Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MUSIL ROBERT (1880-1942)

Les circonstances historiques ont fait que l'œuvre de l'écrivain autrichien Musil, notamment L'Homme sans qualités, l'immense roman inachevé, inachevable, qui en constitue l'essentiel, est restée presque inconnue, presque sans influence du vivant de l'auteur. Ce n'est qu'à partir des années 1950 que ce roman, réédité dans sa langue originale, traduit peu à peu dans les principales langues européennes, a pris sa place à l'horizon du xxe siècle, à côté des œuvres de Kafka, de Thomas Mann et d'Hermann Broch, c'est-à-dire au plus haut.

« Attendre sa mort pour pouvoir vivre »

En 1942, quand Robert Musil, âgé de soixante-deux ans, mourut à Genève, en exil, l'événement fit peu de bruit dans un monde en pleine convulsion où son nom était oublié ou inconnu, ses œuvres à peu près introuvables. Peu auparavant, avec l'ironie amère qui le caractérisait, il avait écrit à l'un de ses rares amis, le pasteur zurichois Robert Lejeune : « Devoir attendre sa mort pour pouvoir vivre, voilà un vrai tour de force ontologique... »

Né à Klagenfurt, en Carinthie, où son père était ingénieur, Robert Musil fut d'abord destiné à la carrière des armes et fréquenta, de douze à dix-sept ans, des institutions militaires. Ayant bientôt bifurqué vers le métier d'ingénieur, et obtenu son diplôme en 1901, il travailla comme assistant à l'école des Hautes Études techniques de Stuttgart où l'ennui, devait-il prétendre plus tard, lui fit commencer un roman ; sur quoi on le trouve à Berlin, à l'automne 1903, suivant des cours de psychologie et de philosophie. Le roman commencé à Stuttgart, et dont le cadre lui avait été fourni par ses souvenirs de l'École militaire (celle-là même où Rilke avait peu avant souffert le martyre), Les Désarrois de l'élève Törless (Die Verwirrungen des Zöglings Törless), parut en 1906 et reçut un accueil extrêmement favorable. En 1908, Musil soutint encore une thèse de doctorat sur le positiviste Ernst Mach. Il venait de rencontrer Martha Marcovaldi, qu'il épousa en 1911 et qui devait être pour lui, jusqu'à sa mort et même au-delà, une compagne irremplaçable. Il avait opté, définitivement cette fois, pour la littérature, et le succès de Törless lui faisait croire qu'il pourrait en vivre. Fin 1910, il lui fallut néanmoins regagner Vienne pour y prendre un emploi de bibliothécaire. Les nouvelles de Noces (Vereinigungen), plus complexes, plus hardies que le roman, furent mal accueillies. Fin 1913, Musil repartit pour Berlin pour y travailler à la rédaction d'une revue ; mais la guerre survint, qu'il fit, comme officier, au Tyrol du Sud. À son retour, il trouva un nouvel emploi, à Vienne, au service de presse de l'armée. À partir de 1922, date à laquelle il perdit ce poste, Musil ne devait plus vivre, jusqu'à la fin de sa vie, que d'avances d'éditeurs ou d'appuis discrets, au milieu de difficultés grandissantes dues à son intransigeance et, plus encore, aux circonstances historiques.

Robert Musil

Robert Musil

Il n'en continua pas moins sa tâche. Un drame, fort dédaigneux des exigences de la scène, Les Exaltés (Die Schwärmer), parut en 1921 ; il fut bien accueilli, mais non pas sa première représentation, véritable trahison de l'œuvre, four complet dont Musil se sentit très affecté. En 1923, il reçut le prix Kleist pour un nouveau recueil de nouvelles, Trois Femmes (Drei Frauen). Mais surtout, depuis des années, Musil projetait un vaste roman dont la première partie parut, sous le titre L'Homme sans qualités(Der Mann ohne Eigenschaften), en 1930. Ce premier volet, de dimension déjà considérable, suscita une grande admiration ; et sans doute la gloire n'eût-elle pas été refusée à Musil vivant si l'avènement du nazisme n'était intervenu dans son destin. Fin 1931, Musil s'était réinstallé[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Robert Musil

Robert Musil

Autres références

  • L'HOMME SANS QUALITÉS, Robert Musil - Fiche de lecture

    • Écrit par Jacques LE RIDER
    • 1 077 mots
    • 1 média

    Commencé vers 1918, le vaste projet romanesque de L'Homme sans qualités absorba toute l'énergie de Robert Musil (1880-1942) jusqu'à sa mort, sans qu'il puisse parvenir à le mener à bien. Musil n'en publia que les deux premiers volumes : le premier en octobre 1930, réunissant les deux...

  • L'HOMME SANS QUALITÉS (R. Musil - trad. 2004)

    • Écrit par Marc CERISUELO
    • 1 040 mots

    Voici comment Robert Musil décrit le « sens du possible », qui anime tout le projet de L'Homme sans qualités : « L'homme qui en est doué, par exemple, ne dira pas : ici s'est produit, va se produire, doit se produire telle ou telle chose ; mais il imaginera : ici pourrait, devrait se produire...

  • LA VOIX DE L'ÂME ET LES CHEMINS DE L'ESPRIT (J. Bouveresse) et MUSIL PHILOSOPHE (J.-P. Cometti)

    • Écrit par Marc CERISUELO
    • 987 mots

    Peut-être ne faut-il pas dissimuler davantage son désarroi : si L'Homme sans qualités est toujours cité comme l'un des sommets de la littérature du xxe siècle, on peut se demander qui lit encore Musil en France, qui entretient un authentique commerce avec l'œuvre. Raison de plus pour...

  • COMETTI JEAN-PIERRE (1944-2016)

    • Écrit par Jacques MORIZOT
    • 900 mots

    Né à Marseille le 22 mai 1944, fils d’émigrés italiens, Jean-Pierre Cometti a d’abord été un guitariste de jazz. Il entreprend assez tardivement des études de philosophie, avant d’enseigner dans des lycées, en France, notamment à Millau, et surtout à l’étranger, au Maroc, en Allemagne et...

  • ÉCLECTISME, architecture

    • Écrit par Yve-Alain BOIS
    • 949 mots

    C'est en 1817 que Victor Cousin donna son sens moderne au terme « éclectisme » (issu du grec eklegein, choisir), soit quelques décennies après la Révolution française. Pour l'historien de l'architecture Vincent Scully, l'éclectisme, que préfigure en 1782 le hameau de Marie-Antoinette,...

  • FRAGMENT, littérature et musique

    • Écrit par Daniel CHARLES, Daniel OSTER
    • 9 372 mots
    • 2 médias
    ...de l'œuvre comme corps vivant, ou cathédrale, ne risque pas de bloquer la réflexion sur la spécificité du fragment tout autant que sur son dynamisme. La tension qui existe entre le romanesque et l'essayisme à l'intérieur de L'Homme sans qualités de Robert Musil, dont on lui a fait grief,...
  • JAMES HENRY (1843-1916)

    • Écrit par Diane de MARGERIE
    • 2 121 mots
    • 2 médias
    ...simplifiant la vérité à l'excès : « On ne sait jamais le dernier mot quand il s'agit du cœur humain. » Le possible a fasciné James autant qu'il a séduit Musil : c'est pourquoi, sans doute, les personnages masculins, et surtout les nombreux artistes décrits dans l'œuvre, répugnent à choisir, comme à se dévoiler....
  • Afficher les 8 références

Voir aussi