KAFKA EN REPRÉSENTATION (mises en scène F. Tanguy et M. Langhoff)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mis à part Le Gardien de tombeau, une pièce énigmatique et relativement méconnue, Franz Kafka n'a pas écrit pour le théâtre. On recense pourtant de nombreuses tentatives de porter son œuvre à la scène (Le Procès, créé dernièrement au festival d'Avignon par Dominique Pitoiset, l'atteste), et ses romans ont souvent fait l'objet d'une adaptation. La référence à Kafka, même si elle emprunte des formes diverses, fut en tout cas un phénomène notable de la rentrée théâtrale 1996.

On ne saurait pourtant parler d'adaptation au sujet de La Bataille du Tagliamento, le spectacle mis en scène par François Tanguy et le Théâtre du Radeau à Gennevilliers. Une page du Journal de Kafka, datée du 10 novembre 1917, lui donne son titre : « Rêve de la bataille du Tagliamento : une plaine, le fleuve n'existe pas vraiment, de nombreux spectateurs se pressent, très agités, prêts à courir en avant ou en arrière selon l'évolution de la situation » ; suit la description d'un combat évanescent et indécis qui met aux prises sur les rives du fleuve les troupes italiennes et austro-allemandes. Mais le songe de Kafka ne fournit à Tanguy ni un support textuel ni le contenu d'une fable, tout au plus un mode d'emploi. Ce rêve de guerre structuré comme une représentation théâtrale fait office pour le Radeau de modèle narratif.

Dès lors, inutile de chercher dans La Bataille du Tagliamento les éléments constitutifs d'une dramaturgie traditionnelle. À l'intrigue se substituent des séquences sans lien apparent ; les figures anonymes qui occupent ou traversent la scène n'apparaissent guère comme des personnages, sans compter que les phrases qu'ils échangent entre eux à voix basse sont à chaque fois rendues inaudibles par des bruitages et un air de Mozart, de Schumann ou de Verdi qui vient les couvrir. C'est peut-être ce refus du dialogue qui traduit le mieux ici un abandon de la forme dramatique et des enchaînements logiques. À leur place, Tanguy et ses acteurs instaurent comme une syntaxe onirique.

Le ride [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer l’article

David LESCOT, « KAFKA EN REPRÉSENTATION (mises en scène F. Tanguy et M. Langhoff) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kafka-en-representation/