ÉSOTÉRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Postulats et structures de la « métaphysique traditionnelle »

René Guénon, codificateur de l'ésotérisme doctrinal

Si l'ésotérisme lui-même apparaît comme un ensemble d'attitudes dont l'historique nous ferait remonter, en fait, très loin dans le temps, c'est au philosophe français René Guénon (1886-1951) qu'on doit une codification méthodique et précise de ses principes directeurs et de son champ d'application, grâce à un effort acharné pour distinguer la « métaphysique traditionnelle » de ce qu'on aurait eu que trop tendance à confondre avec elle. René Guénon, né à Blois, d'une famille de bonne bourgeoisie catholique, avait commencé par faire des études universitaires de mathématiques, mais pour les interrompre deux ans plus tard afin de se consacrer désormais aux recherches spirituelles. Il est d'abord tenté, tout jeune, par l'ordre martiniste de Papus, par l'Église gnostique « ressuscitée » grâce à Fabre des Essarts, par une organisation qui se réclamait de la survivance secrète de l'ordre du Temple. Mais, vite déçu par l'« occultisme » du Paris de la Belle Époque, il se lie d'amitié avec les représentants de trois formes de l'ésotérisme traditionnel : Louis Champrenaud, Parisien converti à l'islam (sous le nom d'Abdul Haqq) ; Albert de Pouvourville, qui, lors d'un séjour prolongé au Tonkin, avait reçu l'initiation taoïste (et pris alors le nom spirituel de Matgioï, sous lequel il publiera ses ouvrages et articles) ; enfin, des hindous adeptes de la philosophie vedāntine et dont l'identité n'a pas encore été révélée.

L'an 1329 de l'hégire (c'est-à-dire 1912 du calendrier chrétien), Guénon reçoit l'initiation soufie, d'un instructeur nord-africain, le cheikh Abder-Rahman Elish el-Kebir el-Alim el-Malki el-Maghribi. En 1912 également, René Guénon adhère à la loge maçonnique Thebah, l'un des ateliers les plus traditionalistes rattachés à la Grande Loge de France. Peu après la guerre de 1914-1918, Guénon aura aussi des contacts avec L. Charbonneau-Lassay, auteur du Bestiaire du Christ et[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, diplômé de l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  ÉSOTÉRISME  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

L'alchimie a longtemps été confondue avec l'occultisme, la magie et même la sorcellerie. Au mieux, on la réduisait à un ensemble de techniques artisanales préchimiques ayant pour objet la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/#i_8117

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 117 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Transmission de la philosophie grecque »  : […] sur une autre distinction, courante dans les écoles philosophiques grecques, entre les discours « ésotériques », réservés au cercle des disciples, et les œuvres « exotériques », destinées à vulgariser la doctrine, ou même, dans certains cas, une autre doctrine auprès d'un plus vaste public. Ainsi les hasards de la transmission ont-ils fait que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_8117

ARITHMOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 843 mots

Moyen de connaissance ésotérique ou suprarationnelle, l'arithmosophie, ou science symbolique des nombres, considère non les nombres arithmétiques mais les nombres symboles, jugeant que les premiers ne possèdent pas de lien intérieur avec l'essence des objets auxquels ils se rapportent, tandis que les seconds, doués de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arithmosophie/#i_8117

BAADER FRANZ XAVER VON (1765-1841)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 853 mots

Théosophe allemand, qu'il serait malaisé de classer dans un système ; aussi bien aucun parti politique ou philosophique allemand ne s'est-il jamais réclamé de lui. Catholique, Franz von Baader a passé presque toute sa vie à prêcher le rapprochement avec l'Église orthodoxe, mais les théologiens officiels l'ont tenu à l'écart. Baader reste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-xaver-von-baader/#i_8117

BĀṬIN & BĀṬINIYYA

  • Écrit par 
  • Joseph CUOQ
  •  • 359 mots

Le mot arabe bāṭin signifie « caché », « ésotérique », par opposition à ẓāhir qui est traduit par « explicite », « obvie », « littéral ». La distinction entre bāṭin et ẓāhir intervient dans l'interprétation du Coran, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/batin-et-batiniyya/#i_8117

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mahāyāna tardif et tantra »  : […] Le rattachement général des interprétations symboliques des tantra à l'enseignement traditionnel du bouddhisme est resté possible en vertu d'un principe d'explication ésotérique. La parole du Buddha a un sens caché que les initiés entendent et qu'ils dégagent en établissant la valeur symbolique des termes techniques, en déchiffrant sous le langage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_8117

