ESSENCES VÉGÉTALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connues aussi sous le nom d'huiles essentielles, ces essences sont des substances volatiles et odorantes contenues dans les végétaux. On en rencontre une très grande variété dans tout le règne végétal et dans tous les organes des plantes.

Après isolement par distillation ou entraînement à la vapeur d'eau, ou, plus rarement, par expression (zestes de citron ou d'orange) ou extraction à l'aide de solvants, on obtient des substances à forte odeur aromatique, généralement liquides, faiblement colorées, de densité inférieure à celle de l'eau (à l'exception des essences de cannelle, de girofle et de sassafras). Ces substances sont solubles dans tous les solvants organiques et très légèrement solubles dans l'eau. Dans leur constitution, fort complexe et variable, entrent surtout des carbures terpéniques ; on y trouve également des aldéhydes, des phénols et des coumarines. En parfumerie, on pratique l'enfleurage pour isoler des essences fines, présentes en quantités très faibles : cette opération consiste à faire absorber par un corps gras (axonge) l'essence contenue dans des organes fragiles (pétales de rose) ; le support est ensuite épuisé par l'alcool et l'on évapore le solvant sous vide, à 0 0C.

L'intérêt des essences est reconnu depuis l'Antiquité. On les utilise dans de multiples domaines. En alimentation, elles donnent leur saveur aux condiments (poivre, gingembre, etc.) et aux aromatisants (menthe, anis, oranger, citronnier, cumin, thym, laurier, romarin). Chacune de ces espèces doit en effet sa saveur à un ou plusieurs principes particuliers entrant dans sa composition : apiol de l'essence de persil, anéthole du fenouil ou de l'anis, phellandrène de l'essence d'angélique, limonène et anthranilate de méthyle de l'essence d'oranger, menthol des menthes. Aussi ces substances, isolées ou, parfois, obtenues par synthèse, peuvent-elles servir pour remplacer les essences ou po [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESSENCES VÉGÉTALES  » est également traité dans :

AIL

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 648 mots

Paré de toutes les vertus dès l'aurore de la médecine occidentale, longtemps considéré comme l'un des meilleurs spécifiques de la peste, l'ail ( Allium sativum  L., liliacées) restera, jusqu'au xix e  siècle, dans les campagnes, le remède universel que Galien appelait déjà la « thériaque des paysans ». Il tenait une place de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ail/#i_40258

AROMATHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Jean VALNET
  •  • 1 632 mots
  •  • 1 média

Traitement des maladies par les arômes végétaux, c'est-à-dire les essences aromatiques appelées huiles essentielles (H.E.) dans le langage médical, l'aromathérapie est une branche de la phytothérapie (du grec yuzov , plante) et, comme telle, l'une des thérapeutiques les plus anciennes du monde avec l'argile, l'eau et les procédés manuels (massages et reboutement, magnétisme c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aromatherapie/#i_40258

BOIS

  • Écrit par 
  • Marie Elisabeth BORREDON, 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Xavier DÉGLISE, 
  • Carlos VACA-GARCIA
  •  • 9 111 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Aspect : grain et couleur »  : […] L'aspect du bois est lié à son « grain » et à sa couleur. Le bois est homogène lorsque les vaisseaux et fibres sont uniformément répartis dans la masse. Dans ce cas le grain est serré ou fin . Lorsque les vaisseaux, gros et abondants, sont principalement distribués sur la face interne des anneaux d'accroissement, le bois est hétérogène ou peu homogène. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bois/#i_40258

ÉPICES

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Aussi longtemps qu'elles furent des denrées de luxe réservées aux plus fortunés, c'est-à-dire jusqu'au xviii e siècle, les épices tinrent conjointement un rôle culinaire et un rôle médicinal. Leur vogue thérapeutique culmina surtout à la Renaissance et au xvii e siècle, quand les apothicaires se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epices/#i_40258

EUCALYPTUS

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 213 mots

Les feuilles de l' Eucalyptus globulus La Bill (myrtacées) renferment des tanins, de l'alcool cérylique, un diphénol (pyrocatéchine), une résine acide et, surtout, 5 à 7 p. 100 d'huile essentielle aux composants multiples, le plus notable étant l'eucalyptol (ou cinéol). L'essence et l'eucalyptol, principes actifs, sont antiseptiques et balsamiques aux doses thérapeutiques, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eucalyptus/#i_40258

