DÉSHYDRATATION, médecine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On distingue trois grands types de déshydratation. La déshydratation globale, où la perte en eau et en sodium est proportionnelle, provoquée souvent par des pertes d'origine digestive : diarrhées, vomissements, fistules. Dans ce type de déshydratation, la natrémie est souvent peu modifiée. La déshydratation extracellulaire, où la perte en sodium a été largement prédominante et souvent provoquée par des pertes d'origine rénale, peut être notamment induite par des diurétiques. Elle s'accompagne souvent d'une hyponatrémie. La déshydratation intracellulaire, où la perte d'eau l'emporte sur la perte de sodium. C'est le cas notamment dans les brûlures, le coup de chaleur, le diabète insipide, s'il n'est pas compensé par une hydratation orale suffisante.

Le diagnostic de déshydratation est avant tout clinique, reposant sur un certain nombre de signes comme la soif et la perte de poids, qui est un indice essentiel. Les ionogrammes sanguins et urinaires sont un apport précieux dans le diagnostic du type de déshydratation et dans le contrôle de la thérapeutique.

La déshydratation est considérée comme grave dès qu'elle entraîne une perte de poids supérieure ou égale à 10 p. 100 du poids initial. Elle entraîne constamment une série de troubles souvent sévères, notamment neuropsychiques, pouvant aller jusqu'au coma, et une insuffisance rénale qui est d'abord fonctionnelle mais qui, si l'état pathologique se prolonge, peut devenir organique.

C'est aux âges extrêmes de la vie, chez le nourrisson et le vieillard donc, que la déshydratation survient le plus facilement et présente les complications les plus graves, notamment chez le nourrisson un risque de séquelles neuropsychiques, quand la thérapeutique n'a pas été appliquée avec suffisamment de rapidité. Le traitement repose sur la réhydratation, pratiquée le plus souvent par voie intraveineuse ; les quantités et les proportions d'eau et de chlorure de sodium à administrer sont fonction du diagnostic précis du type de déshydratation et de l'importance estimée des pertes. L'évolution habituelle d'une déshydratation est habituellement bonne, le pronostic à long terme dépendant essentiellement de la maladie causale.

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉSHYDRATATION, médecine  » est également traité dans :

AZOTÉMIE

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 423 mots

L'élévation dans le sang du taux de l'urée et des autres produits d'excrétion azotée est communément décrite en clinique sous le nom d'azotémie ou d'urémie. Elle représente le stade terminal de l'insuffisance rénale progressive et résulte de l'impossibilité d'excréter les déchets métaboliques au rythme de leur production. Elle s'installe progressiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azotemie/#i_80528

CHOLÉRA

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 2 870 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pouvoir pathogène du vibrion cholérique »  : […] Tous les vibrions pathogènes élaborent une entérotoxine protéique de poids moléculaire 84 000. Libérée dans la lumière intestinale, celle-ci se fixe rapidement sur les sites récepteurs de l'épithélium intestinal de l'intestin grêle, en particulier du jéjunum. Cette fixation irréversible stimule l'activité adénylcyclasique de l'intestin, entraînant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholera/#i_80528

DIABÈTE

  • Écrit par 
  • Éric RENARD
  •  • 8 158 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Complications métaboliques aiguës du diabète sucré »  : […] Des complications aiguës métaboliques constituent une menace à court terme. Elles surviennent habituellement chez les sujets négligeant leur traitement ou insuffisamment suivis. Elles se raréfient grâce au meilleur encadrement et à l'éducation à l'autosurveillance des diabétiques. La plus fréquente de ces complications est l' hypoglycémie liée au t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diabete/#i_80528

INSOLATION

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 104 mots

État pathologique provoqué par l'exposition prolongée au soleil. Dans l'insolation, il faut distinguer la forme bénigne de la forme grave. La première est un banal « coup de soleil » où, outre les signes cutanés, peuvent s'observer des céphalées et une fatigue intense. La forme grave, ou « coup de chaleur », est un véritable tableau de déshydratati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insolation/#i_80528

MALADIES INFANTILES

  • Écrit par 
  • Constantin MISSIRLIU
  • , Universalis
  •  • 3 363 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  L'hygiène alimentaire infantile »  : […] Si divers que soient les goûts et les traditions alimentaires, la prévention de l'anorexie et du conservatisme alimentaire passe par l'introduction d'une alimentation variée à côté de l'alimentation lactée, dès que cela est physiologiquement ou psychologiquement possible. Actuellement, rien ne s'oppose à ce que le nourrisson de six mois soit famil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infantiles/#i_80528

NATRÉMIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 544 mots

Concentration du cation sodium (Na + ) dans le plasma exprimée en milliéquivalent par litre (mEq/l), la natrémie est mesurée par photométrie de flamme avec une grande précision et rapidité grâce à des mesures automatisées. La natrémie moyenne chez un sujet sain en état d'équilibre hydroélectrolytique est de 140 ± 2 mEq/l. La concentration du sodium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natremie/#i_80528

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves animales

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jean-Marie VERNIER
  •  • 7 466 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Réserves minérales »  : […] Comparées aux réserves énergétiques, les réserves minérales de l'animal sont, comme ses réserves énergétiques, généralement limitées. L'eau corporelle, qui compte pour deux tiers des constituants cellulaires du Mammifère, n'est pas une réserve, sinon pour une très faible fraction de l'ordre du dixième des 40 litres d'eau de l'homme adulte. La désh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-animales/#i_80528

SOIF

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN
  •  • 4 122 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Déshydratation cellulaire et soif osmotique »  : […] En 1901, A. Mayer, puis H. Wettendorf suggéraient les premiers que la soif et la réponse dipsique sont provoquées par l'élévation de la pression osmotique du milieu extracellulaire. Inspiré par les travaux initiaux de J. L. Gamble et son équipe (1929), A. Gilman (1937) apporte la démonstration complète qu'une hyperosmolarité du plasma, à conditio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soif/#i_80528

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « DÉSHYDRATATION, médecine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deshydratation-medecine/