Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DONIZETTI GAETANO

Gaetano Donizetti

Gaetano Donizetti

Les destinées douloureuses de Gaetano Donizetti et de son quasi-contemporain Vincenzo Bellini – le premier a sombré dans la folie, le second est mort très jeune dans des circonstances demeurées mystérieuses – ne doivent pas cacher l'essentiel : un savoir-faire exemplaire qui assure à l'œuvre de l'un et de l'autre une stabilité et une cohérence que n'ont eues ni celle de Rossini ni celle, plus ouverte sur l'avenir, de Verdi.

De Naples à Paris

Domenico Gaetano Maria Donizetti naît à Bergame (alors en république Cisalpine) le 29 novembre 1797. Ses quelque soixante-dix ouvrages lyriques, composés en moins de trois décennies, ne doivent pas éclipser une production qui a touché à tous les genres et à toutes les formes : il laisse notamment un important corpus de musique sacrée, des cantates, de la musique de chambre, des pièces pour orchestre... Ses premiers ouvrages représentés (parmi lesquels Enrico di Borgogna, 1818 ; La Zingara, 1822 ; L'Ajo nell'imbarazzo, 1824 ; L'Esule di Roma, 1828 ; Elisabetta al castello di Kenilworth, 1829) reflètent encore l'influence de Rossini. Anna Bolena (1830), qui témoigne pour la première fois de son originalité créatrice, lui vaut son premier triomphe ; cet ouvrage, ses deux grands opéras bouffes – L'Elisir d'amore (1832) et Don Pasquale (1843) – et Lucia di Lammermoor (1833) constituent ses quatre incontestables chefs-d'œuvre. Après avoir vécu à Naples – où il est directeur musical des théâtres royaux de 1828 à 1838 –, Donizetti se fixe en octobre 1838 à Paris. De ses cinq opéras sur des livrets français se détachent La Fille du régiment et La Favorite, présentés respectivement à l'Opéra-Comique et à l'Opéra en 1840. Le Kärntnertortheater de Vienne entend Linda di Chamounix en 1842 et Maria di Rohan en 1843. Mais, atteint d'une paralysie générale et de troubles mentaux qui nécessitent en 1846 son internement à l'hôpital psychiatrique d'Ivry, près de Paris (il est depuis longtemps syphilitique), Donizetti est ramené à l'automne de l'année suivante dans sa ville natale, où il meurt, le 8 avril 1848.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de littérature comparée à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des sciences morales et politiques

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Gaetano Donizetti

Gaetano Donizetti

Joan Sutherland et Alfredo Kraus dans <it>Lucia di Lammermoor</it>

Joan Sutherland et Alfredo Kraus dans Lucia di Lammermoor

Autres références

  • LUCIA DI LAMMERMOOR (G. Donizetti), en bref

    • Écrit par Christian MERLIN
    • 210 mots
    • 2 médias

    On néglige parfois les apports de Donizetti en faisant de lui un simple épigone du néo-belcantisme italien, tout dévoué à la mise en valeur des voix. La réalité est plus complexe. Archétype de l'opéra romantique italien, Lucia di Lammermoor, créé triomphalement le 26 septembre 1835...

  • LUCIA DI LAMMERMOOR (G. Donizetti)

    • Écrit par Timothée PICARD
    • 1 709 mots
    • 1 média

    Dramma tragico en trois actes de Gaetano Donizetti sur un livret de Salvatore Cammarano, Lucia di Lammermoor est créé triomphalement au Teatro San Carlo de Naples le 26 septembre 1835. Avec Norma de Vincenzo Bellini, Lucia di Lammermoor constitue l'autre sommet du romantisme italien pré-verdien....

  • BEL CANTO

    • Écrit par Jean CABOURG
    • 2 752 mots
    • 5 médias
    Le premier romantisme, celui deDonizetti, et surtout de Bellini, cultive, comme il a été dit plus haut, une certaine nostalgie des formes extérieures du belcantisme. Les héroïnes féminines apparaissent dans des atours vocaux inspirés d'une certaine idéalisation ou d'un angélisme innocent, et les mélismes...
  • FLÓREZ JUAN DIEGO (1973- )

    • Écrit par Universalis, Robert RAUCH
    • 802 mots

    Lorsqu'il incarna Tonio dans La Fille du régiment de Donizetti au Metropolitan Opera de New York, en avril 2008, le ténor péruvien Juan Diego Flórez brisa, avec l'accord de la direction, l'interdit ancestral qui pesait sur les bis lorsqu'il chanta une seconde fois l'aria « Ah ! mes amis, quel...

  • MARIO GIOVANNI MATTEO (1810-1883)

    • Écrit par Universalis
    • 394 mots

    Ténor romantique italien, né le 17 octobre 1810, à Cagliari, en Sardaigne, mort le 11 décembre 1883, à Rome, Giovanni Mario est réputé pour sa grande beauté, sa grâce et son charme ainsi que pour la large tessiture de sa magnifique voix.

    Issu d'une famille noble et fils d'un général de la...

  • NOURRIT ADOLPHE (1802-1839)

    • Écrit par Universalis
    • 530 mots

    Ténor dramatique français, considéré comme le plus grand de l'époque romantique, Adolphe Nourrit, né le 3 mars 1802 à Montpellier, créa un grand nombre de rôles à l'Opéra de Paris (salle Le Peletier).

    Après avoir étudié l'art lyrique auprès de Manuel García père (Manuel...

  • Afficher les 9 références

Voir aussi