SORCELLERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fait de civilisation trop souvent dissocié de ce qui le sous-tend, la sorcellerie est mise en œuvre de croyances, de techniques et d'arts magiques, dont la faible plasticité et la reproduction inchangée depuis des siècles attestent la permanence de certaines modalités du fonctionnement de l'esprit humain. Européenne ou exotique, elle se laisse analyser, à partir de situations assez bien typées et facilement répertoriées, en des termes qui permettent de l'identifier, au niveau de ses implications sociales comme à celui de ses manifestations mentales, à un système où les silences et les sorts, la parole et le pouvoir, la force et la mort entretiennent d'étroits rapports. Les nombreux travaux d'ethnologie et d'histoire que le phénomène de sorcellerie a suscités n'ont cependant pas levé toutes les difficultés qui s'attachent aussi bien à sa définition qu'à son explication.

Les sociétés traditionnelles

Il est courant en Afrique d'acheter à un envoûteur une protection magique, par exemple pour éloigner les voleurs de son champ. Quand on a dérobé un bien à quelqu'un, celui-ci va trouver le jeteur de sorts : le voleur inconnu sera gravement frappé s'il ne restitue pas le bien au plus vite. Dans les îles Trobriand (Mélanésie), les chefs de tribus ont fréquemment recours aux envoûteurs contre les sujets rebelles à leur autorité. Ces pratiques sont légitimes. La sorcellerie, en revanche, fait essentiellement appel au mal. Par principe, dès qu'il s'agit de sorcellerie, le malheur est tenu pour injuste. La distance qui sépare les sorciers des magiciens est souvent difficile à fixer ; une différence fondamentale les distingue néanmoins : les seconds pourraient avoir une certaine justification ; les autres n'en ont pas.

La croyance aux sorciers

Les Zandé du sud-ouest du Soudan, étudiés par sir E. E. Evans-Pritchard, croient que la sorcellerie, entendue comme pouvoir de nuire aux autres sans support matériel, est en quelque sorte une substance que recèle le corp [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification


Autres références

«  SORCELLERIE  » est également traité dans :

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Le fonctionnalisme et le structuralisme »  : […] Devant les oppositions doctrinales de l'ancienne anthropologie, la nouvelle anthropologie, négligeant les problèmes d'origine et de catégorisation, s'attache plutôt, depuis B.  Malinowski, aux problèmes des fonctions. Il est facile de classer les fonctions manifestes de la magie : magie offensive, destinée à provoquer la maladie, la folie ou la mort de l'adversaire, et magie protectrice, destinée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magie/#i_10595

POSSESSION

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU, 
  • André PAUL, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 514 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Occident moderne »  : […] Qui dit possession ne dit pas sorcellerie. Les deux phénomènes sont distincts dans la société occidentale moderne et se relaient, alors même que bien des traités anciens les associent, voire les confondent. La sorcellerie (les épidémies de sorciers et de sorcières) vient d'abord. Elle s'étend du dernier quart du xvi e siècle (1570, Danemark ; 1575-1590, Lorraine ; etc.) au premier tiers du xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/possession/#i_10595

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 088 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Magie et sorcellerie »  : […] Une racine bantoue commune (- dog ) désigne le sorcier malfaisant ou son action nocive, socialement condamnée, qu'elle s'exerce inconsciemment ou consciemment, par envie ou par haine. Partout dans le monde bantou, un homme se dresse pour enrayer ces maléfices : le terme qui le désigne remonte à une autre racine bantoue commune : n-ganga . L'activité du nkanga (Mongo) ou du nganga (Kongo, Luba) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bantou/#i_10595

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « Corps et maladie »  : […] Modifiant fortement le vécu individuel, le « corps à corps » de la mère avec son enfant est l'un des éléments qui rendent compte de la variabilité des maladies mentales selon les aires culturelles. On a pu noter, en Afrique, la rareté de certains troubles psychiques tels que la mélancolie, tandis que l'on constate, au contraire, une fréquence élevée d'autres syndromes, tels que les interprétatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-donnees-anthropologiques/#i_10595

