GALILÉE(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

15 février 1564 Galilée (Galileo Galilei) naît à Pise ; il est le premier des six ou sept enfants du musicien Vincenzo Galilei, qui avait épousé en 1562 Giulia degli Ammannati.

1583 Selon son premier biographe, Vincenzo Viviani, Galilée formule la loi d'isochronisme du pendule, après avoir observé le balancement d'un lustre dans la cathédrale de Pise : la durée d'une oscillation ne dépend que de la longueur du pendule et non pas de l'amplitude du mouvement.

Juin ou juillet 1609 Galilée construit sa première lunette, dont le grossissement est égal à trois.

21 août 1609 Galilée présente au doge de Venise une nouvelle lunette, d'un grossissement égal à huit.

30 novembre-18 décembre 1609 Galilée observe la Lune avec une nouvelle lunette, d'un grossissement égal à vingt.

19 décembre 1609-6 janvier 1610 Galilée observe des étoiles, la Voie lactée et Jupiter.

7 janvier 1610 Avec sa lunette de grossissement vingt, Galilée discerne trois « étoiles » au voisinage de Jupiter.

13 janvier 1610 Galilée découvre une quatrième « étoile » qui accompagne Jupiter.

15 janvier 1610 Galilée réalise que les quatre « étoiles » sont en fait des satellites de Jupiter, qu'il nomme Medicea Sidera (« astres médicéens »). Ces satellites, qui seront ultérieurement baptisés satellites galiléens, sont Io, Europe, Ganymède et Callisto.

16 janvier 1610 Galilée commence à écrire le Sidereus nuncius (Le Messager céleste).

12 mars 1610 Le Sidereus nuncius, dédié à Cosme II de Médicis, grand duc de Toscane, est imprimé à Venise.

Juillet 1610 Galilée observe de part et d'autre de Saturne deux étranges appendices (il s'agit en fait des anneaux de Saturne).

Septembre 1610 Galilée fait part à Julien de Médicis de sa découverte des phases de Vénus.

1612 Galilée envoie à Marco Velseri trois lettres re [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GALILÉE (1564-1642)  » est également traité dans :

GALILÉE (G. GALILEI)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 4 181 mots
  •  • 4 médias

Le nom de Galilée est plus que célèbre. Il fut – il est encore – signe de contradiction, et l'homme auquel il appartient s'estompe derrière les symboles. Symbole du martyr qui a souffert pour les droits de la raison et de l'expérience face aux dogmatismes philosophiques et qui a ouvert l'ère de la science positive. P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galilee-1564-1642/

LUNETTES ASTRONOMIQUES DE GALILÉE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 288 mots
  •  • 1 média

Les longues-vues constituées de deux lentilles – objectif et oculaire – ont, selon toute probabilité, été inventées avant 1604 ; elles se répandent en Europe vers 1608. Galilée va en construire plusieurs à partir de 1609 et utiliser ces premières lunettes astronomiques pour observer le ciel : d'abord la Lune, puis les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lunettes-astronomiques-de-galilee/#i_2746

PROCÈS DE GALILÉE

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 293 mots
  •  • 1 média

La parution du De revolutionibus de Copernic, en 1543, avait bouleversé la cosmologie traditionnelle en substituant l'héliocentrisme au géocentrisme traditionnel. Les théologiens catholiques, mais aussi protestants, rejetèrent la doctrine copernicienne au nom des affirmations bibliques s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-de-galilee/#i_2746

AIR

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] Aristote ne parvint pas à peser l'air et les échecs se succédèrent jusqu'au xvii e  siècle. Galilée, interrogé sur l'impossibilité de pomper l'eau des puits à une hauteur de plus de 10 mètres, doit admettre que « la nature a une horreur modérée du vide », selon la théorie de l'époque. Evangelista Torricelli remplace l'eau par du mercure : la colo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/air/#i_2746

