FORÊTSLes forêts tropicales

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux grands ensembles de formations végétales naturelles arborées, constituées le plus souvent d'espèces feuillues, dominent dans la bande intertropicale : les forêts denses tropicales, situées plus fréquemment dans les zones équatoriales et tropicales humides ; les formations forestières tropicales « ouvertes », telles que les formations mixtes forestières et graminéennes d'Afrique (« forêts claires », savanes boisées et arborées) ou encore les cerrados du Brésil.

Ce sont les premières, auxquelles se réfèrent en priorité le grand public et les médias, qui feront l'objet de cet article. Si on excepte les mangroves et les forêts marécageuses et périodiquement inondées, les forêts denses tropicales sont en général très hétérogènes : elles renferment un très grand nombre d'espèces arborées, arbustives et herbacées, réparties en plusieurs étages ou strates (cf. forêt-La forêt, un milieu naturel riche et diversifié). Il n'est pas rare d'observer sur 1 hectare de forêt dense tropicale une centaine, ou plus, d'espèces arborées différentes en mélange.

Par ailleurs, comme toutes les autres forêts du monde, elles ne sont pas seulement des peuplements d'arbres et de plantes supérieures, et des habitats de faune sauvage, mais elles recèlent également beaucoup d'organismes et micro-organismes vivants, et protègent les sols sur lesquels elles vivent. Ces écosystèmes sont parmi les plus complexes et les plus riches de la planète, constituant un énorme réservoir de biodiversité. Certains biologistes considèrent qu'ils détiennent plus de la moitié de la biodiversité spécifique mondiale, d'où l'intérêt croissant qui leur a été porté depuis les années 1970.

Malheureusement, les forêts denses tropicales, comme les forêts tropicales ouvertes, sont détruites à un rythme élevé surtout par les défrichements pour les différentes formes d'agriculture et d'élevage. La conservation et la gestion durable de ces écosystèmes forestiers constituent un enjeu crucial pour le maintien des grands équilibres de notre planète.

Différents types de forêts denses tropicales

Il est possible de différencier cinq grands types :

– Les forêts denses sempervirentes ou ombrophiles, assimilées aux forêts équatoriales, ont leur canopée qui reste feuillée en permanence toute l'année. Elles bénéficient d'une pluviosité annuelle de plus de deux mètres avec moins de trois mois secs. De structure complexe, elles détiennent une grande richesse floristique et animale et les arbres dominants, également appelés émergents, peuvent dépasser 40 mètres de hauteur.

Caïque à capuchon

Photographie : Caïque à capuchon

Le caïque à capuchon (Pionopsitta haematotis) vit dans la canopée des forêts humides à feuilles caduques en Amérique latine. 

Crédits : E. Rivero/ Shutterstock

Afficher

– Les forêts denses semi-décidues sont caractérisées par une chute partielle des feuilles en saison sèche. La pluviosité annuelle y est comprise entre 1 et 2 mètres avec moins de six mois secs. Leur composition floristique est très variable et moins riche que celle des forêts sempervirentes, mais les essences commerciales de bois d'œuvre y sont souvent abondantes.

– Les forêts denses sèches bénéficient d'une pluviosité annuelle comprise entre 600 et 1 200 mm avec moins de huit mois secs. Sous une strate arborée décidue de 15 à 20 mètres de hauteur se développe des strates arbustive et herbacée. Il reste relativement peu de forêts de ce type tant elles sont sensibles aux feux de brousse.

– Les mangroves sont des formations sempervirentes fragiles qui bordent le littoral maritime, tout en le protégeant contre l'érosion marine. Les espèces végétales y sont peu nombreuses et adaptées à l'immersion temporaire.

– Les forêts marécageuses ou périodiquement inondées dans les vallées des cours d'eau sont étroitement liées à la dynamique hydrique du milieu. Comme les mangroves, elles ont une composition floristique très spécifique mais moins riche que les forêts denses sur sols secs.

Les forêts denses tropicales sont irremplaçables non seulement pour la biodiversité qu'elles abritent, mais aussi pour les autres biens et services qu'elles fournissent à l'homme. Ainsi, pour assurer la pérennité de leurs multiples fonctions, la recherche, à partir des années 1970, a porté son effort sur l'étude de leur dynamique, que celle-ci soit soumise ou non au prélèvement rationnel de bois (ou de produits non ligneux), en tant que principale action sylvicole.

À partir d'un réseau international de dispositifs expérimentaux mis en place sur des blocs de forêt dense, il a été possible d'établir les premières règles d'évolution et de croissance, ainsi que des modèles de prédiction de reconstitution du potentiel de divers écosystèmes forestiers. Malgré ces efforts de recherche, les connaissances acquises restent très modestes par rapport à la complexité de ces écosystèmes et aux enjeux qu'ils représentent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Caïque à capuchon

Caïque à capuchon
Crédits : E. Rivero/ Shutterstock

photographie

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire
Crédits : P. Poilecot/ CIRAD

photographie

Plantation de tecks, Costa Rica

Plantation de tecks, Costa Rica
Crédits : O. Monteuuis/ CIRAD

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur de l'École nationale des eaux et forêts (Nancy), docteur d'État en géographie de la végétation (université de Toulouse), membre de l'Académie d'agriculture de France, ancien président de la section forêt, bois, nature du conseil général du génie rural, des eaux et des forêts du ministère français de l'Agriculture, ancien directeur de la division des ressources forestières de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (F.A.O.)
  • : chargé de mission à la direction du département environnement et sociétés du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement

