ASSOCIATIONNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est pour expliquer des phénomènes propres à la mémoire qu'on élabora la théorie relative à l'association mentale. Celle-ci n'a posé un problème philosophique que lorsque, sous le nom d'associationnisme, des penseurs ont constitué une théorie psychologique globale. Aristote avait distingué trois formes d'association : par similarité, par contraste et par contiguïté. Mais la formule « association des idées » fut utilisée pour la première fois par John Locke, dans son Essai sur l'entendement humain (1690). Locke, comme plus tard David Hume, David Hartley, Alexander Bain ou Herbert Spencer, reconnaît à l'associationnisme trois caractéristiques essentielles : il est sensualiste, atomiste et mécaniciste ou automatique.

La connaissance s'origine dans la sensation. Par le jeu des répétitions survenant dans le cours normal de la vie mentale, les données originelles se relient entre elles. Tout le savoir humain est formé à partir d'expériences séparées, simples, particulières, et peut être décomposé en celles-ci, sans résidu. On peut donc comparer la vie mentale à un film documentaire qui se déroule sans scénario et sans l'intervention d'un metteur en scène.

Cette théorie de la connaissance s'oppose à tout innéisme, mais aussi à l'activité intellectuelle d'abstraction et d'organisation logique des concepts, telle que, par exemple, Aristote l'avait définie. Aussi va-t-elle susciter de vives réactions. Il n'est pas difficile, en effet, de rétorquer aux associationnistes que la sensation ne peut constituer le seul élément de la vie noétique, car elle survient et meurt ; étant irréversible parce que essentiellement temporelle, elle ne peut donc être répétée. Les adversaires de l'associationnisme n'ont guère de peine, non plus, à démontrer qu'un élément original « d'intention » se rév [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de psychologie expérimentale à l'université de Cambridge, directeur du laboratoire de psychologie

Classification


Autres références

«  ASSOCIATIONNISME  » est également traité dans :

ASSOCIATION & MÉDIATION, psychologie

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 400 mots

La notion d'association a une longue histoire. La philosophie empiriste l'a utilisée pour expliquer le fonctionnement de l'activité intellectuelle. Selon cette perspective, l'association assure la liaison ou la connexion des idées entre elles et détermine le fonctionnement de cette activité, qui consiste essentiellement dans l'évocation mutuelle d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/association-et-mediation-psychologie/#i_813

HABITUDE

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 869 mots

Distincte de l'instinct, qui est un montage héréditaire plus ou moins prédéterminé, l'habitude est une conduite ou un ensemble de conduites pouvant s'acquérir par des actes répétés et se conservant de manière relativement stable. La capacité de contracter de nouvelles habitudes, de les garder à sa disposition et de les exercer avec un certain autom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitude/#i_813

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 320 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Substrats des processus gnosiques »  : […] Les études structurales tout d'abord, les études fonctionnelles ensuite, en particulier cliniques, ont depuis longtemps proposé des schémas des opérations de connaissance du monde extérieur. C'est P. E. Flechsig (1896) puis C. Vogt (1909) qui, les premiers, insistèrent à partir de leurs études myéloarchitectoniques, sur l'opposition entre des aires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemispheres-cerebraux/#i_813

INTELLIGENCE

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 6 577 mots

Dans le chapitre « Le débat sur l'origine des idées »  : […] Le débat qui a opposé, à propos de l'origine des idées, l'empirisme et l'idéalisme et qui s'est cristallisé dès l'Antiquité dans l'affrontement de l'aristotélisme et du platonisme se retrouve sous diverses formes dans l'histoire de la philosophie, en particulier dans le conflit entre les doctrines associationnistes qui ont eu l'audience la plus im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence/#i_813

LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 601 mots
  •  • 1 média

Théorie donnant un siège anatomique aux diverses fonctions psychologiques. C'est Albert le Grand ( xiii e  s.) qui le premier s'efforça de répartir les fonctions mentales entre les parties du cerveau. La phrénologie de Gall et Spurzheim donna, en 1810, aux localisations cérébrales une base scientifique, malheureusement accompagnée de déductions fan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-localisations-cerebrales/#i_813

MOTIVATION

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 062 mots

Dans le chapitre « Une typique des motivations »  : […] Cette première question supposerait résolue celle, plus aiguë encore, de la nature ultime des motifs. De fait, on peut dégager quelques grandes tendances dans la littérature contemporaine concernant la motivation. L'une, représentée par J. S. Brown (1961), met l'accent sur les composantes associatives de la théorie de Hull, en absorbant le problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motivation/#i_813

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le XIXe siècle et la méthode anatomoclinique »  : […] Au xix e  siècle, bon nombre de travaux neurologiques voient le jour ; Charles Bell sur le champ de bataille de Waterloo, excellent dessinateur, fixe dans de rapides esquisses les traits des diverses paralysies ; François Magendie démontre les fonctions de la moelle et la sensibilité récurrente des racines antérieures ; ailleurs, Pierre Flourens pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_813

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une diversification des approches : l’émergence de nouveaux courants  »  : […] Le tournant du xx e  siècle est une période charnière. Le mouvement psychologique s’internationalise et de nouvelles figures de la psychologie apparaissent qui vont marquer une époque. En Allemagne, la psychologie est dominée par l’école de Wundt qui considère que les processus mentaux sont complexes par nature. Désignant par les termes « éléments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-psychologie/#i_813

PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 4 169 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Théorisations du développement »  : […] Les théorisations du développement relèvent traditionnellement de trois grandes orientations. La première est l’orientation préformiste, qui considère que le développement est prédéterminé par les caractéristiques de l’espèce. Elle comporte plusieurs variantes selon que l’on insiste sur la maturation biologique, sur les compétences présentes dès l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-developpement/#i_813

Pour citer l’article

Frederic Charles BARTLETT, « ASSOCIATIONNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/associationnisme/