ASSOCIATIONNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est pour expliquer des phénomènes propres à la mémoire qu'on élabora la théorie relative à l'association mentale. Celle-ci n'a posé un problème philosophique que lorsque, sous le nom d'associationnisme, des penseurs ont constitué une théorie psychologique globale. Aristote avait distingué trois formes d'association : par similarité, par contraste et par contiguïté. Mais la formule « association des idées » fut utilisée pour la première fois par John Locke, dans son Essai sur l'entendement humain (1690). Locke, comme plus tard David Hume, David Hartley, Alexander Bain ou Herbert Spencer, reconnaît à l'associationnisme trois caractéristiques essentielles : il est sensualiste, atomiste et mécaniciste ou automatique.

La connaissance s'origine dans la sensation. Par le jeu des répétitions survenant dans le cours normal de la vie mentale, les données originelles se relient entre elles. Tout le savoir humain est formé à partir d'expériences séparées, simples, particulières, et peut être décomposé en celles-ci, sans résidu. On peut donc comparer la vie mentale à un film documentaire qui se déroule sans scénario et sans l'intervention d'un metteur en scène.

Cette théorie de la connaissance s'oppose à tout innéisme, mais aussi à l'activité intellectuelle d'abstraction et d'organisation logique des concepts, telle que, par exemple, Aristote l'avait définie. Aussi va-t-elle susciter de vives réactions. Il n'est pas difficile, en effet, de rétorquer aux associationnistes que la sensation ne peut constituer le seul élément de la vie noétique, car elle survient et meurt ; étant irréversible parce que essentiellement temporelle, elle ne peut donc être répétée. Les adversaires de l'associationnisme n'ont guère de peine, non plus, à démontrer qu'un élément original « d'intention » se révèle dans la vie intellectuelle, empêchant celle-ci d'être une mosaïque désordonnée d'images soumises à la seule loi du hasard.

Dans le champ de la psychologie expérimentale, Wilhelm Wundt admettait, comme hypothèse, que les sensations constituent ces é [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de psychologie expérimentale à l'université de Cambridge, directeur du laboratoire de psychologie

Classification


Autres références

«  ASSOCIATIONNISME  » est également traité dans :

ASSOCIATION & MÉDIATION, psychologie

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 400 mots

La notion d'association a une longue histoire. La philosophie empiriste l'a utilisée pour expliquer le fonctionnement de l'activité intellectuelle. Selon cette perspective, l'association assure la liaison ou la connexion des idées entre elles et détermine le fonctionnement de cette activité, qui consiste essentiellement dans l'évocation mutuelle d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/association-et-mediation-psychologie/#i_813

HABITUDE

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 869 mots

Distincte de l'instinct, qui est un montage héréditaire plus ou moins prédéterminé, l'habitude est une conduite ou un ensemble de conduites pouvant s'acquérir par des actes répétés et se conservant de manière relativement stable. La capacité de contracter de nouvelles habitudes, de les garder à sa disposition et de les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitude/#i_813

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 323 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Substrats des processus gnosiques »  : […] une « mosaïque fonctionnelle » de l'écorce s'inspirent en fin de compte de la psychologie associationniste qui a conçu la perception d'un objet comme une succession d'opérations distinctes qui vont du simple (sensation primaire de l'objet) au complexe (reconnaissance de sa signification, compte tenu des « engrammes » du sujet percevant). On saisit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemispheres-cerebraux/#i_813

INTELLIGENCE

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 6 577 mots

Dans le chapitre « Le débat sur l'origine des idées »  : […] philosophie, en particulier dans le conflit entre les doctrines associationnistes qui ont eu l'audience la plus importante dans le monde anglo-saxon, et les doctrines aprioristes (Descartes, Kant) qui ont été dominantes en Europe occidentale. On a cru pouvoir trouver une réponse au niveau expérimental lorsque s'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence/#i_813

LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 601 mots
  •  • 1 média

Théorie donnant un siège anatomique aux diverses fonctions psychologiques. C'est Albert le Grand (xiiie s.) qui le premier s'efforça de répartir les fonctions mentales entre les parties du cerveau. La phrénologie de Gall et Spurzheim donna, en 1810, aux localisations cérébrales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-localisations-cerebrales/#i_813

MOTIVATION

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 062 mots

Dans le chapitre « Une typique des motivations »  : […] est une fonction positive croissante du nombre d'épreuves, pourvu que celles-ci soient convenablement distribuées ; et le renforcement s'accroît à chaque épreuve ». La logique de l'associationnisme se montre ici à l'œuvre, dans la mesure où la motivation tend à se dépouiller de sa signification proprement dynamique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motivation/#i_813

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 240 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le XIXe siècle et la méthode anatomoclinique »  : […] sensorielle qui porte son nom. Dans le sillage du courant localisateur naît le courant associationniste fondé sur le postulat qu'il y a de nombreux centres cérébraux entre lesquels s'établissent des associations ; on imagine des schémas pouvant rendre compte du fonctionnement du langage et de ses désorganisations : Broadbent met l'accent sur un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_813

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une diversification des approches : l’émergence de nouveaux courants  »  : […] les combinaisons de ces éléments ; les plus simples étant les perceptions formées par association d’une combinaison plus ou moins complexe de sensations. Les mécanismes d’association sont habituellement de nature automatique, mais peuvent être de nature active lorsque des processus aperceptifs sont déclenchés par l’attention. C’est un élève de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-psychologie/#i_813

PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 4 170 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Théorisations du développement »  : […] Deuxième orientation, l’associationnisme, héritage de l’empirisme, estime que le développement se fait par les liens créés dans le vécu, les expériences de l’individu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-developpement/#i_813

Pour citer l’article

Frederic Charles BARTLETT, « ASSOCIATIONNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/associationnisme/