Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÉOCHRONOLOGIE ou DATATION, géologie

Autres méthodes

D'application limitée, et aux résultats parfois sujets à caution, certaines méthodes utilisent, soit un phénomène périodique, ou supposé tel : dendrochronologie, varves ; soit un processus lent et supposé irréversible : racémisation des acides aminés, traces de fission.

La dendrochronologie utilise les anneaux de croissance annuels des arbres, ce qui, par recoupement entre un arbre donné et un autre plus ancien, a permis de dater, en Amérique, des troncs fossiles vieux de deux millénaires.

La méthode des varves est fondée sur l'existence de dépôts glaciolacustres, finement lités, chaque lit correspondant au sédiment déposé en une année. Par recoupements de spectres de varves caractéristiques, on a pu remonter, en Scandinavie et en Amérique du Nord, jusqu'à − 9 000 ans. La précision est de quelques années. On a tenté des interprétations semblables des alternances régulières dans des dépôts salins (Zechstein).

La méthode dite de «  racémisation » des acides aminés est fondée sur le fait que les acides aminés du collagène des os, naturellement lévogyres, tendent, avec le temps, à présenter une proportion égale de formes lévo- et dextrogyres. Elle donne d'assez bons résultats pour les derniers 100 000 ans.

La méthode des traces de fission utilise le fait que les « noyaux de recul » provenant de la fission spontanée de l'uranium et du thorium détruisent le réseau cristallin sur leur parcours (long de quelques micromètres) ; le nombre de traces est proportionnel à l'âge ; cette méthode est relativement sûre.

On peut citer enfin, pour mémoire, la méthode au fluor : le fluor se concentre avec le temps dans les os et les dents des vertébrés après leur mort ; mais trop de facteurs de variation interviennent pour une exploitation valable.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Strontium - crédits : Encyclopædia Universalis France

Strontium

Échelle chronologique absolue - crédits : Encyclopædia Universalis France

Échelle chronologique absolue

Quaternaire : chronologie - crédits : Encyclopædia Universalis France

Quaternaire : chronologie

Autres références

  • DATATION PAR LES FOSSILES

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 123 mots

    Dès les années 1790, le topographe anglais William Smith (1769-1839) constate empiriquement que les strates sédimentaires sont caractérisées par des assemblages de fossiles correspondant à des périodes géologiques distinctes. Cela ouvre la voie à une reconstitution de l'histoire géologique...

  • TERRE - Planète Terre

    • Écrit par Jean AUBOUIN, Jean KOVALEVSKY
    • 9 225 mots
    • 9 médias
    Amorcée dans l'entre-deux-guerres, la géochronologie absolue explose littéralement après la Seconde Guerre mondiale. Fondés sur la période de désintégration des éléments radioactifs naturels inclus dans les minéraux, ces travaux utilisent divers couples : uranium-plomb (235U/207Pb, 238U/...
  • CÉNOZOÏQUE

    • Écrit par Marie-Pierre AUBRY
    • 7 601 mots
    • 7 médias

    Le terme Cénozoïque, qui a été introduit par J. Philipps en 1840, désigne la plus récente et la plus courte des ères géologiques, dans laquelle nous vivons. Avec une durée estimée à 65,5 millions d'années, celle-ci ne représente qu'un tiers du Mésozoïque (251-65,5 Ma), qui...

  • ÉCHELLE STRATIGRAPHIQUE

    • Écrit par Patrick DE WEVER
    • 1 245 mots
    Dansle domaine des sciences de la Terre, le temps n'est pas directement accessible et mesurable. Il ne peut être appréhendé qu'au travers de traces (des restes d'organismes, par exemple) qui l'ont « fossilisé ». La plupart d'entre elles n'ont pas de signification temporelle en elles-mêmes mais elles...
  • GÉOCHIMIE

    • Écrit par Marie-Laure PONS
    • 2 062 mots
    • 4 médias
    Le développement de la radiochronologie a révolutionné la géologie. En effet, cette technique a permis de déterminer l'âge de la Terre – estimé en 1956 par Clair Patterson à 4,55 milliards d'années –, mettant ainsi un terme à une longue controverse historique.
  • Afficher les 23 références

Voir aussi