GÉOCHRONOLOGIE ou DATATION, géologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Strontium

Strontium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Échelle chronologique absolue

Échelle chronologique absolue
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Quaternaire : chronologie

Quaternaire : chronologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique


La géochronologie est la branche de la géologie qui a pour objet la datation des diverses formations de la croûte terrestre. À côté de la géochronologie « relative », fondée essentiellement sur la stratigraphie et le paléomagnétisme, la géochronologie « absolue » et, plus précisément, la radiochronologie visent à obtenir des estimations quantitatives de l'âge des événements géologiques. On exposera ici les diverses méthodes de la géochronologie absolue, la géochronologie relative étant traitée dans l'article stratigraphie.

Sauf cas très particuliers, la stratigraphie ne permet pas de donner l'âge réel d'une formation géologique. Depuis le xviiie siècle, on a tenté d'évaluer la durée des temps géologiques. Les estimations anciennes, fondées surtout sur des exégèses abusives de textes sacrés, parurent très vite insuffisantes, eu égard à la grande lenteur des phénomènes géologiques. Au xixe siècle, la durée des temps fossilifères est évaluée, suivant les auteurs, de 100 000 ans à 3 millions d'années. Les tentatives un peu sérieuses de l'époque s'appuient sur la détermination des vitesses d'accumulation des sédiments, ou sur le temps nécessaire à la réalisation du stock actuel de sel des océans. William Thomson (lord Kelvin) obtient, par l'étude du bilan thermique du globe, une estimation de cent millions d'années pour l'âge de la Terre ; cette valeur paraît encore trop faible aux géologues, et, dès les premiers travaux d'Antoine Henri Becquerel et des Curie, John Joly (1906) montre que la radioactivité est le seul processus naturel, apparemment indéréglable, susceptible de fournir une « horloge géologique » digne de confiance.

Les méthodes de la radiochronologie reposent sur le principe suivant : soit un radioélément A contenu dans un minéral au moment de sa cristallisation et se transformant en un élément B ; le rapport des concentrations A/B dans le minéral à un instant donn [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  GÉOCHRONOLOGIE ou DATATION, géologie  » est également traité dans :

DATATION PAR LES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 123 mots

Dès les années 1790, le topographe anglais William Smith (1769-1839) constate empiriquement que les strates sédimentaires sont caractérisées par des assemblages de fossiles correspondant à des périodes géologiques distinctes. Cela ouvre la voie à une reconstitution de l'histoire géologique d'une région au moyen des fossiles qu'on y trouve, et à la réalisati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/datation-par-les-fossiles/#i_19493

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 573 mots
  •  • 7 médias

Le terme Cénozoïque, qui a été introduit par J. Philipps en 1840, désigne la plus récente et la plus courte des ères géologiques, dans laquelle nous vivons. Avec une durée estimée à 65,5 millions d'années, celle-ci ne représente qu'un tiers du Mésozoïque (251-65,5 Ma), qui la précède, et un peu plus d'un cinquième du Paléozoïque (543-251 Ma), ces trois ères formant le Phanérozoïque. Si l'histoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenozoique/#i_19493

GÉOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure PONS
  •  • 2 060 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Isotopes radioactifs »  : […] Un isotope radioactif est constitué d'un noyau atomique instable qui se désintègre spontanément en un noyau plus stable (isotope radiogénique) en émettant de l'énergie sous forme d'un rayonnement. Par exemple, lors du processus de désintégration β , le noyau instable père émet un électron (particule β ) et un antineutrino (ν). C'est le cas du c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geochimie/#i_19493

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution créatrice du début du XIXe siècle et ses développements »  : […] En moins de vingt ans (1810-1830), la géologie moderne naît, avec son programme et ses institutions. Elle a été préparée par trois prises de conscience qui bouleversent les rapports entre l'homme et le cosmos terrestre. Il s'agit d'abord de l' immensité des temps géologiques  ; à partir de 1770, un nombre vite croissant d'auteurs de tous bords font leur cette idée ; pour les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_19493

GÉOLOGIE - Géologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 5 630 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Géochimie »  : […] La géochimie repose sur l'application des techniques de la chimie minérale et de la chimie organique à l'étude des roches et de leurs transformations, pour étudier des phénomènes aussi variés que l'évolution de la matière organique lors de la formation des hydrocarbures, ou la cinétique de précipitation des carbonates au fond des océans. Il est en fait quasi impossible aujourd'hui d'identifier un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-geologie-contemporaine/#i_19493

