DÉSHYDRATATION, médecine

On distingue trois grands types de déshydratation. La déshydratation globale, où la perte en eau et en sodium est proportionnelle, provoquée souvent par des pertes d'origine digestive : diarrhées, vomissements, fistules. Dans ce type de déshydratation, la natrémie est souvent peu modifiée. La déshydratation extracellulaire, où la perte en sodium a été largement prédominante et souvent provoquée par des pertes d'origine rénale, peut être notamment induite par des diurétiques. Elle s'accompagne souvent d'une hyponatrémie. La déshydratation intracellulaire, où la perte d'eau l'emporte sur la perte de sodium. C'est le cas notamment dans les brûlures, le coup de chaleur, le diabète insipide, s'il n'est pas compensé par une hydratation orale suffisante.

Le diagnostic de déshydratation est avant tout clinique, reposant sur un certain nombre de signes comme la soif et la perte de poids, qui est un indice essentiel. Les ionogrammes sanguins et urinaires sont un apport précieux dans le diagnostic du type de déshydratation et dans le contrôle de la thérapeutique.

La déshydratation est considérée comme grave dès qu'elle entraîne une perte de poids supérieure ou égale à 10 p. 100 du poids initial. Elle entraîne constamment une série de troubles souvent sévères, notamment neuropsychiques, pouvant aller jusqu'au coma, et une insuffisance rénale qui est d'abord fonctionnelle mais qui, si l'état pathologique se prolonge, peut devenir organique.

C'est aux âges extrêmes de la vie, chez le nourrisson et le vieillard donc, que la déshydratation survient le plus facilement et présente les complications les plus graves, notamment chez le nourrisson un risque de séquelles neuropsychiques, quand la thérapeutique n'a pas été appliquée avec suffisamment de rapidité. Le traitement repose sur la réhydratation, pratiquée le plus souvent par voie intraveineuse ; les quantités et les proportions d'eau et de chlorure de sodium à administrer sont fonction du diagnostic précis du type de déshydratation et de l'importance estimée des pertes. L'évolution habituelle d'une déshydratation est habituellement bonne, le pronostic à long terme dépendant essentiellement de la maladie causale.

—  François BOURNÉRIAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉSHYDRATATION, médecine  » est également traité dans :

AZOTÉMIE

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 423 mots

L'élévation dans le sang du taux de l'urée et des autres produits d'excrétion azotée est communément décrite en clinique sous le nom d'azotémie ou d'urémie. Elle représente le stade terminal de l'insuffisance rénale progressive et résulte de l'impossibilité d'excréter les déchets métaboliques au rythme de leur production. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azotemie/#i_80528

CHOLÉRA

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 2 871 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pouvoir pathogène du vibrion cholérique »  : […] (toute ingestion de liquide provoque une recrudescence des vomissements) et un état de déshydratation aiguë avec raréfaction des urines ou même anurie totale, prostration et troubles circulatoires (pouls rapide filiforme, hypotension) entraînant l'algidité : alors que la température centrale reste à 37 0C, la température des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholera/#i_80528

DIABÈTE

  • Écrit par 
  • Éric RENARD
  •  • 8 148 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Complications métaboliques aiguës du diabète sucré »  : […] , ou lors d'une exposition à la chaleur, chez un diabétique mal équilibré ou méconnu. La déshydratation globale sévère conduit à des troubles neuropsychiques et à une hypotension artérielle. La concentration des composants du sang s’élève (d’où la qualification d’hyperosmolaire), avec hyperglycémie, hypernatrémie, rétention azotée, associées à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diabete/#i_80528

INSOLATION

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 104 mots

État pathologique provoqué par l'exposition prolongée au soleil. Dans l'insolation, il faut distinguer la forme bénigne de la forme grave. La première est un banal « coup de soleil » où, outre les signes cutanés, peuvent s'observer des céphalées et une fatigue intense. La forme grave, ou « coup de chaleur », est un véritable tableau de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insolation/#i_80528

MALADIES INFANTILES

  • Écrit par 
  • Constantin MISSIRLIU
  • , Universalis
  •  • 3 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  L'hygiène alimentaire infantile »  : […] La principale « carence aiguë » de l'enfant est la perte d'eau et de sel, particulièrement rapide en cas de vomissements et de diarrhée combinés. Une perte de poids de 10 p. 100 du corps, une température basse, des selles décolorées urineuses peuvent précéder une issue fatale, bien plus que les « selles vertes » et les « fortes fièvres » qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infantiles/#i_80528

NATRÉMIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 544 mots

Concentration du cation sodium (Na+) dans le plasma exprimée en milliéquivalent par litre (mEq/l), la natrémie est mesurée par photométrie de flamme avec une grande précision et rapidité grâce à des mesures automatisées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natremie/#i_80528

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves animales

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jean-Marie VERNIER
  •  • 7 469 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Réserves minérales »  : […] une très faible fraction de l'ordre du dixième des 40 litres d'eau de l'homme adulte. La déshydratation, par manque d'apport d'eau ou par perte excessive (urinaire, respiratoire, cutanée, intestinale), est rapidement mortelle, de façon impressionnante chez le jeune (quelques heures). La résistance à la déshydratation d'animaux comme le chameau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-animales/#i_80528

SOIF

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN
  •  • 4 124 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Déshydratation cellulaire et soif osmotique »  : […] qu'une hyperosmolarité du plasma, à condition qu'elle soit suffisante pour entraîner une déshydratation intracellulaire, est un stimulus de soif. Gilman compare, sur le chien, l'effet de l'injection de deux solutions isosmotiques de NaCl et d'urée. Il constate que, dans le premier cas, l'hyperosmolarité plasmatique, due au fait que le NaCl ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soif/#i_80528

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « DÉSHYDRATATION, médecine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deshydratation-medecine/