Candy, CAMEO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'origine, au début des années 1970, Cameo est une sorte de big band de «black rock», selon la formule du créateur de ce groupe new-yorkais, Larry Blackmon, ancien batteur de jazz. À partir de 1974, le groupe suit les traces de Parliament puis de Funkadelic, les groupes de George Clinton, créateur du son P-Funk, avec lesquels il se produit en tournées. À l'aube des années 1980, la musique funk noire bénéficie d'une embellie commerciale, illustrée notamment par Rick James (James Johnson) et son tube Super Freak, extrait de l'album Street Songs (1981). Avec l'album She's Strange (1984), Cameo s'éloigne du funk, où les cuivres et le groove organique dominent, et se laisse tenter par l'electro funk, où les machines prédominent. Word up (1985), à la teneur pop, représente un sommet du genre, et la plus grande réussite commerciale de Cameo. Aux États-Unis, les classes moyennes noires, très friandes de ce type de musique, vont assurer leur succès. Le trio constitué par Larry Blackmon, Thomas Jenkins et Nathan Leftenant, noyau du groupe, se replie sur le studio. Remarqué par Miles Davis, Cameo continue dans cette veine, un peu crispée par les préceptes d'un funk technologique qui finit par glacer leur son en bridant la créativité des musiciens.

Le morceau Candy, tiré de l'album Word up, met en évidence les particularités musicales de l'electro funk, courant auquel ont adhéré à un certain moment Michael Jackson et Prince, entre autres. Le fondement rythmique est créé par une batterie de sons échantillonnés (sans doute par un séquenceur-sampler EMU SP 1200), mixés très en avant, avec une basse synthétique qui évoque le slap d'une basse électrique. L'arrangement des percussions produit deux strates sonores: la première, composée d'une grosse caisse «collée» à la basse et d'une caisse claire jouée classiquement sur les temps pairs; la seconde, constituée d'une profusion [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « Candy, CAMEO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/candy-cameo/