Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ACIDO-BASIQUE ÉQUILIBRE

C'est en 1922 que Van Slyke pose les premiers principes de l'équilibre acido-basique, en reprenant la définition du pH fournie en 1909 par Sœrensen (logarithme de l'inverse de la concentration en ions hydrogène). Il montre la constance de ce pH dans le milieu intérieur. Seules de faibles variations sont compatibles avec la vie ; les limites extrêmes enregistrées chez l'homme atteignent 6,90 et 7,80, alors que le pH sanguin normal mesuré à 38 0C est de 7,39 ± 0,015. La constance de ce pH concerne non seulement le sang, mais également les autres humeurs (lymphe, liquide céphalorachidien, etc.) et le contenu cellulaire. Cependant le sang, par son accessibilité immédiate, reste le meilleur reflet du pH du milieu intérieur.

Van Slyke a défini la réserve alcaline comme la quantité de gaz carbonique en centimètres cubes libérée par 100 millilitres de plasma en présence d'un acide fort. Cette valeur, si souvent utilisée, a été abandonnée au profit de la notion plus précise de gaz carbonique total, qui est maintenant préférée.

L.-J. Henderson et Hasselbach fournirent des données théoriques en établissant l'équation de l'équilibre acido-basique. Puis les données s'accumulèrent : découverte de l'anhydrase carbonique par Roughton, Meldrum, Stady, O'Brien, et mise en évidence de son rôle dans le transport du gaz carbonique par Keilin et Mann ; description de l'effet de migration ionique au niveau des globules rouges par Hamburger. Après une phase de mise en ordre des notions éparses (schémas physiopathologiques de Davenport et Astrup), c'est l'étape moderne, essentielle, riche de promesses : la mesure des pH intracellulaires mise au point par Waddel et Butler en 1959.

L'étude de l'équilibre acido-basique comporte plusieurs centres d'intérêt : établissement du bilan entrées-sorties des ions hydrogène H+, mise en évidence des systèmes permettant d'amortir de faibles variations de ce bilan, rôle des mécanismes physiologiques qui complètent l'action de ces systèmes, et enfin schématisation des perturbations pathologiques de l'équilibre acido-basique.

Le bilan des ions hydrogène H+

Les entrées sont constituées par les apports alimentaires et métaboliques.

L'apport alimentaire en ions hydrogène H+ est essentiellement représenté par les amino-acides introduits par les protéines (10 g de protéines libèrent 6 à 7 milliéquivalents d'ions H+).

Le métabolisme cellulaire est également une source d'ions H+ : acides cétoniques, acide lactique, et surtout acide carbonique, terme ultime du métabolisme.

Les sorties sont assurées par deux émonctoires : le rein, qui permet l'élimination d'ions H+ liés à des anions non volatils, et le poumon qui, lui, ne peut intervenir que sur les ions H+ liés à l'anion volatil bicarbonate, l'élimination s'effectuant sous forme de gaz carbonique et d'eau.

Physiologiquement, il y a équilibre entre les entrées et les sorties, et le pH des liquides de l'organisme reste pratiquement constant.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de biochimie à l'université René-Descartes, chef de service à l'hôpital Necker, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Acido-basique (équilibre) - crédits : Encyclopædia Universalis France

Acido-basique (équilibre)

Autres références

  • DIABÈTE

    • Écrit par Éric RENARD
    • 8 205 mots
    • 5 médias
    ...moyen d'un appareil lecteur de glycémie (glucomètre). La situation décrite est une urgence métabolique qui doit conduire à l'apport immédiat d'insuline. Tout retard expose en effet au coma céto-acidosique. Celui-ci résulte d'une souffrance de l'organisme liée au développement d'une acidose par accumulation...
  • KALIÉMIE

    • Écrit par François BOURNÉRIAS
    • 766 mots

    Concentration du cation potassium (K+) dans le plasma, exprimée en milliéquivalent par litre (mEq/l). La mesure par photométrie de flamme est soumise à des causes d'erreurs nombreuses, la plus fréquente étant la lyse des hématies, riches en potassium, qui donne de fausses hyperkaliémies. Une...

  • MILIEU, écologie

    • Écrit par Cesare F. SACCHI
    • 7 829 mots
    • 1 média
    ...dans l'eau et dans le sol. Il en est de même pour le potentiel d'oxydo-réduction (Eh), qui mesure en pratique le degré d'oxydation du milieu. Les organismes dits basophiles, comme plusieurs plantes (végétaux « calcicoles »), quelques animaux (mollusques terrestres, vers de terre, crustacés),...
  • MILIEU INTÉRIEUR

    • Écrit par Jean-Paul TRUCHOT
    • 3 956 mots
    • 4 médias
    Lemilieu intérieur est le lieu de transit de nombreux déchets acides ou basiques du métabolisme cellulaire : dioxyde de carbone, acides minéraux et organiques. Les liquides extracellulaires de tous les animaux ont une réaction légèrement alcaline et leur acidification (ou leur alcalinisation) excessive...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi