MUSIL ROBERT (1880-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les circonstances historiques ont fait que l'œuvre de l'écrivain autrichien Musil, notamment L'Homme sans qualités, l'immense roman inachevé, inachevable, qui en constitue l'essentiel, est restée presque inconnue, presque sans influence du vivant de l'auteur. Ce n'est qu'à partir des années 1950 que ce roman, réédité dans sa langue originale, traduit peu à peu dans les principales langues européennes, a pris sa place à l'horizon du xxe siècle, à côté des œuvres de Kafka, de Thomas Mann et d'Hermann Broch, c'est-à-dire au plus haut.

« Attendre sa mort pour pouvoir vivre »

En 1942, quand Robert Musil, âgé de soixante-deux ans, mourut à Genève, en exil, l'événement fit peu de bruit dans un monde en pleine convulsion où son nom était oublié ou inconnu, ses œuvres à peu près introuvables. Peu auparavant, avec l'ironie amère qui le caractérisait, il avait écrit à l'un de ses rares amis, le pasteur zurichois Robert Lejeune : « Devoir attendre sa mort pour pouvoir vivre, voilà un vrai tour de force ontologique... »

Né à Klagenfurt, en Carinthie, où son père était ingénieur, Robert Musil fut d'abord destiné à la carrière des armes et fréquenta, de douze à dix-sept ans, des institutions militaires. Ayant bientôt bifurqué vers le métier d'ingénieur, et obtenu son diplôme en 1901, il travailla comme assistant à l'école des Hautes Études techniques de Stuttgart où l'ennui, devait-il prétendre plus tard, lui fit commencer un roman ; sur quoi on le trouve à Berlin, à l'automne 1903, suivant des cours de psychologie et de philosophie. Le roman commencé à Stuttgart, et dont le cadre lui avait été fourni par ses souvenirs de l'École militaire (celle-là même où Rilke avait peu avant souffert le martyre), Les Désarrois de l'élève Törless (Die Verwirrungen des Zöglings Törless), parut en 1906 et reçut un accueil extrêmement favorable. En 1908, Musil soutint encore une thèse de doctorat sur le positiviste Ernst Mach. Il venait de rencontrer Martha Marcovaldi, qu'il épousa en 1911 et qui devait être p [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MUSIL ROBERT (1880-1942)  » est également traité dans :

L'HOMME SANS QUALITÉS, Robert Musil - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 077 mots
  •  • 1 média

Commencé vers 1918, le vaste projet romanesque de L'Homme sans qualités absorba toute l'énergie de Robert Musil (1880-1942) jusqu'à sa mort , sans qu'il puisse parvenir à le mener à bien. Musil n'en publia que les deux premiers volumes : le premier en octobre 1930, réunissant les deux premières parties (« Une manière d'introduction » et « Toujours la même histoire ») ; le second en 1932, comporta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-sans-qualites-robert-musil/#i_2827

L'HOMME SANS QUALITÉS (R. Musil - trad. 2004)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 039 mots

Voici comment Robert Musil décrit le « sens du possible », qui anime tout le projet de L'Homme sans qualités : « L'homme qui en est doué, par exemple, ne dira pas : ici s'est produit, va se produire, doit se produire telle ou telle chose ; mais il imaginera : ici pourrait, devrait se produire telle ou telle chose et quand on lui dit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-sans-qualites/#i_2827

LA VOIX DE L'ÂME ET LES CHEMINS DE L'ESPRIT (J. Bouveresse) et MUSIL PHILOSOPHE (J.-P. Cometti)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 987 mots

Peut-être ne faut-il pas dissimuler davantage son désarroi : si L'Homme sans qualités est toujours cité comme l'un des sommets de la littérature du xxe siècle, on peut se demander qui lit encore Musil en France, qui entretient un authentique commerce avec l'œuvre. Raison de plus pour souligner l'importance de de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-voix-de-l-ame-et-les-chemins-de-l-esprit-et-musil-philosophe/#i_2827

COMETTI JEAN-PIERRE (1944-2016)

  • Écrit par 
  • Jacques MORIZOT
  •  • 908 mots

Né à Marseille le 22 mai 1944, fils d’émigrés italiens, Jean-Pierre Cometti a d’abord été un guitariste de jazz. Il entreprend assez tardivement des études de philosophie, avant d’enseigner dans des lycées, en France, notamment à Millau, et surtout à l’étranger, au Maroc, en Allemagne et à La Haye. En 1992, il intègre l’enseignement supérieur à l’université d’Aix-Marseille où il enseigne l’esthéti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cometti-jean-pierre-1944-2016/#i_2827

ÉCLECTISME, architecture

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 951 mots

C'est en 1817 que Victor Cousin donna son sens moderne au terme « éclectisme » (issu du grec eklegein , choisir), soit quelques décennies après la Révolution française. Pour l'historien de l'architecture Vincent Scully, l'éclectisme, que préfigure en 1782 le hameau de Marie-Antoinette, est l'art du réfugié, le syncrétisme apolitique qui s'oppose aux enthousiasmes romantiques de Boullée et de Ledou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclectisme-architecture/#i_2827

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragment-litterature-et-musique/#i_2827

JAMES HENRY (1843-1916)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 125 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ambiguïté »  : […] À la fin du Portrait de femme , le sort d'Isabel reste incertain, c'est au lecteur de conclure. Cette participation sans cesse sollicitée est un des éléments essentiels d'un suspens admirablement ménagé qui maintient le lecteur toujours haletant, hésitant entre plusieurs interprétations. On retrouve cette présence du mystère dans maints récits qui touchent au fantastique, au surnaturel, à l'inexpl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-james/#i_2827

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xx e  siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemblement, il ne cesse de nouer un dialogue à la fois fructueux et déceptif avec l'œuvre elle-même. Il arrive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journaux-intimes-viennois/#i_2827

KUNDERA MILAN (1929- )

  • Écrit par 
  • Martine BOYER-WEINMANN
  •  • 2 105 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art du roman »  : […] L'édition de la Bibliothèque de la Pléiade retient quinze ouvrages jugés dignes d'accéder au statut d'œuvre : neuf romans publiés entre 1967 et 2003, un recueil de nouvelles ( Risibles amours ), un hommage à Diderot ( Jacques et son maître , 1975) et quatre essais (de L'Art du Roman en 1986 à Une Rencontre en 2009). Ces ouvrages se répartissent entre huit écrits initialement en tchèque, puis rev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milan-kundera/#i_2827

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 386 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La modernité, une pensée du chaos ? »  : […] La modernité, dans l'ordre esthétique et théorique, peut être interprétée comme la représentation et l'interprétation de la crise culturelle provoquée par la modernisation. Si la modernité viennoise et la modernité des métropoles centre-européennes restent une de nos références intellectuelles les plus importantes, c'est parce qu'elles ont pensé la modernité sur fond de prémonition de la fin d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitteleuropa/#i_2827

NARCISSISME

  • Écrit par 
  • Michèle MONTRELAY
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Narcissisme et état amoureux »  : […] Notre rapport à la réalité (à autrui, aux choses quotidiennes, aussi bien qu'à ce que nous appelons « nous-même »), rapport dénommé par Freud relation d' objet , parce qu'il pose le monde comme une collection d'objets séparés, identiques à eux-mêmes, suppose donc un refoulement, une sorte d'oubli de nos liens archaïques avec le monde. La tentative de « passer » ce refoulement, cet oubli, mène l'ho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcissisme/#i_2827

Pour citer l’article

Philippe JACCOTTET, « MUSIL ROBERT - (1880-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-musil/