HADÉEN

  • Écrit par 
  • Hervé MARTIN
  •  • 1 134 mots

L' Hadéen est une période de temps qui débute lors de l'accrétion de notre planète, il y a 4,568 milliards d'années (Ga), et qui se termine vers 4 Ga, âge des plus anciennes roches connues. Il correspond au premier éon de l'échelle des temps géologiques terrestres et est chronologiquement suivi par l'Archéen, le Protérozoïque et enfin par le Phanérozoïque. Le terme Hadéen a été inventé en 1972 par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hadeen/#i_19493

LUNE

  • Écrit par 
  • Pierre THOMAS
  •  • 8 406 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les continents »  : […] Les continents (en latin terrae ), caractérisés par leur couleur claire et leur nature montagneuse, couvrent 80 p. 100 de la surface de la Lune. Morphologiquement, ils se présentent comme la juxtaposition, voire le recouvrement mutuel, d'une multitude de cratères de toutes tailles et de leurs éjecta. Dans cet enchevêtrement, certains bassins jouent, par leur taille, un rôle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lune/#i_19493

MERCURE, planète

  • Écrit par 
  • Pierre THOMAS
  •  • 4 683 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Chronologie »  : […] Sur Mercure, un cratère n'est soumis à aucune forme d'érosion classique (éolienne, fluviatile, etc.) puisqu'il y a absence totale d'atmosphère et d'eau. Il ne peut qu'être recouvert par des terrains plus récents, ou oblitéré partiellement par les impacts d'autres météorites, en particulier des innombrables micrométéorites. Cette « éternité » des cratères explique leur abondance (remarquons qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercure-planete/#i_19493

MÉSOZOÏQUE ou ÈRE SECONDAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 8 315 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Limites et subdivisions »  : […] Le Mésozoïque est subdivisé en trois systèmes qui sont, du plus ancien au plus récent : le Trias (de — 251 ± 0,4 à — 199,6 ± 0,3 Ma), le Jurassique (de — 199,6 ± 0,3 Ma à — 145,5 ± 4 Ma) et le Crétacé (de — 145,5 ± 4 Ma à — 65,5 ± 0,3 Ma). Chaque système est lui-même constitué d'étages (fig. 1 ). Comme pour toutes les autres périodes géologiques, les limites du Mésozoïque, ainsi que celles de ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesozoique-ere-secondaire/#i_19493

PALÉOCLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 8 061 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'évolution du climat depuis le Pliocène supérieur »  : […] Depuis l'établissement d'une calotte glaciaire sur l'hémisphère Nord, l'évolution climatique de la Terre est conditionnée par les variations du volume des glaces stockées sur cet hémisphère, la calotte glaciaire antarctique restant relativement stable. La figure 4 montre que le volume des glaces continentales (déduit du δ  18 O des foraminifères fossiles) a essentiellemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoclimatologie/#i_19493

PALÉONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Jean PIVETEAU
  •  • 11 007 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Histoire des idées »  : […] L'histoire des fossiles et l'histoire de la Terre sont étroitement mêlées, comme nous allons le voir en retraçant l'évolution des idées sur les rapports de l'une et de l'autre. L'abbé Giraud-Soulavie peut être considéré comme le véritable fondateur de la paléontologie stratigraphique. Dans son ouvrage sur l' Histoire naturelle de la France méridionale (1780-1783), il établit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleontologie/#i_19493

PALÉOSISMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Yann KLINGER
  •  • 2 323 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les coraux, témoins des grands séismes de subduction  »  : […] Les zones de subduction, c'est-à-dire quand une plaque tectonique passe sous une autre, sont le lieu des séismes les plus importants de la planète. Au-delà des destructions directement liées aux séismes, ces événements sont particulièrement dangereux car ils peuvent être associés à des tsunamis eux-mêmes très destructeurs, comme ce fut le cas en Indonésie en 2004. La fosse de subduction, où la fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleosismologie/#i_19493

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 606 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Chronologie et subdivisions »  : […] Le Paléozoïque est découpé en trois « sous-ères » : le Paléozoïque inférieur, représenté par les systèmes Cambrien (de — 542 à — 488 Ma) et Ordovicien (de — 488 à — 443 Ma) ; le Paléozoïque moyen, avec le Silurien (de — 443 à — 416 Ma) et le Dévonien (de — 416 à — 359 Ma) ; enfin, le Paléozoïque supérieur, comprenant le Carbonifère (de — 359 à — 299 Ma) et le Permien (de — 299 à — 251 Ma). Ces tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_19493

PROTÉROZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Janine BERTRAND-SARFATI, 
  • Renaud CABY
  •  • 3 792 mots
  •  • 1 média

