ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT (1751-1772)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si, comme on l'a professé durant des siècles, la pensée est le miroir de l'être, et si le monde est sphérique, fini, alors, comment ne pas imaginer que le savoir total puisse être, lui aussi, fini et circulaire ? Tel est bien le premier modèle du savoir encyclopédique, que se propose encore un Bruno Latini et, même, un Pic de la Mirandole. Mais voici : les progrès de la science ouvrent un univers sans bornes et font douter que nos catégories grammaticales reflètent les catégories de l'être (si cela a un sens). La sphère du savoir éclate à l'infini ; l'encyclopédie n'est plus que le miroir de nos conquêtes sur un monde en soi inconnu ; elle devient le catalogue de nos acquisitions, que la seule commodité recommande de classer par ordre alphabétique. Et tel est bien le nouvel esprit encyclopédique dont le monument érigé par d'Alembert et Diderot inaugure les grandes réalisations.

L'entreprise

En 1745, à la suggestion d'un Anglais (John Mills) et d'un Allemand (Sellius) avec lesquels il se fâche, le libraire Le Breton annonce le projet de publier en français la Cyclopaedia de Chambers ; le 27 juin 1746, par-devant d'Alembert et Diderot, témoins, l'entreprise est confiée à l'abbé Gua de Malves, qui abandonne au bout de treize mois ; la main passe aux témoins, nommés codirecteurs, le 16 octobre 1747. Le projet s'élargit. Un Prospectus, de Diderot, le fait connaître en 1750. On prévoit huit volumes de textes et deux de planches. Déjà cinquante-cinq collaborateurs – parmi lesquels Buffon, Rousseau, le président de Brosses, Dumarsais, Daubenton, d'Holbach, Jaucourt (qui deviendra la cheville ouvrière) – ont promis leur concours : au total, ils seront plus de cent soixante.

Cependant, l'incarcération de Diderot à Vincennes pour sa Lettre sur les aveugles (1749), bientôt l'affaire de l'abbé de Prades accusé de défendre la religion naturelle (nov. 1751) alertent dangereusement l'attention des ennemis de l'esprit moderne contre cette entreprise des Lumières qui engage de plus en plus de capitaux et attire de plus en plus de souscripteurs : 1 000 à la parution du premier tome (avr. 1751), 2 000 en février 1752, 3 000 en septembre 1754, 4 200 en novembre 1757 ; et ces chiffres restent au-dessous des chiffres de vente. La résistance s'organise. Dès février 1752, après le tome II (janv.), un arrêt du Conseil du roi interdit l'ouvrage.

Néanmoins, la publication parvient à poursuivre son cours : tome III (cha-consécration) en novembre 1753, tome IV (conseil-diz) en octobre 1754, tome V (dj-esy) en novembre 1755, tome VI (et-fne) en mai 1756, tome VII (fin de f-gythine) en novembre 1757. Il est désormais évident que l'Encyclopédie dépassera les dix volumes prévus. Mais résistera-t-elle aux attaques ?

Le tome VII contenait, de d'Alembert, l'article « Genève », qui va consacrer la rupture avec Rousseau. Les autorités religieuses veillent. Les pamphlets alimentent la guerre, allumée par Palissot, contre les Cacouacs. Voltaire s'inquiète, propose d'abandonner et persuade son ami d'Alembert de renoncer à ce « maudit travail ». Diderot reste seul. Il refuse de décevoir les souscripteurs et de ruiner les libraires. L'attentat de Damiens (1757), le scandale provoqué par De l'esprit d'Helvétius (août 1758) ameutent toutes les forces conservatrices. Par deux arrêts, le 5 mars et le 21 juillet 1759, le Conseil d'État du roi révoque les lettres de privilège de l'Encyclopédie et décrète même le remboursement des souscripteurs (aucun ne le réclamera). L'œuvre doit donc s'élaborer dans l'ombre. Apeuré dans cette ombre, Le Breton censure les textes ; Diderot ne découvrira le désastre qu'en 1764. Enfin les tomes VIII-XVII sont prêts et livrés (d'abord sous le manteau) au début de 1766. Entre-temps, depuis janvier 1762, les volumes de planches sont et seront distribués jusqu'au onzième (le dernier) en 1772.

Le contenu

photographie : Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Le monument du siècle des Lumières est un « Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers ». Œuvre collective menée à bien entre 1751 et 1772 par Diderot et d'Alembert, l'Encyclopédie, articles et planches, marque autant la promotion du philosophe que celle de l'artisan.... 