FENOUIL

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 362 mots
  •  • 1 média

Condiment cher aux habitants du midi de la France qui en parfument olives vertes, poissons grillés et omelettes, le fenouil ( Foeniculum vulgare Miller. ; ombellifères) est une plante médicinale très employée depuis l'Antiquité. Les fruits faisaient partie des « quatre semences chaudes majeures » des anciennes pharmacopées, avec l'anis vert, le carvi et la coriandre. Les ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fenouil/#i_40258

GENÉVRIER COMMUN

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 666 mots
  •  • 1 média

Surtout connu de nos jours comme condiment de la choucroute et aromate du gin, le genévrier commun ( Juniperus communis L. ; cupressacées) aux « baies » bleues (galbules)a un long passé parmi les simples. Répandu dans la plus grande partie de l'Europe, il a servi très tôt de remède. En le prescrivant contre les rétentions d'urine et la sciatique, Caton, trois siècles avant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genevrier-commun/#i_40258

LABIÉES

  • Écrit par 
  • Gérard AYMONIN
  •  • 1 385 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Écologie et biologie »  : […] Un certain nombre de Labiées abondent dans des groupements méditerranéens de sous-arbrisseaux odoriférants (garrigues et tomillares) : Thymus , Phlomis , Sideritis , Ziziphora , etc. Le romarin sécréterait des toxines racinaires inhibant la germination d'autres espèces. Parmi les lavandes sauvages, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/labiees/#i_40258

LAURIER NOBLE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 575 mots

Arbre d'Apollon, plante bénéfique vénérée par tous les anciens peuples méditerranéens, le laurier noble ( Laurus nobilis L. ; lauracées) est aujourd'hui une épice des plus communes dont les pouvoirs thérapeutiques sont oubliés. L'arôme des feuilles est dû à une huile essentielle de composition très complexe : 45-50 p. 100 d'eucalyptol, avec géraniol, linalol, terpinéol, pinè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurier-noble/#i_40258

LAVANDES

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 328 mots
  •  • 2 médias

Appartenant à la famille des labiées, la lavande officinale ( Lavandula vera D.C. ou Lavandula officinalis Chaix), la lavande spic ou aspic ( Lavandula latifolia Villars) et les « lavandins » issus de leur croisement ont à peu près les mêmes propriétés médicinales. La lavande stœchas ( L. Stœchas L.), don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lavandes/#i_40258

MÉLISSE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 348 mots

Simple très populaire depuis que les carmes déchaussés de la rue de Vaugirard, à Paris, en composèrent au début du xvii e siècle leur célèbre « eau de mélisse ». Bien que la plante ( Melissa officinalis  L. ; labiées) fût connue des Grecs et des Latins, c'est aux médecins arabes du Moyen Âge que la mélisse doit les indicatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melisse/#i_40258

MENTHE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 563 mots

Groupe complexe d'espèces, de variétés et d'hybrides, les menthes (famille des labiées) n'ont reçu que très tardivement leur individualité botanique, mais leur parfum les a désignées très tôt à l'attention des hommes : les Égyptiens en cultivaient déjà au ~ xii e  siècle. De l'Antiquité à nos jours, elles ont connu toutes les indications des labié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menthe/#i_40258

MYRTALES

  • Écrit par 
  • Georges MANGENOT
  •  • 2 668 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Familles composantes »  : […] L'ordre des Myrtales sensu stricto (sans les Thyméléales que l'on tient maintenant pour un ordre distinct) comprend dix familles méritant attention. Les Myrtacées (100 genres, 3 000 espèces) sont des arbres ou des arbustes très aromatiques (dans tous les organes existent des poches glandulaires élaborant des huiles essentielles), caractère qui, dans l'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myrtales/#i_40258

MYRTE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 351 mots
  •  • 1 média

C'est un peu l'eucalyptus européen (qui appartient aussi à la famille des myrtacées), très anciennement usité dans les régions méditerranéennes qui l'hébergent. Les hippocratiques, au ~ v e siècle, employaient le myrte ( Myrtus communis L.  ; myrtacées) en astringent et vulnéraire. Les Latins en faisaient presque une panacé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myrte/#i_40258

