ZOR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilisé par les nomades du Moyen-Orient, le mot arabe zor désigne la végétation broussailleuse qui couvre les terrasses inférieures des vallées des fleuves du désert, particulièrement celles du Jourdain et de l'Euphrate. Le Jourdain déroule ses méandres dans le zor, vallée alluviale inondable, humide, partiellement recouverte d'une végétation subtropicale ; le zor est lui-même incisé dans le ghor, ensemble de terrasses plates, sèches et ravinées constituant l'essentiel du fond du fossé du Jourdain ; le zor du Jourdain est resté longtemps abandonné et inexploité. Cependant, le nom de zor est surtout réservé à la vallée moyenne de l'Euphrate, en territoire syrien et jusqu'à Hit en Irak, avec les basses vallées de ses deux affluents, le Balikh et le Khabour. Paradoxalement, cette vallée alluviale assez prospère dans l'Antiquité, comme en témoignent les ruines de Mari et de Doura-Europos, déclina par la suite pour être presque complètement abandonnée pendant plusieurs siècles : pendant environ dix siècles, le zor resta un simple lieu de pâturage l'été pour les Bédouins, sans ville ni village permanent. La mise en valeur a commencé au xixe siècle avec la sédentarisation de quelques groupes nomades et la création, ou la résurrection, des villes : Deir ez Zor en 1860, Raqqa, ancienne cité abbasside, peu de temps après, Abou Kemal en 1881. Mais, jusque vers 1960, l'occupation et la mise en valeur du zor donnaient une impression d'improvisé, d'inachevé. La construction du grand barrage de Tabqa, à la fin des années 1960, a transformé la région en permettant de l'irriguer et en fournissant de l'énergie électrique. Des villes nouvelles ont surgi, les villages se sont multipliés : le zor est devenu une des régions les plus dynamiques de la Syrie. Culturellement, le zor apparaît comme une zone tampon entre la Mésopotamie (bas Irak) et le monde syro-anatolien.

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification

Autres références

«  ZOR  » est également traité dans :

EUPHRATE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 478 mots
  •  • 2 médias

Fleuve de la Mésopotamie où il développe la majeure partie d'un cours long de 2 780 kilomètres, l'Euphrate tient son nom arabe al-Furāt (ou turc Firat) d'une déformation du sumérien Bu-Ra-Nu-Nu devenu en assyrien Purati. Le cours supérieur montagnard coule entièrement en Turquie ; il est formé par la jonction de deux bras principaux : le Karasu (450 km), considéré comme l'Euphrate véritable, et le […] Lire la suite

JOURDAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 597 mots
  •  • 1 média

Fleuve du Proche-Orient dans lequel, selon les Évangiles, Jésus-Christ fut baptisé par saint Jean-Baptiste. Le Jourdain est long de 360 kilomètres et jouit, grâce à son alimentation karstique et nivale, d'un débit assez régulier, environ 32 mètres cubes par seconde au confluent du Yarmouk. L'étymologie du nom évoque la « descente » et le nom arabe Cheria signifie l'« abreuvoir ». Formé par la réun […] Lire la suite

Les derniers événements

13 janvier 2021 Israël – Syrie. Bombardements israéliens sur la Syrie.

ez-Zor et Boukamal, à la frontière avec l’Irak. L’Observatoire syrien des droits de l’homme estime le bilan de cette opération à cinquante-sept morts, ce qui fait de celle-ci l’une des plus meurtrières menée dans le pays par Israël ces dernières années.  […] Lire la suite

14-26 décembre 2018 Syrie – États-Unis. Annonce du retrait américain de Syrie.

ez-Zor proche de la frontière irakienne, qu’elles assiégeaient depuis septembre avec l’aide de la coalition internationale. Le 17, le président turc Recep Tayyip Erdogan déclare avoir obtenu l’accord de Washington pour combattre les « groupes terroristes » dans le nord-est de la Syrie, région que contrôlent les forces arabo-kurdes des FDS. En août  […] Lire la suite

21 mars 2018 Israël. Reconnaissance de la destruction par l'armée d'un réacteur nucléaire syrien en 2007.

ez-Zor. Cette annonce s’inscrit dans le cadre de la campagne menée par Israël contre le renforcement de la présence iranienne en Syrie et contre l’accord sur le nucléaire iranien de juillet 2015. En juin 1981, l’aviation israélienne avait déjà détruit le réacteur expérimental irakien Osirak. […] Lire la suite

3-25 février 2018 Syrie. Annonce sans effet d'un cessez-le-feu dans la Ghouta.

ez-Zor, dans l’est du pays. Une centaine de combattants pro-régime sont tués. Moscou admettra la présence de mercenaires russes parmi les victimes. Les loyalistes avaient franchi l’Euphrate, considéré par Moscou et Washington comme une ligne de démarcation entre forces rebelles et forces loyalistes, à la suite de l’éviction de l’organisation État islamique […] Lire la suite

3-28 novembre 2017 Syrie. Reprise de Deir ez-Zor.

ez-Zor, dernier grand centre urbain contrôlé par l’organisation État islamique (EI) dans l’est du pays. Le 13, le bombardement par l’aviation syrienne ou russe du marché de la localité rebelle d’Atarib, située dans la « zone de désescalade » d’Idlib, dans le nord du pays, cause la mort de plus de cinquante personnes dont une majorité de civils, selon […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « ZOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zor/