KAFKA FRANZ (1883-1924)

Franz Kafka passe un peu partout pour le symbole même de la littérature d'avant-garde. Son œuvre étant des plus énigmatiques, elle a donné lieu à une foule d'interprétations plus ou moins ingénieuses, qui ont toutes le défaut d'être extérieures aux textes, et de refléter moins la réalité vivante de l'écrivain que les diverses idéologies ayant sur le moment la faveur des critiques. Aussi le Kafka connu par les exégèses n'a-t-il pas grand-chose de commun avec celui qui, entre 1912 et 1924, a travaillé dans le silence et la solitude, sans autre ambition que de décrire, en toute vérité et discrétion, ce qu'il appelait son impossibilité de vivre.

Franz Kafka

Franz Kafka

photographie

Franz Kafka (1883-1924) a créé un univers littéraire énigmatique, où le sens est incertain, parfois improbable, où le langage est mis en doute, tissant autour des personnages un faisceau de contradictions. 

Crédits : Imagno/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Procès de la littérature

Le possédé de l'art

L'une des particularités les plus remarquables de cette œuvre déroutante, c'est qu'elle entremêle à ses thèmes romanesques des motifs moins apparents, qui tous ont trait à l'existence même de l'écrivain et aux problèmes de la création. Ici, en effet, la littérature est toujours liée d'une manière ou d'une autre à ce qui arrive au héros, elle est le principe au nom duquel l'individu espère et lutte, l'instance toute-puissante qui le séduit, mais qui, le vouant finalement à l'échec, est impliquée comme lui dans un obscur procès. Non que Kafka enferme dans ses récits une philosophie de la littérature ou une théorie esthétique, il n'a pas l'esprit théoricien, à peine trouverait-on dans ses récits quelques pages de réflexion abstraite qui sont des notes personnelles, le plus souvent ambiguës, et fort éloignées des préoccupations esthétiques des contemporains. Mais la littérature était sa passion, au sens profane comme au sens religieux du mot. Un amour donc, et un calvaire, avec ce que ces deux ordres d'expérience supposent de caractère pathologique et de dynamisme exemplaire. Pathologique, car la passion ici en vient, à force de déchirement, à se nier elle-même et à détruire son propre objet. Exemplaire malgré tout, par la vérité intransigeante de l'expérience vécue qui, en dépit ou plutô [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  KAFKA FRANZ (1883-1924)  » est également traité dans :

FRANZ KAFKA (Cahier de l'Herne)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 075 mots

« Que serait Kafka “après son siècle” ? » se demandent Jean-Pierre Morel et Wolfgang Asholt, les maîtres d’œuvre du Cahier de L'Herne (2014) consacré à l’écrivain, faisant allusion au titre de l'exposition Le Siècle de Kafka conçue par Yasha David au Centre Georges-Pompidou en 1984. Pour le moment, « l'après-Kafka » n'a pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-kafka-cahier-de-l-herne/#i_874

KAFKA EN REPRÉSENTATION (mises en scène F. Tanguy et M. Langhoff)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 518 mots

Mis à part Le Gardien de tombeau, une pièce énigmatique et relativement méconnue, Franz Kafka n'a pas écrit pour le théâtre. On recense pourtant de nombreuses tentatives de porter son œuvre à la scène ( Le Procès , créé dernièrement au festival d'Avignon par Dominique Pitoiset, l'atteste), et ses romans ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kafka-en-representation/#i_874

LE PROCÈS, Franz Kafka - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 101 mots
  •  • 1 média

L'œuvre la plus connue de Kafka (1883-1924), Le Procès, roman emblématique du xxe siècle, a suscité des milliers de pages de commentaires et d'interprétations, dont la variété met en évidence l'extraordinaire richesse de ce récit, dont la langue et le sens apparent sont aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-proces/#i_874

ANGOISSE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Angoisse et société »  : […] par le problème de la subsistance et se trouvera vraiment face à face avec elle-même ? Kafka, cet incomparable témoin de notre temps, pourrait nous aider à cerner ce problème de plus près. L'angoisse, qui est au centre de son œuvre, naît de cette prolifération de dimensions et de présences qui, dans la famille, à l'école et dans la cité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angoisse/#i_874

APPELFELD AHARON (1932-2018)

  • Écrit par 
  • Michèle TAUBER
  •  • 1 687 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le retour à la maison »  : […] L'œuvre de Kafka est à l'origine de ce « retour à la maison ». En le lisant, Appelfeld découvre que l'allemand de Kafka fait partie de son être le plus intime, et qu'il s'agit bien de la langue « juive-allemande » familière de son enfance. De plus, Kafka incarne une sorte de maître en ce qui concerne le judaïsme populaire, le yiddish, et l'hébreu. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aharon-appelfeld/#i_874

BROD MAX (1884-1968)

  • Écrit par 
  • Lore de CHAMBURE
  •  • 792 mots

Écrivain, philosophe, dramaturge, compositeur, Max Brod, sur la scène culturelle du demi-siècle passé, compte au nombre des personnalités les plus diverses que l'on connaisse. Pourtant sa réputation tient moins à l'œuvre qu'il laisse qu'au renom dont il jouit comme éditeur et interprète de Kafka […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-brod/#i_874

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le retour à l'origine »  : […] « Cela est donc possible ? » se demande Kafka, et sa méditation tourne autour de l'idée de possibilité. Il vit dans un perpétuel sentiment d'attente : attente de quoi ? on ne sait trop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_874

FÉNELON PHILIPPE (1952-    )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 181 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'opéra des mythes »  : […] , dans une mise en scène de Stéphane Braunschweig. Avec cet ouvrage, Philippe Fénelon lance un pont entre Cervantès et Kafka. La nouvelle de Kafka, La Vérité sur Sancho Pança, propose en effet une lecture de l'histoire de don Quichotte : Sancho invente un personnage avec lequel il vit des aventures étonnantes mais, lassé de cet être, il le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-fenelon/#i_874

HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS (1776-1822)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 1 944 mots

Dans le chapitre « Les deux pôles du monde et de l'art »  : […] dénudés sont le point de départ de l'œuvre fantastique. Le secret de l'œuvre d'Hoffmann est donc bien ce trait d'union entre les deux aspects contradictoires de la vie et de l'œuvre, et c'est ce mélange de rêve et de réalité qui frappera en lui les surréalistes qui l'admirèrent tant. C'est en lui seul aussi que Kafka pouvait trouver un prédécesseur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-theodor-amadeus-hoffmann/#i_874

KUNDERA MILAN (1929-    )

  • Écrit par 
  • Martine BOYER-WEINMANN
  •  • 2 105 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art du roman »  : […] phénoménologie du sensible. C'est en effet dans cette Europe centrale, dans la Bohème de Kafka, que s'est développée une forme de burlesque qui marque aussi la pente satirique de l'écriture de Kundera et l'acuité d'une dérision qui n'exclut pas la mélancolie : Karel Čapek, Jaroslav Hašek y ont influencé l'imaginaire national en créant le héros […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milan-kundera/#i_874

ROBERT MARTHE (1914-1996)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 105 mots

Marthe Robert a voué son existence à la littérature, reprenant à son compte l'aphorisme de Kafka : « Tout ce qui n'est pas littérature m'ennuie. » Elle a traduit de l'allemand Lichtenberg, Goethe, Büchner, Grimm, Nietzsche et Walser, mais surtout Kafka, dont elle a établi l'édition française du Journal, et auquel elle a consacré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marthe-robert/#i_874

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 702 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les étapes idéologiques du roman »  : […] ), Lukács devait opposer l'art de Thomas Mann à celui de Kafka. Comme Tolstoï par exemple, Mann dévoile les contradictions, les conflits d'un groupe social dominant : à travers le personnage de Hans Castorp (La Montagne magique), l'écrivain allemand se fait le défenseur d'un humanisme libéral, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-societe/#i_874

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 222 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La querelle du personnage »  : […] personnages de Gide parurent être d'une singulière plénitude, d'une exemplaire complexité, lorsque les romans de Kafka, après plus de trente ans de clandestinité, vinrent porter, en 1945, un nouveau coup à la culture et à la civilisation occidentales, et compléter l'œuvre démystificatrice accomplie par Joyce, Céline, Bernanos, Sartre, Malcolm Lowry […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-personnage-de-roman/#i_874

Voir aussi

Pour citer l’article

Marthe ROBERT, « KAFKA FRANZ - (1883-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-kafka/