RIBOT THÉODULE (1839-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateur de la psychologie comme science autonome en France. Né à Guingamp, élève de l'École normale supérieure, agrégé de philosophie en 1865, Ribot contesta la philosophie spiritualiste éclectique de son époque en soutenant l'épiphénoménisme du médecin aliéniste anglais Henry Maudsley (1835-1918) et en publiant un ouvrage intitulé La Psychologie anglaise contemporaine (1870). Docteur ès lettres en 1873 avec une thèse sur L'Hérédité psychologique, il fonde la Revue philosophique en 1875 et, soutenu par Taine et Renan, est chargé d'un cours de psychologie expérimentale à la Sorbonne (1885), jusqu'à ce qu'une chaire soit créée pour lui au Collège de France en 1888, chaire qu'il occupera jusqu'à sa retraite en 1896.

Ribot resta un théoricien et un philosophe, tout en prônant une psychologie expérimentale que lui-même ne pratiqua guère (ce sera, en France, l'œuvre de Piéron) ; il pensait, en effet, que la nature offre avec la psychopathologie des expériences toutes faites dont le penseur doit profiter. C'est pourquoi il suivit de près les travaux des neurologues et des psychiatres de son temps et poussa ses meilleurs élèves (Pierre Janet, Georges Dumas) à étudier la médecine. Les déductions qu'il obtint ainsi furent d'un haut intérêt. Il transposa notamment les conceptions hiérarchiques neurophysiologiques de H. Jackson en une doctrine hiérarchique psychophysiologique de la personnalité, leçon que retiendront von Monakow et Mourgue, Claude, H. Ey et dans une certaine mesure Freud. C'est la maladie mentale qui, en dissolvant les fonctions normales, fait apparaître les hiérarchies sous-jacentes ; on appelle encore « loi de Ribot » le processus de la perte de mémoire, processus qui descend de l'instable au stable (Les Maladies de la mémoire, 1881). Dans sa Psychologie des sentiments (1896), Ribot affirme, indépendamment de Freud, la primauté de la vie affective et des tendances inconscientes ; dans Les Maladies de la volonté (1883), dans La Psychologie de l'attention (1889) et dans La Vie inconsciente et les mouvements

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RIBOT THÉODULE (1839-1916)  » est également traité dans :

AMNÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis EUSTACHE
  •  • 1 104 mots

Les amnésies constituent un terme générique qui s’applique à de multiples situations pathologiques : une maladie neurodégénérative, comme la maladie d’Alzheimer, un traumatisme crânien, les conséquences de lésions focales de diverses origines, comme une pathologie infectieuse, vasculaire, tumorale, carentielle, etc. Tout en étant le symptôme, parf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amnesie/#i_19798

CARACTÉROLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 2 069 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Typologies psychologiques proprement dites »  : […] Peu après qu'Hippocrate eut rapporté les humeurs de ses contemporains à un supplément de bile, de sang, de bile noire ou de lymphe, Aristote, dans la ligne du « connais-toi toi-même » socratique, se penchait en moraliste sur la « manière d'être » (ἦθος, habitus ) de chacun ; à sa suite, Dicéarque, Aristoxène, Cléarque, Douris, Ariston de Téos s'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caracterologie/#i_19798

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Données psychologiques »  : […] Il est difficile et peut-être hasardeux de vouloir dégager des traits psychologiques spécifiques du troisième âge. Il existe, certes, des constats concernant les comportements, les attitudes, les difficultés, les aspirations régulièrement rencontrés chez les personnes âgées : on aurait tort de les considérer directement comme inhérents au processus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerontologie/#i_19798

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « En France, l’école psychopathologique »  : […] Alors que les psychologies allemande et américaine ont surtout été des psychologies de laboratoire de nature essentiellement expérimentale, la psychologie scientifique développée ailleurs était parfois d’une autre nature. En France, par exemple, l’enseignement de celle-ci fut initié par Théodule Ribot (1839-1916) d’abord à la Sorbonne (1885) puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-psychologie/#i_19798

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Le sentiment est-il spécifique ? »  : […] Une telle définition ne dit pas si le sentiment existe vraiment comme tel, ou si l'on ne peut pas le réduire à autre chose. C'est ce qu'ont tenté la plupart de ceux qui ont prétendu l'expliquer. Les intellectualistes ramènent ainsi le sentiment à la connaissance. Il n'est, pour Leibniz, qu'une représentation confuse ; ainsi, le plaisir d'entendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment/#i_19798

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « RIBOT THÉODULE - (1839-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodule-ribot/