Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GUAYAKI ou GUAYAKIL

Indiens de l'Amérique du Sud qui, au Paraguay oriental, habitent la forêt tropicale. Leur langue présente d'étroites ressemblances avec le guarani. Les Guayaki sont des chasseurs nomades organisés en bandes, unités socio-économiques qui contrôlent un territoire leur assurant des ressources alimentaires suffisantes. Les produits de la chasse sont complétés par ceux de la pêche et de la cueillette. Les bandes maintiennent des rapports étroits entre elles, surtout d'ordre social, et les rendez-vous annuels dans la forêt sont l'occasion d'échanges matrimoniaux. Le groupe de l'Yñaro, étudié par l'ethnologue français Pierre Clastres, pratique la polyandrie en raison de la rareté des femmes, qui, de ce fait, occupent une place privilégiée dans la société. Les Guayaki sont groupés en classes d'âge, mais celles-ci ne sont pas formellement organisées comme dans d'autres sociétés indiennes. Ces Indiens sont généralement nus et ornés de colliers en dents d'animaux ou en graines. Hommes et femmes se peignent le corps et les guerriers le noircissent complètement. À partir de la puberté, les hommes portent, dans la lèvre inférieure, le labret, ornement en bois ou en os.

Le groupe de l'Yñaro pratique l'endocannibalisme parce que, selon eux, la consommation du corps d'un mort est le seul moyen de chasser l'âme. Ils pensent, en effet, que celle-ci fait son apparition au moment de la mort et qu'elle essaie de pénétrer dans le corps des vivants pour les rendre malades et finalement les tuer. Les Guayaki croient aussi à l'existence d'êtres visibles et invisibles, le plus souvent malfaisants, qui hantent la forêt et qui les persécutent.

— Susana MONZON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CANNIBALISME

    • Écrit par Nicole SINDZINGRE, Bernard THIS
    • 4 188 mots
    • 1 média
    À l'opposé, les Guayaki du Paraguay, endocannibales, mangeaient les morts de leur groupe, avec lesquels ils avaient presque toujours, du fait de la taille réduite de celui-ci, des liens de parenté. Ses victimes étant ici des parents, là des alliés, le cannibalisme métaphorise rapports de parenté et...

Voir aussi