GÉNOCIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aperçu historique

Si l'hypothèse est bonne qu'il convient d'attendre la pénétration dans les esprits et dans les textes des notions cruciales examinées à l'instant pour pouvoir parler en toute propriété de génocide, il sera pertinent de réduire aux ères moderne et contemporaine non le temps des génocides mais celui de la légitimité de la qualification juridique par ce vocable des pratiques énumérées à l'article II de la Convention ; et il ne le sera pas moins de ne point dédouaner de leurs tricheries criminelles les puissances qui, pour des intérêts utilitaires évidents – chacun des génocides est en effet très utile pour la puissance qui le commet –, ont tout fait pour réduire la portée de la notion alors même qu'elles en élaboraient et proclamaient l'universelle valeur.

Trois génocides qualifiés pour combien d'autres oubliés ?

En arrière-plan, dès lors, la continuité cauchemardesque des « génocides occultés de 1492 à nos jours », pour reprendre le sous-titre de l'admirable travail de Rosa Amelia Plumelle-Uribe. « De 1492 », car même si la réflexion fondatrice de Vitoria est de quelques décennies postérieure au premier voyage des caravelles de Colomb, et de la découverte de l'océan Pacifique vingt ans après, elle est provoquée par un problème redoutable pour le monde blanco-biblique : rendre compte, en schéma monothéiste « révélé », d'un monde absent de la « révélation » et intégrer ses habitants à la normalité du « droit naturel » qui corrobore l'éternelle vérité de cette même « révélation ». On connaît la suite sur toute l'étendue du continent du couchant et, par ricochet, sur toute celle du continent austral. « À nos jours », oui, jusqu'aujourd'hui. À chacun de consulter son journal habituel...

Beaucoup plus près de nos jours que des aurores de l'ère moderne, voici des sommets indiscutés de l'abjection : les Jeunes-Turcs et leur tentative d'élimination des Arméniens, les nazis et celle d'éliminer les Juifs, les Tsiganes et les Slaves, les Hutu au Rwanda et celle d'éliminer les Tutsi.

En dehors de ces trois désastres, on est loin de l'unanimité sur la qualification en génocide des crimes contre l'humanité qui ont ensanglanté tant de régions, décimé tant de groupes, déporté tant de peuples, tant et tant tué, bestialisé, asservi. À un extrême, ceux qui s'indignent qu'on puisse comparer quoi que ce soit à la Shoah et qui dénoncent, au nom de sa spécificité, la lettre et l'esprit de la Convention, qui, par excès, banaliserait le sens du mot génocide. À l'autre, ceux qui, comme Israel W. Charny, directeur de l'Institute on the Holocaust and Genocide de Jérusalem, critiquent par défaut cette même Convention parce qu'elle ne permet pas d'englober sous le terme juridique par elle défini des pratiques qui en relèveraient. Ainsi faut-il parler de « meurtre de masse », de « carnage », de « massacre », de « violation des droits de l'homme », d'« anéantissement », de « pogrom », mais pas de génocide lorsqu'on évoque des tueries massives, des incendies de villages, l'élimination de communautés accomplis sans toutefois l'intention claire d'éliminer un peuple entier ? L'« euthanasie » des malades mentaux allemands, première cible des éliminations nazies, entre-t-elle sous l'extension du génocide ou lui échappe-t-elle parce que ces malades n'ont pas été tués à cause de l'appartenance à une race, mais sacrifiés pour en préserver une « sans tares » ? Affamer à mort l'Ukraine, achever les Kalmouks ou les Allemands de la Volga, déporter des peuples entiers – les Balkars, les Tchétchènes, les Tatars de Crimée, les Ingouches, les Karatchaïs –, accusés tous de sabotage ou de trahison ? Nous sommes dans la sphère du génocide ou nous n'y sommes pas, non selon la lettre et l'esprit de la Convention mais selon la lecture que chacun propose des événements à l'intérieur ou, au contraire, ne pouvant s'y inclure, à l'extérieur d'une stratégie « classique » d'occupation, de maintien ou d'expansion militaire ou militarisée.