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La renaissance de l'astronomie »  : […] Au milieu du xiv e  siècle, la pensée grecque commence à éclairer à nouveau l'Occident. Totalement ignorée pendant de nombreux siècles, à l’exception d’Aristote, elle redevient à la mode parmi les intellectuels. On recherche et on traduit les textes anciens, principalement en Italie. La redécouverte de cette civilisation hellénique entraîne une r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_2746

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Kepler et Galilée »  : […] Une nouvelle et décisive impulsion dans la voie du progrès vint des deux principaux artisans de la révolution scientifique du début du xvii e  siècle : Kepler et Galilée. Dès 1609, dans son Astronomia nova , Kepler considère que le principe de la démonstration de la mesure du cercle par Archimède ne réside pas dans la techni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_2746

CAMPANELLA TOMMASO (1568-1639)

  • Écrit par 
  • Michel-Pierre LERNER
  •  • 2 010 mots

Dans le chapitre « La « physiologia » campanellienne »  : […] Bien qu'il se soit rangé en 1616 aux côtés de Galilée pour soutenir que l'autorité de l'Écriture ne peut pas être invoquée dans le domaine de la science de la nature, Campanella n'a jamais été un sectateur de Copernic, ni un adepte de Galilée, dont il a critiqué la physique d'inspiration atomiste. Sa propre philosophie de la nature, nourrie de platonisme et de télésianisme, veut rendre compte de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tommaso-campanella/#i_2746

CAVALIERI FRANCESCO BONAVENTURA (1598-1647)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 361 mots

Mathématicien dont les recherches en géométrie préfigurent le calcul intégral. Dans sa jeunesse, Cavalieri rejoignit les jésuates (souvent appelés clercs religieux de saint Jérôme), un ordre religieux qui suivait la règle de saint Augustin et qui fut supprimé en 1668 par le pape Clément X. Les œuvres d'Euclide éveillèrent son intérêt pour les mathématiques et, après sa rencontre avec Galilée, Cava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-bonaventura-cavalieri/#i_2746

CONSCIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 718 mots

Dans le chapitre « Le sujet cartésien »  : […] Jusqu’ici, c’est la dimension « douloureuse » de la conscience que nous avons évoquée. Elle peut cependant présenter un tout autre visage, celui qu’a dessiné et imposé la philosophie cartésienne. Descartes (1596-1650) est incontournable si nous avons l’intention de nous réconcilier avec la conscience. Qu’est-ce donc que le « cogito » (le « Je pense donc je suis ») cartésien ? C’est la découverte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscience-notions-de-base/#i_2746

COPERNIC NICOLAS (1473-1543)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  • , Universalis
  •  • 5 383 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sens et limite d'une révolution »  : […] Parmi les grandes œuvres qui jalonnent la route de l'astronomie, celle de Copernic est peut-être la plus contestée. Ainsi ce dernier apparaît-il comme ayant été par deux fois fauteur de troubles. Fauteur de troubles en son temps, parmi les astronomes, les philosophes et les théologiens. Fauteur de troubles aujourd'hui, parmi les historiens des sciences, les uns le considérant, non seulement comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-copernic/#i_2746

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Continuité et discontinuité du devenir de la science »  : […] Pour chacune des positions que nous venons d'esquisser, la notion d'un état de la science historiquement déterminé renvoie en fin de compte au problème de la conception continue ou discontinue de son histoire. Une conception strictement continuiste, qui nierait toute espèce de rupture, ne nous paraît pas tenable au vu des événements eux-mêmes que la chronique scientifique nous fournit à l'état bru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_2746

ESPACE-TEMPS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PROVOST, 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  • , Universalis
  •  • 6 018 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Espace et temps absolus »  : […] Dans l'Antiquité, la notion d'espace absolu est liée à la conception hiérarchique d'un Cosmos. La plupart des cosmologies des Anciens supposent l'existence d'un Univers tridimensionnel fini, avec la Terre pour centre. L'espace est alors formé par un ensemble de sphères homocentriques correspondant à chacun des astres errants ; il est fermé par la sphère des fixes. Le mouvement circulaire des astre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-temps/#i_2746