Classification

Autres références

«  FORÊTS  » est également traité dans :

FORÊTS - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN
  •  • 545 mots
  •  • 1 média

À l'échelle mondiale, la forêt couvre à peu près 31 p. 100 des terres émergées. Schématiquement, on distingue deux grands types de formations : les forêts tempérées, qui se développent sous des climats contrastés, caractérisées par une croissance discontinue, en relation avec les saisons ; les forêts tropicales, localisées sous un climat chaud et humide, qui, elles, présentent une croissance conti […] Lire la suite

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 223 mots
  •  • 15 médias

Si les climats déterminent, à l'échelle planétaire, la distribution des grands types de forêts, des facteurs plus locaux interviennent pour expliquer leur diversité et la répartition de leurs essences.La forêt n'est pas immuable : elle change, évolue ; cette évolution tend, par des stades successifs, vers une formation stable, le climax ; à cette évolution progressive, souvent cyclique, s'oppose u […] Lire la suite

FORÊTS - Les forêts tempérées

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN
  •  • 5 131 mots
  •  • 4 médias

Les forêts tempérées, aujourd'hui, sont de plus en plus sollicitées par les nouveaux besoins d'une société urbaine qui modifie de façon profonde et rapide ses rapports avec la nature. Les diverses demandes sociétales correspondent à trois grandes fonctions de la forêt : la production de bois, la fonction sociale (chasse, accueil du public, paysage...), la fonct […] Lire la suite

FORÊTS - Dépérissement des forêts

  • Écrit par 
  • Maurice BONNEAU, 
  • Guy LANDMANN
  •  • 5 648 mots

Au début des années 1980, les médias se font l'écho d'un dépérissement inquiétant affectant les forêts européennes et dont la pollution atmosphérique serait la cause principale. D'ambitieux programmes de recherches sont alors lancés et des réseaux de surveillance mis en place. Les données acquises depuis lors ont montré qu'il n'y a pas « un » dépérissement […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Milieux et sociétés rurales »  : […] Les milieux de savanes de la zone soudanienne correspondent à l'Afrique des mils : la « boule » constitue la base des repas enrichis de « sauces » à la viande ou au poisson, le sorgho est en partie destiné à la fabrication de la bière ou dolo . Cette partie du continent peut se définir comme « l'Afrique des greniers » : dans les villages, les nombreux greniers se signalent par leur construction […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Théodore MONOD
  •  • 5 805 mots
  •  • 16 médias

Suspendue aux flancs de l'Ancien Monde comme un « gigantesque point d'interrogation » – selon la pittoresque formule de Weulersse – l'Afrique représente le quart de la surface des terres émergées. De tous les continents c'est à la fois le plus massif (1 400 km 2 pour 10 km de côtes, contre 300 pour l'Europe) mais surtout le plus tropical et, par conséquent, le plus chaud. S'étendant du nord au su […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 078 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les origines et l'expansion de l'agriculture  »  : […] Il y a moins de dix mille ans, des sociétés de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs se sont transformées d'elles-mêmes en sociétés d'agriculteurs dans quelques rares régions d'Asie et d'Amérique. Ces zones peu étendues et très éloignées les unes des autres, appelées « foyers d'origine de l'agriculture » , étaient riches en ressources végétales et animales sauvages comestibles. Leurs habitants étaient des […] Lire la suite

ALASKA

  • Écrit par 
  • Claire ALIX, 
  • Yvon CSONKA
  •  • 6 022 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Secteurs économiques »  : […] La pêche commerciale s'est développée à la fin du xix e  siècle, lorsque les premières conserveries ont été construites. Malgré des périodes difficiles (raréfaction des poissons ou engorgement des marchés mondiaux), la pêche a fourni une source de revenu constante qui, à la fin des années 1990, entrait pour 4 p. 100 dans le P.I.B. Les forêts humides du Sud-Est, particulièrement les immenses forêt […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 8 234 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La végétation et les sols »  : […] Sur le plan de la nature et de la répartition de la végétation, l'Allemagne présente tous les caractères d'une zone de transition. Climat, relief, roches, sols, activités humaines expliquent sa répartition. À l'origine, la forêt domine presque partout. La fin des glaciations a provoqué une conquête forestière quasi générale, mais avec un nombre de formations moins riches qu'à l'époque tertiaire. […] Lire la suite

ALPES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul OZENDA, 
  • Thomas SCHEURER
  •  • 13 213 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Alpes occidentales »  : […] Dans les Préalpes du Nord (secteurs delphino-jurassien et savoyard au sens large), les premières pentes sont occupées par une chênaie où domine le chêne pubescent, concurrencé par des éléments médio-européens, le charme notamment. Plus haut (étage montagnard) se trouve une grande formation à base de hêtre, de sapin et d’épicéa, formant une forêt presque continue sur le plateau du Vercors ou dans […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul LANLY, Henri-Félix MAÎTRE, « FORÊTS - Les forêts tropicales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-les-forets-tropicales/