ETHNOLOGIE - Ethnologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 092 mots

Dans le chapitre « La recherche des informateurs »  : […] Griaule avait pressenti, dès ses premières recherches, la spécificité de la religion dogon ; pour pouvoir recomposer ce système de pensée dans son unité et sa cohérence, il lui a fallu cependant découvrir un « sage » des falaises de Bandiagara (Mali), Ogotemmêli, qui avait parcouru tous les stades de l'initiation. C'est que la religion est la science du caché, elle ne peut être abordée que pas à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-religieuse/#i_10595

CHAMANISME

  • Écrit par 
  • Roberte Nicole HAMAYON
  •  • 4 966 mots

Dans le chapitre « Principes similaires, expressions diverses »  : […] Ailleurs dans le monde, dans les sociétés reconnues en tout ou en partie chamaniques, les mêmes principes se retrouvent, liés entre eux, bien que de façon souvent confuse, et avec toutes sortes de nuances dans l'expression. Le principe de base reste que l'obtention de la subsistance dépend d'un contrat avec les esprits qui gouvernent les êtres naturels, et que ce contrat repose sur un échange entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chamanisme/#i_10595

PERSONNE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 549 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Personne et structure sociale »  : […] Conçu dans certaines sociétés comme une faculté innée matérialisable physiologiquement et localisable, par exemple dans un organe du corps humain, le pouvoir de sorcellerie peut en cela constituer un élément de la personne, mais à la différence des composantes et attributs qu'on vient d'évoquer, il n'est évidemment pas partagé par tous et constitue un facteur de différenciation des personnes. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/#i_10595

LA SORCIÈRE, Jules Michelet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 872 mots

Dans le chapitre « Le grand roman de la sorcellerie »  : […] L'ouvrage se compose de deux parties comprenant chacune douze chapitres. Adoptant une approche et un style plus littéraires que véritablement historiques, Michelet retrace, à la manière d'un roman ou d'une tragédie, l'histoire d'une sorcière imaginaire, victime des pouvoirs qui asservissent le peuple (dont elle apparaît à la fois comme le porte-parole et la libératrice) et de ceux – généralement l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-sorciere-jules-michelet/#i_10595

CANNIBALISME

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Bernard THIS
  •  • 4 177 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cannibalisme et l'imaginaire »  : […] Le cannibalisme socialisé, « policé » comme dit Jean Pouillon, a été pratiqué jusqu'à une période récente en Mélanésie, par les Falateka notamment. L'anthropophagie de ces derniers était étroitement liée à des rituels funéraires et constituait le fondement de leur pensée religieuse et de leur organisation cultuelle. Acte sacrificiel, la consommation d'une victime humaine était le moment principal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cannibalisme/#i_10595

DOBU

  • Écrit par 
  • Joël DUSUZEAU
  •  • 524 mots

Peuple mélanésien habitant quelques îles volcaniques de l'archipel d'Entrecasteaux, situé au large de la pointe sud-est de la Nouvelle-Guinée et au sud de la région connue sous le nom de Massim. Les familles conjugales, appartenant à des unités villageoises exogames et pratiquant la culture des ignames sur brûlis forestier, résident habituellement un an dans le village de la femme et, l'année suiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dobu/#i_10595

HYSTÉRIE

  • Écrit par 
  • Thérèse LEMPÉRIÈRE
  •  • 7 597 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'Antiquité au Moyen Âge »  : […] Conformément à l'étymologie du mot « hystérie » (du grec ὐστέρα, matrice), et jusqu'à la fin de l'Antiquité classique, l'hystérie fut considérée comme une maladie organique, utérine, mais affectant le corps entier. Sa nature sexuelle n'était pas mise en doute et, la continence étant incriminée, le traitement recommandait, à titre de prophylaxie, le mariage pour les jeunes filles, le remariage po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hysterie/#i_10595

