GERMANIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

200 à 300. Division des empires

200 à 300. Division des empires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Porte Noire à Trèves, Allemagne

Porte Noire à Trèves, Allemagne
Crédits : Bridgeman Images

photographie


La Germanie antique, qui s'étendait entre la mer du Nord, la Baltique, la Vistule, les Carpates, le Danube et le Rhin, était boisée et marécageuse ; mais depuis l'âge du bronze, la plaine ouverte du nord attirait les migrations. Elle parut aux Romains froide, humide, sauvage et déserte. L'océan surtout frappa leur imagination, avec ses marées. Il leur semblait impie de s'y aventurer.

L'extrême fractionnement des tribus germaniques (Stamme) avait empêché la naissance d'une véritable nation (cf. germains), et Rome, à partir du ier siècle avant J.-C., chercha à infléchir le développement naturel de la société germanique pour la faire servir aux intérêts de la paix et à la défense des frontières impériales. Un des principes constants de la garde du Rhin fut de transporter certaines populations soumises sur la rive gauche pour constituer une barrière contre les autres tribus (cas des Ubiens dès César). Les guerres de Germanie ne furent pas dues à des motifs économiques : l'intérieur, peuplé de populations instables ignorant pour la plupart la monnaie, ne paraissait guère exploitable. Elles s'expliquent plutôt par un souci de sécurité et de prestige.

Après la mort de Varus, Rome jugea préférable d'agir de l'extérieur en divisant pour régner, en pratiquant la politique des chefs et la romanisation des otages. Toutefois, on observe certaines discontinuités dans la politique romaine, dues à la mobilité des peuples germains, ainsi qu'aux vicissitudes intérieures de Rome, malgré l'action de bons gouverneurs. Dans un système économique et administratif conçu pour organiser la conquête et l'exploiter, renoncer à celle-ci était signer son arrêt de mort. L'Empire subit alors une lente infiltration d'esclaves, de travailleurs libres et de peuplades transportées sur la rive romaine du Rhin et du Danube.

Rome et les Germains

Échec d'une grande Germanie romaine

Les fastes triomphaux désignent déjà sous le nom de Germains des Celtes (Belges Gésates) appelés par les Gaulois d'Italie du Nord pour faire une expéd [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : directeur de l'Institut d'études latines à la faculté des lettres et sciences humaines de Tours

Classification


Autres références

«  GERMANIE  » est également traité dans :

CHARLES III LE GROS (839-888) empereur d'Occident (881-887)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 259 mots

Empereur d'Occident (881-887), né en 839 en Bavière ( ?), mort le 13 janvier 888 à Neidingen. Plus jeune fils de Louis  II le Germanique, arrière-petit-fils de Charlemagne, Charles est fait roi de Souabe à la mort de son père, en 876. Quand son frère, Carloman (mort en 880), malade, renonce à son trône en 879, il récupère la couronne d'Italie. Il est sacré empereur d'O […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-iii-le-gros/#i_6245

COLOGNE

  • Écrit par 
  • Hélène ROTH
  •  • 1 461 mots
  •  • 3 médias

Avec un million d’habitants en 2017, Cologne (Köln en allemand) est la plus grande ville du Land de Rhénanie-du-Nord–Westphalie . Nœud de communication à la croisée du Rhin et d’un axe ouest-est reliant façade atlantique et plaine germano-polonaise, Cologne s’est avant tout construite sur des activités commerciales et n’a jamais exercé de fonction politique d’envergure, hormis dans l’Antiquité. Vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cologne/#i_6245

DÉCUMATES CHAMPS

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 188 mots

Territoires germaniques compris entre Rhin et Danube, en gros le triangle Coblence-Regensburg-Bâle. Les champs Décumates furent conquis et fortifiés peu à peu, par morceaux, en un siècle (de 80 à 180), des Flaviens aux Antonins, pour effacer un saillant dangereux entre la Gaule et les provinces danubiennes, pour permettre des communications terrestres faciles entre l'Orient et l'Occident. Le point […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/champs-decumates/#i_6245

DRUSUS NERO CLAUDIUS (38-9 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 285 mots
  •  • 1 média

Un certain mystère plane sur la naissance de Drusus Nero en ~ 38, qui ne sera pas sans conséquence historique. Livie avait en effet épousé Tiberius Claudius Nero et avait eu de lui un fils né en ~ 42, qui succédera à Auguste sous le nom de Tibère. Puis, enceinte, elle divorce, épouse Auguste et met au monde trois mois après un autre fils, Claudius Drusus Nero, dont on disait à Rome que le père en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claudius-drusus-nero/#i_6245

