FORÊTSLes forêts tropicales

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gestion des forêts denses tropicales

Dans un grand nombre de cas, l'utilisation des forêts denses tropicales pour la production de bois d'œuvre, et accessoirement de services, conduit à une surexploitation. Ainsi, pour se limiter à la situation prévalant au cours des années 1990 et 2000, le constat est le suivant :

– en Afrique centrale, le prélèvement est inférieur à la production potentielle, dans une approche de rendement soutenu ;

– en Afrique occidentale, en revanche, le seuil de surexploitation des forêts a été largement dépassé, l'exploitation étant supérieure à 200 p. 100 de la production potentielle ;

– en Amérique du Sud, les quantités exploitées sont de même ordre de grandeur que celles correspondant à la production potentielle ;

– en Amérique centrale, la grande majorité des forêts est, au contraire, surexploitée (jusqu'à 10 fois la production potentielle) ;

– en Asie et Océanie, les forêts sont globalement surexploitées, la récolte dépassant largement (d'au moins 70 p. 100 et souvent davantage) la production potentielle, et cela sans compter les coupes illicites.

Plantation de tecks, Costa Rica

Photographie : Plantation de tecks, Costa Rica

Plantation de tecks au Costa Rica. 

Crédits : O. Monteuuis/ CIRAD

Afficher

Au fil du temps, de vastes superficies de forêts denses tropicales ont ainsi été et continuent d'être appauvries par la surexploitation. Face à ce constat, nombre d'États tropicaux (le plus souvent propriétaires de ces forêts) et d'opérateurs ont pris conscience de la nécessité de gérer durablement les forêts de production au travers de plans d'aménagement (ou de gestion) comme cela est courant dans les pays tempérés (cf. forêts - Les forêts tempérées). Le concept moderne d'aménagement forestier avait bien été mis en application, dès la seconde moitié du xixe siècle, d'abord dans le sous-continent indien, puis en Asie du Sud-Est. Mais sa mise en œuvre a globalement décliné dans ces régions au cours de la seconde moitié du xxe siècle. En Afrique et en Amérique tropicales, sa prise en compte a été plus récente, mais aucun plan d'aménagement n'a encore été pleinement mis en œuvre.

Pendant longtemps, les plans d'aménagement ont souvent été limités à la simple application de méthodes de sylviculture visant un rendement soutenu en produits ligneux commercialisables. Ces méthodes consistaient soit à assurer le bon développement des semis et jeunes tiges naturels de valeur commerciale, soit à enrichir la forêt directement par introduction d'espèces, en plantations complémentaires. Des exemples de ces méthodes ont été le Malaysian Uniform System en Asie du Sud-Est, l'« Amélioration des peuplements naturels » (années 1960) en Afrique francophone, ou bien encore le Celos Management System testé sans suite pratique au Suriname (années 1970).

Ces techniques empiriques ont parfois donné des résultats probants, mais sur de faibles superficies, avec force main-d'œuvre et à des coûts difficiles à justifier. Elles n'ont jamais été appliquées en grand et sur le long terme, et ont été progressivement abandonnées au profit de la régénération artificielle de plantations en plein découvert (coupe rase). Les plantations d'un certain nombre d'espèces ont bénéficié d'importantes recherches et les techniques de sylviculture qui leur correspondent sont au point, comme par exemple pour le teck, Tectona grandis, qui est à ce jour une des principales espèces de reboisement. Les plantations dans les pays tropicaux qui ont pour objectif principal la production de bois couvraient environ 22 millions d'hectares en 2005, en majorité dans les tropiques humides. Cette surface s'accroît alors au rythme de 400 000 hectares par an (à comparer avec un rythme annuel de défrichement de l'ensemble des forêts tropicales naturelles, denses et ouvertes, de 14 millions d'hectares ; cf. supra).

L'interruption des programmes d'aménagement a rarement été due à des difficultés techniques. À la fin du xxe siècle, on pouvait considérer que la recherche et les projets pilotes avaient fourni aux administrations, gestionnaires, organismes de certification et autres parties prenantes suffisamment d'informations et d'outils pour mettre en œuvre des aménagements simples permettant une production soutenue, durable et respectueuse des hommes et de l'environnement ; et cela non seulement pour la production de bois d'œuvre, mais aussi pour celle de bois de feu et d'autres produits forestiers non ligneux (pharmacopée, aliments, gibier...).

