TCHÉTCHÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Tchétchènes forment, après les Russes, le groupe ethnique le plus important du Caucase du Nord. Lors du recensement russe de 2010, ils étaient au nombre de 1 431 000 dans la Fédération de Russie, dont 1 200 000 dans la république de Tchétchénie et 93 000 au Daghestan.

Les « Nakhtcho » (Tchétchènes, d'où le nom de la branche dite « nokh » des langues caucasiennes qui, en dehors du tchétchène, comprend l'ingouche et le bastbii) parlent deux dialectes principaux : le tchétchène montagnard et le tchétchène de la plaine, qui est la base de la langue littéraire.

L'origine des Tchétchènes est mal connue. Jusqu'au xvie siècle, ils vivaient en tribus, chacune portant le nom d'une montagne ou d'une rivière : les habitants des deux rives du Mitchik, par exemple, s'appelaient les Mitchik. Les villages de montagne appartenaient chacun à un clan, uni par un ancêtre commun ; les maisons étaient construites en terrasses, la cour débouchant souvent sur le toit de la maison voisine. Les terres de culture étaient privées, tandis que les forêts et les pâturages étaient communautaires, mais l'entraide était de règle dans les travaux des champs. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, un grand nombre de Tchétchènes s'installent dans les plaines à proximité des villages cosaques. Les relations avec ces derniers étaient excellentes, et l'on assista à une interpénétration culturelle assez importante : les Cosaques adoptèrent le costume, les instruments de musique, les mélodies et les danses tchétchènes, tandis que les Tchétchènes de la plaine apprenaient auprès d'eux à cultiver la terre.

Tout au long de la première moitié du xixe siècle, tant que dura la guerre du Caucase, les nombreux clans tchétchènes furent rejoints par des groupes venus d'autres ethnies du Caucase (groupes du Daghestan, Avars, etc.) qui s'assimilèrent aux Tchétchènes. Les clans se divisaient en petits groupes de parents proches (nekf), qui rassemblaient de dix à cinquante fermes. Les grands clans regroupaient plusieurs nekf qu'on peut considérer comme des lignages. Dans les montagnes, ces nekf formaient des ligues qui se différenciaient entre elles par la langue. Dans la société tchétchène, la vendetta était l'un des faits les plus importants. Elle pouvait durer plusieurs années. Dans certaines ligues, le rachat du sang était autorisé, mais dans d'autres il était totalement exclu. Chaque ligue était indépendante sur son territoire propre. Les villages polyclaniques de la plaine étaient administrés par l'assemblée des représentants de chaque clan qui déléguait les hommes les plus âgés.

Superficiellement christianisés par les Géorgiens au viiie siècle, les Tchétchènes se tournèrent vers l'islam au xvie siècle. Venu du Daghestan, l'islam se développa plus vite dans les plaines que dans les montagnes. Il faut attendre le xixe siècle pour qu'il gagne rapidement dans les montagnes comme porte-drapeau de la lutte contre les envahisseurs russes. L'islam tchétchène donna naissance à une secte égalitaire et démocratique : le muridisme, très proche de la secte wahhabite. En 1830, l'imam des Tchétchènes, Kazi Mullah, déclara la guerre sainte aux Russes. Après sa mort, il fut remplacé par l'imam Shamil, dont le nom devint légendaire bien au-delà des frontières du Caucase. Ces fiers montagnards réussirent à entraîner dans leur lutte pour leur foi mais aussi pour leur liberté, toutes les ethnies du Caucase du Nord. Après la fin de la guerre, les meilleures terres furent distribuées par les Russes aux administrateurs militaires et aux aristocrates russes. Les quelques officiers tchétchènes ayant combattu sous le drapeau de l'Empire reçurent de grandes propriétés. Riche en pétrole, la région connut un relatif développement économique, surtout autour de Mozdok et de Groznyï (actuelle capitale de la République).

La guerre civile n'épargna pas le peuple tchétchène. Il se divisa en rouges et en blancs, mais la plus grande partie se battait aux côtés des bolcheviks, qui lui promettaient une large autonomie. Au cours de la collectivisation forcée des terres (années 1930), les Tchétchènes menèrent une lutte âpre et subirent une dure répression : en 1939, une révolte fut noyée dans le sang. Aussi furent-ils nombreux à répondre à l'appel des Allemands, et ils s'engagèrent dans les troupes nazies qui occupaient une partie du Caucase du Nord. La réaction de Moscou fut terrible : des milliers de personnes furent massacrées, tandis que des dizaines de milliers d'autres furent déportées en Asie centrale. Il a fallu attendre le XXe congrès du PCUS (1956) pour que l'accusation de « responsabilité collective » du peuple tchétchène fût levée. L'année suivante, un décret du Soviet suprême réhabilitait la « nation tchétchène », et ses membres furent autorisés à rentrer dans leur pays.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TCHÉTCHÈNES  » est également traité dans :

CAUCASE

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Georges CHARACHIDZÉ, 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Silvia SERRANO
  • , Universalis
  •  • 17 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Données géographiques et numériques »  : […] La plupart sont situées au nord de la chaîne du Caucase, entre la mer Noire et la Caspienne, et on pouvait distinguer, à la fin des années quatre-vingt : Groupe caucasique du Nord-Ouest (C.N.O.), 5 langues : 1. Abkhaze (80 000), en république autonome d'Abkhazie, sur le territoire de la Géorgie (bien qu'au sud de la chaîne, se rattache linguistiquement et culturellement au C.N.O.). 2. Abaza (30 […] Lire la suite