EXPÉRIENCE ET EXPÉRIMENTATION, sciences

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 1 591 mots

Dans le chapitre « Naissance de la méthode expérimentale »  : […] C'est sous le signe du refus de tout argument d'autorité que les pionniers de la méthode expérimentale, au xvii e  siècle, ont placé leurs efforts pour connaître la nature. Au lieu de s'en remettre aux écrits de l'Antiquité, de lire Aristote ou la Bible, ils ont eu l'idée de consulter la nature elle-même, et de se fier à l'examen des faits et à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience-et-experimentation-sciences/#i_2746

GALILEI VINCENZO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean Claude FALQUE
  •  • 547 mots

Fin des années 1520, probablement Vincenzo (Vincentio, Vincenzio) Galilei naît à Santa Maria a Monte, près de Florence. 1562 Vincenzo Galilei, qui réside alors à Pise, épouse Giulia degli Ammannati. Vers 1563 Vincenzo Galilei, qui est devenu un luthiste de renom, est remarqué par Giovanni de' Bardi, comte de Vernio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galilei-reperes-chronologiques/#i_2746

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 942 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Généralités »  : […] Le terme « gravitation » est employé depuis l'époque de Newton pour désigner le mécanisme de l'attraction résiduelle mutuelle agissant à distance entre les objets, indépendamment de la nature spécifique de la matière dont ils sont constitués. Cette propriété – indépendance de la nature de la matière – fut établie par Galilée en 1638, avec la formulation de ce qui est maintenant connu sous le nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravitation-et-astrophysique/#i_2746

HÉLIOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 226 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La nouvelle astronomie, source de la physique moderne »  : […] Mais plus profondément peut-être, la nouvelle astronomie devait bouleverser la physique. La cosmologie de Ptolémée s'appuyait sur une physique qui l'avait largement précédée ; l'ensemble formait un tout certes non exempt de faiblesses, et même de contradictions partielles, mais globalement cohérent. Copernic propose une nouvelle cosmologie sans faire œuvre de physicien alors que cette cosmologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heliocentrisme/#i_2746

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

Dans le chapitre « L'idéalisme et la philosophie de la physique »  : […] On rencontre fréquemment deux opinions : que le réalisme est naturel aux sciences ; que la philosophie est nécessairement idéaliste. La première de ces affirmations a pu être vraie pour certaines théories. Émile Meyerson a soutenu qu'elle est vraie et que les thèses positivistes-idéalistes vont à contre-fil de la pratique des savants. Par exemple, Comte interdit de formuler des hypothèses sur « l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/#i_2746

INFINI, mathématiques

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 364 mots

Dans le chapitre « La rupture du calcul infinitésimal »  : […] Marquons d'abord la rupture qu'a été la mise en œuvre du calcul infinitésimal, rupture qui a affecté en premier lieu le niveau opératoire et dont nous pouvons aujourd'hui désigner la racine. Ce fut la triple exigence de définir rigoureusement les concepts cinématiques de vitesse instantanée et d'accélération, de produire les instruments analytiques propres à préciser et à généraliser le concept d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-mathematiques/#i_2746

LA VIE DE GALILÉE (mise en scène J.-F. Sivadier)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une fête de l’intelligence »  : […] Réinstallée dans son décor d’origine – des lattes de bois clair reconstruisant en permanence l’espace alors que, sur le côté, une petite table avec miroir à maquillage fait office de coulisses apparentes –, la mise en scène n’a rien perdu de sa fluidité, de son allégresse, de sa vitalité. Elle est plus fidèle que jamais à l’esprit d’un Brecht qui, s’il se faisait le héraut d’un théâtre du sens et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-vie-de-galilee/#i_2746

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inertie et attraction ; les aventures de la quantification »  : […] En tout état de cause, la nouvelle physique, pour être entendue, devait se déclarer fidèle à l'ontologie traditionnelle, c'est-à-dire admettre que tout est substance et attribut ; par voie de conséquence, elle excluait le vide, au sens de principe métaphysique, et de surcroît refusait à la matière toute activité intrinsèque ; elle déniait, a fortiori, toute action à distance excédant la seule forc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere/#i_2746