En fait, les difficultés sont le plus souvent d'ordre socio-économique, politique et juridique : absence de maîtrise du foncier et contradictions entre la législation et les droits de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Caïque à capuchon

Caïque à capuchon
Crédits : E. Rivero/ Shutterstock

photographie

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire
Crédits : P. Poilecot/ CIRAD

photographie

Plantation de tecks, Costa Rica

Plantation de tecks, Costa Rica
Crédits : O. Monteuuis/ CIRAD

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur de l'École nationale des eaux et forêts (Nancy), docteur d'État en géographie de la végétation (université de Toulouse), membre de l'Académie d'agriculture de France, ancien président de la section forêt, bois, nature du conseil général du génie rural, des eaux et des forêts du ministère français de l'Agriculture, ancien directeur de la division des ressources forestières de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (F.A.O.)
  • : chargé de mission à la direction du département environnement et sociétés du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement

Classification

Autres références

«  FORÊTS  » est également traité dans :

FORÊTS - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN
  •  • 545 mots
  •  • 1 média

À l'échelle mondiale, la forêt couvre à peu près 31 p. 100 des terres émergées. Schématiquement, on distingue deux grands types de formations : les forêts tempérées, qui se développent sous des climats contrastés, caractérisées par une croissance discontinue, en relation avec les saisons ; les forêts tropicales, localisées sous un climat chaud et humide, qui, elles, présentent une croissance conti […] Lire la suite

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 223 mots
  •  • 15 médias

Si les climats déterminent, à l'échelle planétaire, la distribution des grands types de forêts, des facteurs plus locaux interviennent pour expliquer leur diversité et la répartition de leurs essences.La forêt n'est pas immuable : elle change, évolue ; cette évolution tend, par des stades successifs, vers une formation stable, le climax ; à cette évolution progressive, souvent cyclique, s'oppose u […] Lire la suite

FORÊTS - Les forêts tempérées

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN
  •  • 5 131 mots
  •  • 4 médias

Les forêts tempérées, aujourd'hui, sont de plus en plus sollicitées par les nouveaux besoins d'une société urbaine qui modifie de façon profonde et rapide ses rapports avec la nature. Les diverses demandes sociétales correspondent à trois grandes fonctions de la forêt : la production de bois, la fonction sociale (chasse, accueil du public, paysage...), la fonct […] Lire la suite

FORÊTS - Dépérissement des forêts

  • Écrit par 
  • Maurice BONNEAU, 
  • Guy LANDMANN
  •  • 5 648 mots

Au début des années 1980, les médias se font l'écho d'un dépérissement inquiétant affectant les forêts européennes et dont la pollution atmosphérique serait la cause principale. D'ambitieux programmes de recherches sont alors lancés et des réseaux de surveillance mis en place. Les données acquises depuis lors ont montré qu'il n'y a pas « un » dépérissement […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Milieux et sociétés rurales »  : […] Les milieux de savanes de la zone soudanienne correspondent à l'Afrique des mils : la « boule » constitue la base des repas enrichis de « sauces » à la viande ou au poisson, le sorgho est en partie destiné à la fabrication de la bière ou dolo . Cette partie du continent peut se définir comme « l'Afrique des greniers » : dans les villages, les nombreux greniers se signalent par leur construction […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Théodore MONOD
  •  • 5 805 mots
  •  • 16 médias

Suspendue aux flancs de l'Ancien Monde comme un « gigantesque point d'interrogation » – selon la pittoresque formule de Weulersse – l'Afrique représente le quart de la surface des terres émergées. De tous les continents c'est à la fois le plus massif (1 400 km 2 pour 10 km de côtes, contre 300 pour l'Europe) mais surtout le plus tropical et, par conséquent, le plus chaud. S'étendant du nord au su […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 078 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les origines et l'expansion de l'agriculture  »  : […] Il y a moins de dix mille ans, des sociétés de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs se sont transformées d'elles-mêmes en sociétés d'agriculteurs dans quelques rares régions d'Asie et d'Amérique. Ces zones peu étendues et très éloignées les unes des autres, appelées « foyers d'origine de l'agriculture » , étaient riches en ressources végétales et animales sauvages comestibles. Leurs habitants étaient des […] Lire la suite

ALASKA

  • Écrit par 
  • Claire ALIX, 
  • Yvon CSONKA
  •  • 6 022 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Secteurs économiques »  : […] La pêche commerciale s'est développée à la fin du xix e  siècle, lorsque les premières conserveries ont été construites. Malgré des périodes difficiles (raréfaction des poissons ou engorgement des marchés mondiaux), la pêche a fourni une source de revenu constante qui, à la fin des années 1990, entrait pour 4 p. 100 dans le P.I.B. Les forêts humides du Sud-Est, particulièrement les immenses forêt […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 8 234 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La végétation et les sols »  : […] Sur le plan de la nature et de la répartition de la végétation, l'Allemagne présente tous les caractères d'une zone de transition. Climat, relief, roches, sols, activités humaines expliquent sa répartition. À l'origine, la forêt domine presque partout. La fin des glaciations a provoqué une conquête forestière quasi générale, mais avec un nombre de formations moins riches qu'à l'époque tertiaire. […] Lire la suite

ALPES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul OZENDA, 
  • Thomas SCHEURER
  •  • 13 213 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Alpes occidentales »  : […] Dans les Préalpes du Nord (secteurs delphino-jurassien et savoyard au sens large), les premières pentes sont occupées par une chênaie où domine le chêne pubescent, concurrencé par des éléments médio-européens, le charme notamment. Plus haut (étage montagnard) se trouve une grande formation à base de hêtre, de sapin et d’épicéa, formant une forêt presque continue sur le plateau du Vercors ou dans […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul LANLY, Henri-Félix MAÎTRE, « FORÊTS - Les forêts tropicales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-les-forets-tropicales/