ETHNOCIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Universalité de l'ethnocentrisme

On nomme ethnocentrisme cette vocation à mesurer les différences à l'aune de sa propre culture. L'Occident serait ethnocidaire parce qu'il est ethnocentriste, parce qu'il se pense et se veut la civilisation. Une question néanmoins se pose : notre culture détient-elle le monopole de l'ethnocentrisme ? L'expérience ethnologique permet d'y répondre. Considérons la manière dont les sociétés primitives se nomment elles-mêmes. On s'aperçoit qu'en réalité il n'y a pas d'autodénomination, dans la mesure où, en mode récurrent, les sociétés s'attribuent presque toujours un seul et même nom : les Hommes. Illustrant de quelques exemples ce trait culturel, on rappellera que les Indiens Guarani se nomment Ava, qui signifie les Hommes ; que les Guayaki disent d'eux-mêmes qu'ils sont Aché, les Personnes ; que les Waika du Venezuela se proclament Yanomami, les Gens ; que les Eskimos sont des Innuit, des Hommes. On pourrait allonger indéfiniment la liste de ces noms propres qui composent un dictionnaire où tous les mots ont le même sens : hommes. Inversement, chaque société désigne systématiquement ses voisins de noms péjoratifs, méprisants, injurieux.

Toute culture opère ainsi un partage de l'humanité en deux parts : elle-même, qui s'affirme comme représentation par excellence de l'humain, et les autres, qui ne participent qu'à un moindre titre à l'humanité. Le discours que tiennent sur elles-mêmes les sociétés primitives, qui se trouve condensé dans les noms qu'elles se confèrent, est donc ethnocentriste de part en part : affirmation de la supériorité de son soi culturel, refus de reconnaître les autres comme des égaux. L'ethnocentrisme apparaît alors la chose du monde la mieux partagée, et, de ce point de vue au moins, la culture de l'Occident ne se distingue pas des autres. Il convient même, poussant un peu plus loin l'analyse, de penser l'ethnocentrisme comme une propriété formelle de toute formation culturelle, comme immanent à la culture elle-même. Il appartient à l'essence de la culture d'être ethnocentriste, dans la mesure exacte où toute culture se considère comme la culture par excellence. En d'autres termes, l'altérité culturelle n'est jamais appréhendée comme différence positive, mais toujours comme infériorité sur un axe hiérarchique.

Il n'en reste pas moins que, si toute culture est ethnocentriste, seule l'occidentale est ethnocidaire. Il s'ensuit donc que la pratique ethnocidaire ne s'articule pas nécessairement à la conviction ethnocentriste. Sinon, toute culture devrait être ethnocidaire : or ce n'est pas le cas. C'est à ce niveau, nous semble-t-il, que se laisse repérer une certaine insuffisance de la réflexion que mènent depuis un certain temps les chercheurs que préoccupe à juste titre le problème de l'ethnocide. Il ne suffit pas en effet de reconnaître et d'affirmer la nature et la fonction ethnocidaires de la civilisation occidentale. Tant que l'on se contente de déterminer le monde blanc comme monde ethnocidaire, on reste à la surface des choses, on demeure en la répétition, légitime certes, car rien n'a changé d'un discours déjà prononcé, puisque aussi bien l'évêque Las Casas par exemple, dès l'aube du xvie siècle, dénonçait en termes fort précis le génocide et l'ethnocide que les Espagnols faisaient subir aux Indiens des Isles et du Mexique. De la lecture des travaux consacrés à l'ethnocide, on retire l'impression que pour leurs auteurs, la civilisation occidentale est une sorte d'abstraction sans racines socio-historiques, une vague essence qui, de tout temps, enveloppa en soi l'esprit ethnocidaire. Or notre culture n'est en rien une abstraction, elle est le produit lentement constitué d'une histoire, elle relève d'une recherche généalogique. Qu'est-ce qui fait que la civilisation occidentale est ethnocidaire ? Telle est la vraie question. L'analyse de l'ethnocide implique, au-delà de la dénonciation des faits, une interrogation sur la nature, historiquement déterminée, de notre monde culturel. C'est donc vers l'histoire qu'il s'agit de se tourner.