OLÉORÉSINES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 686 mots

Mélanges variés d'essences (ou huiles essentielles) et de résines, de consistance molle ou semi-liquide, partiellement volatils et entraînables par la vapeur d'eau. Leur constitution, très variable, correspond à celle des essences et des résines. On y trouve notamment des alcools, des acides et des aldéhydes aromatiques, des esters et de nombreuses substances terpéniques. Il faut y rattacher les b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oleoresines/#i_40258

OMBELLALES

  • Écrit par 
  • Georges MANGENOT
  •  • 2 637 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Importance économique »  : […] L'importance économique des Ombellifères est considérable. Elles fournissent à l'alimentation, à la distillerie, à la parfumerie, à la médecine, des produits dont l'utilisation dépend surtout des essences élaborées dans les canaux sécréteurs. Négligeant les espèces sauvages récoltées pour l'herboristerie, on ne citera que celles donnant lieu à une culture. Les feuilles de cerfeuil ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ombellales/#i_40258

PARFUMS

  • Écrit par 
  • Brigitte MUNIER, 
  • Paul TEISSEIRE
  •  • 5 931 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Produits d'extraction »  : […] L'extraction des produits floraux par les solvants volatils a vu le jour à Grasse vers la fin du xix e  siècle. Depuis, de nombreuses usines se sont développées autour de ce procédé. Les solvants mis en œuvre sont le cyclohexane, qui a remplacé le benzène, des carbures aliphatiques : le butane, le pentane et surtout l'hexane (coupe pétrolière en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parfums/#i_40258

PERSIL

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 483 mots

Devenu le plus commun des aromates, le persil ( Petroselinum hortense  L. ; ombellifères) a pourtant dû attendre la fin du Moyen Âge pour passer de l'officine à la table. Il n'avait, semble-t-il, auparavant, que des emplois médicinaux. Dioscoride, au i er  siècle, en connaissait déjà les propriété emménagogues et diurétiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/persil/#i_40258

PIN

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 658 mots
  •  • 2 médias

Les emplois médicinaux des pins (genre Pinus  L.) sont très nombreux : les bourgeons floraux, la résine purifiée, ou térébenthine vraie, et le produit de sa distillation, l'essence de térébenthine, le goudron extrait du bois par combustion lente ou distillation sont susceptibles d'usage médical. Une longue tradition explique que les pins gardent une solide réputation d'arbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pin/#i_40258

RÉSINES NATURELLES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 537 mots
  •  • 3 médias

Produits de sécrétions végétales, complexes, souvent formés dans un appareil sécréteur. Les résines naturelles sont amorphes ; dures à température ordinaire, elles se ramollissent à la chaleur ; insolubles dans l'eau, elles sont solubles dans l'alcool, plus ou moins solubles dans l'éther et le chloroforme. Les résines proprement dites sont constituées d'alcools aromatiques souvent phénoliques, d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resines-naturelles/#i_40258

ROMARIN

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 444 mots

Plus connu dans l'Antiquité pour son parfum balsamique que pour ses vertus médicinales, cultivé dans les monastères du Nord dès le haut Moyen Âge, probablement dans un but thérapeutique, le romarin ( Rosmarinus officinalis L. ; labiées) accéda au xvi e siècle à une renommée exceptionnelle grâce à la fameuse « eau de la rein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romarin/#i_40258

ROSALES

  • Écrit par 
  • Georges MANGENOT
  •  • 4 809 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Quelques Rosacées importantes »  : […] Contrairement à ce que l'on observe dans presque toutes les grandes familles, les Rosacées sont mieux représentées dans l'hémisphère boréal que dans la zone intertropicale ou l'hémisphère austral. C'est de diverses régions de l'hémisphère boréal et, surtout, de l'Eurasie que sont originaires les Rosacées les plus utiles à l'homme. Le genre Rosa ( rosiers) est composé d'espèce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosales/#i_40258

SARRIETTE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 248 mots

Aromates de senteur et de saveur assez distinctes, la sarriette des jardins ( Satursia hortensis L.) et la sarriette vivace ( S. montana ) peuvent être confondues pour l'usage thérapeutique. Ces labiées renferment (surtout dans les glandes bien visibles à la loupe sur les feuilles) 0,10 à 0,18 p. 100 d'essence aromatique riche en phénols (surtout carvac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarriette/#i_40258