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Apparition de la sculpture »  : […] Entre la fin de la République romaine et le début du règne de Claude (30-25 av. J.-C.), l'évolution de la sculpture provinciale est particulièrement instructive, tant en Provence et en Germanie que dans le reste de la Gaule. En effet, au début de cette période, des œuvres très disparates apparaissent, les unes prolongeant les traditions indigènes, les autres fortement imprégnées d'influences étru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_6245

GERMAINS

  • Écrit par 
  • Lucien MUSSET
  •  • 4 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des envahisseurs inorganisés »  : […] Les premières apparitions des Germains dans le rôle d'envahisseurs se placent au iii e  siècle avant notre ère, quand les Bastarnes et les Skires, traversant l'isthme européen entre la Baltique et la mer Noire, se présentent devant les villes grecques situées entre la Crimée et le delta du Danube. Ce mouvement est sans doute lié aux grandes migrat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germains/#i_6245

GERMANICUS JULIUS CAESAR (15 av. J.-C. - 19 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 459 mots
  •  • 1 média

Un des chefs militaires les plus populaires, et sans doute aussi l'un des plus doués, de toute l'histoire romaine. Tacite, dans ses Annales , et d'autres historiens latins, comme Suétone, ont loué Germanicus, prince issu de la famille impériale julio-claudienne. Fils, en effet, de Drusus et d'Antonia, elle-même nièce d'Auguste, Germanicus est adopté, en 4, par Tibère. Sa beau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-caesar-germanicus/#i_6245

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 581 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Des Romains aux Carolingiens »  : […] La pénétration des légions romaines (à partir de 57 av. J.-C.) se limita au sud des grands fleuves (Meuse et Rhin). En dépit de quelques expéditions lancées au-delà, en particulier par le général Drusus, le Rhin demeura la frontière de l'Empire romain, laquelle fut fortifiée contre les raids germaniques : c'est ainsi que Nimègue, Valkenburg et Utrecht remontent à des castella […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/#i_6245

RATISBONNE

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 464 mots
  •  • 1 média

La plus importante des villes danubiennes allemandes. L'histoire et le développement de Ratisbonne (Regensburg) sont étroitement liés au sort des pays danubiens. À l'époque celte, une agglomération existait déjà : Radaspona. Mais ce sont les Romains qui firent la fortune de la ville. S'installant sur la boucle du Danube, ils exploitèrent cette situation géographique. Marc Aurèle fit édifier un gig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ratisbonne/#i_6245

RHÉNANIE

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 651 mots

Géographiquement, la Rhénanie est une région complexe comprenant : le fossé du haut Rhin (Bade-Alsace - bassin de Mayence), la traversée du massif schisteux rhénan et les pays du bas Rhin (baie géologique de Cologne, plaine bas-rhénane). Le fossé du haut Rhin est d'origine tectonique, d'âge oligo-miocène. Il se décompose à son tour en différents éléments : collines des avant-pays montagneux (colli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhenanie/#i_6245

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'Occident »  : […] La stagnation puis le recul de l'Italie semblent au contraire avoir profité à l'Occident. Dans cette partie de l'Empire, on peut distinguer plusieurs grands ensembles, l'Afrique, l'Espagne, la Gaule et les provinces danubiennes, mais il faut aussi prendre en compte la Bretagne et les îles de la Méditerranée . Celles-ci n'appartenaient ni à l'Italie ni à la Gaule, mais constit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_6245

SPIRE

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 428 mots

Le premier établissement humain qui est à l'origine de la ville de Spire (en allemand : Speyer) date de l'époque celte : Noviomagus. Installé sur une terrasse du Rhin, il devait devenir un camp romain sous César et Drusus. La cité qui en naquit fut ravagée par les Germains puis reconstruite sous Constantin et Julien. Les Francs Saliens en firent une résidence. Dagobert transforma le temple de Merc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spire/#i_6245

VARUS PUBLIUS QUINCTILIUS (50 av. J.-C. env.-9)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 464 mots

Publius Quinctilius Varus (appelé souvent, à tort, Quintilius, sans c ) est né au milieu du ~ i er siècle dans une famille aristocratique et traditionaliste : son père, Sextus Quinctilius Varus, un ancien questeur, se suicida après la bataille de Philippes qui, en ~ 42, vit la défaite des républicains Brutus et Cassius face […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/publius-quinctilius-varus/#i_6245

Voir aussi

ALAMANS    ARIOVISTE    BATAVES    LIMES    SUÈVES    TRÈVES

Pour citer l’article

Raymond CHEVALLIER, « GERMANIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/germanie/