VIOLLET-LE-DUC EUGÈNE EMMANUEL (1814-1879)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’architecte Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc est surtout connu du public comme le plus éminent restaurateur du xixe siècle. Il œuvra, notamment, sur les basiliques de Vézelay (1840-1859), de Saint-Denis (1846-1879) et de Toulouse (1847-1879), les cathédrales de Notre-Dame de Paris (1844-1864), d’Amiens (1849-1874), de Reims (1860-1874) et de Lausanne (1872-1879), les remparts de la cité de Carcassonne (1852-1879) et le château de Pierrefonds (1858-1879). Grand érudit, il rédigea d’innombrables ouvrages sur l’architecture du Moyen Âge. Il fut une personnalité prolixe dans le domaine des arts et un influent théoricien de l’architecture, chef de l’école néogothique rationaliste en France et prophète du modernisme architectural. Officier de l’armée durant la guerre franco-prussienne de 1870, il fut aussi écrivain, journaliste, conseiller municipal et géologue.

Basilique de Saint-Denis

Photographie : Basilique de Saint-Denis

Photographie

Basilique de Saint-Denis, la façade, commencée vers 1135. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Château de Pierrefonds

Photographie : Château de Pierrefonds

Photographie

Château de Pierrefonds (Oise). Château fortifié reconstruit par Viollet-le-Duc à partir de 1863. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

L’appel du Moyen Âge

Viollet-le-Duc est né à Paris le 27 janvier 1814, quelques mois avant la première Restauration. Sa famille jouit d’un certain prestige ; elle a ses entrées à la cour et fraie avec les milieux littéraires et artistiques de la capitale. Ses premières notions d’architecture lui sont inculquées par les architectes néoclassiques proches de son père, dont Charles Percier et Pierre François Léonard Fontaine. À l’âge de seize ans, il commence son apprentissage proprement dit chez l’architecte de l’église de la Madeleine, Jean Jacques Marie Huvé et le poursuit chez Achille Leclère, membre de l’Académie des beaux-arts. Mais, dans une attitude de défi qui le caractérise, Viollet-le-Duc se détourne vite de cette voie tracée d’avance. Il décide de ne pas s’inscrire à l’École des beaux-arts, refusant ce moule pour répondre plutôt à l’appel du romantisme et de son Moyen Âge rêvé.

Profondément bouleversé par la mort de sa mère, en juin 1832, il entreprend à l’aut [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Basilique de Saint-Denis

Basilique de Saint-Denis
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Château de Pierrefonds

Château de Pierrefonds
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Sainte-Madeleine, Vézelay

Sainte-Madeleine, Vézelay
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Carmasac

Carmasac
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : architecte, professeur d'histoire de l'architecture à l'École d'architecture de l'université McGill, Montréal, Québec (Canada)

Classification

Autres références

«  VIOLLET-LE-DUC EUGÈNE EMMANUEL (1814-1879)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

Dans le chapitre « Structure »  : […] Spectaculaires ou modestes, les constructions des xix e et xx e  siècles peuvent presque toutes être appréhendées en termes de structure. La notion moderne de structure apparaît dès le xviii e  siècle, à l'aube de la Révolution industrielle, au moment où les architectes et les ingénieurs redécouvrent les qualités des édifices gothiques dont la Renaissance s'était détournée pour n'admirer que les […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le siècle de l'industrie »  : […] Au cours du xix e  siècle se produit une diversification sans précédent des techniques de construction. Au sein de cet ensemble de transformations, le développement de l'architecture métallique constitue le phénomène le plus marquant. Aux premiers édifices faisant appel à la fonte succèdent des constructions en fer puis en acier. Tandis que la fonte, qui résiste mal aux efforts de traction, est p […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Architecture et « question sociale » au XIXe siècle »  : […] Frappées par l'ampleur des transformations engendrées par la Révolution française, puis par les bouleversements dont s'accompagne l'industrialisation, les élites du xix e siècle sont amenées à s'interroger sur la nature du lien social et sur son évolution. Celui-ci semble menacé à la fois par l'individualisme qui s'est substitué aux réseaux de solidarité traditionnels et par l'émergence d'une cl […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Fer et fonte

  • Écrit par 
  • Henri POUPÉE
  •  • 4 344 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De Viollet-le-Duc à Guimard »  : […] Les milieux d'architectes suivaient ces tentatives, dues surtout aux ingénieurs, avec attention, voire avec quelques craintes. À partir de 1841, la Revue générale d'architecture de César Daly reflète cet intérêt grandissant. Le succès de sa salle de lecture ouvre à Labrouste les portes de l'Institut en 1867. Il y succède à Hittorff, y retrouve Baltard, Joseph Duc et Félix Duban, qui tous utilisai […] Lire la suite

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre «  La naissance d'un style »  : […] Selon Émile Gallé , la nature « prête à l'artiste bien d'autres choses que les lombrics et ténias, les pseudo-varechs et les vermicelles affolés dont on a pensé faire avec beaucoup de talent, à l'occasion de 1900, un berceau où abriter le xx e  siècle » ( Le Mobilier contemporain orné d'après la nature) . Dans ce texte paru en 1900, une date que l'on utilise souvent pour définir le style Art nou […] Lire la suite

CASTELLOLOGIE, architecture

  • Écrit par 
  • Philippe DURAND
  •  • 931 mots
  •  • 1 média

La castellologie (du latin castellum , château) est la discipline qui étudie le château du Moyen Âge et par extension l'architecture fortifiée de cette période. Le castellologue en est le spécialiste. Le terme « castellologie » a été créé dans les années 1960 par Michel de Bouärd et son équipe au Centre de recherches archéologiques médiévales (C.R.A.M.) de l'université de Caen. Il apparaît pour la […] Lire la suite

CHÂTEAUX

  • Écrit par 
  • C.R.H.A.M.
  •  • 1 316 mots
  •  • 2 médias

Jusqu'au xix e siècle, on a construit des châteaux en Europe occidentale et surtout en France . Ce pays en possède une quantité et une variété encore extraordinaires malgré l'ampleur des destructions. Le phénomène est d'importance et intéresse l'histoire de l'architecture domestique, de la société, de l'économie du monde rural, du paysage. Nous envisagerons ici la « grande demeure » traditionnell […] Lire la suite

CISTERCIENS

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Placide DESEILLE, 
  • Anselme DIMIER
  •  • 8 633 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'Abbé de Clairvaux et l'art »  : […] En ce qui concerne l'architecture, les Cisterciens interdirent, pour leurs églises, comme contraires à la simplicité et à la pauvreté, les clochers de pierre ainsi que les peintures et les sculptures. Tout cela se trouve exprimé avec verve dans la fameuse Apologie que saint Bernard adressa, vers 1125, à son ami Guillaume, abbé bénédictin de Saint-Thierry, près de Reims. Dans cet écrit, le saint s […] Lire la suite

CONSERVATION DES ŒUVRES D'ART

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN, 
  • Vincent POMARÈDE
  •  • 6 754 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du romantisme à 1914 »  : […] Le Danemark se montra singulièrement en avance : il institua dès 1807 une commission royale pour la conservation des antiquités, composée de cinq professeurs, de l'évêque de Copenhague et du directeur du Cabinet royal. En France, il faudra attendre 1830 pour que, sous l'effet du mouvement d'intérêt que le romantisme porte au Moyen Âge, le gouvernement se préoccupe de créer un service propre à assu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Martin BRESSANI, « VIOLLET-LE-DUC EUGÈNE EMMANUEL - (1814-1879) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-emmanuel-viollet-le-duc/