MÉCANIQUE - Histoire de la mécanique

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 6 180 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Galilée à Newton »  : […] Dans l'histoire de la mécanique, c'est incontestablement le grand ouvrage de Galilée, Discours et démonstrations mathématiques concernant deux sciences nouvelles ( Discorsi e dimostrazioni matematiche intorno a due nuove scienze attenanti alla meccanica ed i movimenti locali , Leyde, 1638), qui ouvre une ère elle aussi nouvelle. Si le titre même mentionn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-histoire-de-la-mecanique/#i_2746

MÉCANISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph BEAUDE
  •  • 5 205 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] Très tôt dans l'histoire de la pensée grecque, on voit se constituer une école de philosophes atomistes, l'école d'Abdère. On ignore tout du fondateur de cette école, Leucippe, mais on connaît par quelques textes la pensée de son disciple Démocrite, un contemporain de Socrate. L'atomisme fut repris et développé par Épicure (341-271) , puis, au premier siècle avant J.-C., il s'introduisit à Rome, o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanisme-philosophie/#i_2746

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 011 mots

Dans le chapitre « L'hypothèse et l'expérience mentale »  : […] Les analyses des épistémologues depuis C. Bernard sont centrées autour de la méthode expérimentale et la discussion roule sur les rôles respectifs de l'hypothèse ou de l' invention et de l'expérience. Lequel est premier, le fait ou l'idée ? Peut-on se passer d'hypothèse ? L'hypothèse procède de notre tendance spéculative, du besoin de compléter mentalement les apparences ou les observations. Ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methode/#i_2746

MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Françoise BALIBAR
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Galilée ou la naissance de la cinématique »  : […] Galilée marque une rupture dans l'histoire de la science occidentale . Certes, on peut discuter indéfiniment la question de savoir s'il s'agit d'une coupure ou d'une rupture, etc. Ce n'est pas ce qui nous intéresse ici. Nous adoptons le parti naïf de prendre Galilée au sérieux, lorsqu'il énonce (et annonce), au début de la troisième journée du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement/#i_2746

OBSERVATION ASTRONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 839 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La révolution optique »  : […] L'observation astronomique a pris un cours différent quand Galilée (avec quelques-uns de ses contemporains) a braqué une lunette – alors qualifiée d'astronomique – sur le ciel en 1609 . Constituée d'un assemblage de lentilles, la lunette fait converger sur l'oculaire les rayons lumineux émis par l'astre observé. L'effet est double : l'image est agrandie, ce qui permet d'observer davantage de détai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/observation-astronomique/#i_2746

OSTRACISME

  • Écrit par 
  • Pierre BOUDOT
  •  • 9 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ostracisme culturel »  : […] La condamnation de Galilée montre que l'ostracisme peut mêler le combat d'idées au refus de la réalité, fût-elle irréfutable et scientifique. Le savant est condamné quand celle-ci se dévoile trop vite, mettant en cause les bases d'une culture dont la transmission empruntait le discours parathéologique . La vérité scientifique est proscrite au nom d'un modèle emprunté à un ordre autre que le sien. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ostracisme/#i_2746

PHYSIQUE - Physique et mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 7 176 mots

L'existence d'une relation particulière entre la physique et les mathématiques est universellement reconnue. Les témoignages explicites en abondent à travers toute l'histoire de la physique, à commencer par la célèbre assertion de Galilée : « La philosophie est écrite dans ce livre immense perpétuellement ouvert devant nos yeux (je veux dire : l'Univers), mais on ne peut le comprendre si l'on n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-physique-et-mathematique/#i_2746