Parlera-t-on de génocide au Timor-Oriental, dans telle ou telle région du Kurdistan, contre les Mayas au Guatemala, contre les Miskitos au Nicaragua ? Évoquera-t-on les sauvageries nippones en Asie cont [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Camp de Birkenau-Auschwitz (Pologne)

Camp de Birkenau-Auschwitz (Pologne)
Crédits : Insight Guides

photographie

Génocide cambodgien

Génocide cambodgien
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie politique, universités de Paris-I et de Toulouse-II

Classification

Autres références

«  GÉNOCIDE  » est également traité dans :

AMÉRINDIENS - Amazonie et Guyanes

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON, 
  • Universalis
  •  • 5 645 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conquête européenne et extinction des Indiens »  : […] Au moment de la conquête européenne, les Indiens de l'Amazonie et de son pourtour, groupés selon les liens de parenté dans des villages ou de grandes maisons communautaires, vivaient des produits de leurs plantations, de la forêt et des fleuves. Bien qu'il soit très difficile d'évaluer le chiffre de la population avant la venue des Blancs, on estime qu'elle pouvait être de l’ordre de quatre à cinq […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le substratum indien »  : […] Au moment de la conquête, il existait donc une population indigène, mais les estimations varient extraordinairement : 4 ou 50 millions ? L'hypothèse la plus vraisemblable estime à quelque 12 millions la totalité de ces groupements primitifs. L'imagerie populaire qualifie les Indiens de Peaux-Rouges ; la science les range dans la catégorie des Jaunes. La couleur de leur peau va du gris-jaune clair, […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'ère nazie : 1933-1945 »  : […] La crise économique et politique qui secoue l'Europe après le krach de 1929 va encore aggraver la xénophobie et l'antisémitisme. L'année 1933 marque l'arrivée de Hitler au pouvoir et la mainmise de l'idéologie raciste nazie sur l'Allemagne . L'Europe de l'Est est secouée par l'essor de mouvements antisémites qu'on retrouvera collaborant activement à l'élimination physique des juifs pendant les ann […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Grégoire, en recevant l'ordination épiscopale de l'évêque Léonce de Césarée de Cappadoce, devint le chef de l'Église apostolique arménienne. Il réorganisa la vie religieuse et fit construire de nombreuses églises dont la première basilique d'Etchmiadzine, siège aujourd'hui encore du Catholicossat de tous les Arméniens. L'Église arménienne participa au premier concile œcuménique de Nicée en 325 et […] Lire la suite

ARMÉNIENS GÉNOCIDE DES

  • Écrit par 
  • Raymond KÉVORKIAN
  •  • 4 927 mots

Parmi les innombrables violences observées durant la Première Guerre mondiale, l'extermination des Arméniens constitue l'épisode le plus sanglant touchant des populations civiles : près d'un million cinq cent mille personnes perdent la vie en 1915-1916, dans des conditions effroyables, victimes du régime jeune-turc. Le contexte de guerre – la Turquie est entrée dans le conflit aux côtés de l'Alle […] Lire la suite

AUSCHWITZ

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 1 220 mots
  •  • 3 médias

Auschwitz, également appelé Auschwitz-Birkenau, fut le plus grand des camps de concentration et d'extermination construits par l'Allemagne nazie . Situé près de la ville industrielle d'Oswiecim, dans le sud de la Pologne, Auschwitz était à la fois un camp de concentration, un camp d'extermination et un camp de travail forcé. Parce qu'il fut le camp d'extermination nazi où le plus de victimes s […] Lire la suite

BELZEC

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM, 
  • Universalis
  •  • 438 mots

Le complexe de Belzec comprenait à la fois des camps de concentration et d'extermination. Il était installé autour du village du même nom, sur la ligne de chemin de fer Lublin-Lviv, dans la province de Lublin, alors en Pologne occupée par l'Allemagne. Dans le camp d'extermination, l'un des plus sinistres, les nazis massacrèrent au moins 600 000 juifs. Les nazis établirent le premier camp de tra […] Lire la suite