CARTOMANCIE

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 2 200 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les tarots »  : […] Son symbolisme plus complexe, la puissance de ses allégories à la fois médiévales et humanistes allaient faire du tarot un support de la pensée ésotérique. Quelque peu évincé par la cartomancie avec cartes spéciales au début du xixe siècle, le tarot reçut en 1856 une impulsion nouvelle avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cartomancie/#i_8117

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le phénomène religieux shī‘ite en son essence »  : […] (ẓāhir) ? Ou bien cette apparence littérale n'est-elle que la métaphore et le revêtement d'un sens caché intérieur ou ésotérique (bāṭin) ? Ce problème est commun aux herméneutes du Qorān comme aux herméneutes juifs ou chrétiens de la Bible. La profession de foi commune à tout le shī‘isme est que tout ẓāhir comporte un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiisme-shi-isme/#i_8117

DAUMAL RENÉ (1908-1944)

  • Écrit par 
  • Patrick KRÉMER
  •  • 1 148 mots

En 1930, la rencontre avec Alexandre de Salzmann marque dans la vie de Daumal une étape, importante et curieuse. Importante parce que ce disciple de Gurdjieff, après l'avoir convaincu de renoncer aux drogues, l'introduit à la pensée du « maître » et à son « savoir caché » ; curieuse parce qu'il semble étonnant que Daumal ait eu besoin d'un « maître […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-daumal/#i_8117

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Gnose et gnosticisme »  : […] On comprend maintenant pourquoi il faut distinguer gnose et gnosticisme. La gnose, orthodoxe aussi bien que gnostique, celle d'Origène comme celle de Valentin, semble correspondre à une tendance ésotérique du judaïsme tardif, qui s'est prolongée dans le judéo-christianisme et dans le christianisme. Un des intérêts des recherches contemporaines sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_8117

GUAÏTA STANISLAS DE (1861-1897)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 295 mots

Né en Lorraine, ami de Maurice Barrès qu'il fit adhérer au martinisme, curieux de sciences secrètes et d'alchimie mais intoxiqué par les stupéfiants, Stanislas de Guaïta mourut prématurément. Initié à l'ésotérisme chrétien par Éliphas Lévi, et aux grands mystères en général par Fabre d'Olivet, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislas-de-guaita/#i_8117

GUIDE DES ÉGARÉS, Moïse Maïmonide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 837 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension du secret »  : […] Modèle de l'écriture « ésotérique » (celle-là même qu'étudie Leo Strauss dans La Persécution et l'art d'écrire), le Guide des égarés (Dalātat al-Ha'irīn ; en hébreu : Mōreh ha-Nebūkhim) se protège des lecteurs indésirables par diverses techniques d'éloignement et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guide-des-egares/#i_8117

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média

xixe siècle, au contenu ambigu, tout comme les termes « ésotérisme » et « occultisme », dont il est souvent synonyme. Pour éviter toute confusion, il conviendrait de ne l'employer, comme on le fera ici, que pour désigner les doctrines propres aux ouvrages qui circulèrent sous le nom d'Hermès Trismégiste. Ces écrits, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermetisme/#i_8117

IHWĀN AL-ṢAFĀ' (Frères de la pureté)

  • Écrit par 
  • Yves MARQUET
  •  • 1 383 mots

le premier exposé d'ensemble (xe s.) de la doctrine ismaïlienne. Les Iẖwān visent à donner un fondement rationnel et universel à la légitimité exclusive de leurs imams descendants du Prophète, même si, dans un souci d'ésotérisme, ils se gardent de préciser par écrit de quelle lignée d'imams il s'agit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ihwan-al-safa/#i_8117

LÉVI ALPHONSE LOUIS CONSTANT dit ÉLIPHAS (1810-1875)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 331 mots

Fils d'un cordonnier parisien, Alphonse-Louis Constant entra au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, qu'il quitta en 1836 après avoir été ordonné diacre. Les idées utopistes et humanitaires du temps l'absorbent alors tout entier : il se lie d'amitié en 1838 avec la socialiste Flora Tristan ; collabore avec Alphonse Esquiros à une revue qui révèle au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/levi-alphonse-louis-constant-dit-eliphas/#i_8117

MAIER MICHAEL (1566-1622)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 321 mots

