Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANCE, archéologie

Le développement des « sauvetages »

Aux États-Unis, dans les années 1930, se développèrent des programmes d'aménagements gigantesques – par exemple, pour régulariser des fleuves comme le Tennessee. Des archéologues se mirent au travail, firent un nombre important d'observations, récoltant quantité d'objets. En 1935, un ouvrage fut publié, novateur, qui posait les bases d'analyses statistiques. Une politique du sauvetage se définissait.

Dans la plupart des pays voisins de la France, dès l'après-guerre (parfois auparavant), deux types de conduite s'observent. Soit une réglementation stricte mise en œuvre par la loi, soit, à l'inverse, l'engagement d'une série d'opérations préventives : par exemple le recensement des sites qui exigent une intervention des archéologues avant toute atteinte, pouvant aussi conduire à des mesures de protection ou à des modifications des projets d'aménagement. En France, rien de tel.

En fait, l'archéologie de sauvetage est née de « scandales » : face aux intérêts économiques, des archéologues ont entraîné une partie de l'opinion et de la presse ; les pouvoirs publics ont dû prendre position, financer des opérations « lourdes » que n'avait jamais connues l'archéologie française – à quoi s'ajoutaient des indemnités importantes versées aux promoteurs. Les « affaires » de la place de la Bourse à Marseille (constructions de bâtiments publics et privés à l'emplacement du rempart et du port antiques), du parvis Notre-Dame à Paris (parking souterrain) déclenchèrent, à la fin des années 1960, des polémiques désormais célèbres.

Passons sur les contre-exemples. Depuis la fin de la guerre, les opérations de reconstruction, les restructurations agricoles ont causé des dommages immenses que nul n'a observés ou presque. Les progrès réalisés dans le domaine des engins fouisseurs, excavateurs et autres n'ont cessé de rendre plus rapides et plus graves les atteintes portées au sous-sol. Des millions d'hectares ruraux ont été modifiés par les sous-solages qui bouleversent les couches profondes du sol, par la progression des carrières et des gravières, et le centre de nombreuses villes ou agglomérations secondaires a été retourné, en dehors de toute observation archéologique. Ne cherchons pas à dresser la sinistre liste de ces pertes irrémédiables de notre patrimoine.

La fin des années 1960 marque donc les vrais débuts d'une attitude nouvelle à l'égard des sauvetages. L'attention que les pouvoirs publics commencent à porter à ces problèmes se marque par la demande d'un rapport qu'ils confient, en 1974, à Jacques Soustelle. Il faudra cependant encore attendre pour que commence à se mettre en place une politique un peu coordonnée. Divers tableaux le montrent clairement : c'est aux environs des années 1977-1978 que se produisent parallèlement un « décollage » du nombre d'opérations de terrain, un gonflement des effectifs et le début de financements importants qui n'ont, depuis lors, cessé de croître. D'autres graphiques prouvent que ces développements sont liés aux sauvetages, dont la part ne cesse d'augmenter. C'est aussi le moment où la réglementation se modifie.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Inventaire archéologique : un exemple pionnier

Inventaire archéologique : un exemple pionnier

Jacques Boucher de Perthes

Jacques Boucher de Perthes

Autres références

  • LA FRANCE ARCHÉOLOGIQUE (dir. J.-P. Demoule)

    • Écrit par Laurent-Jacques COSTA, Universalis
    • 800 mots

    Ouvrage collectif, réunissant quelque cent soixante contributeurs sous la direction de Jean-Paul Demoule, alors président de l'Institut national de recherches archéologiques préventives, La France archéologique. Vingt ans d'aménagements et de découvertes (Hazan-INRAP, Paris) dresse,...

  • ACHEULÉEN

    • Écrit par Michèle JULIEN
    • 123 mots

    L’Acheuléen est une civilisation de la préhistoire ; son nom vient du gisement de Saint-Acheul, faubourg d'Amiens, où fut découvert un outillage du Paléolithique inférieur dont la pièce caractéristique est le biface. Cette culture apparaît en France vers — 700 000, mais en Afrique...

  • ALÉSIA

    • Écrit par Michel REDDÉ
    • 1 046 mots
    • 2 médias

    Premier site de l'histoire de la nation française, Alésia a été rendu célèbre par le fameux passage de la Guerre des Gaules (VII, 68-89) dans lequel César met en scène la défaite de Vercingétorix en 52 avant J.-C. Devenu « lieu de mémoire » et symbole national de la résistance à...

  • ANGOULÊME, histoire de l'art

    • Écrit par Pierre DUBOURG-NOVES
    • 920 mots
    • 1 média

    Angoulême, érigée en civitas à la fin du iiie siècle ou au début du ive, conserve de cette époque les restes d'un soubassement de rempart aux parements en gros appareil régulier. Le blocage intérieur, constitué de vestiges de monuments (colonnes, blocs sculptés, inscriptions...),...

  • ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

    • Écrit par Luc BOURGEOIS
    • 4 883 mots
    • 5 médias
    ...ces institutions n’envisage d’étendre l’archéologie à l’ensemble de la période médiévale, l’abondance des textes et des monuments en élévation semblant rendre inutile un tel effort.En France, l’archéologie médiévale de terrain demeure donc pour longtemps encore l’affaire d’amateurs locaux.
  • Afficher les 81 références

Voir aussi