DONIZETTI GAETANO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gaetano Donizetti

Gaetano Donizetti
Crédits : AKG

photographie

La Fille du régiment, opéra de Gaetano Donizetti

La Fille du régiment, opéra de Gaetano Donizetti
Crédits : R. Jack/ Corbis

photographie

Joan Sutherland et Alfredo Kraus dans Lucia di Lammermoor

Joan Sutherland et Alfredo Kraus dans Lucia di Lammermoor
Crédits : Johan Elbers/ The LIFE Images Collection/ Getty Images

photographie


Une nouvelle expression des passions

L'art de Bellini mélodiste est bien connu. Il a su, aussi, conjuguer l'instrument et la voix dans des moments lyriques exceptionnels où le temps semble comme suspendu dans le « gel » ou dans l'extase : que l'on songe, bien sûr, à « Casta diva », la longue invocation de Norma à la lune. Donizetti n'est pas en reste, même si, dans la conduite de l'orchestre, il lui arrive de sombrer dans la pompe et dans la vulgarité. Grand mélodiste lui aussi, il porte à un point extrême de perfection le second bel canto quand il ménage ces moments extatiques qui permettent au chanteur d'atteindre au sommet de son art : l'air d'Essex, « Come uno spirito angelico », au troisième acte de Roberto Devereux (1837), la vision « Al dolce guidami » dans Anna Bolena (1830) ou la magnifique scène de Parisina d'Este (1833), opéra oublié dont Montserrat Caballé a su révéler les immenses beautés.

Paul Scudo, critique parfois dur, mais le plus souvent lucide, notait à la mort de Donizetti, en 1848 (« Donizetti et l'école italienne depuis Rossini »), que le caractère de l'école italienne s'était modifié depuis que Rossini n'écrivait plus. « L'influence de la littérature étrangère », faisait-il observer, et celle « des nouvelles théories sur l'art dramatique, ont excité les compositeurs du pays de Cimarosa à rechercher l'expression violente de la passion, à délaisser la peinture des sentiments aimables et délicats pour celle des sombres emportements de l'âme ». Le second bel canto n'évoluait pas pour autant vers un Sturm und Drang à l'italienne. Mais, remarquait encore Scudo, « une sorte de mysticisme s'est emparé de l'imagination sereine des Italiens ». Leurs mélodies sont devenues plus sobres, d'un accent plus intime et plus tendre, sans dommage pour la force dramatique, parfois durcie, il est vrai, exagérée même, moins pour complaire au public que par un phénomène de compensation.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de littérature comparée à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification


Autres références

«  DONIZETTI GAETANO (1797-1848)  » est également traité dans :

DONIZETTI GAETANO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 586 mots
  •  • 8 médias

29 novembre 1797 Domenico Gaetano Maria Donizetti naît à Bergame, alors en république Cisalpine.1828 Donizetti est nommé directeur musical des théâtres royaux de Naples, poste qu'il occupera jusqu'en 1838.26 décembre 1830 Anna Bolena (Anne Boleyn), tragedia lirica e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donizetti-reperes-chronologiques/

LUCIA DI LAMMERMOOR (G. Donizetti)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 710 mots
  •  • 1 média

Dramma tragico en trois actes de Gaetano Donizetti sur un livret de Salvatore Cammarano, Lucia di Lammermoor est créé triomphalement au Teatro San Carlo de Naples le 26 septembre 1835. Avec Norma de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucia-di-lammermoor/#i_34729

LUCIA DI LAMMERMOOR (G. Donizetti), en bref

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 212 mots
  •  • 2 médias

On néglige parfois les apports de Donizetti en faisant de lui un simple épigone du néo-belcantisme italien, tout dévoué à la mise en valeur des voix. La réalité est plus complexe. Archétype de l'opéra romantique italien, Lucia di Lammermoor, créé triomphalement le 26 septembre 1835 au Teatro San Carlo de Naples, est certes un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucia-di-lammermoor-g-donizetti-en-bref/#i_34729

BEL CANTO

  • Écrit par 
  • Jean CABOURG
  •  • 2 759 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un bel canto romantique ? »  : […] Le premier romantisme, celui de Donizetti , et surtout de Bellini , cultive, comme il a été dit plus haut, une certaine nostalgie des formes extérieures du belcantisme. Les héroïnes féminines apparaissent dans des atours vocaux inspirés d'une certaine idéalisation ou d'un angélisme innocent, et les mélismes de la vocalisation contribuent à les préserver du commun. Une agilité belcantiste tient l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bel-canto/#i_34729