PLANÈTES

  • Écrit par 
  • Thérèse ENCRENAZ
  •  • 3 739 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les planètes et l’histoire »  : […] L’observation des planètes remonte au début de l’histoire de l’humanité. Les Grecs, ayant observé leur mouvement dans le ciel par rapport aux étoiles fixes, ont baptisé planêtês , ou « astres errants » les cinq d’entre elles visibles à l’œil nu : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. Selon la conception d’Aristote (385 env.-322 av. J.-C.), pour qui le monde doit être rég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/planetes/#i_2746

PLANÉTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Thérèse ENCRENAZ
  •  • 1 516 mots

Dans le chapitre « Histoire de la planétologie »  : […] Jusqu’aux travaux de Nicolas Copernic (1473-1543), qui révolutionneront notre vision du monde, l’étude des planètes s’est limitée à celle de leur orbite, le débat portant alors sur la place de la Terre dans l’Univers, entre géocentrisme (Terre au centre de l’Univers et immobile) et héliocentrisme (Soleil au centre de l’Univers et autour duquel les planètes sont en mouvement). Les planètes ne sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/planetologie/#i_2746

POSITIVISME

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 5 246 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le positivisme et l'évolution de la science positive »  : […] C'est à Descartes, auquel il associe Francis Bacon et Galilée, que Comte fait remonter les principes de la philosophie positive : « L'époque où [les sciences] ont commencé à devenir vraiment positives doit être rapportée à Bacon, qui a donné le premier signal de cette grande révolution ; à Galilée, son contemporain, qui en a donné le premier exemple, et enfin à Descartes, qui a irrévocablement d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme/#i_2746

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Rôle des fonctions »  : […] Le langage des proportions, qui fait intervenir quatre éléments ou grandeurs, n'est guère propice à l'idée fonctionnelle, c'est-à-dire à la correspondance entre un élément et un autre. Aussi, en dehors des tables numériques à deux entrées, constate-t-on l'absence de représentations graphiques des variations de phénomène physique. Si l'on connaît un manuscrit arabe du xi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_2746

SATURNE, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 12 516 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre «  Les anneaux »  : […] Observés pour la première fois par Galilée en 1610, les anneaux de Saturne sont probablement l'un des plus beaux spectacles qu'on puisse voir dans le ciel avec une simple paire de jumelles. Leurs survols par les sondes Voyager en novembre 1980 et août 1981 nous ont révélé un magnifique système composé d'un nombre incalculable de milliards de « cailloux » en orbite autour de Saturne et formant des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saturne-planete/#i_2746

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et ontologie »  : […] Radicalisant la critique husserlienne, Heidegger affirme, dans un cours donné en 1952 à l'université de Fribourg-en-Brisgau : « la science ne pense pas, et ne peut pas penser ; et c'est même là, ajoute-t-il, sa chance, je veux dire ce qui lui assure sa démarche propre et bien définie » ( Qu'appelle-t-on penser ? ). Revenant quelque temps après sur cette proposition, si choqua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_2746

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre « De Copernic à Newton »  : […] À partir du xv e  siècle, l'humanisme puis la Renaissance bouleversèrent le paysage intellectuel européen. Il y eut, certes, un néopaganisme et une philosophie panthéiste très éloignés de la pensée chrétienne. Mais la rupture avec la scolastique médiévale se fit surtout au nom d'une nouvelle sensibilité religieuse et de la philosophie platonici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/#i_2746

SYMBOLISATION, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 424 mots

Dans le chapitre « Naissance d'un langage mathématique »  : […] On connaît la très célèbre citation de Galilée, dans L'Essayeur (1623) : « La philosophie est écrite dans ce livre gigantesque qui est continuellement ouvert à nos yeux (je parle de l'Univers), mais on ne peut le comprendre si d'abord on n'apprend pas à comprendre la langue et à connaître les caractères dans lesquels il est écrit. Il est écrit en langage mathématique, et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisation-physique/#i_2746

SYSTÈMES DU MONDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 426 mots

Fin du vi e  siècle - début du v e  siècle avant J.-C. Philolaos propose que la Terre, la Lune, le Soleil et les cinq planètes connues dans l'Antiquité – Vénus, Mercure, Mars, Jupiter et Saturne – tournent autour d'un Feu central. iv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-du-monde-reperes-chronologiques/#i_2746

