SOUS LE SOLEIL DE SATAN, film de Maurice Pialat

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur franc-tireur venu tard à la réalisation cinématographique, Maurice Pialat (1925-2003) a connu des triomphes (Nous ne vieillirons pas ensemble, 1972), comme des échecs commerciaux, avec des films dont précisément l'échec dans les rapports entre êtres humains constitue le thème obsédant. La sortie, en 1986, de Police lui permet, avec l'aide du producteur Daniel Toscan du Plantier, de présenter l'année suivante un film que personne n'attend de lui, et qui d'ailleurs, malgré la palme d'or, ne remportera pas le succès public escompté. Dans un tout autre style, Robert Bresson avait adapté l'œuvre de Georges Bernanos : le Journal d'un curé de campagne, en 1951, et Mouchette, tirée de Sous le soleil de Satan, en 1967. Cependant, le travail de Maurice Pialat, qui aimait à citer la phrase de Vincent Van Gogh « la tristesse durera toujours », éclaire avec plus de vigueur la face sombre et désespérée de l'écrivain catholique.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « SOUS LE SOLEIL DE SATAN, film de Maurice Pialat », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sous-le-soleil-de-satan-maurice-pialat/