Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

YOUNG NEIL (1945- )

Le songwriter et guitariste canadien Neil Young fait figure de légende du rock. Sans jamais perdre de vue son idéal artistique et ses convictions, il s’est tour à tour essayé depuis les années 1960 au folk traditionnel, à la country ou encore au punk-rock.

Le solitaire

Neil Percival Young naît le 12 novembre 1945 à Toronto (Ontario). Il grandit à Winnipeg (Manitoba) avec sa mère, après que celle-ci a divorcé de son père, journaliste sportif canadien célèbre. Ayant joué dans des groupes pendant son adolescence, puis en solo dans des bars de Toronto, Neil Young est à la fois un interprète de musique folk et de rock lorsque, en 1966, il arrive à Los Angeles, où il rejoint les Buffalo Springfield, un groupe polyvalent et novateur dont la musique repose sur l'expérimentation de formes et de sons inhabituels. Les duels à la guitare saturée avec Stephen Stills compensent la voix aiguë et nasale de Young. Ses paroles passent du romantisme affecté à la satire sociale métaphorique, mais sa voix tremblante à la vulnérabilité sans artifice est l'élément constant de toutes les explorations tourmentées et multiformes de Neil Young.

S'il ne rencontre pas le succès commercial, l'album de ses débuts en solo, Neil Young (1969), est néanmoins ambitieux en termes de novation et d'expérimentation musicales. Pour son album suivant, EverybodyKnows This Is Nowhere (1969), Young est accompagné par un petit groupe, le Crazy Horse. Il devient une véritable icône grâce à cet album dont les titres « Cinnamon Girl »– avec son célèbre solo de guitare qui incarne à lui seul tout le sarcasme du chanteur à l'égard des modèles prédéfinis – et « Down by the River »– avec son jeu de guitare haché et obsédant, tel un martèlement intense et sauvage et ses paroles qui évoquent le meurtre – sont diffusés par les toutes premières radios libres.

Neil Young se joint rapidement au groupe Crosby, Stills & Nash, qui a déjà rencontré le succès avec son premier album. L'arrivée de Young donne du poids à la formation devenue Crosby, Stills, Nash & Young mais celle-ci compte trop de fortes personnalités pour que cette collaboration ne donne pas lieu à des conflits incessants. Après la sortie du premier album du groupe, Déjà vu (1970), Young compose et chante « Ohio », qui devient, sur les campus américains, l'hymne de tous les opposants à la guerre du Vietnam après que quatre étudiants ont trouvé la mort lors d'affrontements avec la Garde nationale à l'université de Kent (Ohio) en mai 1970.

Le virage suivant de Young le ramène vers les sons acoustiques – un revirement qu'annonçait déjà le titre Helpless de l'album Déjà vu, lequel le dévoilait dans toute sa vulnérabilité et essayant de mettre à nu ses émotions grâce à la musique. Son image d'auteur-compositeur qui se confie à travers ses œuvres devient l'une des plus importantes de ses multiples facettes. Avec son album solo suivant, After the Gold Rush (1970), Young s'affirme en tant que grand-prêtre du rock 'n' roll, et en tant que visionnaire qui projette ce qu'il est au plus profond de lui sur le monde et exorcise ainsi ses propres démons comme ceux de son public. L'album Harvest (1972) poursuit dans cette voie de la confession et sa cohérence stylistique remarquable en fait l'un des plus grands succès commerciaux de Neil Young, même si certains ne classent pas ce disque parmi ses meilleurs. Il semble que ses partis pris simplistes soient le point de départ d'un long processus de réflexion sur soi. Quoi qu'il en soit, cet album marque le début d'une décennie d'errances artistiques, une expérience qui coûte cher à Neil Young, à la fois en termes de créativité et de ventes. Cependant, en 1979, l'album Rust Never Sleeps redonne la mesure de tout son talent – l'ironie[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : critique de musique
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • COUNTRY, musique

    • Écrit par Eugène LLEDO
    • 1 153 mots
    • 1 média
    Neil Young (né en 1945) reste le songwriter du country-rock. Il a réussi, par son propos engagé, à opérer la jonction avec le folk tout en conservant l'énergie du rock et l'authenticité et de la musique populaire rurale américaine.
  • CROSBY, STILLS & NASH

    • Écrit par Universalis
    • 278 mots

    Groupe de folk-rock formé par les Américains David Crosby (de son vrai nom David van Cortland) et Stephen Stills et le Britannique Graham Nash, Crosby, Stills & Nash se produit également avec le chanteur canadien Neil Young sous le nom de Crosby, Stills, Nash & Young. Avec des chansons folk-rock...

  • FOLK

    • Écrit par Eugène LLEDO
    • 934 mots
    • 2 médias
    ...chanteur et guitariste du groupe britannique The Hollies, forment un groupe qui deviendra vite la principale formation folk de la scène pop lorsque le Canadien Neil Young (né en 1945) les rejoindra en 1970 : le succès de Crosby, Stills, Nash & Young est sans conteste dû aux talents conjugués de ses quatre...
  • GRUNGE

    • Écrit par Eugène LLEDO
    • 478 mots

    Le grunge, sorte de rock déglingué joué par des musiciens dépenaillés, exprime dans ses textes le malaise d'une partie de la jeunesse américaine. Nirvana est le groupe créateur du genre.

    En 1991, le succès planétaire de Smells Like Teen Spirit de l'album Nevermind du groupe Nirvana...

Voir aussi