TÉLESCOPES

  • Écrit par 
  • Olivier LE FÈVRE, 
  • Jean RÖSCH
  • , Universalis
  •  • 14 003 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « De l'œil aux grands télescopes »  : […] L'œil humain constitue le plus petit des instruments : une lentille de 5 à 10 millimètres de diamètre collecte la lumière pour la concentrer sur la rétine. Galilée, nous l'avons vu, est le premier, en 1609, à utiliser des combinaisons de lentilles apparues aux Pays-Bas pour augmenter la quantité de lumière collectée et grossir l'image de l'objet observé afin d'en étudier les détails. Ses lunettes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telescopes/#i_2746

TERRE - La planète Terre

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean KOVALEVSKY, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 12 049 mots
  •  • 12 médias

Avant d'être un concept, la Terre fut une donnée : d'abord, la Terre nourricière – autrement dit, la « terre végétale » –, puis, la Terre où l'homme vit, par opposition à la mer, c'est-à-dire les terres émergées. Tout naturellement, cette Terre, siège de l'humanité, était le centre du monde, qui s'ordonnait autour d'elle, y compris le ciel, dont le mystère autorisait d'y voir la transcendance des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-la-planete-terre/#i_2746

THERMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHÉRON
  •  • 4 736 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Température »  : […] Au milieu du xix e  siècle, la nécessité de décrire la matière macroscopique à partir de ses éléments microscopiques s’impose peu à peu au monde de la physique. Maxwell franchit en ce sens un pas décisif par la publication, en 1859, de sa Théorie cinétique des gaz , qui établit par le calcul la loi d’état des gaz parfaits, do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermique/#i_2746

THE SCIENCE OF ART, Martin Kemp

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 229 mots

Dans le chapitre « Invention et développement de la perspective linéaire »  : […] Le domaine embrassé par Martin Kemp dans The Science of Art est immense. Il distingue trois grands moments dans l'histoire des relations entre les modèles scientifiques de compréhension de la nature et la création artistique ; trois époques qui déterminent les différentes parties de l'ouvrage, dans lequel sont examinées quatre siècles d'affinités entre l'art et la science. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-science-of-art/#i_2746

TORRICELLI EVANGELISTA (1608-1647)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 234 mots
  •  • 1 média

Physicien et mathématicien italien, né à Faenza et mort à Florence, inventeur du baromètre. Les écrits de Galilée inspirèrent à Torricelli un traité de mécanique, De motu ( Du mouvement ), qui devait à son tour influencer Galilée. Invité à Florence en 1641, Torricelli assure les fonctions de secrétaire et d'assistant auprès de Galilée, durant les trois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangelista-torricelli/#i_2746

UNIVERS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 767 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La révolution copernicienne »  : […] Il faut attendre le milieu du xvi e   siècle, avec Copernic (1473-1543), pour qu’un nouvel ordre du monde soit proposé : l’héliocentrisme. La sphère des étoiles fixes englobe toujours l’Univers, mais c’est le Soleil qui est placé en son centre. Planète parmi les autres, la Terre tourne autour de l’astre en même temps que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/univers-notions-de-base/#i_2746

URBAIN VIII, MAFFEO BARBERINI (1568-1644) pape (1623-1644)

  • Écrit par 
  • Armand DANET
  •  • 391 mots
  •  • 2 médias

Élégant Florentin qui commence la carrière comme nonce à Paris et qui, nommé cardinal de curie à trente-huit ans, connaît déjà le milieu romain quand il est élu pape le 6 août 1623, sous le nom d'Urbain VIII. Politicien de tempérament et de tradition familiale, Maffeo Barberini ne résiste pas longtemps à la tentation d'un affrontement des Barberini avec les Farnèse à propos du duché de Castro. Dur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maffeo-urbain-viii/#i_2746

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « GALILÉE - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/galilee-reperes-chronologiques/