GOMBRICH ERNST HANS (1909-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'iconologie

Spécialiste de la Renaissance, Gombrich propose quelques reconstitutions de programme – ce qu'il appelle iconologie, selon son adaptation de la définition d'Erwin Panofsky, à savoir l'explicitation d'œuvres d'art par des textes auxquels on la réfère –, à propos de peintures mythologiques de Botticelli, de l'astrologie dans la Sala dei Venti à Mantoue, de Vénus secourant Adonis, du Jardin des délices de Jérôme Bosch (qui s'intitulerait avec plus de vérité : « La Leçon du Déluge »), et de l'Orion aveugle de Poussin. Mais ni la linguistique ni l'iconologie ne lui semblent rendre compte de l'étonnante plasticité des symboles, ou de l'extrême complexité de la perception d'une œuvre, qui ne se limite pas au décryptage d'un programme. Il préfère étudier l'enracinement philosophique (aristotélicien ou néo-platonicien) des allégories, des imprese, des traités d'iconologie, et de la longue tradition d'art académique. Ainsi les « universaux » représentés au plafond de la chambre de la Signature au Vatican sont-ils plus réels, plus importants, pour les contemporains de Raphaël, que les divers philosophes, savants et artistes qu'on a trop cherché à identifier.

Étudiant systématiquement, comme Warburg l'avait entrepris avant lui, les textes antiques et renaissants sur l'art, Gombrich analyse leurs effets sur la mentalité et la création : le mot d'ordre de retour à l'antique suscite la notion de fautes à corriger, et confirme l'idée de progrès, qui permet à Vasari d'écrire une histoire de l'art, souvent rétrospective ; la critique, les dimostrazioni deviennent les moteurs d'un art apprécié des seuls connaisseurs, voire créent un nouveau genre (par exemple, le paysage).

Confronté à la succession des styles les plus divers, qui s'accélère avec les ruptures brutales de l'art du xxe siècle, Gombrich repose la question fondamentale de Vasari et de Wölfflin : pourquoi l'art a-t-il une histoire ?

Pour y répondre dans la logique du décloisonnement scientifique inauguré par Warburg, il recourt, outre à l'introspection et à l'expérience [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres classiques, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur d'histoire de l'art moderne à l'université François-Rabelais, Tours

Classification

Autres références

«  GOMBRICH ERNST HANS (1909-2001)  » est également traité dans :

L'ART ET L'ILLUSION, Ernst Gombrich - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 034 mots

Ancien directeur et professeur de l'Institut Warburg, Ernst Gombrich (1909-2001) se présente avec insistance dans L'Art et l'illusion comme un disciple d'Ernst Kris, historien d'art et psychanalyste ayant mené avec lui des expériences sur la perception physionomique dans les œuvres d'art : c'est dire que l'intention est ici d'utiliser […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 281 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le prétendu réalisme de Giotto »  : […] La difficulté n'est pas moindre dans notre société occidentale, donnée pour tributaire d'un progrès continu qui l'aurait conduite à la maîtrise scientifique et technique actuelle. Aussi convient-il de s'arrêter au cas de Giotto qui est, sans doute, à la fin du Moyen Âge, le premier peintre de la modernité. Alors que les règles sur lesquelles reposait l'art byzantin perdaient de leur empire, l'ac […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La perception esthétique »  : […] Mais les variations dans l'appréciation des œuvres selon les différents publics ne touchent pas seulement les sujets et les formes, les contenus et les styles de représentation : elles concernent tout d'abord – et trop de recherches tendent à l'oublier – le statut même des œuvres, le fait qu'elles soient ou ne soient pas appréhendées comme des objets d'art. Car, avant même de faire l'histoire et l […] Lire la suite

BONY JEAN (1909-1995)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 944 mots

Historien français de l'art et de l'architecture du Moyen Âge. Pour le public cultivé, Jean Bony restera l'auteur de la synthèse magistrale sur l' Architecture gothique en France aux XII e et XIII e  siècles , qu'il écrivit en anglais et que publia l'université de Berkeley en 1983. Jean Bony est né à Paris. Après avoir suivi les cours de Henri Focillon, il continue une carrière à l'étranger, d'ab […] Lire la suite

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Caricature, antithèse de la beauté »  : […] Pour saisir l'allusion satirique contenue dans les œuvres antérieures à la Renaissance, il faut remonter de l'œuvre à l'intention qui l'a suscitée. L'auteur du Monde renversé , Reinmar von Zweter, définissait au xiii e  siècle l'homme parfait de la façon suivante : « Il doit avoir des yeux d'autruche et un cou de grue, deux oreilles de porc et un cœur de lion, les mains doivent être représentées c […] Lire la suite

IMITATION, esthétique

  • Écrit par 
  • Danièle COHN, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 3 911 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Imitation, histoire et forme »  : […] On parle à juste titre d'un paradigme de l'imitation, qui aurait, depuis l'Antiquité, régné sur l'histoire des arts, transitant à la Renaissance de l'art oratoire aux arts figuratifs. La mise au point de la perspective comme « forme symbolique », pour reprendre le titre d'un essai d'Erwin Panofsky, révolutionne les arts visuels. Leur statut s'en trouve modifié au point qu'ils prennent, vu leur ess […] Lire la suite

LE MUSÉE ÉPHÉMÈRE. LES MAÎTRES ANCIENS ET L'ESSOR DES EXPOSITIONS, Francis Haskell - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 163 mots

Dans le chapitre « Dimension politique des expositions des Maîtres anciens »  : […] Pour Haskell, une multiplicité de facteurs pesèrent au xix e et au début du xx e  siècle sur les « redécouvertes » des Maîtres anciens. Le climat nationaliste entretenu par les États joua un rôle manifeste dans ce qu'il nomme la « seconde redécouverte » des Maîtres anciens, autour de 1900. En cela, l'histoire du goût écrite par Haskell est à l'opposé de celle qu'Ernst H. Gombrich défend, particu […] Lire la suite

QUESTIONS DE MÉTHODE EN HISTOIRE DE L'ART, Otto Pächt - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 265 mots

Dans le chapitre « Limites de l'iconographie, actualité du formalisme »  : […] Le regard aigu porté sur les œuvres et sur leur structure se double chez Pächt d'une critique sans concession des méthodes concurrentes. C'est la faiblesse du système de la preuve chez les connaisseurs qui conduit Pächt à opposer sa propre méthode à l'intuitionnisme habillé de scientisme de Giovanni Morelli, lequel, en bon lecteur de Cuvier, pensait « reconnaître le lion à partir de la griffe ». […] Lire la suite

STYLE

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 5 646 mots

Dans le chapitre « Le discours de la stylistique »  : […] On ne tentera pas d'esquisser l'histoire de la stylistique. D'autant que généralement elle ne porte que sur le style de la langue ou du discours littéraire et non sur l'ensemble des arts. C'est la limite qu'elle s'imposait déjà sous son ancien nom de rhétorique. Car la rhétorique est une technique du langage considéré comme un art. Elle est à la fois descriptive et normative : grammaire de l'exp […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice BROCK, « GOMBRICH ERNST HANS - (1909-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-hans-gombrich/