Afficher

Que renferme le monument ? Une Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, mise en ordre et publiée par Diderot et, quant à la partie mathématique, par d'Alembert ; donc le cercle de connaissances qui devraient instruire l'« honnête homme » et tout professionnel au xviiie siècle ; en d'autres termes, un recueil de savoirs et de méthodes concernant les sciences, la poésie, les beaux-arts, les arts libéraux et les arts mécaniques avec leur exercice, les métiers. Encore que livré au hasard alphabétique, ce dictionnaire est raisonné, parce qu'il choisit les articles utiles et que, partout, s'inspirant de Bacon et du classement par matières, il s'efforce, par un système de renvois, de remplir les vides qui séparent deux sciences ou deux arts et de renouer la chaîne des raisons. Veut-on s'initier à la mathématique ? D'Alembert donne ses leçons. Préfère-t-on l'histoire de la philosophie ? Diderot l'expose. La métaphysique ? Écoutez l'abbé Yvon. La théologie ? L'abbé Morellet. Qu'est-ce que le goût ? Montesquieu se souvient ici qu'il est l'auteur du Temple de Gnide. L'éloquence ? l'élégance ? l'esprit ? Voici Voltaire. S'inquiète-t-on pour sa santé ? Les meilleurs médecins – de Barthez ou Bordeu à Venel –, les meilleurs chirurgiens – comme Antoine Louis – offrent leurs consultations. La nature ? Buffon en parle. La chimie ? D'Holbach, mais aussi, entre autres, le maître de Lavoisier, Rouelle. L'économie ? Quesnay, plus tard Turgot, ceux qui, en 1767, s'appelleront les physiocrates. L'économie politique ? Rousseau. De simples artisans aussi ont fait part de leur expérience. Dès lors, de l'émail à l'épingle, du jardinage à l'encaustique, du canon à l'orfèvrerie, de l'équitation à l'escompte, du ballet à l'électricité, des forges au velours, de la serrurerie au blason, du sucre au sel, de la verrerie à la marine, de la bonneterie à la pompe à feu, rien n'échappe à ce catalogue qui s'est dévoué à l'utile et raisonne contre tout irrationnel.

Le titre ne dit pas comment l'ouvrage a été fait. Quand ils ne sont pas anonymes, les articles n'en deviennent pas nécessairement originaux. Certes, cela arrive et il arrive même que l'article se transforme plus tard en livre : par exemple « Étymologie », du président de Brosses, fournira, dix ans après, le Traité de la formation mécanique des langues et des principes physiques de l'étymologie. D'autre part, qui démêlerait ce que « Droit naturel » de Diderot doit à « Économie politique » de Rousseau, ou réciproquement, et ce qu'ils doivent l'un et l'autre à de communes lectures ? Le plus souvent, de l'aveu même de l'éditeur, on a affaire à des compilations qui mettent au pillage Buffon, les Mémoires de Trévoux, Du Bos, etc., et l'on sait que les longues pages de Diderot sur l'histoire de la philosophie font, bien malgré lui, de Brucker (1695-1770) un des collaborateurs les plus importants de l'Encyclopédie.

Il y a des personnes, assure Diderot, qui ont lu l'Encyclopédie d'un bout à l'autre. On s'en étonne. On ne lit pas un dictionnaire : on le consulte. Mais voici le cheval de Troie : la critique de la religion ou du pouvoir se démasque sous les mots les plus imprévus et se dérobe, par renvois épigrammatiques – qui risquent, avoue Diderot, de tourner à la pasquinade – d'un mot à l'autre : de « Cordeliers » à « Capuchon », on saute de l'éloge au grotesque de certaines querelles ; si l'on n'ose pas aborder la « Constitution Unigenitus », on l'attaque indirectement à « Controverse » ou « Convulsionnaire » ; qu'il faille se garder des légendes, c'est à « Boa » ou « Agnus scythicus » qu'on le montre – et pas seulement, selon une tactique familière aux sceptiques, par la mythologie (« Junon ») ou l'exotisme (« Chaldéens », « Éthiopiens », « Brames ») ; la Révélation, peut-être, en est une, on le suggère à propos d'« Aigle » ; en tout cas, contre les mécanismes de la tradition (voyez « Chaldéens »), la raison doit conquérir la libre expression de sa pensée (suivez de « Aius locutius » à « Casuistes », de « Cas de conscience » à « Intention »).