DOUDAEV DJOKHAR (1944-1996)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 680 mots

Père de l'indépendance de la Tchétchénie en 1991, celui qui se faisait appeler le « loup tchétchène » n'aura pas assisté à la débâcle de l'armée russe, ni à la signature d'un accord de paix à l'automne de 1996. Le destin de Djokhar Doudaev se confond avec la tragédie de son peuple. Accusés d'avoir collaboré avec l'occupant nazi, plusieurs peuples du Caucase et de la Russie méridionale sont déporté […] Lire la suite

NETTOYAGE ETHNIQUE

  • Écrit par 
  • George J. ANDREOPOULOS
  •  • 1 506 mots
  •  • 3 médias

Tentative de créer des zones géographiques se caractérisant par leur homogénéité ethnique, au moyen de la déportation ou du déplacement forcé de personnes appartenant à des groupes ethniques définis. Le nettoyage ethnique entraîne parfois la suppression de toutes les marques physiques témoignant de l'existence du groupe visé, par la destruction des monuments, cimetières et lieux de cultes. L'expr […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 556 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La diversité des nationalités »  : […] L'énorme majorité de la population est composée de Russes (80 p. 100). Avec les autres Slaves (2,5 p. 100 d'Ukrainiens et de Biélorusses) et d'autres nationalités au comportement démographique similaire, Allemands et Juifs (considérés comme formant une nationalité), deux groupes dont l'effectif s'est fortement réduit à la suite des émigrations pendant la décennie 1990, le bloc européen représente […] Lire la suite

TCHÉTCHÉNIE RÉPUBLIQUE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 070 mots

République du Caucase du Nord (15 700 km 2 ) faisant partie de la fédération de Russie, la Tchétchénie est bordée par la Russie au nord, la république du Daghestan à l'est et au sud, la Géorgie au sud-ouest et la république d'Ingouchie à l'ouest. Elle se divise en trois grandes régions géographiques : au sud, le Grand Caucase, dont la ligne de crête constitue la frontière méridionale de la répub […] Lire la suite

Les derniers événements

9-15 avril 2021 France – Russie. Expulsions controversées de ressortissants tchétchènes.

En octobre 2020, à la suite de l’assassinat du professeur Samuel Paty par un islamiste tchétchène, Paris avait indiqué son intention d’accélérer l’expulsion de ressortissants tchétchènes inscrits sur le fichier des personnes soupçonnées de radicalisation à caractère terroriste. Le 11, Magomed Gadaïev, de retour en Russie, est enlevé par des agents du président tchétchène Ramzan Kadyrov, sans que la police russe intervienne. […] Lire la suite

3-9 décembre 2019 Allemagne – Russie. Implication présumée de Moscou dans un assassinat à Berlin.

Le 3, la presse allemande fait état de soupçons relatifs à l’implication des autorités russes ou tchétchènes dans l’assassinat par balles d’un Géorgien à Berlin, en août, par un Russe porteur d’un passeport valide, mais à un faux nom. Ancien commandant insurgé de la deuxième guerre de Tchétchénie, la victime, Zelimkhan Khangochvili – dit Tornike Kavtarachvili – avait rejoint les forces spéciales du ministère de l’Intérieur géorgien et participé à la guerre de 2008 contre la Russie. […] Lire la suite

1er mai 2017 Russie. Manifestation de soutien aux homosexuels tchétchènes.

En avril, un article du journal indépendant Novaïa Gazeta a révélé que les autorités tchétchènes avaient arrêté une centaine d’homosexuels et incitaient leur famille à les tuer pour « laver leur honneur ». Deux homosexuels auraient été tués par leurs proches selon le journal, et un autre aurait été torturé à mort. Le parquet général, qui a ouvert une enquête, affirme n’avoir enregistré aucune plainte de victime. […] Lire la suite

1er-10 mars 2015 Russie. Manifestation à la mémoire de l'opposant Boris Nemtsov.

Seul l’un d’eux, Zaour Dadaïev, ancien membre des forces spéciales tchétchènes, reconnaît sa participation à l’assassinat de l’opposant. Selon le président tchétchène Ramzan Kadyrov, ce « vrai patriote de la Russie » aurait agi en réaction au soutien apporté par Boris Nemtsov aux caricaturistes de Charlie Hebdo assassinés à Paris en janvier. Le 10, des membres du Conseil des droits de l’homme, institution rattachée au Kremlin, qui rendent visite en prison à Zaour Dadaïev, dénoncent les tortures auxquelles celui-ci aurait été soumis et déclarent qu’il s’est rétracté. […] Lire la suite

10-25 août 2009 Russie. Multiplication des attentats dans les républiques du Caucase

Le Caucase est en proie à des mouvements de rébellion islamiste et séparatiste qui prennent de l'ampleur dans le contexte de déstabilisation de la région liée notamment au deux conflits tchétchènes (1994-1996 et 1999-2004), dont les foyers d'insurrection se propagent désormais au Daghestan et à l'Ingouchie.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles URJEWICZ, « TCHÉTCHÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tchetchenes/