MANGROVES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mangroves sont des communautés biotiques d'animaux et de végétaux, d'aspect très particulier, caractéristiques de vases littorales marines soumises au flux et au reflux des marées. Elles n'existent que dans les régions tropicales et subtropicales humides, arides ou même désertiques (l'eau nécessaire à la vie est fournie par la mer) : elles atteignent la Floride, le sud du Japon et le nord de la Nouvelle-Zélande. Elles font cependant défaut dans les archipels situés dans la région médiane du Pacifique (Hawaii, Polynésie). Elles sont plus riches en espèces sur les rivages de l'océan Indien, de l'Asie tropicale et de l'Indonésie que sur ceux de l'Atlantique et du Pacifique américain. L'extension d'une mangrove – liseré au bord de la mer ou forêt amphibie couvrant de vastes marécages littoraux – dépend de l'étendue de la zone alternativement inondée et exondée. Sur les vases côtières des régions tempérées, les mangroves sont remplacées par des prés salés.

Mangrove

Photographie : Mangrove

Pour s'ancrer dans le sol vaseux, les palétuviers développent des systèmes racinaires complexes. 

Crédits : E. Daniels/ Shutterstock

Afficher

Les espèces végétales et animales

La flore

Elle est essentiellement constituée d'arbres plus ou moins hauts (pas de lianes, ni d'épiphytes, ni d'herbes, à l'exception de la fougère Acrostichum aureum) offrant un aspect assez extraordinaire, car certaines parties de leur appareil racinaire, non dissimulées dans la vase, forment des dispositifs étranges, très visibles à marée basse. D'autres caractères de ces arbres concernent leur mode de dissémination. Tous sont halophiles, qualificatif défectueux car ils n'« aiment » pas les sels de l'eau de mer (ils peuvent vivre en eau douce) ; mais ils les tolèrent remarquablement ; seuls capables de vivre dans ce milieu très spécial, ils sont éliminés des marécages d'eau douce par la concurrence des nombreuses espèces qui les peuplent normalement.

Chez les Rhizophora (Rhizophoracées, famille de l'ordre des Myrtales), communément appelés palétuviers (Paletuviera est l'ancien nom des Rhizophora), les racines, nées en grand nombre sur la partie inférieure du tronc aérien, s'allongent d'abord horizontalement puis s'infléchissent vers la vase, dans laquelle elles pénètrent, et cessent aussitôt de croître en formant quelques courtes branches. L'arbre est ainsi posé sur la vase molle, soutenu par l'ensemble de ses racines – on les a comparées à des échasses – dont chacune, grâce à l'appareil fixateur que forment ses branches souterraines, assure un ancrage efficace. Parmi les arbres des mangroves, les échasses sont propres aux Rhizophora qui tiennent, d'ailleurs, dans ces forêts, une place généralement prépondérante. Le nom de mangrove paraît dérivé de « mangle », appellation malaise d'un Rhizophora (R. mangle, ou manglier).

Rameaux formés par une racine-échasse

Dessin : Rameaux formés par une racine-échasse

Rameaux courts formés, sous la vase, par une racine-échasse ayant cessé de croître 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Chez les autres espèces des mangroves, les dispositifs racinaires externes diffèrent de ceux des Rhizophora : des racines souterraines, très superficielles, rayonnent normalement à partir de la base du tronc en émettant, en série, des rameaux qui sortent de la vase puis y rentrent aussitôt, formant ainsi des anses à branches plus ou moins rapprochées (Rhizophoracées des genres Bruguiera et Ceriops) ou qui s'élèvent verticalement, comme des stalagmites, jusqu'à une hauteur de 25 à 30 cm (Sonneratia de la famille des Sonnératiacées, ordre des Myrtales ; Avicennia, Verbénacées, de l'ordre des Solanales).

Émergeant du sol, les racines échasses, les anses racinaires et les racines stalagmites marquent fortement la physionomie des mangroves, mais ne sont pas l'apanage exclusif des arbres qui les habitent. Tous ces dispositifs, qui existent aussi chez des arbres de forêts marécageuses tropicales d'eau douce, n'empêchent pas certaines espèces de mangroves de s'égarer sur des plages sablonneuses, des rochers, des récifs coralliens.

Leur signification est de permettre aux arbres de former des peuplements denses sur des vases très fines, visqueuses ou semi-liquides, riches en débris organiques se décomposant à l'abri de l'air, par conséquent dans des conditions interdisant la respiration d'un système racinaire normal, lequel exige un sol convenablement aéré. L'écorce subéreuse qui recouvre échasses, anses ou stalagmites racinaires est interrompue par des plages plus ou moins étendues ou des orifices au niveau desquels les tissus vivants sont, à marée basse, au contact de l'atmosphère et assurent alors les échanges respiratoires nécessaires. D'où le nom de pneumatophores donné à tous ces organes.