On l'aura remarqué : les exemples sont pris – ou pourraient être pris – dans les sept premiers volumes. C'est que les suivants ont subi la censure de Le Breton : de « Libraire » à « Zend Vesta », et particulièrement dans les articles « Pyrrhonienne (Philosophie) », « Sectes du christianisme », « Théologie ou Théologiens », « Tolérance », tout ce qui pouvait mettre en danger a été effacé d'un trait de plume.

Les interprétations

Quel sens avait « le projet du plus beau monument qu'aucun siècle ait jamais élevé à la gloire et à l'instruction du genre humain » (Naigeon) ? La réponse doit être prise du Discours préliminaire, par d'Alembert – Discours qui, dans le volume I, suivait le Prospectus réimprimé –, et de l'article « Encyclopédie ». Une formule la résume : les progrès de l'esprit humain, thème par excellence des Lumières. Si l'Encyclopédie est une machine de guerre contre toute superstition, cette guerre est une défense : à supposer que, par miracle, la religion catholique romaine (le cas est différent pour l'Aufklärung et pour l'Enlightenment) ne se fût pas toujours dressée contre le progrès, les Lumières n'auraient pas eu à orienter leurs feux contre ce que l'on appelait des centres de ténèbres. Les progrès de l'esprit humain, rendus évidents depuis le xviie siècle par le développement des sciences – d'où la querelle des Modernes contre les Anciens –, imposaient une nouvelle philosophie de l'histoire : non plus celle, éternitaire, du rachat, mais, désormais, celle de l'humanisme. En conséquence, l'Encyclopédie ne pouvait être que progressiste et engagée elle-même dans le flux du progrès : rétrospective et prospective, elle était œuvre en devenir ; non pas chose, dans la statique d'un savoir d'autorité établi, mais ouverte à la dynamique du savoir à constituer ; non point parfaite, mais toujours à parfaire et refaire ; non pas le travail d'un homme ou d'un groupe, mais celui de l'humanité : « la perfection d'une encyclopédie est l'ouvrage des siècles. Il a fallu des siècles pour commencer ; il en faudra pour finir ; mais à la postérité et à l'être qui ne meurt point... »

On a, depuis, risqué d'autres interprétations. Reprenant et élargissant une idée d'André Billy, Michel Butor regarde « toute l'Encyclopédie comme une gigantesque mystification dont les contrôleurs font les frais, mystification entièrement utile, mais au cours de laquelle les moments d'héroïsme et d'effroi ont dû être compensés par quelques remarquables rires » ; depuis son internement à Vincennes, Diderot sait qu'il faut ruser ; s'il doit produire des ouvrages comme Les Bijoux indiscrets, c'est que l'Encyclopédie ne permettait pas d'aborder avec une entière franchise les problèmes de la sexualité. Interprétation peu recevable : l'Encyclopédie ne se réduit pas, loin de là, aux quelques renvois épigrammatiques de son éditeur (où placer la mystification, dans les articles de mathématique ou les descriptions de métiers ?) ; elle ne s'explique pas par le seul Diderot ; enfin, les ruses mystificatrices appartiennent à tout le siècle dans sa lutte pour la liberté.

Beaucoup plus juste l'interprétation de Bernard Groethuysen. Le monde demeurant, en soi, inconnaissable, bornons-nous sagement à inventorier les objets dont nous avons fait notre propriété ; il suffit de légitimer la possession d'un monde qui, considéré en dehors de toute activité humaine, nous échappe ; mais cette activité établit sur les objets notre droit de propriétaire ; elle en fait une marchandise, une valeur d'échange. « C'est l'esprit de possession qui distingue essentiellement l'Encyclopédie de l'orbis pictus dans lequel autrefois les voyageurs de la Renaissance notaient ce qu'ils avaient vu de curieux au cours de leurs pérégrinations. » À l'opposé du métaphysicien, le banquier veut acquérir, utiliser, constituer un capital qu'il transmettra par héritage ; « l'Encyclopédie, voilà donc le capital de l'humanité » : aux enfants de le faire fructifier. Toutefois, comment expliquer que l'Encyclopédie ait été moins bien accueillie là où triomphait le plus l'esprit de négoce, aux Pays-Bas, en Angleterre et en Amérique ?

