APPELFELD AHARON (1932-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure majeure de la littérature israélienne contemporaine, Aharon Appelfeld se situe toutefois hors du sérail des écrivains qui dépeignent les états d'âme d'une société israélienne en mutation permanente. Son histoire personnelle le porte à retracer le vécu du judaïsme d'Europe centrale tout au long du xxe siècle. La quête de la mémoire occupe une place prépondérante dans son œuvre où sont évoquées des enfances idylliques à jamais perdues, des périodes troublées de l'assimilation ou des survies précaires après la Shoah. Dans un hébreu qu'il acquiert à l'âge de quatorze ans, Aharon Appelfeld forge des langages universels : selon lui, « l'Art, et l'Art seulement peut-être, est capable d'endiguer la banalisation et de lutter contre la perte de signification de la Shoah [...]. La littérature doit obéir à un impératif : traiter de l'individu, un individu auquel son père et sa mère ont donné un nom, ont parlé une langue, ont donné leur amour et leur foi. Par sa nature même, l'Art défie constamment le processus d'anonymat auquel chaque individu est réduit » (Beyond Despair, 1994).

Une langue maternelle d'adoption

Aharon Appelfeld naît le 16 février 1932 à Czernowitz en Bucovine (rebaptisée Tchernovtsy et située actuellement en Ukraine), dans une famille juive assimilée. De langue et de culture maternelles allemandes, il entend le yiddish de ses grands-parents et comprend le ruthène (dialecte ukrainien) ainsi que le roumain. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il connaît le ghetto et le camp, puis, resté seul, il erre pendant trois ans dans les forêts d'Ukraine, dormant à la belle étoile l'été, trouvant refuge chez les voleurs de chevaux et les prostituées durant les hivers rigoureux. Il enfouit au plus profond de lui-même son identité juive ainsi que sa langue maternelle pour s'exprimer uniquement – et très épisodiquement – en ruthène.

Aharon Appelfeld

Aharon Appelfeld

photographie

 

Crédits : Will Yurman/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

À la fin de la guerre, non seulement il a perdu l'usage de l'allemand, mais il est incapable de s'exprimer dans quelque langue que ce soit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences habilitée en littérature hébraïque moderne et contemporaine à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  APPELFELD AHARON (1932-2018)  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 721 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « Le roman dans l'histoire »  : […] de ces derniers, devant un drame aussi terrible, n'ont pu réagir que par le silence. Pourtant, les survivants commencent à écrire. Ainsi, Aharon Appelfeld (né en 1932) n'évoque pas, au moins au début, directement la Shoah, mais le temps d'avant et d'après la tragédie. Ses héros sont des Juifs assimilés, ignorant leur véritable identité, qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_12570

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 492 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Réverbérations au loin »  : […] C'est la voix isolée et unique d'Aharon Appelfeld, hors de toute référence à la tradition religieuse juive ou à la tradition scripturaire hébraïque, qui inscrit l'anéantissement dans l'imaginaire littéraire en hébreu. Enfant rescapé, de langue maternelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_12570

Pour citer l’article

Michèle TAUBER, « APPELFELD AHARON - (1932-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aharon-appelfeld/