydrogène d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-proprietes-physico-chimiques/#i_11528

EXOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • François RAULIN
  •  • 6 918 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Titan et Encelade »  : […] En passant au voisinage de Saturne en 1980 et en 1981, les sondes Voyager-1 et Voyager-2 ont révélé un objet de très grande importance pour l'exobiologie, Titan, qui est non seulement le plus gros satellite de Saturne, mais aussi le seul satellite du système solaire possédant une atmosphère dense. Celle-ci est constituée majoritairement de diazote N 2 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exobiologie/#i_11528

FORAGES DANS LA GLACE DE L'ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 248 mots

Les forages achevés en 1998 dans la glace de l'Antarctique à la station russe de Vostok ont permis de retracer l'histoire climatique et la composition de l'atmosphère sur les 420 000 dernières années. Les carottes de glace prélevées jusqu'à une profondeur de 3 623 mètres ont été analysées par de nombreuses équipes, notamment russes et françaises. Les températures et le volume des glaces sur Terre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forages-dans-la-glace-de-l-antarctique/#i_11528

GLACIÈRE, architecture

  • Écrit par 
  • Christophe MORIN
  •  • 2 679 mots
  •  • 2 médias

Avant la mise au point de la réfrigération artificielle, la glacière était une cavité en maçonnerie dans laquelle on entreposait la glace naturelle, récupérée en hiver sur les plans d'eau gelés, afin d'en disposer pendant la saison chaude pour rafraîchir des boissons, préparer des sorbets et surtout conserver des aliments. Simple excavation naturelle, utilisée vraisemblablement dès la préhistoire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glaciere-architecture/#i_11528

GLACIERS

  • Écrit par 
  • François ARBEY, 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 12 998 mots
  •  • 4 médias

Le mot glacier réunit deux ensembles de nature différente mais qui sont indissociables. Il désigne, d'une part, une masse de glace d'un seul tenant, avec le névé et la neige qui la recouvrent en partie, et, d'autre part, les moraines mouvantes qu'il transporte. La définition ne prend pas la taille en compte puisqu'elle englobe aussi bien les minuscules glaciers de cône d'avalanche d'un hectare qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glaciers/#i_11528

GRACE ET ICESAT (MISSIONS)

  • Écrit par 
  • Étienne BERTHIER
  •  • 880 mots
  •  • 1 média

Grâce aux observations de deux missions satellitaires – Grace (Gravity Recovery and Climate Experiment, deux satellites placés en orbite le 17 mars 2002) et ICESat (Ice, Cloud and land Elevation Satellite, un satellite mis en orbite le 12 janvier 2003) –, une estimation plus précise de la perte de masse des glaciers a pu être faite pour la période de 2003 à 2009. Ces travaux indiquent que les g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grace-et-icesat-missions/#i_11528

JOUZEL JEAN (1947- )

  • Écrit par 
  • Dominique RAYNAUD
  •  • 961 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des grêlons aux glaces de l’Antarctique »  : […] À partir de l’hiver de 1957, le glaciologue Claude Lorius part en mission en Antarctique. De chacune de ses campagnes, il revient avec des échantillons de glace pour qu’en soit mesuré, au laboratoire de géochimie isotopique de Saclay, la proportion d’isotopes lourds de l’hydrogène, un indicateur de la température à laquelle la neige s’est formée. La voie est tracée, et Jean Jouzel va orienter sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jouzel/#i_11528

JUPITER, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 11 249 mots
  •  • 60 médias

Dans le chapitre « Géologie de Ganymède »  : […] La géologie de Ganymède est l'une des plus complexes et énigmatiques du système solaire. Ganymède possède deux types de terrains fondamentaux : des terrains sombres, riches en cratères, c'est-à-dire antérieurs à la fin du bombardement de queue d'accrétion, et des terrains clairs, moins cratérisés, c'est-à-dire postérieurs à la fin de ce bombardement. Les terrains sombres forment de vastes surface […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jupiter-planete/#i_11528

LORIUS CLAUDE (1932- )

  • Écrit par 
  • Jean JOUZEL
  •  • 1 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des bulles dans un glaçon »  : […] L'hiver de 1957, Claude Lorius le passe à la station Charcot en Antarctique. Il y restera un an dans l'isolement avec deux autres compagnons, connaîtra les longs mois de nuit, les grands froids de l'hiver et vivra la solidarité de cette petite équipe dans les épreuves. Deux ans plus tard, il participe à un raid d'exploration mené par les Américains. Pendant près de cent jours, ils parcourent envi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-lorius/#i_11528