Destin de l'« Encyclopédie »

Quelle que soit l'interprétation adoptée, du moins est-il incontestable, répétons-le, que la nouveauté du projet réside en son inspiration scientifique et en sa croyance au progrès. Diderot a vu juste lorsqu'il présente son ouvrage comme constamment à refaire, comparable à un organisme – l'être qui ne meurt point – vivant en renouvelant ses cellules. La langue vieillit vite. Les connaissances d'aujourd'hui seront vieilles demain. Depuis le xviiie siècle, avant même l'achèvement du Dictionnaire raisonné de Diderot – avec le Journal encyclopédique (1756-1793) – et dès l'achèvement – avec l'Encyclopédie dite d'Yverdon (1770-1780), le Supplément au Dictionnaire des sciences, des arts et des métiers (1776-1777) et l'Encyclopédie méthodique (1782-1832) chez le libraire Panckoucke –, les encyclopédistes n'ont cessé de se succéder, souvent se spécialisant pour mieux canaliser la surabondance des matières : cela seul qui était lutte antireligieuse tombait en désuétude.

—  Yvon BELAVAL

Bibliographie

D. Diderot, Œuvres complètes, éd. J. Lough et J. Proust, t. V-VIII, Paris, 1976

D. Diderot & J. Le Rond d'Alembert dir., Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 17 vol. de texte et 11 vol. de planches, Paris, 1751-1772, rééd. fac sim., 35 vol., Stuttgart, 1966-1967

Textes choisis de l'Encyclopédie, éd. A. Soboul, Paris, 2e éd. 1962

Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751-1772. Les articles les plus significatifs de Diderot, d'Alembert, de Jaucourt, Jean-Jacques Rousseau, Voltaire, Quesnay, d'Holbach, Damilaville, etc., éd. A. Pons, Paris, 1963

Dictionnaire des sciences, planches, 6 vol., Paris, 1963-1965

Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, F. M. Ricci éd., t. I-XII : planches ; t. XIII-XVIII : essais et notes, Parme, 1979.

※ Études

S. Auroux, L'Encyclopédie : « grammaire » et « langue » au XVIIIe siècle, Paris, 1973

G. G. Barber, Book Making in Diderot's Encyclopédie, Westmead Farneborough, 1973

B. Diop, Les Orientations subversives dans l'Encyclopédie, Lille, 1989

P. Casini, La Filosofia dell'Encyclopédie, Bari, 1966

L. R. Darnton, L'Aventure de l'Encyclopédie : un best-seller au siècle des Lumières, Perrin, Paris, 1982 (éd. orig. Cambridge (Mass.), 1979)

« Diderot et l'Encyclopédie », in Revue internationale de philosophie, nos 148-149, Paris, 1984

B. Didier, La Musique des Lumières, P.U.F., 1985

L. Ducros, Les Encyclopédies, Paris, 1901

L'Encyclopédie, Diderot, l'esthétique, P.U.F., 1991

R. L. Frautschi, « Les Articles anonymes de l'Encyclopédie et le style de Diderot », in Revue intern. de philosophie, Bruxelles, 1973

A. Freer, Ricerche su l'Encyclopédie (Jaucourt e Thomson), Pise, 1972

P. Grosclaude, Un audacieux message : l'Encyclopédie, Paris, 1951

R. Hubert, Les Sciences sociales dans l'Encyclopédie, Paris, 1923

J. Le Gras, Diderot et l'Encyclopédie, Paris, 1928

J. Lough, « The Contemporary Influence of the Encyclopédie », in Studies on Voltaire, vol. XXVI, Genève, 1963 ; Essays on the Encyclopédie of Diderot and d'Alembert, Londres, 1968 ; The Encyclopédie in Eighteenth Century England, and Other Studies, Newcastle, 1970 ; The Contributors to the Encyclopédie, Londres, 1973

R. Mousnier, Progrès scientifique et technique au XVIIIe siècle, Paris, 1958

J. Proust, Diderot et l'Encyclopédie, Paris, 1962 ; L'Encyclopédie, Paris, 1965 ; L'Encyclopédisme dans le Bas-Languedoc, Montpellier, 1969

R. N. Schwab, W. E. Rex & J. Lough, « Inventory of Diderot's Encyclopédie », in Studies on Voltaire, vol. LXXX, LXXXIII, LXXXV, XCI, XCII, XCIII, 1971-1972, CCXXIII, 1984

F. Venturi, Le Origine dell'Enciclopedia, 1946, rééd. Turin, 1963.

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT (1751-1772)  » est également traité dans :

ENCYCLOPÉDIE (D. Diderot et J. Le Rond d'Alembert) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 1 141 mots
  •  • 1 média

L'Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Denis Diderot (1713-1784) et de Jean Le Rond d'Alembert (1717-1783) a pris très tôt valeur de symbole. En elle se trouvent concentrés l'appétit de savoir qui habi […] Lire la suite

