HALS FRANS (1581 ou 1585-1666)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hals et l'art néerlandais

L'importance de Hals ne saurait se mesurer à son influence, dans la mesure où son génie même le met à part. Nourri de maniérisme (les maniéristes tels Hendrick Goltzius et Joachim Wttewael pratiquaient avec aisance les portraits, et le goût de Hals pour les encadrements ovales en trompe-l'œil, les gestes éloquents, la rythmique des mains, la présentation du coude en avant est d'origine maniériste), marqué par les Flamands, notamment Van Dyck dans son art monumental du portrait, enfin heureusement imprégné du joyeux caravagisme clair des Utrechtois, Hals ne crée pas un type de portrait vraiment nouveau ; Rembrandt, Keyser, Bartholomeus Van der Helst, ou même Michiel Van Mierevelt et Jan Anthonisz Van Ravesteyn sont parfois bien comparables, mais il se montre plus hardi et plus libre qu'aucun autre dans l'utilisation des moyens. Sa grande force, comme le montre si bien l'exemple des portraits collectifs de gardes civiques, est d'associer réalisme et baroque et, finalement, de ne sacrifier jamais l'un à l'autre les intérêts souvent divergents ou dissociés de la psychologie et du style. Peu de portraits, dans l'histoire de la peinture, se révèlent aussi bien construits, aussi directs et vivants, et en même temps aussi brillamment et largement peints.

Un tel tempérament de peintre – nul ne démontre avec plus d'évidence ce qu'est la peinture, un langage bien spécifique dont la moderne expression de peinture pure rend mal la portée – ne pouvait faire vraiment école, sinon au niveau de l'imitation, du pastiche. Il serait historiquement faux d'imaginer que Hals est une découverte relativement récente comme Meindert Hobbema ou Veermer : en son temps déjà, il était fort considéré, comme le prouve déjà la qualité de ses modèles (souvent des pasteurs ou des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Jeune Homme en train de chanter, F. Hals

Jeune Homme en train de chanter, F. Hals
Crédits : AKG

photographie

Banquet des officiers du corps des archers, F. Hals

Banquet des officiers du corps des archers, F. Hals
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

L'Homme à la canne, F. Hals

L'Homme à la canne, F. Hals
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Les Régentes de l'hospice des vieillards

Les Régentes de l'hospice des vieillards
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification

Autres références

«  HALS FRANS (1581 ou 1585-1666)  » est également traité dans :

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 586 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Portraits de groupe »  : […] Chacune des solutions précédentes se retrouve dans le portrait de groupe, attesté depuis au moins le xiv e siècle (Agnolo Gaddi, 1380 ?, Offices). Ce type de figuration recouvre cependant des intentions très diverses : au xvii e siècle, par exemple, tantôt l'artiste se met en évidence parmi les siens, et c'est alors une confidence sur sa vie privée (et son rang social) qu'il nous délivre (P. P. […] Lire la suite

LEYSTER JUDITH (1609-1660)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 385 mots

Peintre néerlandaise, Judith Leyster fut l'une des rares artistes féminines de son temps à sortir de l'ombre. Parmi ses œuvres les plus connues figurent des portraits, des peintures de genre et des natures mortes. Fille d'un brasseur, baptisée le 28 juillet 1609 à Haarlem, non loin d'Amsterdam, Judith Leyster commence à peindre à un très jeune âge et, à vingt-quatre ans, devient membre de la guil […] Lire la suite

MOLENAER JAN MIENSE (1609/10-1668)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 688 mots

Peintre né et mort à Haarlem. La première production de Molenaer, plus restreinte, plus originale et d'une exécution plus soignée que la seconde, portraits, scènes de genre, fêtes villageoises, porte visiblement la marque du style alerte de Frans et Dirck Hals. Les tableaux de compagnies élégantes et mondaines qui possèdent souvent des implications moralisatrices ( L'Allégorie à la fidélité dans l […] Lire la suite

VAN DER HELST BARTHOLOMEUS (1613-1670)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 951 mots

Peintre de portraits, Van der Helst est né à Haarlem et il est mort à Amsterdam où il s'était installé avec sa famille, dès 1627. Il fut le portraitiste à la mode de la riche bourgeoisie d'Amsterdam, et cet engouement pour sa peinture durera tout au long du xviii e  siècle. Les nombreux tableaux connus de lui, très souvent signés et datés, s'échelonnent entre 1634 et 1669. Jusqu'en 1648 environ, s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « HALS FRANS (1581 ou 1585-1666) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frans-hals/