GÉRONTOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractéristiques et troubles psychiques du troisième âge

Données psychologiques

Il est difficile et peut-être hasardeux de vouloir dégager des traits psychologiques spécifiques du troisième âge. Il existe, certes, des constats concernant les comportements, les attitudes, les difficultés, les aspirations régulièrement rencontrés chez les personnes âgées : on aurait tort de les considérer directement comme inhérents au processus du vieillissement. Il est nécessaire de situer le problème dans la perspective d'une dynamique entre la personne qui vieillit, du point de vue physique et psychologique, son entourage plus ou moins immédiat et les images et conception de la vieillesse sécrétées par la société. L'intrication de tous ces facteurs est telle que les facteurs socioculturels, encore mal cernés, peuvent induire les traits de certains comportements que l'on aurait tendance à considérer à première vue comme objectivement spécifiques du troisième âge. Toutes ces données doivent donc être envisagées dans une perspective d'interrelations dynamiques et tenues pour constamment mobiles.

Du point de vue des possibilités intellectuelles, on observe à cette époque de la vie, d'abord une décroissance de l'efficience globale, qui commence avec le début de l'âge adulte (20-25 ans) et qui est d'autant plus abrupte que l'individu a une basse efficience initiale (facteurs sociaux, scolaires, personnels) – elle est plus sensible dans les tâches de raisonnement logique que dans celles qui font appel au vocabulaire et à l'adaptation pratique ; puis une diminution des capacités mnésiques à partir de l'âge de dix-huit à vingt ans, la mémoire des faits et des acquisitions récentes étant plus fragile que celles des souvenirs anciens – cette loi de dissolution de la mémoire, allant des souvenirs les plus proches aux plus lointains, a été mise en évidence par Théodule Ribot (1839-1916). On constate encore une modification de l'attention et de l'imagination, lesquelles se polarisent de plus en plus, et enfin une variation dans la notion du temps, variation liée aux facteurs déjà cités, mais aussi au sentiment que l'individu a de sa situation relative par rapport au cours de sa propre existence ainsi qu'à des facteurs physiques tels que l'installation d'une lenteur perceptive et motrice. On voit donc que le vieillissement n'est pas un phénomène qui apparaît de façon évidente à partir d'un certain âge, mais un processus linéaire intervenant très tôt dans l'existence de chaque individu.

Du point de vue social, la notion de personne âgée est mal dissociée de celle de « retraité », et l'influence de cette confusion est grande, d'une part, quant au statut et au rôle possibles de la personne âgée dans la vie sociale, considérée désormais comme non engagée, d'autre part, quant à sa réaction à l'égard de l'arrêt du travail, qui peut être prise, par l'individu et par son entourage, comme un effet du vieillissement lui-même. Dans ce cas, la perte des principaux rôles sociaux assumés et valorisés durant la vie de travail entraîne un sentiment d'humiliation et de diminution de la personne, qui tend à accélérer sous forme de crise (on a pris un « coup de vieux », comme on dit dans le langage populaire) le processus linéaire du vieillissement.

En ce qui concerne la vie affective et sexuelle, il faut situer l'évolution d'un individu, dans son ensemble, à partir des premiers mois de la vie. Il est maintenant admis, grâce aux découvertes de Freud et de ses successeurs, que les facteurs les plus déterminants se jouent dans la prime enfance et qu'ils marquent de leur sceau le déroulement de la vie affective et relationnelle ultérieure. Le déroulement des stades décrits par Freud (oral, anal, phallique, génital) a donc une influence capitale sur la personnalité de l'adulte et un retentissement accentué chez la personne vieillissante qui, voyant diminuer ses possibilités, peut éprouver un véritable sentiment de castration accompagné d'angoisse plus ou moins intense selon les sujets.

Quant aux réactions au vieillissement, elles peuvent être tout à fait diverses, selon les antécédents personnels de chaque individu et les événements qui ont pu jalonner son existence. D'une façon générale, le sentiment de vieillir est vécu comme une perte, l'ultime perte étant la mort. Il peut intervenir à n'importe quel âge. Les réactions au vieillissement et le v [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Homme : fonction physiologiques et âge

Homme : fonction physiologiques et âge
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Échelle de Wechsler

Échelle de Wechsler
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : psychiatre des Hopitaux, médecin-chef du Centre médico-psychologique régional, Maison d'arret de Varc Isére)
  • : professeur à la faculté de médecine de Paris.
  • : diplômée de l'Institut de psychologie de Paris, responsable d'un centre de traitement de jour pour personnes âgées.
  • : docteur en droit, maître de recherche chef du département de démographie sociale à l'institut national d'études démographiques, conseiller scien- tifique de la fondation national gérontologie.
  • : professeur honoraire à la faculté de médecine de Paris, médecin honoraire des hôpitaux de Paris

Classification

Autres références

«  GÉRONTOLOGIE  » est également traité dans :

BUTLER ROBERT N. (1927-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 333 mots

Psychiatre et gérontologue américain, Robert N. Butler forgea le terme « âgisme » pour décrire la discrimination que subissent les personnes âgées et fut l'un des premiers à tenter de mieux comprendre et soigner cette catégorie de patients. Il obligea le public à s'interroger sur le vieillissement grâce à l'ouvrage Why Survive ? : Being Old in America (1975), lauréat du prix Pulitzer ; il y prome […] Lire la suite

DÉMENCE

  • Écrit par 
  • Raymond ESCOUROLLE, 
  • Joël GREGOGNA
  • , Universalis
  •  • 5 176 mots

Dans le chapitre « La démence sénile »  : […] La démence sénile est une régression globale et définitive des fonctions psychiques apparaissant après soixante-cinq ou soixante-dix ans. L'imprécision de cette définition, basée sur l'âge, est l'un des éléments de discussion nosologique. Cela est d'autant plus vrai que les lésions microscopiques (association de lésions neuronales à type de dégénérescence neurofibrillaire, de dégénérescence gran […] Lire la suite

DÉSHYDRATATION, médecine

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 398 mots

On distingue trois grands types de déshydratation. La déshydratation globale , où la perte en eau et en sodium est proportionnelle, provoquée souvent par des pertes d'origine digestive : diarrhées, vomissements, fistules. Dans ce type de déshydratation, la natrémie est souvent peu modifiée. La déshydratation extracellulaire , où la perte en sodium a été largement prédominante et souvent provoqué […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DÉVELOPPEMENTALE DU LIFESPAN

  • Écrit par 
  • Patrick LEMAIRE
  •  • 1 527 mots

La psychologie développementale du lifespan est cette partie de la psychologie qui cherche à comprendre comment les processus mentaux, les comportements et les performances des individus évoluent au cours de l’enfance et de la vie adulte. Elle poursuit cet objectif général en déterminant comment évoluent les grandes fonctions psychologiques. Les psychologues étudient l’évolution des aspects cogn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude BALIER, François BOURLIÈRE, Martine DRUENNE-FERRY, Paul PAILLAT, Henri PÉQUIGNOT, « GÉRONTOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gerontologie/