Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GALILÉE (repères chronologiques)

15 février 1564 Galilée (Galileo Galilei) naît à Pise ; il est le premier des six ou sept enfants du musicien Vincenzo Galilei, qui avait épousé en 1562 Giulia degli Ammannati.

1583 Selon son premier biographe, Vincenzo Viviani, Galilée formule la loi d'isochronisme du pendule, après avoir observé le balancement d'un lustre dans la cathédrale de Pise : la durée d'une oscillation ne dépend que de la longueur du pendule et non pas de l'amplitude du mouvement.

Juin ou juillet 1609 Galilée construit sa première lunette, dont le grossissement est égal à trois.

21 août 1609 Galilée présente au doge de Venise une nouvelle lunette, d'un grossissement égal à huit.

30 novembre-18 décembre 1609 Galilée observe la Lune avec une nouvelle lunette, d'un grossissement égal à vingt.

19 décembre 1609-6 janvier 1610 Galilée observe des étoiles, la Voie lactée et Jupiter.

7 janvier 1610 Avec sa lunette de grossissement vingt, Galilée discerne trois « étoiles » au voisinage de Jupiter.

13 janvier 1610 Galilée découvre une quatrième « étoile » qui accompagne Jupiter.

15 janvier 1610 Galilée réalise que les quatre « étoiles » sont en fait des satellites de Jupiter, qu'il nomme Medicea Sidera (« astres médicéens »). Ces satellites, qui seront ultérieurement baptisés satellites galiléens, sont Io, Europe, Ganymède et Callisto.

16 janvier 1610 Galilée commence à écrire le Sidereus nuncius (Le Messager céleste).

12 mars 1610 Le Sidereus nuncius, dédié à Cosme II de Médicis, grand duc de Toscane, est imprimé à Venise.

Juillet 1610 Galilée observe de part et d'autre de Saturne deux étranges appendices (il s'agit en fait des anneaux de Saturne).

Septembre 1610 Galilée fait part à Julien de Médicis de sa découverte des phases de Vénus.

1612 Galilée envoie à Marco Velseri trois lettres relatives à sa découverte des taches solaires (macchie solari) : la première le 4 mai, la deuxième le 14 août, la troisième le 1er décembre.

Octobre 1623 Il Saggiatore (L'Essayeur) est publié à Rome. L'ouvrage est dédié au pape Urbain VIII.

Février 1632 Le Dialogue sur les deux grands systèmes du monde (Dialogo di Galileo Galilei [...] sopra i due massimi sistemi del mondo, tolemaico, e copernicano) est imprimé à Florence.

22 juin 1633 Le pape Urbain VIII ordonne que Galilée demeure jusqu'à la fin de sa vie dans sa villa d'Arcetri, près de Florence.

1638 Louis Elsevier, imprimeur à Leyde, publie Discours et démonstrations mathématiques concernant deux nouvelles sciences touchant la mécanique et les mouvements locaux (Discorsi e dimostrazioni matematiche, intorno à due nuove scienze attenenti alla mecanica & i movimenti locali).

8 janvier 1642 Galilée meurt dans sa villa d'Arcetri.

1619 Johannes Kepler formule dans son Harmonices mundi la dernière de ses trois lois cinématiques sur le mouvement des planètes, établies à partir des observations de Tycho Brahe.

1659 Christiaan Huygens montre dans son Systema Saturnium, sive de causis mirandorum Saturni phænomenôn, et comite ejus planeta nova, publié à La Haye, que les deux appendices découverts par Galilée de part et d'autre de Saturne sont en fait des anneaux.

1676 En étudiant le mouvement des satellites de Jupiter découverts par Galilée, Ole Christensen Römer découvre que la lumière a une vitesse grande, mais pas infinie.

1687 Isaac Newton établit dans ses Philosophiae naturalis principia mathematica les lois physiques du mouvement des planètes ; sa physique est en partie fondée sur les travaux de Galilée.

— James LEQUEUX

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LUNETTES ASTRONOMIQUES DE GALILÉE

    • Écrit par James LEQUEUX
    • 288 mots
    • 1 média

    Les longues-vues constituées de deux lentilles – objectif et oculaire – ont, selon toute probabilité, été inventées avant 1604 ; elles se répandent en Europe vers 1608. Galilée va en construire plusieurs à partir de 1609 et utiliser ces premières lunettes astronomiques pour observer...

  • PROCÈS DE GALILÉE

    • Écrit par Jean-Urbain COMBY
    • 293 mots
    • 1 média

    La parution du De revolutionibus de Copernic, en 1543, avait bouleversé la cosmologie traditionnelle en substituant l'héliocentrisme au géocentrisme traditionnel. Les théologiens catholiques, mais aussi protestants, rejetèrent la doctrine copernicienne au nom des affirmations bibliques sur...

  • AIR

    • Écrit par Jean PERROTEY
    • 2 154 mots
    • 2 médias
    Aristote ne parvint pas à peser l'air et les échecs se succédèrent jusqu'au xviie siècle. Galilée, interrogé sur l'impossibilité de pomper l'eau des puits à une hauteur de plus de 10 mètres, doit admettre que « la nature a une horreur modérée du vide », selon la théorie de l'époque. ...
  • ASTRONOMIE

    • Écrit par James LEQUEUX
    • 11 339 mots
    • 20 médias
    Galilée (1564-1642) est un des hommes de science les plus complets qui aient existé. Mathématicien, physicien et astronome, il est le véritable fondateur de la physique. Il entreprend les premières expériences sur la chute des corps. Pour l'astronomie, Galilée restera à jamais célèbre pour deux raisons...
  • CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

    • Écrit par René TATON
    • 11 465 mots
    • 3 médias
    Galilée, pour sa part, n'apporta qu'une contribution personnelle assez réduite au perfectionnement des méthodes infinitésimales. Cependant, ayant le sentiment profond que ce problème conditionnait en partie l'essor de la science nouvelle, et tout particulièrement de la dynamique, il incita...
  • CAMPANELLA TOMMASO (1568-1639)

    • Écrit par Michel-Pierre LERNER
    • 2 009 mots
    Bien qu'il se soit rangé en 1616 aux côtés de Galilée pour soutenir que l'autorité de l'Écriture ne peut pas être invoquée dans le domaine de la science de la nature, Campanella n'a jamais été un sectateur de Copernic, ni un adepte de Galilée, dont il a critiqué la physique d'inspiration atomiste....
  • Afficher les 50 références

Voir aussi