BIOPOLITIQUE

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 1 813 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La norme contre la loi »  : […] Cette mutation décisive – le pouvoir, qui longtemps s'était fait reconnaître comme le maître de la mort devient l'administrateur de la vie – ne peut être isolée pour Foucault de l'apparition du capitalisme. Le biopouvoir constitue en effet une des conditions indispensables de son développement. Car il fallait tout à la fois brancher le corps des individus sur des appareils de production concrets […] Lire la suite

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 485 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des raisons de ne pas désespérer »  : […] Bien que la Bosnie-Herzégovine ne dispose de frontières mutuellement reconnues qu’avec le seul Monténégro, la normalisation de ses relations avec ses voisins croates et serbes est une réalité. Celle-ci se traduit par une tendance de leurs gouvernements à traiter davantage avec les autorités centrales bosniennes et à faire montre de plus de réserve dans leurs relations privilégiées avec les représe […] Lire la suite

BOUSQUET RENÉ (1909-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 100 mots

Né le 11 mai 1909 à Montauban (Tarn-et-Garonne), fils de notaire et docteur en droit de la faculté de Toulouse, René Bousquet était devenu, à vingt ans, chef de cabinet du préfet du Tarn-et-Garonne. Rendu célèbre, dès mars 1930, par le sauvetage de plusieurs personnes qu'emportait une inondation et fait chevalier de la Légion d'honneur à titre exceptionnel, il fut détaché à la présidence du Consei […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Il compare les atrocités commises en Ukraine au génocide rwandais, déclare ne pas savoir « comment répondre » à la question de savoir s’il faut armer l’Ukraine et fustige « les aboiements de l’OTAN à la porte de la Russie » qui auraient poussé Moscou à intervenir. Il confirme le report sine die de sa rencontre avec le patriarche Cyrille, chef de l’Église orthodoxe russe, prévue en juin à Jérusalem. […] Lire la suite

14-17 mai 2022 États-Unis. Tuerie raciste à Buffalo, dans l'État de New York.

Dans un manifeste publié simultanément, il dénonce « un remplacement ethnique » et « culturel », « un génocide blanc », et s’en prend également aux juifs. Payton Gendron est arrêté et inculpé d’assassinat, accusation pour laquelle il plaide non coupable. Le 17, le président Joe Biden se rend à Buffalo où il dénonce un « terrorisme intérieur ». […] Lire la suite

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

En visite à Boutcha le 4, le président Volodymyr Zelensky dénonce un « génocide ». Le 4, Berlin annonce le placement temporaire sous la tutelle de l’État de la filiale allemande du géant gazier russe Gazprom, dont tous les actifs ont été rapatriés le 1er. Le 4 également, Paris annonce l’expulsion de trente-cinq diplomates russes considérés comme des espions. […] Lire la suite

11-28 avril 2022 Canada – Ukraine. Reconnaissance par la Chambre des communes des actes de génocide commis par la Russie en Ukraine.

Le 28, la Chambre des communes adopte à l’unanimité une motion qui « reconnaît que la Fédération de Russie commet des actes de génocide contre le peuple ukrainien ». […] Lire la suite

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Le 24, dans une allocution qui aurait été enregistrée dès le 21, Vladimir Poutine annonce le lancement d’une « opération militaire spéciale » en Ukraine, destinée à « protéger les personnes qui, depuis huit ans, sont victimes d’intimidation et de génocide de la part du régime de Kiev ». Il indique son intention pour cela « de démilitariser et de dénazifier l’Ukraine » et prévient que « quiconque entend se mettre sur notre chemin ou menacer notre pays et notre peuple doit savoir que la réponse russe sera immédiate et aura des conséquences jamais vues dans son histoire ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis SALA-MOLINS, « GÉNOCIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/genocide/