DEPARDIEU GÉRARD (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Penser avec son corps

Chaque fois renouvelés, ses rôles dessinent un personnage marqué par la puissance corporelle de l'acteur et par une énergie qui le pousse aux extrêmes, mais aussi par la faiblesse et l'angoisse. Claude Régy définit fort bien l'homme inséparable de l'acteur : « Avec Depardieu, ce qui est complètement donné, c'est qu'il y a là un être vivant. [...] C'est quelqu'un qui ne pense pas, c'est quelqu'un qui fait. Non pas qu'il ne soit pas intelligent, il l'est remarquablement, il l'est avec son corps et réunir à ce point ce qu'on croit être du corps et ce qu'on croit être de l'esprit dans une seule action en mouvement, dans une seule existence instantanée, cela représente des siècles de méditation. »

Souvent solitaire, comme dans les films de Marco Ferreri (La Dernière Femme, 1976 ; Rêve de singe, 1978) ou enfermé dans un contexte social précis (Mon Oncle d'Amérique, Alain Resnais, 1980), dont il tente de faire éclater les limites par des accès de violence, Gérard Depardieu peut aussi faire montre d'un refus du monde qui l'entraîne dans une attitude paranoïaque autodestructrice, comme les héros tragiques de Dites-lui que je l'aime (Claude Miller, 1977) ou La Femme d'à côté (François Truffaut, 1981). Cette fêlure interne se manifeste à travers des héros qui conduisent une double vie (Maîtresse, Barbet Schroeder, 1976), ou bien qui possèdent une fausse identité (Le Retour de Martin Guerre, Daniel Vigne, 1982), quand ils ne sont pas carrément dédoublés (Barocco, André Téchiné, 1976 ; Hélas pour moi, Jean-Luc Godard, 1993).

Outre Marguerite Duras (Nathalie Granger, 1972 ; La Femme du Gange, 1974 ; Baxter, Véra Baxter, 1977 ; Le Camion, 1977) et Bertrand Blier, (Préparez vos mouchoirs, 1978 ; Buffet froid, 1979 ; Tenue de soirée, 1986 ; Trop belle pour toi, 1989 ; Merci la vie, 1991 ; Les Acteurs, 2000 et Combien tu m'aimes ? 2005), la grande rencontre cinématographique de Gérard Depardieu a lieu avec Maurice Pialat. «  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  DEPARDIEU GÉRARD (1948- )  » est également traité dans :

BARBARA (1930-1997)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 2 855 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nouvelle donne »  : […] Barbara s’installe en 1973 à Précy-sur-Marne, à l’est de Paris, dans une maison qu’elle ne quittera plus. Vedette consacrée, adulée en France et à l’étranger, toujours auteure de chansons nouvelles (« Les Insomnies », « Cet enfant-là »…), elle est peut-être à l’apogée de sa carrière. Elle est invitée au « Grand Échiquier » de Jacques Chancel, d’autres émissions lui sont entièrement consacrées. La […] Lire la suite

PIALAT MAURICE (1925-2003)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 748 mots

Dans le chapitre « Quand vient la fin »  : […] L'histoire d'amour de Nous ne vieillirons pas ensemble (1972) commence au moment où cette histoire même est déjà finie entre Jean (Jean Yanne) et Colette (Marlène Jobert). Comme François, Jean mêle tentatives de « recoller les morceaux » et comportements odieux, provoquant l'irréversible. Par la suite, Loulou (1980), À nos amours (1983), Police (1985) donneront à voir des personnages en situat […] Lire la suite

SOUS LE SOLEIL DE SATAN, film de Maurice Pialat

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 990 mots

Dans le chapitre « Une foi vécue physiquement »  : […] Admirablement servi par l'image de Willy Kurant, qui utilise la lumière pâle de l'Artois et capte de magnifiques paysages vallonnés sous des ciels immenses, Pialat situe discrètement le film dans une France d'hier, mais qui paraît proche, sans automobile, sans radio, en même temps qu'il fuit tout pittoresque d'époque. Une France qu'on voit rarement au cinéma, celle des champs, où le langage des pe […] Lire la suite

LES VALSEUSES, film de Bertrand Blier

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 929 mots

Dans le chapitre « De fil en aiguille »  : […] Le film reprend la structure classique du récit picaresque. Un couple de copains au physique complémentaire, le gros Jean-Claude et le frêle Pierrot multiplient les rencontres à chaque fois qu'ils volent une nouvelle voiture, à la manière de Michel Poiccard dans le film de Godard ( À bout de souffle , 1959). Ces rencontres sont avant tout sexuelles et les deux voyous font face à tous les visages […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Installation en Belgique de l'acteur Gérard Depardieu. 7-16 décembre 2012

Le 7, l'annonce de l'installation de l'acteur Gérard Depardieu dans le village belge de Néchin, à quelques kilomètres de la frontière française, pour des raisons fiscales, provoque de vives réactions. Le 12, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qualifie de « minable » la tentative de l'acteur […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « DEPARDIEU GÉRARD (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-depardieu/