MANUS

  • Écrit par 
  • Joël DUSUZEAU
  •  • 740 mots

L'un des trois groupes ethniques habitant les îles de l'Amirauté, situées au nord-est de la Nouvelle-Guinée, en Mélanésie, et faisant partie de la Papouasie - Nouvelle-Guinée. Parmi ces trois groupes, seuls les Manus forment un groupe linguistique homogène. Ils habitent une dizaine de villages construits sur pilotis dans des lagons avoisinant la grande île et sur la côte abritée des petites îles. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manus/#i_10595

AMÉRINDIENS - Amérique centrale

  • Écrit par 
  • Georgette SOUSTELLE
  • , Universalis
  •  • 7 492 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Maladie et sorcellerie »  : […] La médecine moderne n'a pas pénétré dans les villages indigènes et l'on y fait encore appel aux guérisseurs et aux sorciers. L'attitude des Indiens est partout la même : alors qu'ils reconnaissent des origines naturelles aux maladies bénignes qu'ils soignent essentiellement au moyen d'herbes médicinales, ils attribuent des causes magiques à toutes les maladies graves. Ces causes sont multiples : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerindiens-amerique-centrale/#i_10595

ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

  • Écrit par 
  • Olivier LESERVOISIER
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « L'équation personnelle du chercheur »  : […] La publication en 1967 du journal posthume de Malinowski marque une étape importante dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre la manière dont l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-reflexive/#i_10595

OSTRACISME

  • Écrit par 
  • Pierre BOUDOT
  •  • 9 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le rôle de la raison »  : […] La différence fondamentale que nous enregistrons donc jusqu'à présent entre l'ostracisme athénien dans sa définition juridique et les manifestations occidentales d'exclusion consiste dans le rôle qu'on donne ou qu'on refuse à la raison. Le résultat est apparemment identique, mais le chemin qui y conduit est radicalement différent. Les époques de décadence ont en commun avec celles de mutations le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ostracisme/#i_10595

SATAN

  • Écrit par 
  • Hervé ROUSSEAU
  •  • 2 880 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fluctuations d'une croyance »  : […] Bien que la croyance en l'existence d'une puissance surnaturelle mauvaise soit une doctrine traditionnelle dans le christianisme, les opinions relatives au mode et au degré de présence de Satan dans le monde ont subi de notables variations selon les époques. Si les cultes païens ont été regardés comme l'œuvre de Satan, comme une entreprise pour détourner les hommes de l'adoration de Dieu au profit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satan/#i_10595

MANDROU ROBERT (1921-1984)

  • Écrit par 
  • Hervé KEMPF
  •  • 966 mots

Robert Mandrou, un des acteurs importants du renouvellement de l'école historique française, est né le 31 janvier 1921 dans le XX e  arrondissement de Paris. Sa famille, originaire du val de Loire, appartenait depuis quelques générations à une petite bourgeoisie parisienne de commerçants – un milieu modeste, travailleur, ambitieux de promotion sociale. Sa mère est couturière, son père cheminot. Ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-mandrou/#i_10595

MICHELET JULES (1798-1874)

  • Écrit par 
  • Paul VIALLANEIX
  •  • 2 730 mots

Dans le chapitre « La prédication républicaine »  : […] Cependant, les intentions de Michelet outrepassaient celles de l'historien et de l'écrivain. Elles étaient devenues religieuses. La France du Grand Ferré, de la Pucelle et de Danton ne pouvait-elle pas fonder, sous le nom de République, cette Église nouvelle que tant d'âmes romantiques, déçues par la théologie traditionnelle, appelaient de leurs vœux ? Michelet s'en persuada peu à peu. Soucieux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-michelet/#i_10595

