Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉGÉNÉRATION HÉPATIQUE

Le foie, qui assure des fonctions essentielles – métaboliques, immunitaires, de détoxification et de drainage de la bile –, témoigne également d’une remarquable capacité à se régénérer rapidement après une lésion traumatique ou une exérèse chirurgicale, c’est-à-dire à récupérer dans un temps très court son volume et ses fonctions après lésion. Un espoir existe de pouvoir étendre cette capacité naturelle de régénération au traitement des maladies chroniques du foie comme la cirrhose.

Renouvellement rapide ou régénération ?

Tous les tissus de l’organisme se renouvellent, mais à des vitesses très variables. Contrairement aux tissus à renouvellement rapide comme l’épithélium intestinal, le foie adulte est un organe dit quiescent : en d’autres termes, son renouvellement physiologique (encore appelé homéostasie) est très lent, les cellules hépatiques (hépatocytes) ayant une durée de vie d’environ 300 jours. Ainsi, alors qu’il faut en moyenne cinq jours pour reconstituer une villosité intestinale, un délai d’un peu moins de trois ans est nécessaire pour renouveler entièrement un foie (Gilgenkrantz, 2022). Cependant, malgré sa caractéristique de quiescence, le foie est capable de se régénérer après lésion avec une étonnante rapidité. En effet, lorsque deux tiers du foie sont retirés chirurgicalement, il suffit d’environ deux semaines chez la souris, huit semaines chez le chien et trois à quatre mois chez l’homme pour que cet organe – le plus gros chez un mammifère – retrouve sa masse initiale.

Un lobule hépatique et sa zonation - crédits : Encyclopædia Universalis France

Un lobule hépatique et sa zonation

Le foie est organisé en lobules, formes hexagonales qui comprennent une région centrolobulaire (zone 3, par convention) déployant ses travées d’hépatocytes en rayon autour de la veine porte centrale vers des zones dites périportales (zone 1) situées en périphérie et comprenant une branche de l’artère hépatique, de la veine porte et d’un canal biliaire. Au sein de cette structure, les hépatocytes n’assurent pas tous les mêmes fonctions, en particulier métaboliques. Ainsi, la lipogenèse (synthèse des acides gras notamment à partir du glucose) et la glycolyse (voie d’assimilation du glucose) sont assurées par les hépatocytes en position centrolobulaire, alors que les hépatocytes de la région périportale permettent la bêta-oxydation (principale voie de dégradation des acides gras) ou la gluconéogenèse (synthèse du glucose). Cette structuration fonctionnelle est appelée zonation du foie.

Lors de la régénération hépatique, le foie ne retrouve pas sa forme générale, sa structure en lobes, mais recouvre son volume et son organisation en lobules hépatiques fonctionnels ainsi que sa zonation. D’un point de vue sémantique, il s’agit donc plus d’une prolifération cellulaire (hyperplasie) compensatrice que d’une régénération au sens de celle observée chez des animaux comme l’hydre ou le lézard.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Hélène GILGENKRANTZ. RÉGÉNÉRATION HÉPATIQUE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 22/04/2024

Médias

Un lobule hépatique et sa zonation - crédits : Encyclopædia Universalis France

Un lobule hépatique et sa zonation

Les trois étapes de la régénération du foie après hépatectomie partielle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Les trois étapes de la régénération du foie après hépatectomie partielle

Hétérogénéité proliférative des hépatocytes et rôle des différents types cellulaires dans la régénération du foie - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hétérogénéité proliférative des hépatocytes et rôle des différents types cellulaires dans la régénération du foie