FRANCE, archéologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les intervenants

La loi de 1941 chargeait de son application le ministre des Affaires culturelles. Celle du 21 janvier 1942 créa des circonscriptions archéologiques. En 1964, un Bureau des fouilles et antiquités fut constitué au sein de l'administration centrale. Quelques postes à temps plein commencèrent, peu à peu, à être affectés aux circonscriptions régionales. Le tournant se situe en 1981 lorsque, dans le cadre de la nouvelle direction du patrimoine, fut créée une sous-direction de l'archéologie chargée « d'étudier, de protéger, de conserver et de promouvoir le patrimoine archéologique national » (arrêté du 2 février 1981). En dépendent les directions des Antiquités qui s'inscrivent dans le cadre des vingt-deux régions de programme ; systématiquement dédoublées (antiquités préhistoriques, antiquités historiques) à l'origine, elles tendent depuis peu à être regroupées en une direction unique par région.

Placé auprès du ministre chargé de la Culture, le Conseil supérieur de la recherche archéologique, créé en 1964 et modifié en 1985, « connaît des questions relatives aux recherches archéologiques intéressant le territoire national ». Il réunit, selon des procédures diverses (membres de droit, membres élus, membres nommés), des représentants des divers ministères, des institutions ou des corps intervenant dans l'archéologie nationale, et l'on y trouve aussi des membres d'associations et des archéologues bénévoles.

Cette diversité traduit la variété des intervenants. En fait, il faut distinguer entre les opérations liées à des sauvetages et les autres, dites « fouilles programmées ». Ces dernières sont souvent dirigées par des chercheurs du C.N.R.S., des universitaires, des enseignants et des bénévoles (surtout en préhistoire). En revanche, les sauvetages – pour des raisons évidentes (programmation rapide, durée importante, conditions difficiles) – incombent le plus souvent à d'autres archéologues. Partiellement, aux agents du ministère de la Culture dont les effectifs, en dépit d'une progression récente spectaculaire, demeurent insuffisants. Des collectivités terri [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Inventaire archéologique : un exemple pionnier

Inventaire archéologique : un exemple pionnier
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Jacques Boucher de Perthes

Jacques Boucher de Perthes
Crédits : Science Photo Library/ AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FRANCE, archéologie  » est également traité dans :

LA FRANCE ARCHÉOLOGIQUE (dir. J.-P. Demoule)

  • Écrit par 
  • Laurent-Jacques COSTA
  •  • 1 007 mots

Ouvrage collectif, réunissant quelque cent soixante contributeurs sous la direction de Jean-Paul Demoule, président de l'Institut national de recherches archéologiques préventives, La France archéologique. Vingt ans d'aménagements et de découvertes (Hazan-I.N.R.A.P., Paris) dresse, en 2004, le bilan des vingt précédentes années de fouilles sur le territoire français. Depuis les […] Lire la suite

ACHEULÉEN

  • Écrit par 
  • Michèle JULIEN
  •  • 123 mots

L’Acheuléen est une civilisation de la préhistoire ; son nom vient du gisement de Saint-Acheul, faubourg d'Amiens, où fut découvert un outillage du Paléolithique inférieur dont la pièce caractéristique est le biface. Cette culture apparaît en France vers — 700 000, mais en Afrique orientale l'Acheuléen semble débuter il y a 1,4 Ma. Le biface est partout l'outil le plus représentatif auquel sont as […] Lire la suite

ALÉSIA

  • Écrit par 
  • Michel REDDÉ
  •  • 1 048 mots
  •  • 2 médias

Premier site de l'histoire de la nation française, Alésia a été rendu célèbre par le fameux passage de la Guerre des Gaules (VII, 68-89) dans lequel César met en scène la défaite de Vercingétorix en 52 avant J.-C. Devenu « lieu de mémoire » et symbole national de la résistance à l'invasion, tout particulièrement depuis le xix e  siècle, Alésia n'allait cesser d'être aussi un de ces sujets de quer […] Lire la suite

ANGOULÊME, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Pierre DUBOURG-NOVES
  •  • 938 mots
  •  • 1 média

Angoulême, érigée en civitas à la fin du iii e  siècle ou au début du iv e , conserve de cette époque les restes d'un soubassement de rempart aux parements en gros appareil régulier. Le blocage intérieur, constitué de vestiges de monuments (colonnes, blocs sculptés, inscriptions...), a enrichi le Musée archéologique de la Charente avec, en particulier, des lions et de gros chapiteaux corinthiens […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - La prospection archéologique

  • Écrit par 
  • Alain TABBAGH
  •  • 3 195 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'usage de l'ARP sur le fanum ouest du Vieil-Évreux (Eure)  »  : […] Les prospections électriques menées par Michel Dabas avec le système autotracté ARP(c) sur l'agglomération religieuse gallo-romaine du Vieil-Évreux (Eure), site étudié par Laurent Guyard, permettent une lecture du sous-sol beaucoup plus rapide qu'avec les traditionnelles méthodes manuelles. Descendant direct des premiers systèmes tractés Rateau (résistivimètre autotracté à enregistrement automat […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'archéologie en ville ? Une prise de conscience tardive »  : […] Longtemps, l'archéologie des villes s'est cantonnée à l'étude des cités méditerranéennes antiques qui livraient des témoignages de grandes civilisations. En France, seul le littoral de la Méditerranée où se trouvaient des villes d'origine grecque ou romaine et quelques grandes villes comme Lyon, capitale des Gaules, suscitaient l'intérêt de la recherche académique. Le reste du territoire était lai […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie et enjeux de société

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 668 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La destruction du patrimoine archéologique »  : […] Cependant, pas plus que les rois francs, les ancêtres gaulois n'étaient totalement recommandables. Non seulement ils étaient décrits par les historiens grecs et romains comme des barbares, mais ils avaient été vaincus, perdant jusqu'à leur langue. La véritable origine culturelle revendiquée par les élites françaises des xviii e et xix e  siècles (et au-delà) était bien celle de la Grèce, de l'Ita […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 939 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crypte de la cour Carrée du Louvre »  : […] La crypte archéologique de la cour Carrée répond à un double besoin : assurer des cheminements souterrains dans le cadre de l'aménagement du Grand Louvre et mettre en valeur des structures intimement liées à l'histoire du vieux Paris. Le Louvre est en effet le reflet le plus parlant de l'évolution des quartiers de la rive droite de la Seine, depuis l'énorme forteresse construite par Philippe-Augu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - L'archéologie préventive

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 915 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des aménagements en nombre croissant »  : […] En France, par exemple, on estime que sont aménagés chaque année par des travaux divers environ 60 000 hectares (soit 600 km 2 ). Or le potentiel estimé en sites archéologiques est certainement de plusieurs millions au minimum, soit une moyenne minimale d'une dizaine de sites par kilomètre carré. De fait, les fouilles préventives systématiques sur les tracés des autoroutes ou des lignes de T.G.V. […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 857 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Naissance de l'« archéologie historique » »  : […] Cet intérêt pour le présent est venu par plusieurs voies. Il se manifeste en particulier aux États-Unis, où d'importants débats méthodologiques eurent lieu à partir des années 1960. On sait que l'archéologie n'a pas pour seule fonction la connaissance du passé ; elle sert aussi à la construction d'un passé, réel ou imaginaire et la plupart du temps les deux à la fois, pour chaque nation, qu'elle s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian GOUDINEAU, « FRANCE, archéologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-archeologie/