RITES

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 3 731 mots

Dans le chapitre « La magie »  : […] À l'opposé de ces coutumes qui tendent à préserver l'humanité de tout contact avec le numineux, la magie est, dans l'ensemble, une technique rituelle permettant à certains individus de se saisir de cette puissance surnaturelle, mais au prix d'un abandon de la condition humaine normale. Qu'ils soient sorciers ou chasseurs de sorciers, les magiciens sont des hommes qui, de façon occasionnelle ou pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rites/#i_10595

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots

Dans le chapitre « Variété des cultes »  : […] Les religions d'origine africaine se sont conservées le plus pures chez les nègres marrons, ou Bosh, qui ont fui le régime de l'esclavage pour constituer des républiques indépendantes à l'intérieur des forêts des Guyanes hollandaise et française. On retrouve chez eux, juxtaposées plus qu'intégrées, les religions des Fanti- Ashanti (Ghāna) et des Fon (Bénin), le Grand Dieu qu'ils adorent s'appelan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-les-religions-afro-americaines/#i_10595

CERTEAU MICHEL DE (1925-1986)

  • Écrit par 
  • Dominique JULIA, 
  • Claude RABANT
  •  • 2 889 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée de la marge : possédés et mystiques »  : […] On ne s'étonnera pas, dès lors, que Michel de Certeau se soit particulièrement atta ché aux aventures singulières – sorcelleries , possessions, parcours mystiques – qui témoignent d'un tel surgissement et désignent, par une « émigration de l'intérieur », les glissements de faille par lesquels l'histoire est poussée en avant, mais aussi incarnent les points de restructuration d'un savoir, d'une to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-de-certeau/#i_10595

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les initiations magiques »  : […] L'initiation magique vise à compléter (au cas où le futur sorcier aurait déjà manifesté au préalable ses aptitudes par des névroses ou des comportements bizarres) ou bien à provoquer (s'il s'agit d'un individu apparemment normal) une personnalité aberrante, non point soumise à la condition humaine, mais au contraire s'en échappant pour obtenir des pouvoirs surnaturels. L'acquisition de ces pouvoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/#i_10595

MANDRAGORE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 441 mots

Les constituants de la mandragore ( Mandragora officinarum  L. ; solanacées) la rapprochent beaucoup des solanacées dites vireuses (belladone, jusquiame, stramoine). Comme ces dernières, la mandragore renferme le trio d'alcaloïdes, atropine, hyoscyamine, hyoscine, auxquels s'adjoignent diverses autres substances, surtout dans la racine. Celle-ci, pivotante, allongée (jusqu'à 50 ou 60 cm), présente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mandragore/#i_10595

MASQUES - Le masque en Amérique

  • Écrit par 
  • Christian DUVERGER
  •  • 3 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ethnologie du masque en Amérique »  : […] Si le masque-instrument de transfiguration n'a apparemment connu qu'une modeste implication rituelle ou festive dans l'univers précolombien, il est, en revanche, largement répandu actuellement dans les communautés indigènes d'Amérique. De l'Alaska à la Terre de Feu, la quasi-totalité des groupes ethniques utilisent des masques lors de fêtes coutumières et traditionnelles. La plus grande variété p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-amerique/#i_10595

RAIS, RAYS ou RETZ GILLES DE (1404-1440)

  • Écrit par 
  • Pierre-Robert LECLERCQ
  •  • 949 mots

Arrière-petit-neveu de Du Guesclin, fils de Marie de Craon et de Guy de Laval de Blaison, Gilles de Rais appartient à l'une des plus hautes et des plus influentes familles du début du xv e  siècle. Orphelin à onze ans, il est élevé par son grand-père Jean de Craon, qui ne réfrène aucune des passions de l'enfant et lui enseigne au contraire la désobéissance à l'égard de l'autorité, tant religieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rais-rays-retz/#i_10595

Voir aussi

Pour citer l’article

Denise PAULME, Bernard VALADE, « SORCELLERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sorcellerie/