Médecin et alchimiste, né à Rindsberg, près de Kiel, Michael Maier obtint le doctorat de médecine à Rostock, où il vécut avant de s'installer à Prague à la cour de Rodolphe II, dont il devint le médecin personnel et le secrétaire particulier. Maier fait donc partie de ces nombreux alchimistes et hermétistes qui trouvèrent en cet empereur un prince […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-maier/#i_8117

MAṆḌALA

  • Écrit par 
  • Odette J. MONOD
  •  • 1 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rite de libération et symbolique spatio-temporelle »  : […] japonais) à l'époque où le bouddhisme, dans sa phase tardive (vajrayāna, véhicule du diamant), acquiert un contenu de plus en plus ésotérique. Il prend toute son ampleur avec l'enrichissement du mysticisme spéculatif et du ritualisme qui caractérise le tantrisme hindouiste et bouddhique. D'une manière générale, le maṇḍala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mandala/#i_8117

MÉTALLURGES

  • Écrit par 
  • Jean DELUZAN
  •  • 2 218 mots

Modifier les substances, tel est, dans les diverses traditions folkloriques et mythologiques, le pouvoir des métallurges, mineurs et forgerons. Une telle science, qui s'apparente à l'alchimie, possède ses méthodes, ses techniques, son rituel, ses secrets. La Terre est femme ; comparable au ventre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallurges/#i_8117

MEYRINK GUSTAV MEYER dit GUSTAV (1868-1932)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 542 mots

Romancier et ésotériste allemand, Gustav Meyrink était le fils naturel d'un ministre d'État du Wurtemberg et de Maria Wilhelmine Meyer, l'une des tragédiennes favorites de Louis II de Bavière. Son père ne le reconnaît pas, mais finance ses études ; sa mère se désintéresse rapidement de lui et il éprouvera toujours de la haine à son égard (bien qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meyrink-gustav-meyer-dit-gustav/#i_8117

NAISSANCE & RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 424 mots

La mort ne s'oppose pas à la vie, mais à la naissance. La mort comme la naissance font partie de la vie. C'est à chaque instant qu'un organisme meurt et naît, par l'équilibre homéostasique entre les processus vitaux de désorganisation et de réorganisation. La vie apparaît ainsi comme une renaissance perpétuelle à partir de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-et-renaissance/#i_8117

NEW AGE

  • Écrit par 
  • Thierry KUBLER
  •  • 3 328 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle ère »  : […] Alice Bailey popularisa le terme New Age dans les milieux théosophiques du début du xxe siècle. Reprenant toutes les traditions ésotériques (des platoniciens aux bouddhistes, des kabbalistes juifs aux soufis orientaux...), le nouvel âge prône la primauté de l'esprit sur la matière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-age/#i_8117

OCCULTISME

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 1 325 mots

L'occultisme est apparu au xixe siècle sous deux aspects d'importance et de valeur fort inégales : philosophique et sociologique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occultisme/#i_8117

PAPUS GÉRARD ENCAUSSE dit (1865-1916)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 853 mots

Défenseur de l'occultisme et cofondateur de l'Ordre martiniste, né en Espagne, d'un père français et d'une mère espagnole, Gérard Encausse passa toute sa jeunesse à Paris, où il fut reçu docteur en médecine. Avant même de terminer ses études, il s'était donné pour tâche de lutter contre le scientisme de l'époque en répandant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papus/#i_8117

PELADAN JOSEPH dit JOSÉPHIN (1859-1918)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 442 mots

Partisan de l'ésotérisme et fondateur d'un ordre rosicrucien catholique, Joséphin Peladan, qui se donnait le titre de sâr, hérité, prétendait-il, d'un ancêtre roi babylonien, faisait grand cas de Fabre d'Olivet tout comme son contemporain Stanislas de Guaïta, le fondateur, en 1889, de l'Ordre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peladan-joseph-dit-josephin/#i_8117

PINDARE (-517/518-apr. -446)

  • Écrit par 
  • Jacqueline DUCHEMIN
  •  • 3 135 mots

Dans le chapitre « Ésotérisme de Pindare ? »  : […] Cela nous amène à poser le problème de l'appartenance possible du poète à telle secte ou de son initiation à tels mystères, à tout le moins des influences sur lui des mouvements mystiques contemporains. Comme pour Eschyle, qui, lui aussi, séjourna en Sicile, terre d'élection des orphico-pythagoriciens, et de surplus habitant de Thèbes, refuge des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pindare/#i_8117

