SPENGLER OSWALD (1880-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Première Guerre mondiale n'était pas encore terminée qu'un auteur allemand inconnu, Oswald Spengler, diagnostiquait, dans un livre retentissant, le « déclin de l'Occident », et prophétisait les ultimes étapes de cette décadence. L'ouvrage, massif et désordonné, à l'obscurité trouée d'éclats fulgurants, rassemblait dans une synthèse violente quelques-uns des principaux thèmes de la pensée allemande au xixe siècle. À l'optimisme scientiste et démocratique il opposait un pessimisme aristocratique : à l'idée d'une histoire unique orientée dans le sens du salut ou du progrès, celle de « cultures » radicalement différentes, organismes vivants voués à la mort ; à la recherche rationnelle des « causes », la méditation sur le « destin ». La vieille Europe, l'Allemagne surtout trouva l'écho immédiat de ses inquiétudes dans ce livre symptomatique, mais la postérité devait faire payer cher son succès à Spengler, au prophète comme à l'historien. Sans doute n'aurait-il pas reconnu dans l'hitlérisme ce sursaut des forces instinctives qu'il appelait de ses vœux, mais trop d'images sinistres s'interposent désormais devant nos yeux pour que nous ne ressentions pas un malaise en lisant certaines de ses pages. Quant aux historiens de métier, ils ont à juste titre reproché à Spengler son « amateurisme », son information superficielle et lacunaire, ses analogies hasardeuses, ses systématisations rigides et parfois absurdes, son biologisme, philosophiquement aussi contestable que le mécanisme qu'il dénonçait. Avec tous ses défauts, Le Déclin de l'Occident reste pourtant un ouvrage fascinant par la beauté de bien des passages et par la puissance visionnaire du « regard historique » qui s'y exerce. Source permanente d'irritation, mais aussi d'excitation, c'est un livre qui donne encore à penser.

L'homme d'un seul livre

Oswald Spengler est né le 29 mai 1880 à Blankenburg, en Allemagne. Il poursuit des études de scie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  SPENGLER OSWALD (1880-1936)  » est également traité dans :

LE DÉCLIN DE L'OCCIDENT, Oswald Spengler - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 244 mots

Écrivain politique récemment établi à Munich, Spengler (1880-1936) rédige en 1918 le tome I (remanié en 1923) de cette somme historico-philosophique dont la sortie, coïncidant avec l'époque sombre et tourmentée de la défaite allemande, lui valut, pour s'être fait le dépositaire de la tradition de pensée de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-declin-de-l-occident/#i_8726

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Destin de la civilisation »  : […] C'est en Allemagne que la réaction contre l'intellectualisme a été la plus vive. Elle y a coïncidé avec la contestation nationaliste de la société des « philistins ». Tandis que le néo-kantisme d'Ernst Mach et de Richard Avenarius maintenait la critique du matérialisme de L. Büchner et d'Ernst Haeckel à un haut niveau scientifique, à partir de Hans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/#i_8726

DÉCOLONISATION

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 7 273 mots
  •  • 33 médias

Le terme « décolonisation », contrairement à une opinion répandue, n'est pas un néologisme créé au début des années 1950. En réalité, le mot est attesté dès 1836, notamment dans le manifeste de Henry Fonfrède : Décolonisation d'Alger , qui recommandait l'évacuation de l'Algérie. Il fut repris par ceux qui s'appelèrent peu après les «  anticoloniste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decolonisation/#i_8726

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Architecture et symbolique de l'espace »  : […] On a noté que, pour Frankl, la destination d'un édifice est l'un des quatre éléments qui contribuent à la définition de son espace. C'est là un équivalent de ce que Erwin Panofsky nomme iconographie dans sa description des niveaux de l'interprétation des œuvres d'art figuratives : la destination d'un espace architectural, qu'il s'agisse de la célé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_8726

FAUST

  • Écrit par 
  • André DABEZIES
  •  • 3 906 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les étapes historiques et le mythe de Faust »  : […] On voit combien le personnage a trouvé d'incarnations différentes et parfois contradictoires. On pourrait presque parler de trois mythes successifs. Le Faust du xvi e  siècle, ce magicien pris de vertige et angoissé par l'idée d'être damné, vit en lui-même la tension de deux archétypes différents : d'une part, à l'image de Paracelse, le savant méd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faust/#i_8726

TOYNBEE ARNOLD JOSEPH (1889-1975)

  • Écrit par 
  • Alain PONS
  •  • 1 614 mots

Dans le chapitre « Les civilisations et leur genèse »  : […] Helléniste de formation, Toynbee fut frappé, pendant la guerre de 1914-1918, par le parallélisme étroit qui pouvait être établi entre la crise qui secouait l'Europe et la guerre du Péloponnèse décrite par Thucydide. Cette constatation lui fit entrevoir, comme il le raconte lui-même, que toutes les civilisations sont « philosophiquement contemporain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnold-joseph-toynbee/#i_8726

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PONS, « SPENGLER OSWALD - (1880-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oswald-spengler/