Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANCE, archéologie

Archéologie et société

Si la finalité de l'archéologie nationale est de nous restituer notre passé en améliorant sans cesse nos connaissances, cette discipline a en quelques années pris une dimension économique et parfois politique (par exemple dans la vie de certaines municipalités) ; l'opinion et la presse se sont emparées de certaines « affaires », des entreprises commerciales se développent autour de thèmes archéologiques (l'archéodrome de Beaune en a été le précurseur), l'édition privée sollicite de plus en plus les archéologues.

En fait, notre archéologie, c'est à la fois la recherche d'un savoir et une relation à notre patrimoine national, et on ne saurait engager de réflexion sans prendre en compte l'une et l'autre. La connaissance et le respect du patrimoine vont de pair. La connaissance ne doit pas passer par une destruction systématique du patrimoine. Le respect du patrimoine exclut toute forme vulgaire et dégradée de sa présentation (comme des « parcs » commerciaux sans garantie scientifique).

En ce sens, les scientifiques et les institutions ont à modifier leurs comportements. La loi de programme du 5 janvier 1988, qui prévoit la mise en valeur des sites archéologiques, en fournira peut-être une première occasion officielle, à condition que des formules inventives soient mises en œuvre. Surtout, une action concertée devrait, par le canal de l'Éducation nationale, être lancée à l'adresse des enfants du primaire et du secondaire. C'est grâce à un effort de sensibilisation des futurs citoyens (dans le cadre de l'instruction civique ?) et à un appel plus systématique à l'archéologie (notamment régionale) dans le cadre des programmes scolaires que les problèmes actuels pourraient trouver dans l'avenir leur solution.

— Christian GOUDINEAU

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Inventaire archéologique : un exemple pionnier

Inventaire archéologique : un exemple pionnier

Jacques Boucher de Perthes

Jacques Boucher de Perthes

Autres références

  • LA FRANCE ARCHÉOLOGIQUE (dir. J.-P. Demoule)

    • Écrit par Laurent-Jacques COSTA, Universalis
    • 800 mots

    Ouvrage collectif, réunissant quelque cent soixante contributeurs sous la direction de Jean-Paul Demoule, alors président de l'Institut national de recherches archéologiques préventives, La France archéologique. Vingt ans d'aménagements et de découvertes (Hazan-INRAP, Paris) dresse,...

  • ACHEULÉEN

    • Écrit par Michèle JULIEN
    • 123 mots

    L’Acheuléen est une civilisation de la préhistoire ; son nom vient du gisement de Saint-Acheul, faubourg d'Amiens, où fut découvert un outillage du Paléolithique inférieur dont la pièce caractéristique est le biface. Cette culture apparaît en France vers — 700 000, mais en Afrique...

  • ALÉSIA

    • Écrit par Michel REDDÉ
    • 1 046 mots
    • 2 médias

    Premier site de l'histoire de la nation française, Alésia a été rendu célèbre par le fameux passage de la Guerre des Gaules (VII, 68-89) dans lequel César met en scène la défaite de Vercingétorix en 52 avant J.-C. Devenu « lieu de mémoire » et symbole national de la résistance à...

  • ANGOULÊME, histoire de l'art

    • Écrit par Pierre DUBOURG-NOVES
    • 920 mots
    • 1 média

    Angoulême, érigée en civitas à la fin du iiie siècle ou au début du ive, conserve de cette époque les restes d'un soubassement de rempart aux parements en gros appareil régulier. Le blocage intérieur, constitué de vestiges de monuments (colonnes, blocs sculptés, inscriptions...),...

  • ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

    • Écrit par Luc BOURGEOIS
    • 4 883 mots
    • 5 médias
    ...ces institutions n’envisage d’étendre l’archéologie à l’ensemble de la période médiévale, l’abondance des textes et des monuments en élévation semblant rendre inutile un tel effort.En France, l’archéologie médiévale de terrain demeure donc pour longtemps encore l’affaire d’amateurs locaux.
  • Afficher les 81 références

Voir aussi