Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉROTISME

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par , , , et

Innombrables sont les avatars d'Érôs dont la définition heuristique pourrait être : le désir ascensionnel. Or, ce désir – il se confond ici avec le regard olympien – anime les philosophies du concept ; il est à l'œuvre dans les théologies de l'histoire qui lisent synoptiquement les événements, comme dans les techniques qui, prenant l'homme pour matériau, prétendent ployer selon leur dessein la machine humaine.

On discerne trop évidemment le désir ascensionnel dans la dérive érotique contemporaine où l'on voit l'animal humain, l'homme de chair et de sang, mettre tout son esprit à se faire à la fois sujet et objet d'extase. Dans l'utopie marcusienne par exemple, « le corps, qui ne serait plus utilisé comme un instrument de travail à plein temps, se resexualiserait. [...] Tout le corps deviendrait un objet de cathexis, une chose pour jouir, un instrument de plaisir » (Érôs et civilisation). Dans un livre qui se lisait à des centaines de milliers d'exemplaires, la poursuite de ce « faux infini », l'Érosphère, univers de l'amour total, est présentée comme l'étape nécessaire de l'évolution vers le point Oméga.

« L'érotisme est dans la conscience de l'homme ce qui met en lui l'être en question », déclare Georges Bataille dans L'Érotisme. L'expérience que l'on en fait demande « une sensibilité non moins grande à l'angoisse fondant l'interdit qu'au désir menant à l'enfreindre », ajoute-t-il. Et André Pieyre de Mandiargues de définir l'érotisme : « une illumination passionnée du sexe de l'homme dans ses jeux voluptueux ou dramatiques, jusque dans les plus extrêmes de ses outrances et de ses anomalies ».

La réclamation érotique contemporaine, toute positive et nihiliste qu'elle soit – elle vient dans une perspective d'un après la mort de Dieu –, est plus complexe et plus riche qu'il n'y paraît. Sans doute faut-il la situer, à l'étonnement de plusieurs, en priorité par rapport à la grande tradition platonicienne et nécessairement en contexte religieux, si du moins on accepte de comprendre la religion comme la quête d'un infini, serait-il un faux infini, comme une polarisation de l'agir humain.

L'Érôs platonicien exprime le désir humain de réduire les limites de sa condition afin d'accéder à une vision totalisante – synoptique – de la réalité. Pris dans la vague du désir, enthousiaste et comme ivre, le possédé d'Érôs prétend refaire en sens inverse l'itinéraire de sa chute : non plus de l'Un au multiple mais, traversant les choses, autrui et ses propres puissances, du multiple à l'Un. Il traverse, c'est-à-dire ne s'arrête pas. Tourné vers le Haut, absent de lui comme des objets qu'il traverse, ce possédé est littéralement aliéné.

On ne s'arrêtera à Aristote que pour y cueillir une formule éclairante : « La cause finale meut comme un objet d'amour » (Métaphysique, Λ, 7, 1072). Dans un univers en mouvement, les êtres tendent à s'identifier à l'Acte pur qui les attire à lui.

Pour annuler sa différence (entendons sa chute, sa « création » si l'on veut, quoique ce terme ait une consonance chrétienne), pour racheter sa singularité, l'homme plotinien est en quête d'un salut par coïncidence avec l'Un. Il fuit seul vers Lui seul, cherchant à retrouver le contact tangentiel avec l'Un qui le constitue (Ennéades, VI, ix, 11). Certes, il ne parviendra pas à la coïncidence qui effacerait son individualité, mais il « saura de science certaine qu'on ne voit le principe que par le principe et que le semblable ne s'unit qu'au semblable » (ibid.). Dans une page qu'il faudrait pouvoir citer entière, Plotin, reprenant Banquet, 180, sur l'inséparabilité[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : enseignante à l'université de Paris-VII et à l'École nationale supérieure Louis-Lumière, écrivaine
  • : diplômé d'études supérieures de philosophie
  • : écrivain
  • : ancien professeur à l'université de Rome
  • : agrégé des lettres, ancien professeur de première supérieure au lycée Henri-IV, Paris

Classification

Pour citer cet article

Frédérique DEVAUX, René MILHAU, Jean-Jacques PAUVERT, Mario PRAZ et Jean SÉMOLUÉ. ÉROTISME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Dionysos, mosaïque romaine, Pompéi - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Dionysos, mosaïque romaine, Pompéi

<it>L'Extase de sainte Marie-Madeleine</it>, M. Franceschini - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

L'Extase de sainte Marie-Madeleine, M. Franceschini

Metropolis, Fritz Lang - crédits : Horst von Harbou/ Stiftung Deutsche Kinemathek/ AKG-images

Metropolis, Fritz Lang

Autres références

  • AMOUR

    • Écrit par et
    • 10 182 mots
    • 5 médias
    ...prétention d'ignorer la culpabilité qui résulte de toute tentative pour « réaliser » l'amour. S'il existe assurément une « santé » de l'érotisme face aux conduites morbides des idéalistes, reste que la « possession » fera toujours problème à celui qui, s'efforçant vers l'amour,...
  • ASAG

    • Écrit par
    • 400 mots

    Technique amoureuse de l'amour courtois, l'asag se définit par son écart avec l'union conjugale. L'apparition de l'orgasme vaginal dépendant de la durée de l'acte sexuel, c'est-à-dire du temps indispensable à la préparation du désir féminin, l'épouse, au Moyen Âge, comme à bien d'autres époques,...

  • KALIFA DOMINIQUE (1957-2020)

    • Écrit par
    • 1 258 mots
    • 1 média

    L’historien Dominique Kalifa était spécialiste d’histoire du xixe siècle et, plus particulièrement, d’histoire des imaginaires et des sensibilités.

    Né à Vichy (Allier) le 12 septembre 1957, reçu à l’École normale supérieure en 1978, agrégé d’histoire, Dominique Kalifa enseigne un temps...

  • MODE, sociologie

    • Écrit par et
    • 5 691 mots
    • 1 média
    Du point de vue psychanalytique enfin, le vêtement est à la fois ce qui dissimule le corps, et en particulier les parties sexuelles, et en même temps ce qui le met en valeur et tient la curiosité sexuelle en éveil. Le vêtement a donc pour but de satisfaire des tendances contradictoires, ce qui le rend...
  • Afficher les 8 références