PIALAT MAURICE (1925-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1960, L'Amour existe annonce les films à venir de Maurice Pialat. « Longtemps j'ai habité la banlieue. Mon premier souvenir est un souvenir de banlieue. » Ce commentaire situe le monde du cinéaste, comme il aimait à le répéter, du côté de « ceux qui prennent le métro », à l'image du cinéma français populaire des années 1930. L'Amour existe et L'Enfance nue, son premier long-métrage, chacun à leur manière, comportent un aspect documentaire. Ce qui ne suffit pourtant pas à faire de Pialat le chroniqueur de la France profonde. Le cinéaste détestait d'ailleurs les étiquettes de « réaliste » ou de « naturaliste », et on ne saurait les appliquer à un film qui touche au surnaturel comme Sous le soleil de Satan, ou bien à l'interrogation concrète autant que spirituelle sur l'art et l'artiste que formule Van Gogh. De même que les cinéastes de la Nouvelle Vague, Pialat croit à l'objectivité absolue de la « machine » des frères Lumière tout autant qu'à un cinéma « à la première personne » défendu par François Truffaut. De plus, la biographie imprègne chacun de ses films et l'émotion vécue est au cœur de sa démarche, l'empêchant, parfois malgré lui, de se plier à l'attente supposée d'un public. Il en résulte une œuvre chaotique, faite de refus, de succès et d'échecs, qui ne ressemble à rien d'autre qu'à elle-même et à son auteur, et qui demeure un exemple pour toute une génération de jeunes réalisateurs.

« Recueilli temporaire »

Né le 31 août 1925 à Cunlhat (Auvergne), Maurice Pialat aurait pu, de par son âge, faire partie des cinéastes de la Nouvelle Vague. Mais s'il avait, comme eux, une passion pour Lumière et Renoir, il ne partageait pas la même culture. À deux ans, comme son père, commerçant en « tout », a fait faillite, le petit Maurice vit dans un milieu populaire à Courbevoie puis à Montreuil. Il découvre le cinéma au patronage (Chaplin, Laurel et Hardy, Carné, La Bête humaine...). Après les Arts décoratifs et les Beaux-Arts, où il est l'élève de Brianchon, Oudot et Desnoyer, il envisage un temps l'architecture avant de se tourner vers la peinture comme Robert Bresson, un cinéaste qui le marquera. Il expose en 1945, 1946 et 1947 au Salon des moins de trente ans. En 1955, il se tourne vers le théâtre, devient l'assistant de Michel Vitold et d'Yves Brainville, et joue dans plusieurs pièces. Mais, dès 1951, il a acheté une caméra et tourne des courts métrages en amateur. Autrefois producteur de Renoir comme des premiers essais de Godard, Truffaut, Rivette ou Resnais, Pierre Braunberger produit en 1960 L'amour existe. Malgré un bon accueil, des prix dont le lion de Saint-Marc à Venise, et la réalisation de Janine (1962), un second court métrage écrit et interprété par Claude Berri, la carrière de Pialat peine à démarrer. Il lui faudra attendre six années, occupées par des travaux alimentaires, avant qu'il puisse tourner son premier long métrage, bien après la Nouvelle Vague et Claude Berri lui-même, auxquels il reprochera leur « carriérisme »... C'est pourtant Berri et Truffaut qui vont permettre la réalisation de L'Enfance nue (1969). Le héros, François (Michel Tarrazon), est un enfant « difficile », né de père inconnu, abandonné par sa mère, « recueilli temporaire » dans des familles d'accueil successives, et qui ne peut s'empêcher d'agir de façon à se rendre plus qu'insupportable. La comparaison avec l'Antoine Doinel des 400 Coups est inévitable. Mais alors que des justifications psychologiques expliquent le comportement d'Antoine, le François de Pialat s'avère un bloc d'agressivité et de tendresse aussi imprévisible qu'inexplicable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  PIALAT MAURICE (1925-2003)  » est également traité dans :

SOUS LE SOLEIL DE SATAN, film de Maurice Pialat

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 990 mots

Auteur franc-tireur venu tard à la réalisation cinématographique, Maurice Pialat (1925-2003) a connu des triomphes (Nous ne vieillirons pas ensemble, 1972), comme des échecs commerciaux, avec des films dont précisément l'échec dans les rapports entre êtres humains constitue le thème obsédant. La sortie, en 1986, de P […] Lire la suite

BONNAIRE SANDRINE (1967- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 470 mots

Sandrine Bonnaire est la septième d'une famille modeste de onze enfants. Née à Gannat (Auvergne), le 31 mai 1967, elle passe son enfance à Grigny, dans l'Essonne, où elle obtient un CAP de coiffure. Sa carrière cinématographique naît à son insu un jour de 1982, lorsqu'elle accompagne deux de ses sœurs au casting des Meurtrières . Le projet de Maurice Pialat restera inabouti mais, lorsqu’il réalis […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma français »  : […] Dans l'espace occidental, il est le seul concurrent sérieux de son homologue américain. Le soutien étatique et le dynamisme de la production fondée sur la relation privilégiée avec la chaîne de télévision Canal Plus (qui s'est imposée comme le grand argentier du cinéma français) n'expliquent cependant pas tout. Si dans d'autres domaines la France a fait valoir, à tort ou à raison, la prépondéranc […] Lire la suite

DEPARDIEU GÉRARD (1948- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 430 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Penser avec son corps »  : […] Chaque fois renouvelés, ses rôles dessinent un personnage marqué par la puissance corporelle de l'acteur et par une énergie qui le pousse aux extrêmes, mais aussi par la faiblesse et l'angoisse. Claude Régy définit fort bien l'homme inséparable de l'acteur : « Avec Depardieu, ce qui est complètement donné, c'est qu'il y a là un être vivant. [...] C'est quelqu'un qui ne pense pas, c'est quelqu'un q […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « PIALAT MAURICE - (1925-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-pialat/