DAVID FILS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Titre messianique juif devenu chrétien par le truchement des Évangiles. Il équivaut à « Messie », avec un accent très fort mis sur la royauté. Dans l'Ancien Testament, les grands textes messianiques sont associés à des figures royales ; c'est le cas de l'oracle de Balaam (Nb., xxiv), de la prophétie de Natan (II Sam., vii), du signe de l'Emmanuel (Is., vii), de l'oracle de Bethléem (Mich., v). Plusieurs titres employés par le Nouveau Testament rappellent que Jésus était considéré comme le roi messianique issu de David ; le principal est « fils de David ». On le repère au ~ ier siècle dans les Psaumes de Salomon : « Vois, Seigneur, et suscite-leur leur roi, fils de David » (xvii, 22). La littérature talmudique l'utilise aussi : « À l'issue de la septième année, le fils de David viendra » (Sanhédrin, 97 a). Les évangélistes l'ont employé, la plupart du temps en liaison avec des formules de supplication qui reflètent nettement son usage liturgique au sein des premiers groupes chrétiens — et ceci presque exclusivement chez Matthieu : « Aie pitié de nous », ou : « de moi » (ix, 27 ; xv, 22 ; xx, 30) ; « Hosanna au fils de David » (xxi, 9, 15). Si l'on en croit Marc xii, 35-37 (ainsi que les parallèles synoptiques), Jésus semble avoir émis de sérieuses réserves quant à la véritable valeur de ce titre chez ses contemporains, qui probablement le lui imputaient volontiers dans les périodes de ses succès populaires : sa teneur trop nationaliste, dans le contexte politique d'alors, était à la fois dangereuse face à l'occupant romain et inadéquate face aux perspectives universalistes de l'enseignement biblique.

En dehors des Évangiles synoptiques et comme titre messianique, « fils de David » ne se retrouve plus dans le Nouveau Testament ; il a cédé le pas à « fils de Dieu » (de son côté, l'Épître de Barnabé, xii, 10-11, est le témoin direct de ce changement). En revanche, si le titre « fils de David » est absent, la descendance davidique de Jésus est bien soulignée : Romains, i, 3-4 ; Actes, ii, 33-36, etc. Dans l'Église primitive, on proclamait, en effet, comme un dogme que les promesses faites à David par le prophète Natan (II Sam., vii) étaient réalisées en Jésus. Et le Christ n'était plus dit « fils de David », mais « de la race de David ». L'accent était mis dès lors sur l'ascendance davidique et beaucoup moins sur la mission royale. Cet aspect se manifeste brillamment, en Matthieu, tant par la généalogie (« Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham ») que par le récit de la naissance virginale : Jésus (i, 1) et Joseph (i, 20) sont appelés « fils de David » en tant qu'ils sont péremptoirement présentés comme authentiques descendants du fils de Jessé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DAVID FILS DE  » est également traité dans :

MESSIANISME

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 7 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les cycles juifs »  : […] Surgi à l'intérieur du peuple à l'époque de la captivité à Babylone, le messianisme juif est caractérisé par la croyance en la venue d'un descendant de David, qui, envoyé par Dieu en vue de délivrer les Juifs du joug des païens, ramènerait les exilés et rétablirait le culte du Temple, cependant qu'une ère de perfection morale et de félicité se trouverait établie pour Israël et l'humanité tout ent […] Lire la suite

NATHAN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 259 mots

Le personnage principal qui porte ce nom — abrégé de natan-Yah , « Yahvé a donné » — est le prophète dont, selon la tradition biblique, l'influence fut grande à la cour de David. C'est lui qui adressa au roi de vigoureux reproches lorsque celui-ci fit tuer l'époux de Bethsabée, Urie le Hittite (II Samuel, xii , 1-12) ; c'est lui aussi qui fit imposer la succession de Salomon (I Rois, i , 11-42). S […] Lire la suite

SABBATAI TSEVI (1626-1676)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 404 mots

Dans le chapitre « L'apostasie du messie »  : […] Précédé par sa propre réputation, revêtu d'habits royaux, Sabbatai Tsevi entreprit un voyage à Alep et à Smyrne avant de se rendre à Constantinople. Sa troupe jeûnait, chantait dans les synagogues, lui-même mêlant à la grâce de son chant l'accomplissement messianique d'« actes étranges », comme de prononcer le Nom divin, de manger non kasher, de proférer certaines paroles ou d'adopter des attitud […] Lire la suite

SALOMON LIVRES DITS DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 148 mots

Dans leur ensemble, les livres sapientiaux (Proverbes, Ecclésiaste, Sagesse et Cantique des cantiques) ont été attribués à Salomon. Fiction littéraire, artifice de pseudépigraphie, à la manière dont on avait attribué le Pentateuque à Moïse et les Psaumes à David. La réputation de sagesse dont fut auréolé Salomon en est la cause. On lit dans le I er livre des Rois : « Sa renommée s'étendait à tout […] Lire la suite

Les derniers événements

4-28 mai 2020 Royaume-Uni. Présentation du dispositif de déconfinement.

Le 22 également, le Daily Mirror et le Guardian révèlent qu’un des principaux conseillers de Boris Johnson, Dominic Cummings, a enfreint les règles du confinement, fin mars, en quittant Londres pour s’installer en province avec sa femme et son fils. Le 26, le secrétaire d’État pour l’Écosse Douglas Ross, en désaccord avec le soutien accordé à Dominic Cummings par le Premier ministre, annonce sa démission. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « DAVID FILS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fils-de-david/