FLÓREZ JUAN DIEGO (1973- )

  • Écrit par 
  • Robert RAUCH
  • , Universalis
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il incarna Tonio dans La Fille du régiment de Donizetti au Metropolitan Opera de New York, en avril 2008, le ténor péruvien Juan Diego Flórez brisa, avec l'accord de la direction, l'interdit ancestral qui pesait sur les bis lorsqu'il chanta une seconde fois l'aria « Ah ! mes amis, quel jour de fête ! », avec ses neuf contre- ut aigus. Il faut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-diego-florez/#i_34729

MARIO GIOVANNI MATTEO (1810-1883)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 396 mots

Ténor romantique italien, né le 17 octobre 1810, à Cagliari, en Sardaigne, mort le 11 décembre 1883, à Rome, Giovanni Mario est réputé pour sa grande beauté, sa grâce et son charme ainsi que pour la large tessiture de sa magnifique voix. Issu d'une famille noble et fils d'un général de la garde piémontaise, Giovanni Matteo Mario, Cavaliere (« chevalier ») di Candia, suit une formation d'officier d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-matteo-mario/#i_34729

NOURRIT ADOLPHE (1802-1839)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 533 mots

Ténor dramatique français, considéré comme le plus grand de l'époque romantique, Adolphe Nourrit, né le 3 mars 1802 à Montpellier, créa un grand nombre de rôles à l'Opéra de Paris (salle Le Peletier). Après avoir étudié l'art lyrique auprès de Manuel García père (Manuel del Pópulo Vicente Rodríguez García), un des plus illustres ténors de son temps, Adolphe Nourrit effectue ses débuts à l'Opéra de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-nourrit/#i_34729

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 136 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « Le bel canto »  : […] À la différence de Berlioz, qui y résiste résolument, ces compositeurs avaient plus ou moins bien retenu les enseignements du bel canto , celui que Gioacchino Rossini (1792-1868), puis Vincenzo Bellini (1801-1835) et Gaetano Donizetti (1797-1848) avaient entrepris de réhabiliter. Rossini, l'enfant prodige (à vingt ans, il a déjà écrit sept opéras) entre véritablement dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/#i_34729

PONS LILY (1898-1976)

  • Écrit par 
  • Jacques GHEUSI
  •  • 1 022 mots
  •  • 1 média

Alice Joséphine Pons, la future Lily Pons , ne naquit pas en 1904 à Cannes, comme une légende bien accréditée tendait à le faire croire, mais à Draguignan, le 12 avril 1898. Son père, Léonard Pons, était imprimeur et sa mère, née Marie Naso et d'origine italienne, était couturière. C'est en effet en 1904 que la famille Pons vint s'établir à Cannes, où Lily Pons passa son enfance avant de venir à P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lily-pons/#i_34729

RUBINI GIOVANNI BATTISTA (1794-1854)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 375 mots

Ténor italien, né le 7 avril 1794, à Romano, dans la république de Venise, mort le 3 mars 1854, dans la même ville, Giovanni Battista Rubini fut l'un des premiers grands interprètes du style romantique de Vincenzo Bellini et de Gaetano Donizetti. Très tôt promis à une brillante carrière musicale, Giovanni Battista Rubini est engagé comme violoniste et choriste au théâtre Riccardi de Bergame dès l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-battista-rubini/#i_34729

SUTHERLAND JOAN (1926-2010)

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Stupenda »  : […] Née près de Sydney, en Australie, le 7 novembre 1926, Joan Alston Sutherland étudie d'abord avec sa mère – une excellente mezzo-soprano qui avait renoncé à sa carrière lyrique –, puis au Conservatoire de Nouvelle-Galles du Sud de Sydney ; c'est dans cette ville qu'elle se produit pour la première fois en public, en août 1947, dans Didon de Didon et Énée de Henry Purcell, don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-sutherland/#i_34729

TAMBURINI ANTONIO (1800-1876)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 262 mots

Baryton italien, né le 28 mars 1800 à Faenza, dans les États pontificaux, mort le 8 novembre 1876 à Nice, Antonio Tamburini est surtout connu pour les rôles qu'il a interprétés dans les œuvres de Gioacchino Rossini, Gaetano Donizetti et Vincenzo Bellini. Pendant sa jeunesse, Antonio Tamburini étudie le cor avec son père, chef d'orchestre, et la voix auprès d'Aldobrando Rossi et de Bonifazio Asioli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-tamburini/#i_34729

Pour citer l’article

Pierre BRUNEL, « DONIZETTI GAETANO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaetano-donizetti/