MACKENZIE, fleuve

  • Écrit par 
  • J. Lewis ROBINSON
  •  • 3 436 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractéristiques physiques  »  : […] Le fleuve Mackenzie proprement dit naît dans l'extrémité ouest du grand lac des Esclaves, à 156 mètres d'altitude. Le bras oriental du lac est rempli d'eaux claires et profondes (plus de 600 mètres par endroits), tandis que la partie occidentale présente des eaux troubles et peu profondes. En raison de sa grande taille et de la superficie de la couche de glace qui le recouvre en hiver, le grand la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mackenzie-fleuve/#i_11528

MARS, planète

  • Écrit par 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Olivier de GOURSAC, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 18 406 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les résultats de Mars Express »  : […] Il faudra attendre Mars Express (placé en orbite autour de Mars le 25 décembre 2003) pour disposer de la première détection directe de l'eau. En effet, l'instrument français Omega (Observatoire martien pour l'étude de l'eau, des glaces et de l'activité) embarqué sur la sonde a analysé pour la première fois la composition de la glace aux pôles de Mars. Omega a la capacité de réaliser à la fois des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mars-planete/#i_11528

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • André VIAUT
  •  • 3 338 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Hydrométéores »  : […] Les hydrométéores sont toutes les manifestations aqueuses de l'atmosphère, qu'elles tombent des nuages (cf. précipitations  Météorologie), qu'elles proviennent de la mer ou d'un manteau neigeux ou qu'elles se déposent sur le sol, les plantes ou les objets. La pluie est constituée de particules liquides dont le diamètre est de l'ordre de 0,5 à 3 mm, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteores/#i_11528

NEIGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 582 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La datation des couches de neige »  : […] La neige qui est tombée sur les régions polaires au cours des précédents millénaires s’est accumulée et s’est progressivement transformée en glace en raison d’une température négative et du poids qu’exercent sur elle les couches successives. Chaque couche a ainsi conservé, sous forme de bulles d’air et de poussières, des informations sur le climat qui existait au moment de sa formation. Les gran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neige/#i_11528

NUAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON, 
  • André VIAUT
  •  • 5 903 mots
  •  • 10 médias

Un nuage est un ensemble visible de minuscules particules d'eau liquide ou de glace, ou des deux à la fois, en suspension dans l'atmosphère. Cet ensemble peut également comporter des particules d'eau liquide de plus grandes dimensions, des particules liquides non aqueuses ou des particules solides (vapeurs industrielles, fumées, poussière, sable...). Cette définition générale recouvre une grande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuages/#i_11528

OCÉAN ET MERS (Eaux marines) - Propriétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 3 033 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Température »  : […] La température des eaux de l'océan résulte de l'action de facteurs antagonistes, les uns d'échauffement (absorption des radiations provenant du Soleil et du ciel, transfert par convection à partir de l'atmosphère, condensation de la vapeur d'eau, transformation en chaleur de l'énergie des vents agissant sur la surface), les autres de refroidissement (rayonnement de grande longueur d'onde à partir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-eaux-marines-proprietes/#i_11528

PÉRIGLACIAIRE DOMAINE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 5 781 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modelés et formes fluviatiles »  : […] Les modelés et les formes fluviatiles se différencient en fonction de l'importance des organismes d'écoulement. Au creux des vallons en berceau, les petites rivières locales se perdent dans la masse des débris amenés des versants, qu'elles sont impuissantes à évacuer. Mieux alimentés par des reliefs importants, les écoulements de piémont déposent, sur le sol encore gelé, des pellicules de matéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domaine-periglaciaire/#i_11528

POLAIRES MILIEUX

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yvon LE MAHO
  •  • 8 299 mots
  •  • 5 médias

Les régions de hautes latitudes présentent des masses de glaces permanentes, qui occupent une part importante de l'espace. C'est évidemment le climat extrêmement froid qui caractérise ces milieux, pourtant plus diversifiés qu'on pourrait le croire. On a constaté empiriquement que le domaine englacé correspond en gros aux régions du globe où aucun mois n'a une température moyenne supérieure à 0  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieux-polaires/#i_11528

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Givre »  : […] Le givre se forme dans des conditions assez analogues mais, bien entendu, aux températures négatives. Le givre n'est pas le gel de la rosée, c'est la condensation directe de la vapeur sous forme de glace sur la végétation ou sur les obstacles présentés par le sol. Il se traduit par le développement de formes cristallines variées, découlant du système de cristallisation de la glace par maclage, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precipitations-meteorologie/#i_11528

PRIX NOBEL DE CHIMIE 2017

  • Écrit par 
  • Rémi FRONZES
  •  • 2 270 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une méthodologie permettant l’observation de biomolécules par microscopie électronique »  : […] Jusque dans les années 1950, les microscopes électroniques à transmission ont surtout été utilisés en physique et en chimie des matériaux. De nombreux verrous technologiques empêchaient d’y introduire des biomolécules dans leur état hydraté (en solution). Notamment, le vide – nécessairement maintenu à l’intérieur de la colonne du microscope – provoque l'évaporation de l’eau, élément nécessaire au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-chimie-2017/#i_11528