Le Protérozoïque est une période des temps géologiques (éon) comprise entre la fin de l'Archéen (— 2,5 milliards d'années [Ga]) et le début du Phanérozoïque (— 0,543 Ga), ce dernier terme regroupant le Paléozoïque, le Mésozoïque et le Cénozoïque. D'une durée de 2 Ga, le Protérozoïque est marqué par l'apparition des premières faunes de métazoaires (animaux pluricellulaires). Il est subdivisé en tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proterozoique/#i_19493

QUATERNAIRE

  • Écrit par 
  • Maurice TAÏEB
  •  • 1 078 mots

Le terme quaternaire a été créé en 1829 par le géologue français Jules Desnoyers pour décrire les formations les plus récentes du bassin de Paris. Il représente la période de temps la plus récente et la plus courte de l'échelle stratigraphique. Il est essentiellement caractérisé par des cycles climatiques (alternance de phases glaciaires et interglaciaires), liés à des changements globaux, et par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quaternaire/#i_19493

RADIOACTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard SILVESTRE-BRAC
  •  • 5 422 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La radioactivité, horloge du monde »  : […] La nature, dans sa grande générosité, a mis à notre disposition des éléments actifs de périodes très variées, depuis la seconde et moins jusqu'au milliard d'années et plus. On peut mettre cela à profit pour dater des échantillons. La méthode de datation est, dans son principe, simple. Supposons un élément composé, au moment de sa création, à 100 p. 100 d'un isotope radioactif X. Si on connaît les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite/#i_19493

RADIOLAIRES

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER
  •  • 2 583 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Exemples d'utilisation des radiolaires »  : […] Avant les années 1980, on n'avait aucune donnée directe sur l'âge des radiolarites. Depuis lors, les radiolaires, du fait de leur évolution dans le temps, sont devenus de précieux outils permettant de dater les roches qui les renferment. À cause d'une datation approximative, on a longtemps pensé que, pour une période donnée, les radiolarites s'étaient mises en place simultanément dans toutes les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radiolaires/#i_19493

STADE NOTION DE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 126 mots

En tenant compte de l'arbitraire qui s'attache à toute tentative de définition d'un concept, dans la mesure où elle opère par réduction à partir des prémisses, il semblerait que la notion de stade présente deux applications bien distinctes autour desquelles se distribuent diverses disciplines intéressées : dans les notions de direction et d'organisation. Si l'on considère, en effet, l'importance d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-stade/#i_19493

STRATIGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Gilles Serge ODIN
  •  • 5 516 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Précision »  : […] En lithostratigraphie, la précision des signaux est variable. Par leur diachronisme potentiel, la base ou le sommet d'une formation repère un moment qui peut varier d'un ou plusieurs millions d'années (Ma). Par exemple, lors d'une transgression marine provoquant à sa base le dépôt de sables et de galets, chaque point inondé le sera à des instants différents et la base de la formation de sables et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stratigraphie/#i_19493

STRATIGRAPHIQUES CORRÉLATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 904 mots

L'étude de l'histoire de la Terre enregistrée dans les strates sédimentaires (stratigraphie) repose sur deux démarches méthodologiques : celle qui établit un découpage chronologique aussi détaillé qu'il est possible et celle qui permet de relier les dépôts contemporains ou d'âge différent entre des sites plus ou moins éloignés. Les moyens de corrélation (géochronologiques, lithologiques, paléontol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correlations-stratigraphiques/#i_19493

TERRE - La planète Terre

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean KOVALEVSKY, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 12 049 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Seconde approche, quantitative, du temps géologique »  : […] Une nouvelle approche, décisive, du temps géologique naît avec le xx e  siècle, en conséquence de la découverte de la radioactivité, à la suite de l'intuition du physicien Ernest Rutherford, peu avant la Première Guerre mondiale ; Arthur Holmes en sera le pionnier. Amorcée dans l'entre-deux-guerres, la géochronologie absolue explose littéralement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-la-planete-terre/#i_19493

URANIUM-THORIUM-PLOMB DATATION PAR L'

  • Écrit par 
  • Hervé BELLON
  •  • 352 mots

Les isotopes 238 et 235 de l'uranium et le thorium 232 sont radioactifs. Dans les trois cas, les produits radiogéniques formés sont des isotopes du plomb : 238 U donne 206 Pb + 8 4 He (T = 4,51 × 10 9 ans), 235 U donne 207 Pb + 7 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/datation-par-l-uranium-thorium-plomb/#i_19493

Voir aussi

Pour citer l’article

René LÉTOLLE, « GÉOCHRONOLOGIE ou DATATION, géologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/geochronologie-datation/