ROSSINI GIOACCHINO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le silence

Sur les causes de son silence, on se perd aujourd'hui encore en suppositions. Pourquoi ce fameux rifiuto ? Pour les uns, sa paresse légendaire serait à l'origine de cette attitude. C'est peu probable. Pour les autres, l'hostilité et les bouderies parisiennes à l'égard de son œuvre, comme le succès de Meyerbeer, l'incitèrent au silence, ce qui paraît plausible.

Retiré dans sa maison de Passy, il s'adonne à la composition de pages instrumentales et religieuses. Le démon du voyage le reprend : en 1836, il est à Milan ; puis il se fixe à Bologne où il est nommé président honoraire du Liceo Musicale. Il y réforme l'enseignement de la musique mais doit abandonner ses fonctions en 1848 : la révolution le chasse à Florence. Deux ans plus tôt, il a épousé, en secondes noces, Olympia Descuilliers. En 1855, de retour à Paris, il devient le centre de la vie artistique de la capitale : son autorité, son sens critique acerbe, mais lucide (n'avait-il pas qualifié Offenbach de « petit Mozart des Champs-Élysées »), font graviter autour de lui une vie musicale trépidante. Les Péchés de ma vieillesse, pages instrumentales (essentiellement pour piano) et vocales (1857-1868) constituent le meilleur témoignage de cet ultime acte de la vie de Rossini : pastiches ironiques, satires ou portraits caricaturés portent la marque indélébile de l'auteur du Barbier, son sens inné de la mélodie et du raffinement.

Au cours de ses voyages, il avait écrit plusieurs recueils de mélodies dont les Soirées musicales, où l'on retrouve la fameuse Danza, sur des thèmes napolitains (1835), et la Regata Veneziana (1857). Le Duetto bouffe pour deux chats vit le jour dans le même contexte. Mais c'est dans le domaine religieux qu'il livre les pages les plus marquantes de cette dernière période : le Stabat Mater (1831-1842), commande de l'archidiacre de Madrid, don Manuel Varela, et la Petite Messe solennelle (1864) dans laquelle il substitue à l'orchestre traditionnel deux pianos et un harmonium, dépouillant volontairement l'instrumentation au profit d'une écritur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROSSINI GIOACCHINO (1792-1868)  » est également traité dans :

ROSSINI GIOACCHINO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 635 mots
  •  • 11 médias

29 février 1792 Gioachino (Gioacchino selon l'usage moderne) Antonio Rossini naît à Pesaro, dans les Marches (Italie).9 mai 1812 La Scala di seta (L'Échelle de soie), farsa comica en un acte sur un livret de Giuseppe Maria Foppa d'après le livret de François-Antoine-Eugène de Planard pour l […] Lire la suite

LE BARBIER DE SÉVILLE (G. Rossini)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 211 mots
  •  • 1 média

Le 20 février 1816, au Teatro Argentina de Rome, la création du Barbier de Séville, opéra bouffe (commedia) en deux actes de Gioacchino Rossini sur un livret de Cesare Sterbini d'après Beaumarchais, est un four. Et pourtant, l'œuvre passera à la postérité non seulement comme la plus populaire de son auteur, […] Lire la suite

ALBONI MARIETTA (1826-1894)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 321 mots

La contralto italienne Marietta Alboni, née le 6 mars 1823 à Città di Castello, dans les États pontificaux (auj. en Italie), est réputée pour sa maîtrise du bel canto italien classique. Maria Anna Marzia Alboni étudie le chant lyrique à Bologne lorsqu'elle attire l'attention de Gioacchino Rossini, qui lui offrira par la suite ses plus grands rôles de contralto dans ses opéras. En 1842, elle fait […] Lire la suite

BARTOLI CECILIA (1966- )

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 481 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La technique au service de l'art »  : […] Cecilia Bartoli naît à Rome, qui reste sa ville bien-aimée, le 4 juin 1966. Elle effectue ses études musicales à la fameuse Accademia di Santa Cecilia, mais reçoit en même temps un autre enseignement précieux, celui de ses parents. Car sa mère, Silvana Bazzoni, et son père, Angelo Bartoli, ont tous deux fait carrière dans le chant. Longtemps, Silvana l'écoutera attentivement, et demeurera sa plus […] Lire la suite

BEL CANTO

  • Écrit par 
  • Jean CABOURG
  •  • 2 759 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rossini ou la renaissance belcantiste »  : […] Avec Mozart et contre Gluck, le compositeur de Tancredi , féru de chant, proclame l'assujettissement des mots à la musique et le refus de paraphraser de manière imitative les sentiments du texte théâtral, posant du même coup le principe d'un chant expressif, dédaigneux des effets extérieurs de l'émotion mais attaché à la susciter chez l'auditeur. L'ambition dépasse celle de l'opéra baroque, dont […] Lire la suite

Duo des chats, ROSSINI (Gioacchino)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 574 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Enfant prodige - à vingt ans, il a déjà écrit sept ouvrages lyriques -, Rossini s'impose véritablement dans tous les genres de l'opéra à partir de Tancrède (1813). Jusqu'à l'âge de trente-sept ans, il accumule les succès : L'Italienne à Alger (1813), Elizabeth, reine d'Angleterre (1815), Le Barbier de Séville (1816), La Cenerentola (1817), Sémiramis (1823), Le Comte Ory (1828), notamment. M […] Lire la suite

FLÓREZ JUAN DIEGO (1973- )

  • Écrit par 
  • Robert RAUCH
  • , Universalis
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il incarna Tonio dans La Fille du régiment de Donizetti au Metropolitan Opera de New York, en avril 2008, le ténor péruvien Juan Diego Flórez brisa, avec l'accord de la direction, l'interdit ancestral qui pesait sur les bis lorsqu'il chanta une seconde fois l'aria « Ah ! mes amis, quel jour de fête ! », avec ses neuf contre- ut aigus. Il faut souligner qu'un an auparavant, à la Scala de […] Lire la suite

HORNE MARILYN (1929- )

  • Écrit par 
  • Jean CABOURG
  •  • 240 mots

Marilyn Horne, le plus éminent des contraltos rossiniens du xx e  siècle, est née soprano et américaine : paradoxe d'une carrière qui les multiplie à l'envi. Faisant alterner, par exemple, Carmen Jones, dans le film d'Otto Preminger, où elle double Dorothy Dandridge, avec Jocaste d' Œdipus Rex de Stravinski, la Giulietta des Contes d'Hoffmann avec la Marie de Wozzeck . La rencontre décisive ave […] Lire la suite

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Le statut de librettiste »  : […] Peut-on fixer des étapes dans l'évolution du livret entre la naissance de l'opéra et l'époque actuelle ? La prise de conscience de son autonomie dramatique, que nous avons fixée à Verdi et Wagner, soit à la moitié du xix e  siècle, marque tous les musiciens qui ont suivi. Ce processus aboutit à la disparition des traditions nationales de l'opéra et à l'avènement du théâtre musical, une forme inte […] Lire la suite

MERCADANTE SAVERIO (1795-1870)

  • Écrit par 
  • Sylvie MAMY
  •  • 1 042 mots

Vers 1840, après le retrait de Rossini, la mort de Bellini et le départ à Paris de Donizetti, Mercadante est considéré comme le plus grand compositeur d'opéra italien. Toutefois, il est rapidement supplanté, dans le cœur de ses compatriotes, par le jeune Verdi. À sa mort, sa notoriété décline, effacée par celle du génial compositeur de Busseto, que Mercadante a largement inspiré sans toutefois en […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis CAUSSOU, Alain PÂRIS, « ROSSINI GIOACCHINO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gioacchino-rossini/