Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT (1751-1772)

Destin de l'« Encyclopédie »

Quelle que soit l'interprétation adoptée, du moins est-il incontestable, répétons-le, que la nouveauté du projet réside en son inspiration scientifique et en sa croyance au progrès. Diderot a vu juste lorsqu'il présente son ouvrage comme constamment à refaire, comparable à un organisme – l'être qui ne meurt point – vivant en renouvelant ses cellules. La langue vieillit vite. Les connaissances d'aujourd'hui seront vieilles demain. Depuis le xviiie siècle, avant même l'achèvement du Dictionnaire raisonné de Diderot – avec le Journal encyclopédique (1756-1793) – et dès l'achèvement – avec l'Encyclopédie dite d'Yverdon (1770-1780), le Supplément au Dictionnaire des sciences, des arts et des métiers (1776-1777) et l'Encyclopédie méthodique (1782-1832) chez le libraire Panckoucke –, les encyclopédistes n'ont cessé de se succéder, souvent se spécialisant pour mieux canaliser la surabondance des matières : cela seul qui était lutte antireligieuse tombait en désuétude.

— Yvon BELAVAL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Yvon BELAVAL. ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT (1751-1772) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

<em>Encyclopédie </em>de Diderot et d’Alembert - crédits : AKG-Images

Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Autres références

  • ENCYCLOPÉDIE (D. Diderot et J. Le Rond d'Alembert) - Fiche de lecture

    • Écrit par Jean Marie GOULEMOT
    • 1 138 mots
    • 1 média

    L'Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Denis Diderot (1713-1784) et de Jean Le Rond d'Alembert (1717-1783) a pris très tôt valeur de symbole. En elle se trouvent concentrés l'appétit de savoir qui habite le xviiie siècle, son goût des...

  • ALEMBERT JEAN LE ROND D' (1717-1783)

    • Écrit par Michel PATY
    • 2 874 mots
    • 2 médias
    ...d'amitié avec Condillac et avec Rousseau, mais il rompit plus tard avec ce dernier. Promu codirecteur « pour la partie mathématique » de l'ouvrage devenu l'Encyclopédie, il se trouva amené à participer activement aux débats d'idées de son temps, à tel point qu'il apparut assez rapidement comme...
  • ANTHROPOMORPHISME

    • Écrit par Françoise ARMENGAUD
    • 7 544 mots
    • 1 média

    Au sens usuel et étroit, le terme « anthropomorphisme » définit le procédé erroné et illégitime par lequel une pensée insuffisamment critique attribue à des objets situés hors du domaine humain – objets naturels ou objets divins – des prédicats empruntés à la détermination du domaine humain, à des fins...

  • ASTROLOGIE

    • Écrit par Jacques HALBRONN
    • 13 311 mots
    ...nombre d'entrées qui lui sont consacrées surprendra le lecteur moderne, et son discours se maintient sous cette forme éclatée, comme dans le cas de l' Encyclopédie de d'Alembert et de Diderot, où l'article « Influence » est traduit de l'anglais. L'astrologie fait alors encore partie de la culture générale,...
  • BEAUZÉE NICOLAS (1717-1789)

    • Écrit par Michel BRAUDEAU
    • 278 mots

    Né à Verdun, Beauzée s'attache d'abord aux sciences et aux mathématiques avant de s'intéresser à la grammaire. Lorsque Dumarsais meurt en 1756, Beauzée lui succède à la rédaction des articles de grammaire de l'Encyclopédie. Il publie en 1767 sa Grammaire générale ou...

  • Afficher les 29 références

Voir aussi