ALEMBERT JEAN LE ROND D' (1717-1783)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 2 879 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le savant et l'encyclopédiste »  : […] Né le 16 novembre 1717, abandonné par sa mère, la marquise de Tencin, sur les marches de l'église Saint-Jean-le-Rond à Paris – d'où son nom –, Jean Le Rond d'Alembert fut recueilli et élevé par la femme d'un vitrier, M me Rousseau, chez qui il demeura jusqu'à l'âge de quarante-huit ans. Son père, le chevalier Destouches, fit en sorte de subvenir à ses besoins et de lui procurer la meilleure éduca […] Lire la suite

ANTHROPOMORPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 545 mots
  •  • 1 média

Au sens usuel et étroit, le terme « anthropomorphisme » définit le procédé erroné et illégitime par lequel une pensée insuffisamment critique attribue à des objets situés hors du domaine humain – objets naturels ou objets divins – des prédicats empruntés à la détermination du domaine humain, à des fins explicatives ou simplement représentatives. Concept essentiellement critique, sa fonction est d […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « De l'astrologie aux nombres »  : […] L'astrologie a souvent plus été menacée par des formes plus accessibles de divination qui se substituèrent à elles ou lui portèrent ombrage que par le seul rationalisme. C'est ainsi que la kabbale, avec ses sefirot abstraites, nous apparaît comme une variante métaphysique de l'astrologie. Elle joue également le rôle subtil de lien entre Dieu et les hommes, entre le spirituel et le matériel. Parmi […] Lire la suite

BEAUZÉE NICOLAS (1717-1789)

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 280 mots

Né à Verdun, Beauzée s'attache d'abord aux sciences et aux mathématiques avant de s'intéresser à la grammaire. Lorsque Dumarsais meurt en 1756, Beauzée lui succède à la rédaction des articles de grammaire de l' Encyclopédie . Il publie en 1767 sa Grammaire générale ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires pour servir à l'étude de toutes les langues qui lui vaut une médaille d'or de Marie- […] Lire la suite

CENSURE

  • Écrit par 
  • Julien DUVAL
  •  • 6 227 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les contradictions de la censure »  : […] On considère généralement que la censure royale en France a appuyé au xvii e  siècle la Contre-Réforme et qu'elle a fortement affaibli les adversaires ou les critiques de la monarchie absolue, les jansénistes par exemple. Restée en vigueur jusqu'en 1789, elle a aussi exercé des effets à long terme sur la vie culturelle française. Par exemple, elle n'a pu que stimuler des formes d'écritures qui, co […] Lire la suite

CHAMBERS EPHRAÏM (1680 env.-1740)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 322 mots

Publiciste et encyclopédiste anglais, né à Kendal, dans le Westmorland et mort à Islington, dans le Middlesex. D'origine modeste, Ephraïm Chambers fit ses études dans sa ville natale, puis entra comme apprenti chez un cartographe qui le poussa à se cultiver. En 1728, il lança, par souscription, l'ouvrage qui le rendit célèbre, son encyclopédie, à laquelle il devait consacrer sa vie entière : Cycl […] Lire la suite

LES CONFESSIONS, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 134 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Un homme dans toute la vérité de la nature » »  : […] Le texte suit chronologiquement la vie de l'auteur. Le premier livre évoque les souvenirs avec le père veuf à Genève, puis chez le pasteur Lambercier à la campagne. L'idylle est rompue par la découverte de la jouissance (au cours d'une fessée infligée par M lle  Lambercier) et de l'injustice (lors d'une punition imméritée). La condition d'apprenti chez un graveur genevois aggrave la scission entre […] Lire la suite

DESIGN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Stéphane LAURENT
  •  • 647 mots

Avril 1751 Parution du premier volume de l' Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. L'ouvrage défend entre autres les vertus d'une beauté obtenue par une production rationnelle à haut degré de savoir-faire, parfois réalisée en série et existant depuis l'Antiquité (amphores grecques, lampes à huile romaines, châsses limousines, etc.). 1829 Les frères George et Robert Stephenson lancent la locomotiv […] Lire la suite

DIDEROT DENIS (1713-1784)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 6 377 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'« Encyclopédie » »  : […] Ces années 1748-1749 inaugurent, avec L'Esprit des lois et les œuvres de La Mettrie, de Maillet, Condillac, Buffon, la nouvelle vogue des Lumières qui durera jusque vers 1765. Depuis octobre 1747, d'Alembert et Diderot sont chargés de mener à bien le projet de l' Encyclopédie , dont le Prospectus , probablement de notre auteur, sera lancé dans le public en 1750. La grande aventure commence : « J'a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yvon BELAVAL, « ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT (1751-1772) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie-de-diderot/