PYRAMIDE

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe LAUER
  •  • 8 784 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les grandes pyramides de la IVe dynastie »  : […] école. Parallèlement à ces théories biblico-mathématiques et divinatoires, d'autres, à caractère ésotérique ou théosophique, tendirent à démontrer que cette pyramide aurait été destinée à des initiations. Divers auteurs, enfin, ont voulu y voir, comme Jomard, un monument métrique et géodésique, voire astronomique, certains allant même jusqu'à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyramide/#i_8117

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 054 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelles formes de croyance »  : […] religieux. Il s'agit ici de groupes et de réseaux qui peuvent se rattacher aux philosophies orientales (bouddhisme, hindouisme), aux pratiques rituelles (tel le chamanisme), à des pratiques ésotériques (tarot, astrologie) ou encore à des syncrétismes psychoreligieux (telle la psychologie transpersonnelle synthétisant la psychologie et la mystique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-sociologie-religieuse/#i_8117

ROSE-CROIX

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 3 045 mots

Le mot « Rose-Croix » désigne certaines associations à caractère ésotérique ; les unes sont purement fictives, les autres ont réellement existé parce qu'elles se sont donné ce nom. L'adjectif correspondant est « rosicrucien », tandis que l'ensemble des doctrines se réclamant d'une société ou d'un enseignement dits « Rose-Croix » se dénomme « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rose-croix/#i_8117

SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET
  •  • 5 030 mots

Dans le chapitre « Les œuvres »  : […] comme un disciple fidèle de Platon. Sohrawardī pense que la même religion intérieure s'est maintenue, de cycle en cycle, depuis Hermès et Agathodaīmōn, jusqu'aux sages de l'ancien Iran, et que Socrate, Platon et même Aristote en ont été les transmetteurs fidèles. Chaque nation, en son temps, reçoit ainsi la gnose, ce qui explique que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sohrawardi-suhrawardi/#i_8117

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « Rites et pratiques ; la « kuṇḍalinī » »  : […] La première étape de toute pratique tantrique vécue est l'initiation (dīkṣā), au cours de laquelle l'adepte, soigneusement choisi, reçoit en secret de son maître (guru) un mantra. L'importance de l'initiation et du secret et la nécessité du maître spirituel, qui semblent être des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantrisme/#i_8117

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Huangdi et Laozi »  : […] Huangdi est le patron des pratiques et techniques ésotériques. C'est un fondeur comme Yu le Grand. Il est aussi le patron de la médecine, de l'alchimie et des techniques sexuelles. Sous les Han antérieurs, le taoïsme s'appelait d'une façon générale « les doctrines de Huangdi et de Laozi » et les noms des deux saints […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taoisme/#i_8117

TAROT

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 3 195 mots

Dans le chapitre « Le tarot divinatoire et occultiste »  : […] Mais le xviiie siècle voit une autre mutation se produire : c'est en France, pôle de rayonnement du jeu, exportant ses productions même en Italie que prend naissance une tradition ésotérique aujourd'hui largement diffusée, notamment à travers la cartomancie. La publication, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarot/#i_8117

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 365 mots
  •  • 2 médias

Au sens restreint, le mot «  ésotérisme » désigne une gnose procurant l'illumination et le salut individuels grâce à la connaissance des rapports qui unissent l'homme aux esprits intermédiaires ou divins. La théosophie, elle, concerne d'abord la connaissance des mystères cachés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_8117

VAN HELMONT FRANCISCUS MERKURIUS (1618-1699)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 228 mots

Né à Vilvorde, Franciscus van Helmont fut le continuateur de son père Jan Baptist van Helmont, qui l'avait appelé Merkurius par amour de l'alchimie. On peut le regarder comme un des grands « hermétistes » de type rosicrucien au xviie siècle. Il fréquenta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franciscus-merkurius-van-helmont/#i_8117

VULLIAUD PAUL (1875-1950)

  • Écrit par 
  • François SECRET
  •  • 325 mots

Peintre et érudit originaire de Lyon, Paul Vulliaud, après avoir exposé au salon de la Rose-Croix du Sār Peladan, se fâcha avec celui-ci à l'occasion de son ouvrage, La Pensée ésotérique de Léonard de Vinci, qu'il lui avait dédié (1906 ; l'édition de 1910, qui critique Peladan, a été rééditée en 1945). En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-vulliaud/#i_8117

Voir aussi

Pour citer l’article

Serge HUTIN, « ÉSOTÉRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/esoterisme/