SAUGE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 440 mots
  •  • 1 média

Salvia  : « Celle qui sauve. » Son nom seul résume la confiance immense dont la sauge ( Salvia officinalis  L.  ; labiées) a joui au long des siècles. Plus ou moins confondue par les Anciens avec d'autres labiées aromatiques, cultivée dans les monastères au ix e siècle, elle a été considérée au Moyen Âg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sauge/#i_40258

SÉCRÉTIONS VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET, 
  • Jean-Charles MESTRE
  •  • 2 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Applications pharmaceutiques et industrielles »  : […] Les sécrétions végétales présentent des propriétés aussi diverses que leur nature chimique ; elles ont été utilisées depuis longtemps tant en pharmacie (cf. médicaments , pharmacologie ) qu'à des usages industriels. Parmi les principales sécrétions d'intérêt pharmaceutique, on peut citer la résine des poils sécréteurs des sommités fleuries du ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/secretions-vegetales/#i_40258

SÉNEVOL

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 56 mots

Essence sulfurée, en général volatile et à action piquante sur les muqueuses, qui se trouve libérée par l'hydrolyse d'un des hétérosides soufrés existant chez les crucifères (sinigroside de la moutarde) et les familles voisines (capparidacées : câprier), dans toute la plante et surtout les graines. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/senevol/#i_40258

TÉRÉBINTHALES

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 3 541 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Rutales »  : […] Les Rutales comprennent cinq familles principales qui se reconnaissent aux caractères de leur appareil sécréteur : les Méliacées possèdent des cellules sécrétrices isolées, les Rutacées des poches globuleuses, les Simaroubacées des tubes sécréteurs allongés périmédullaires, ces tubes se retrouvent dans le liber chez les Burséracées et les Anacardiacées ; ces deux familles se distinguent par leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terebinthales/#i_40258

THYM

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 222 mots

Condiment des plus communs, le thym ( Thymus vulgaris L. ; labiées) doit son parfum à une essence (0,3 à 0,5 p. 100 du poids frais) bien moins toxique que celle des autres labiées aromatiques, composée de 20 à 40 p. 100 de phénols (thymol et carvacrol), d'alcools (bornéol, linalol) et de carbures (pinènes, camphène). La plante renferme en outre plus de 10 p. 100 de tanin. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thym/#i_40258

TILLEUL

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 322 mots

Les fleurs des tilleuls ( Tilia cordata Miller, T. platyphyllos Scop., T. europaea L. ; tiliacées), apparemment inutilisées jusqu'au xvi e siècle, sont aujourd'hui à la base de l'une des tisanes les plus populaires. Elles renferment 0,4-0,5 p. 100 d'une essence au parfum suave ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tilleul/#i_40258

VALÉRIANE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 219 mots

Les Latins employaient déjà des valérianes méditerranéennes, mais les propriétés antispasmodiques de la valériane officinale ( Valeriana officinalis L. ; valérianacées) n'ont été révélées qu'en 1522 par le Napolitain Fabius Columa (il s'était guéri de l'épilepsie par son usage). La racine de valériane, seule partie employée, renferme une essence de composition complexe (terp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeriane/#i_40258

VERVEINES

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 393 mots

Le nom de verveine désigne habituellement de nos jours la verveine citronnelle ( Lippia triphylla L.), originaire du sud-ouest de l'Amérique du Sud, introduite en Europe à la fin du xviii e siècle et devenue l'une des plantes à tisanes aromatiques les plus communes. Cette exotique a éclipsé la verveine officinale indigène ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verveines/#i_40258

WALLACH OTTO (1847-1931)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 352 mots

Chimiste allemand né à Könisberg et mort à Göttingen. Malgré de nombreux ennuis de santé, Wallach entreprend en 1867 des études de chimie à l'université de Göttingen sous la direction de Friedrich Wölher et obtient son doctorat en 1869. En 1870, il devient assistant puis chargé de cours à Bonn auprès de August Kekulé. En 1889, il est nommé à Göttingen professeur et directeur de l'Institut de chimi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-wallach/#i_40258

Pour citer l’article

Philippe BOUCHET, « ESSENCES VÉGÉTALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/essences-vegetales/