Pas plus qu'abstraction extratemporelle, la civilisation de l'Occident n'est une réalité homogène, un b [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Procès de Nuremberg et procès de Tokyo, 1945-1946

Procès de Nuremberg et procès de Tokyo, 1945-1946
Crédits : The Image Bank

video

Indiens d'Amazonie

Indiens d'Amazonie
Crédits : Keystone Features/ Getty Images

photographie

Wounded Knee

Wounded Knee
Crédits : MPI/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ETHNOCIDE  » est également traité dans :

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

  • Écrit par 
  • Barbara GLOWCZEWSKI
  •  • 7 132 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Ethnocide et ségrégation »  : […] Dès la constitution par les six anciennes colonies britanniques d'un État fédéral autonome, en 1901, l'administration australienne (Native Welfare) s'est employée à déraciner les populations indigènes de leur environnement de naissance, en les déportant dans des réserves, où il leur était interdit de reprendre leurs chasses semi-nomades et souvent de pratiquer leurs rites et d'élever eux-mêmes le […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre BOUSQUET, 
  • Roger RENAUD
  • , Universalis
  •  • 10 331 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La traite et le désastre démographique »  : […] Dès le début du xvi e  siècle, des relations commerciales s'ouvrent sur les côtes canadiennes à la suite du contact entre pêcheurs de morue et indigènes de la côte. La traite des fourrures devint rapidement indépendante et d'importance supérieure à la pêche, donnant naissance, dès la fin du siècle, à des compagnies qui cherchaient à s'assurer le monopole. La demande s'accrût, le castor s'épuisa s […] Lire la suite

ETHNOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 1 744 mots

Dans le chapitre « Nier l'humanité de l'autre  »  : […] Le rejet pur et simple des formes de culture éloignées de celles auxquelles les membres d'une société s'identifient peut se manifester diversement : il se traduit notamment dans deux formes de négation, ou verbale, ou physique et directe. Dans la civilisation occidentale et dès l'Antiquité gréco-latine, l'application du terme générique de Barbaroi aux peuples non helléniques exprime bien le friss […] Lire la suite

SHOAH

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 5 886 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Shoah dans l'histoire »  : […] Par sa monstruosité, la Shoah constitue un défi que n'affaiblit pas le passage du temps. Quelques-uns veulent, certes, « assassiner la mémoire » (selon l'expression de Pierre Vidal-Naquet) en niant ce que le génocide des juifs eut de plus spécifique, à savoir les chambres à gaz. D'autres veulent, pour faire « passer le passé » ( Ernst Nolte), dissoudre la singularité de l'événement, comme il appar […] Lire la suite

HUTU

  • Écrit par 
  • Dominique DARBON
  •  • 895 mots
  •  • 3 médias

La population hutu est principalement concentrée au Rwanda et au Burundi, où elle constitue le groupe humain le plus important , mais elle est présente aussi dans les pays voisins, Zaïre, Tanzanie et Ouganda, qui servent notamment de zones de refuge lors de chaque conflit opposant tant au Rwanda qu'au Burundi des factions politiques qui utilisent l'identification ethnique comme une arme de mobili […] Lire la suite

JAULIN ROBERT (1928-1996)

  • Écrit par 
  • Patrick DESHAYES, 
  • Roger RENAUD
  •  • 1 121 mots

L'œuvre de Robert Jaulin – personnalité marquante de l'ethnologie contemporaine – reste paradoxalement en grande partie à découvrir. La portée de cette œuvre a été dans une large mesure masquée par les controverses incessantes qu'elle a suscitées, en s'inscrivant délibérément contre les canons de l'ethnologie classique et les intérêts qui y étaient liés. On ne retient de lui – trop facilement – qu […] Lire la suite

MARQUISES ÎLES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

En découvrant ces îles dès 1595, le navigateur espagnol Alvaro de Mendaña leur donna le nom de l'épouse du vice-roi du Pérou (les îles Marquises-de-Mendoza, nom qui fut abrégé en Marquises). Cook les redécouvrit en 1774 et elles furent annexées par la France en 1842. C'est un ensemble de douze îles volcaniques de 1 275 kilomètres carrés au total, les plus grandes étant Nuku Hiva et Hiva Oa. Elles […] Lire la suite

UNE SAISON DE MACHETTES (J. Hatzfeld)

  • Écrit par 
  • Mona CHOLLET
  •  • 985 mots

« Nous connaissons mieux les victimes, nous les avons écoutées, alors qu'il ne nous reste presque rien des bourreaux, constatait un jour l'écrivain biélorusse Svetlana Alexievitch. Ils ont dissimulé et laissé sous scellés dans leurs archives secrètes l'expérience la plus importante du siècle passé. » C'est un pan de ces « archives secrètes » que met au jour Jean Hatzfeld dans Une saison de machet […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLASTRES, « ETHNOCIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnocide/