SALOMON LIVRES DITS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans leur ensemble, les livres sapientiaux (Proverbes, Ecclésiaste, Sagesse et Cantique des cantiques) ont été attribués à Salomon. Fiction littéraire, artifice de pseudépigraphie, à la manière dont on avait attribué le Pentateuque à Moïse et les Psaumes à David. La réputation de sagesse dont fut auréolé Salomon en est la cause. On lit dans le Ier livre des Rois : « Sa renommée s'étendait à toutes les nations d'alentour. Il prononça trois mille sentences... » (v, 11-12). Et l'on connaît l'histoire fameuse des deux femmes prétendant chacune être la mère d'un unique enfant (iii, 16-28). Le règne de Salomon représente la fécondité culturelle qui, parallèlement à l'organisation administrative, caractérise la seconde génération d'une jeune dynastie. Les échanges commerciaux avec l'Égypte et la Phénicie se doublèrent d'échanges culturels ; les éléments de sagesse y étaient particulièrement représentatifs.

Le Livre de la Sagesse est chronologiquement le dernier écrit de l'Ancien Testament. C'est un livre deutérocanonique (« apocryphe » pour les protestants). Comme pour marquer sa valeur, la Vulgate l'intitule Liber Sapientiae. Il est appelé Sagesse de Salomon dans les manuscrits grecs. Avec l'œuvre de Philon, c'est, de beaucoup, l'ouvrage le plus remarquable du judaïsme hellénistique. Il fut écrit de façon admirable, en grec, par un élève des rhéteurs et philosophes grecs qui reste anonyme (malgré les efforts de certains exégètes pour l'identifier, qui à Philon comme Jérôme, qui à Aristobule, ou bien à Jésus fils de Sirach, comme Augustin, ou encore à Apollos, le compagnon de saint Paul). Néanmoins il demeure très juif d'inspiration. Amalgame brillant de doctrines classiques (liées au monothéisme biblique) et d'aperçus nouveaux (sur la rétribution des mérites et sur l'immortalité de l'âme), il intègre des genres littéraires divers dans un ensemble que l'on définit comme une exhortation didactique reflétant un genre répandu dans le monde culturel de l'époque. On peut dater ce livre de la première moitié du ier siècle préchrétien. Il utilise la traduction des Septante et sa doctrine est tardive ; mais on n'y trouve aucune trace des idées philoniennes ou même préphiloniennes. Absent du canon juif, il fut reçu avec faveur dans l'Église primitive. Les lettres de saint Paul et l'évangile selon saint Jean ont très nettement subi son influence. Ses affinités avec la littérature palestinienne de Qumrām ou des Pseudépigraphes sont grandes (comparer Sagesse, ii, 24, consacré à la tentation diabolique, et Règle de Qumrān, iii, 20-24). La liturgie catholique, jusque dans ses réformes récentes, particulièrement dans ses usages hagiographiques, n'a cessé de l'honorer largement. Ce livre se divise en trois parties, dont chacune développe, d'une façon particulière, la thèse énoncée dans le premier chapitre (1-15) et adressée aux rois de la Terre : il n'y a pas de sagesse en dehors de la justice ; cette justice ne peut venir que de Dieu, et celui qui se détourne d'elle va à la mort. Première partie (i, 16-v, 23) : réfutation des thèses épicuriennes sur l'impunité des exactions ; affirmation de la récompense immortelle des justes et du châtiment éternel des impies. Deuxième partie (vi, 1-ix, 18) : Salomon s'adresse aux rois païens et les presse de suivre son exemple ; il a trouvé la pureté et s'est garanti l'immortalité par l'obtention d'une sagesse divine qu'il a su demander. Troisième partie (x, 1-xix, 22) : on y voit la sagesse à l'œuvre dans l'histoire d'Israël, depuis Adam jusqu'à Moïse ; les fidèles de Dieu et de sa Sagesse sont tous sauvés, les idolâtres châtiés ; cette démonstration — brillant développement du genre midrashique — met en œuvre une ingénieuse exégèse du Pentateuque et bien des légendes tardives.

Malgré leurs traits sémitiques, les quarante-deux Odes de Salomon sont un recueil de poèmes chrétiens où l'empreinte de thèmes apocalyptiques (le Livre de vie) s'allie à des traces gnostiques. L'inspiration johannique, par le canal sacramentaire (l'eau vive), y est manifeste. Lactance les cite, vers l'an 320. Il s'agit de textes probablement rédigés en grec, au iie siècle, et conservés en syriaque (la langue et le lieu originels sont toutefois discutés). Ils n'ont aucune parenté avec les Psaumes de Salomon : seul leur titre pseudépigra [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SALOMON LIVRES DITS DE  » est également traité dans :

CANTIQUE DES CANTIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 1 828 mots

Dans le chapitre « Les grands courants de l'interprétation »  : […] Dans son état actuel, le Cantique se présente comme une suite de poèmes, où s'entrecroisent pour chanter leur amour les voix du bien-aimé et de la bien-aimée et d'un chœur. Ces chants sont précédés d'une suscription attribuant l'ensemble à Salomon, et suivis d'une finale composite de saveur sapientielle, souvent qualifiée d'appendice. Il est impossible d'entrer plus avant dans l'analyse sans pren […] Lire la suite

ECCLÉSIASTE LIVRE DE L'

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 925 mots

L'ouvrage que les Bibles chrétiennes appellent l'Ecclésiaste est placé dans celles-ci après les Proverbes et dans les Bibles juives parmi les Cinq Rouleaux (Megilloth), parce qu'il est lu à la fête des Tabernacles. Son nom hébreu est Qoheleth, participe féminin appliqué à l'auteur : « le rassembleur » (de Qahal , l'assemblée). De là vient la traduction grecque Ekklèsiastès . Il est rédigé en un hé […] Lire la suite

PROVERBES LIVRE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 731 mots

Livre qui, dans la Bible juive, est classé parmi les Écrits ( Ketûbim ) et qui a pour titre hébraïque : Meshalim (pluriel de mashal , mot désignant un genre littéraire souple appliqué à des poèmes, à des oracles, à des pièces satiriques, à des comparaisons, à des dictons ou maximes). Il a pour titre complet Meshalim de Salomon , car il contient une collection attribuée au premier successeur de D […] Lire la suite

SAGESSE LIVRES DE

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 4 599 mots

Dans le chapitre « Sagesse contestataire et sagesse mystique »  : […] Le plus célèbre des Livres de sagesse est celui de Job. Il est d'ailleurs unique dans la Bible par sa forme littéraire. C'est un drame constitué par plusieurs dialogues en vers, dont le prologue et l'épilogue sont en prose. Il met en scène les souffrances d'un homme juste que Satan éprouve avec la permission de Dieu. On s'accorde à penser qu'il a été rédigé entre le v e et le iii e  siècle avant […] Lire la suite

SAPIENCE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 883 mots

Calque en français médiéval du mot latin sapientia signifiant science, sagesse, sapience désigne le savoir moral et philosophique reposant sur une tradition. Au sens large, on peut comprendre sous ce terme tous les écrits didactiques touchant à la philosophie morale ; mieux vaut se cantonner aux traductions, adaptations, recueils de sentences et compilations diverses par lesquels se transmet, à t […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « SALOMON LIVRES DITS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-dits-de-salomon/