ROSETTA, sonde spatiale

  • Écrit par 
  • Philippe HENAREJOS
  •  • 2 581 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une surface pauvre en glace »  : […] La surface de la comète Tchourioumov-Guerassimenko, révélée à la fois par la caméra de navigation et par la caméra à haute résolution Osiris, est une alternance de dépressions vaguement circulaires (sans qu’on puisse préciser s’il s’agit ou non de cratères d’impacts) et de zones lisses sur lesquelles, çà et là, se trouvent des rochers de quelques mètres de diamètre. La base d’un des lobes ressembl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosetta-sonde-spatiale/#i_11528

SATURNE, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 12 516 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Titan »  : […] Titan st un monde à part, unique dans le système solaire . Son diamètre (5 150 km) est compris entre celui de Mercure et celui de Mars (cf. tableau ) . Sa densité moyenne (1,88) indique qu'il est vraisemblablement constitué d'un mélange de glaces (d'eau surtout, et éventuellement de méthane CH 4 et d'ammoniac NH 3 ). Divers modèles ont été élaborés pour connaître sa structure interne. Ces modèles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saturne-planete/#i_11528

TARA, goélette

  • Écrit par 
  • Anna DENIAUD, 
  • Christian SARDET
  •  • 3 739 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Tara », une base scientifique au milieu de la banquise »  : […] Au cours de la dérive, les scientifiques mènent des études sur les trois éléments qui les entourent : l'air, la glace et l'eau. Pour l'air, grâce à un ballon d'hélium, les scientifiques obtiennent des informations sur les différentes couches de la basse atmosphère. Ces données concernent la température, le taux d'humidité, la pression atmosphérique et la vitesse et direction du vent. Les chercheur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tara-goelette/#i_11528

TERRE BOULE DE NEIGE HYPOTHÈSE DE LA

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 7 133 mots
  •  • 5 médias

Peut-on imaginer la Terre entièrement couverte de glace ? L’hypothèse d’une Terre « boule de neige » ou Snowball Earth , proposée en 1992, a pris de plus en plus de cohérence et semble admise en 2017 au vu de la synthèse effectuée par une équipe internationale et interdisciplinaire conduite par le géologue canadien Paul Hoffman. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-de-la-terre-boule-de-neige/#i_11528

THERMORÉGULATION, biologie

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 7 977 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La tolérance aux basses températures »  : […] On note, là encore, de grandes variations entre les espèces. Ainsi, des poissons tropicaux ne supportent pas que la température de l'eau descende au-dessous de + 10  0 C, car cela provoque une inhibition de leurs centres respiratoires. Dans la nature, les problèmes se posent de façon très différente en milieu aquatique et en milieu aérien : alors que, dans le premier cas, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermoregulation-biologie/#i_11528

TRANSITION ORDRE-DÉSORDRE

  • Écrit par 
  • Hubert CURIEN
  •  • 4 690 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Désordre réticulaire »  : […] L'objet de cet article n'est pas de décrire en détail les défauts localisés, mais de s'intéresser aux divers types de désordres non localisés. Considérons donc un composé binaire AB et supposons qu'à l'état solide sa structure cristalline puisse être représentée par la figure  a (structure réduite à un schéma à deux dimensions au lieu de trois, pour simplifier). Si A et B représentent deux ions t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transition-ordre-desordre/#i_11528

URANUS, planète

  • Écrit par 
  • André BRAHIC
  •  • 4 679 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les satellites »  : […] Avant le passage de Voyager-2, on connaissait cinq satellites d'Uranus, qui tournent tous dans le sens direct sur des orbites quasi circulaires situées – à l'exception de Miranda – dans le plan équatorial de la planète. Ces objets sont très difficiles à voir depuis la Terre. Les deux plus gros, Titania et Obéron , ont été découverts par William Herschel en 1787 ; Ariel et Umbriel étaient détect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranus-planete/#i_11528

VOSTOK, Antarctique

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 457 mots

Depuis l'achèvement en 1998 des forages dans la glace de l'Antarctique à la station russe de Vostok, les chercheurs disposent de carottes de glace jusqu'à une profondeur de 3 623 mètres, enregistrant plus de 420 000 ans (420 ka) d'histoire du climat et de la composition de l'atmosphère. En 1999, en collaboration avec des équipes russes et des chercheurs de plusieurs autres pays, les équipes de Gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vostok-antarctique/#i_11528

Voir aussi

CALOTTE POLAIRE    CAROTTAGE    CLOSE-OFF    DÉFORMATIONS mécanique    DIAGENÈSE    FLUAGE    FOLIATION    MONT-BLANC    NÉVÉ    PÉTROGRAPHIE    RECRISTALLISATION

Pour citer l’article

Louis LLIBOUTRY, « GLACE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/glace/