Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BECQUEREL ANTOINE HENRI (1852-1908)

Né le 15 décembre 1852 à Paris, Henri Becquerel était le fils d'Alexandre Edmond et le petit-fils d'Antoine César Becquerel, tous deux physiciens ayant développé l'étude de la phosphorescence au laboratoire de physique du Muséum d'histoire naturelle. Il partageait son temps entre l'enseignement à l'École polytechnique et quelques travaux de recherche sans grand relief. Comme son fils Jean, lui aussi physicien, s'en fit l'écho plus tard : Becquerel « disait que les travaux qui depuis une soixantaine d'années s'étaient succédé dans ce même laboratoire formaient une chaîne qui devait fatalement, quand l'heure serait propice, aboutir à la radioactivité ». Ce moment arriva lorsque, au début de 1896, Henri Poincaré présenta avec enthousiasme à l'Académie des sciences l'extraordinaire découverte des rayons X faite par le physicien allemand Wilhelm Conrad Röntgen.

Becquerel décida d'étudier la relation entre la luminescence de certains matériaux et l'émission de ces mystérieux rayons X. Il exposa donc au soleil de nombreux échantillons phosphorescents et observa s'ils émettaient ensuite des rayons X. La réponse fut négative jusqu'à ce qu'il tente l'expérience sur un solide composé d'uranium, de soufre et de potassium. Le 24 février 1896, il annonçait à l'Académie que la phosphorescence s'accompagnait parfois d'émission de rayons X. Le 26 février, alors qu'il commençait une nouvelle expérience, le temps devint nuageux, ce qui empêchait que l'échantillon préparé soit exposé aux rayons ultraviolets solaires, causes de sa phosphorescence. Il rangea donc le solide à l'abri de toute lumière et sur la plaque photographique, en attente ; par un hasard mêlé d'heureuse curiosité scientifique, il développa tout de même, le 1er mars, la plaque non exposée et y découvrit l'empreinte de rayons émis spontanément par le minerai : l'uranium émettait de façon inexplicable ce qui semblait alors être des rayons X. Becquerel présenta rapidement sa découverte en s'étonnant surtout de l'apparente absence de « cause excitatrice ». Sans atteindre le succès médiatique des rayons X, la découverte des « rayons de Becquerel » fit immédiatement le tour des laboratoires européens, qui se mirent tous à étudier cet extraordinaire phénomène. Becquerel lui-même continua ses travaux avec différents composés d'uranium et montra que les invisibles rayons pouvaient décharger un électroscope. L'année suivante et à quelques centaines de mètres du laboratoire de Becquerel, Marie Curie commençait son travail de thèse sur l'étude des rayons uraniques.

Quelques années plus tard, Ernest Rutherford, dans le laboratoire Cavendish de l'université de Cambridge, déterminait que Becquerel avait en fait observé l'émission par l'uranium des rayons α (noyaux d'hélium) et des rayons β (électrons émis lors de la transmutation d'un neutron en proton). Henri Becquerel est mort le 25 août 1908 au Croisic.

— Bernard PIRE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DÉCOUVERTE DE LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 155 mots
    • 1 média

    En février 1896, Henri Becquerel (1852-1908) prépare des cristaux de sulfate double d'uranyle et de potassium et, afin d'étudier leur phosphorescence, les place sur une plaque photographique entourée d'un papier. Le soleil étant absent, il enferme ses plaques dans un tiroir. Quelques jours plus...

  • CURIE LES

    • Écrit par Marcel FRILLEY
    • 4 841 mots
    • 5 médias
    Henri Becquerel avait observé que certains minerais contenant de l'uranium avaient la propriété d'émettre un rayonnement doué de caractères communs avec les rayons X, qui venaient d'être découverts par Rœntgen. Il s'était limité à prouver que les rayons uraniques n'étaient pas la conséquence d'une excitation...
  • CURIE MARIE (1867-1934)

    • Écrit par Natalie PIGEARD-MICAULT
    • 2 360 mots
    • 3 médias
    « En reconnaissance de leurs services rendus, par leur recherche commune sur le phénomène des radiations découvertes par le professeurHenri Becquerel », Marie et Pierre Curie reçoivent avec Henri Becquerel le prix Nobel de physique de 1903, deux ans après sa création. Elle est la première femme...
  • DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

    • Écrit par Robert DAUTRAY
    • 863 mots

    1896 Après la découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm C. Röntgen en 1895, de nombreux savants recherchent des sources naturelles de rayons X. Le physicien français Henri Becquerel découvre fortuitement que des sels d'uranium émettent des rayons nouveaux, qu'il appelle...

  • NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Les principes physiques

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 3 089 mots
    • 2 médias
    La radioactivité des noyaux atomiques découverte par Henri Becquerel en 1896 fit rapidement l'objet d'intenses recherches. En 1903, Rutherford énonça la loi mathématique de décroissance radioactive qui donne le nombre de noyaux présents à l'instant t : NN0 exp(—t/τ), où...

Voir aussi