Il est remarquable que, chez la plupart des arbres des mangroves, quelle que soit la famille à laquelle ils appartiennent, une tendance existe au développement accéléré de l'embryon dans la graine. Celui-ci acquiert ainsi, très précocement, les caractères qui, chez les autres plantes des mêmes familles, sont ceux de la plantule germée. Ces plantules précoces, plus ou moins dégagées du tégument séminal, tombent sur la vase, dans laquelle elles poursuivent leur développement.

Cette tendance à la viviparie (germination des graines sur la plante mère) est exprimée au maximum chez les Rhizophoracées dont la plantule atteint une dimension considérable avant de se séparer de l'arbre sur lequel elle a germé ; en forme de fuseau (fig. 4), son pôle racinaire en position inférieure, son pôle cotylédonaire retenu dans le fruit, elle pend au centre de ce qui fut la fleur, avant de se détacher : grâce à sa forme et à son poids, elle s'enfonce alors verticalement dans la vase, où son développement va continuer.

La faune

Plus discrète que la flore, car ne comprenant pas de grands animaux, elle est cependant plus riche en espèces, plus diverse, très particulière, et d'un extrême intérêt.

Elle est surtout composée de Mollusques, de Crustacés (nombreuses espèces de crabes : crabes militaires Dotilla, crabes violonistes Uca), de Poissons (périophtalmes, etc.). Tous ces organismes sont amphibies et, comme les arbres, dotés d'adaptations leur permettant de vivre malgré les caractères asphyxiques du substrat, soit dans des terriers creusés dans les racines et communiquant constamment avec l'air ou l'eau, soit par fixation sur les échasses des Rhizophora (huîtres de palétuviers), et grâce à des dispositifs anatomiques appropriés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Mangrove

Mangrove
Crédits : E. Daniels/ Shutterstock

photographie

Rameaux formés par une racine-échasse

Rameaux formés par une racine-échasse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MANGROVES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 920 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Accumulations vaseuses littorales »  : […] Bien différentes des plages et des cordons sont les accumulations vaseuses : elles se caractérisent par la présence, dans le sédiment, d'une fraction fine suffisamment abondante pour assurer la cohésion de l'ensemble, de sorte que les particules ne peuvent répondre individuellement aux sollicitations des houles ou des courants, aussi longtemps que le sédiment n'a pas été dissocié. Ces particules […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La forêt dense humide »  : […] Elle couvre les régions équatoriales où la pluviosité est à la fois forte (plus de 1 200 mm par an) et bien répartie (moins de trois mois secs, c'est-à-dire recevant moins de 100 mm de pluies). Des facteurs orographiques ou édaphiques peuvent localement en étendre ou en limiter l'extension. La forêt dense humide, dite aussi ombrophile, ou sempervirente (on évite aujourd'hui l'expression « forê […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les formations végétales »  : […] Le sous-continent indien et l'Asie du Sud-Est présentent les habituelles formations spécifiques des pays tropicaux : forêt dense sempervirente, hygrophile, mésophile ou décidue (tropophile), forêt claire, brousse à épineux, mangrove littorale, forêts d'altitude. Forêts sempervirentes et forêts claires sont plus importantes en Asie du Sud-Est, plus humide ; forêts denses décidues et forêts d'épine […] Lire la suite

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 223 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Influences édaphiques »  : […] L' action du sol s'exerce à l'échelon local, parfois régional et joue un grand rôle dans la productivité forestière : la vitesse de croissance, la résistance aux maladies, la présence même d'une espèce donnée, sous un climat donné, en dépendent (tabl. 2 et 3 ). La teneur en eau est un facteur important ; il existe généralement une végétation particulière au bord des eaux [cf. aulnaies ] ; parfois […] Lire la suite

MARAIS & VASIÈRES

  • Écrit par 
  • Fernand VERGER
  •  • 3 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les vasières littorales »  : […] Les vasières constituent le milieu de formation des marais maritimes sur les rivages des mers à marée. Elles sont faites de dépôts fins, argileux, plus ou moins calcaires. Tantôt l'essentiel des sédiments provient des fleuves comme dans la baie de Chesapeake, aux États-Unis, tantôt la majeure partie est fournie par les fonds marins proches comme c'est vraisemblablement le cas pour la mer des Wadd […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric BALTZER, Georges MANGENOT, Henri TERMIER, Geneviève TERMIER, « MANGROVES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mangroves/